Le site de l'histoire érotique

J'aide ma tante le soir du réveillon...

Chapitre 1

63
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 42 096 fois

63

10

Tout d’abord je m’excuse par avance de poster encore une histoire d’inceste avec une tante. Depuis quelques semaines elles affluent. Les tantes se rebelleraient elles sexuellement ? En tout cas en voici encore une réelle. 


Alors pour ne pas faire comme toutes les autres histoires, je vais commencer par vous présenter ma tante. C’est original n’est ce pas ?

Alors c’est une femme de 50 ans, mince, cheveux courts. Une très belle femme qui prend très soin d’elle, très soignée sans être surdosée de maquillage, juste le nécessaire pour la rendre belle. Elle a de jolies formes, de petits seins et de belles petites fesses que je n’avais jamais apprécié avant ce jour là. 


Ce jour là, je suis invité avec mes parents chez mon oncle et ma tante. Rien d’anormal, comme à chaque vacance. Nous les voyons deux fois par an en général. Le seul changement cette année, c’est que j’ai 19 ans. Et beaucoup de choses changent en moi. Beaucoup de pensées m’envahissent chaque jour. Et ce jour là c’est ma tante qui en a fait les frais. Moi je suis plutôt timide de nature, mais l’excitation me fait perdre ma nature et me rend fou. 


Nous arrivons donc au moment du repas, comme prévu. Ma tante porte un jean slim et un haut cintrant qui attirent mon attention. Je me surprend à matter ses fesses alors qu’elle me précède pour rentrer chez elle. Elle a de jolies fesses charnues malgré son âge et bien compressées par son slim. Alors que mon oncle me parle, je n’ai qu’une envie, toucher cette merveille a quelques mètres de moi. Ma tante est toujours très câline depuis qu’on est petits et j’ai toujours été serviable. J’aime aider, servir, debarrasser,... Je l’aide donc naturellement à mettre la table et la rejoins en cuisine alors que tout le monde prend place tranquillement à table. Dans la cuisine, je lui propose mon aide et elle ne répond pas. Je m’approche d’elle comme attiré et me place derrière elle en la collant légèrement pour voire ce qu’elle fait. Je serre les bras autour d’elle comme quand j’étais petit et elle me laisse faire. Mes bras montent légèrement et mes mains se placent sur ses seins petits et fermes. Je sens ses tétons à travers son haut moulant. Cela est très excitant mais elle me stoppe brusquement en repoussant mes bras. Mais elle ne dit rien, la cuisine communiquant avec la salle à manger, mes parents étant tout proches. 

Ce refus m’exite d’autant plus je recule d’un pas et pose la paume de ma main sur sa fesse, en appuyant progressivement sur ce joli fessier qui s’offre à moi.


L’excitation est à son comble. Elle ose me repousser mais n’ose pas m’engueuler par gentillesse et par soucis de discrétion. Je poursuis donc mon exploration pour lui faire comprendre ma détermination. J’ouvre ma braguette, je prends la main de ma tante que j’embrasse et je l’appuie sur mon caleçon. Elle sent forcément mon érection et simule continuer sa cuisine comme si de rien n’était. Mais je vois bien que je la perturbe. 

L’entrée est prête je remets mon jean et apporte les assiettes, pressé de les débarrasser pour poursuivre cet excitant repas parallèle que je m’offre avec le consentement assez particulier de ma tante. Et pour faciliter le tout, je suis assis juste en face d’elle. Me déchaussant, je mange mon entrée tout en tendant la jambe vers sa cuisse. Je pose mon pied sur son genou et je sens la gêne dans son regard. Mais elle continue la conversation comme si de rien n’était.

Je tend progressivement ma jambe jusqu’à toucher son entre jambe à travers son jean. J’appuie progressivement et ma tante se décompose progressivement, je la sens impuissante et en même temps excitée par la situation. Mais elle ne dit rien. 

L’entrée se termine et vient le moment de débarrasser. Elle va en cuisine et je la rejoins naturellement. Arrivé en cuisine, je suis fou excité. J’accélère le pas: j’arrive et plaque les fesses de ma tante contre moi. Je commence à me frotter à elle. Ma queue est évidemment tendue comme jamais. Je n’en peux plus, tandis que ma tante continue de cuisiner sans savoir refuser mes avances. 

Je baisse mon pantalon et mon caleçon en même temps et me retrouve derrière elle, queue nue contre son jean. Je fais de légers vas et viens qui decalotent mon gland et le recalotent. Les sensations et l’idée que ce cul chaud est celui de ma tante m’amènent dans un état second. À côté personne ne se doute de rien...

Je passe ma main dans son jean et sens sa culotte humide. Elle ne dit rien par gêne, par principe, mais elle n’en n’est pas moins excitée la salope. 

Cela me conforte dans mes débuts d’actions. Elle est en train de préparer de la crème pour manger avec le saumon. Le pot de crème fraîche est posé sur la table de la cuisine. Je m’approche et trempe ma queue dedans. Je dis alors haut et fort "Mince tata tu en as mis partout". Les invités rient et crient alors à ma tante de ramasser et de nettoyer ça correctement. S’ils savaient. Ma tante se retourne et comprend ce que j’attends. Elle tend la main pour faire ça rapidement mais je lui presse les épaules et lui enfourne ma bite en quelques secondes, si bien qu’elle ne réagit pas. Elle est immobile. Je lui impose de petits vas et viens et elle reste sans voix. Elle comprend petit à petit ce qu’il se passe. Elle reste silencieuse et lèche ma queue pour la nettoyer rapidement en évitant les bruits de succion qui pourraient être curieux. 

