Le site de l'histoire érotique

Ambre

Chapitre 1

16
5

Une histoire érotique écrite par


16

0

L’histoire se passe en juillet dans les calanques de Cassis.

Une soirée entre copains âgés de vingt quatre à trente ans.

Il fait un temps caniculaire. On est tous en maillot.

Heureusement, la mer nous permet de nous rafraichir. Pierre a mené des boissons, et un lecteur CD pour qu’ont puisse danser. Soudain, je suis prise d’une petite envie.

Je m’éloigne du groupe pour être à l’abri des regards.

-Attention aux rôdeurs Ambre, dit une voix. Par les temps qui courent, c’est dangereux.

Je fais demi-tour, et aperçoit Romain.

-Déconne pas, ne me fais pas peur.

-Je peux t’accompagner si tu veux? demande Romain.

-Tu veux tout de même pas me voir faire pipi.

-Oh, çà va, je ne regarderai pas. Et puis, je sais ce que c’est.

Arrivée derrière les rochers, je baisse mon bas de maillot, et m’accroupis. Une fois soulagée, je m’essuie avec un klinex et me relève. C’est à ce moment là que Romain me plaque contre lui. Il a sorti son sexe, et me le glisse entre les cuisses, avant que j’ai le temps de remonter mon maillot.

-Mais tu es fou, lui dis-je, tu n’y pense pas. Tu me prends pour qui? Je suis une femme fidèle.

-Personne n’en saura rien, dit-il Je parviens à me libérer et essaie de sauver. Romain me prend la taille, et me serre contre lui. Je sens son membre contre mes fesses. Une main caresse mes seins, l’autre glisse dans mon maillot, effleure mes lèvres et les écarte. Je sors de mes périodes de règles, donc en proie à des pulsions sexuelles. je lâche un soupir qui ne trompe pas.

-S’il te plait, ne me tente pas, ne me fais pas faire l’irréparable. J’aime mon mari.

- Laisse-toi aller, poursuit Romain. C’est parce que tu prends un peu de plaisir que tu l’aimes pas.

Petit à petit, je m’abandonne. Je sens son souffle dans mon cou. Il sait que je vais succomber. Il me pousse contre un rocher, et me fait pencher en avant. Inconsciemment, j’écarte mes jambes, pendant que lui écarte l’élastique de mon maillot.

Je sens son gland entièrement décalotté contre mon minou.

C’est moi qui cambre ma croupe pour me faire pénétrer. Il commence de lents va et vient. Je sens ses couilles heurter mes fesses. Une douce sensation de désir envahi mon corps.

A la lueur du clair de lune, j’aperçois Max chahuter sur le sable avec ses copains. Certaines femmes ont ôtés leur haut.

-Oh mon chéri, je suis en train de te tromper. Je me fais prendre comme une chienne. Mais c’est tellement bon.

-Tu aimes, me dit Romain, même si çà te rends infidèle

-Oui, j’aime, ta queue est trop bonne.

-Et toi tellement chaude. Tu es en manque, petite catin.

Insatisfaite peut-être.

Romain est de plus en plus dominateur.

-Tais toi, soupire ai-je, baise moi, rend moi heureuse.

Tu sens comme je te serre dans ma chatte.

Mon corps s’abandonne totalement aux va et vient incessant de mon partenaire. Ma mouille dégouline le long de mes cuisses. Je sens la jouissance qui monte en moi. Le bout de mes seins, durcit par l’excitation, racle sur les rochers

-Cambre bien tes reins, dit Romain, tu me sentiras mieux.

Surtout quand je vais éjaculer.

-Ha, je viens, tu me fais jouir salaud. Viens toi aussi.

Je sens mes lèvres gonflées par le désir. Mon orgasme est puissant, rarement atteint dans de telles proportions.

Romain déverse sa semence au fond de mon ventre, comme un bombardier d’eau sur un incendie.

-Tu es un bon coup, ironise Romain, ton mari doit pas s’ennuyer avec toi, petite vicieuse.

Mais j’ai encore des cendres qui se consument. Il me faut un deuxième passage.

-Un autre coup de queue, nique moi encore, s’il te plait.

-N’attirons pas l’attention, répond-il. Rejoignons les autres. Allez Ambre, viens.

Je lui donne un baiser, et n’insiste pas. Je ne veux pas passer pour ce que je ne suis pas. Malgré tout, j’ai pris énormément de plaisir dans cette aventure. C’est avec des regrets que je quitte les rochers.

Max ne s’est même pas aperçu de mon absence, trop occupé à s’amuser.

-Alors ma chérie, tu passe une bonne soirée? Demande-t-il.

-Bien sur, toi aussi je vois.

D’un coup, je me sens tirée en arrière.

-Une lambada, çà te dis? Demande Romain.

Je n’ai pas le temps de répondre qu’il me plaque contre lui.

Je sens son sexe encore en érection sur mon ventre. Il est encore entier le cochon. Voilà que mon mari se colle dans mon dos.

-Alors Romain, elle n’est pas belle ma femme?

-Super belle, répond Romain. Et quel déhanché.

Mon mari m’embrasse dans le cou, provoquant des frissons jusqu’au creux de mes reins. S’il voyais la grosse paire de couilles qui s’écrase contre ma chatte. Romain approche ses lèvres à deux centimètres de ma bouche. Il sait que j’ai envie de lui aspirer la langue. Je réussi à me dominer.

-On va boire un coup, dis-je.

-Oh non, maintenant que çà devenait intéressant, râle Max.

-Je m’en suis aperçu, merci, que je réponds.

Les copains sont partis. Il ne reste que nous trois sur la plage.

-Si on prenait un bain de minuit, propose Max. Mais un vrai, tout nu.

-Quoi, dis-je, tu plaisante j’espère.

-Excellente idée, répond Romain. Allez Ambre. Nous sommes adultes. De quoi as-u peur?

C’est vrai. Je risque quoi? Me le faire mettre par deux mâles. Aucune femme en est morte. Mon mari s’approche de mon oreille.

-C’est çà que tu veux? D’accord, allons-y.

Pendant deux heures, je vais me faire tirer. Un coup dans l’eau, un coup dans le sable. Tout mes orifices sont honorés Mes cris de plaisirs résonnent dans les calanques. Pour terminer, les deux glands, aux bords de mes lèvres, envoient des jets de sperme au fond de ma gorge, suite à une pipe mémorable. Epuisés, nos corps s’assoupissent en pensant à l’année prochaine.