Une fois propre, je remballe ma queue et l’aide à faire rapidement le plat de saumon car les invités s’impatientent et ne doivent se douter de rien. Elle ne dit pas un mot et fait la cuisine machinalement. Elle ne l’avouera pas mais j’ai commencé à sentir un peu de plaisir à la fin de sa pseudo pipe. 


Le plat est servi, il se mange, comme si de rien n’était. Il commence à se faire tard, presque minuit quand on débarrasse les assiettes. Il est le temps du fromage. Mais déjà prêt, je n’ai pas de répit pour poursuivre ma partie de sexe.

Heureusement, le fromage est aussi vite mangé qu’il n’a été préparé. On debarasse et il faut faire la vaisselle. J’insiste auprès de mes parents pour qu’ils ne participent pas à la vaisselle. Je me mets au lavage et ma tante essuie. Elle se doute que je lui réserve encore des mésaventures. Je me sens comme un gamin à Noël à imaginer des stratagèmes fins drôles, et tout ça discrètement pour ne pas éveiller les soupçons. Ma tante fait des allers retours car le meuble est dans la salle à manger ou tout le monde dine. Donc elle fait assez régulièrement des voyages. Entre deux verres, je sors ma queue par ma braguette. Je mets volontairement de l’eau chaude parterre et lorsque ma tante arrive, je lui dis à voix forte et audible "J’ai mis de l’eau au sol, il faudra ramasser". Ma tante qui n’est pas dupe, répond quand même de force comme elle m’aurait répondu avant "T’inquiète pas je m’en occupe".

Elle est alors obligée de s’accroupir pour nettoyer. La queue a l’air je m’assoie sur elle, alors à quatre pattes au sol avec la serpillère. Sous mon poids et sous la surprise elle se couche et se trouve à plat ventre sur le sol humide. Je dis alors "Et bah tata t’es bourrée ? Tu as glissé comme à la patinoire." 

Elle se sent à la fois un peu gênée et humiliée. Mouillée elle doit enlever son haut et poursuivre la vaisselle en soutien gorge tant que ça sèche. Je reprends donc son rôle tandis qu’elle reste en cuisine pour ne pas se présenter devant des convives ainsi dénudée. 

À chaque voyage je lui caresse avec insistance les fesses et au dernier voyage je lui dégrafer le soutien gorge. Surprise, elle ne le retient pas car elle a les mains dans la plonge. 

Je vois des magnifiques petits seins ainsi offerts à mes yeux et j’immortalise ce moment avec mon téléphone avant qu’elle ne se rhabille.

Elle est ainsi piégée. Elle devra s’offrir à moi si elle ne veut pas que je montre à mes parents que cette chaudasse fait la plonge torse nue avec son neveu.

Elle prépare la table pour le dessert et repart en cuisine pour le préparer. C’est une bûche qu’elle sort du congel, elle n’a rien à y faire mais elle attend en cuisine comme si elle attendait sa récompense. J’arrive derrière elle, je m’agenouille et lui baisse le pantalon et la culotte. Je plonge alors mon nez dans ses fesses et lui lèche le petit trou. Je sens l’odeur de son humidité a quelques centimètres de moi. Cela m’excite terriblement mais je me retiens. Pendant qu’elle écarte ses jambes et tente de rester silencieuse, je me branle à travers mon pantalon bien déformé. 

On en reste là et on va manger le dessert pour rester toujours discrets.

Après le dessert, on fait la vaisselle en famille et chacun va trouver son lit car il se fait tard. Mais je surveille de ma chambre car ma tante et mon oncle restent en bas. Je vois mon oncle monter se coucher et ma tante reste en bas. J’entends la TV s’allumer.

Je me déshabille alors intégralement et descends sur la pointe des pieds. Je la trouve endormie sur le canapé devant la télévision allumée. Je présente ma queue bien dure devant sa bouche et la rentre d’un coup. Elle se réveille et je lui dis alors qu’elle va devoir finir le travail à peine commencé. Je lui baisr la bouche pendant près d’un quart d’heure avant de me vider. Je lui ordonne d’avaler et lui dis que je vais lui rendre la pareille. 

Toujours allongée dans le canapé sur le dos, je baisse son jean et lui propose un cubi comme jamais. Je me régale de sa mouille.

Sa petite chatte est fine et subtile tout comme elle. Elle est à son image. Je la récurre avec ma langue et après quelques secondes seulement elle est prise de spasmes.

À 50 ans elle jouit en quelques secondes. Mon oncle n’a jamais du lui proposer de gourmandises ainsi.

Je remonte dans ma chambre, mais je rebande déjà et je ne compte pas arrêter ici ma soirée si bien commencée. Je me branle doucement et j’attends patiemment que tata monte se laver pour la prendre comme elle en meurt d’envie intimement...