Le site de l'histoire érotique

Année de terminale

Chapitre 14

42
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 6 565 fois

42

4

Mon père n’a rien remarqué le soir. Lorsqu’il est rentré, je dormais déjà, totalement épuisée par ma journée. La crème cicatrisante que Paul avait pris à la pharmacie me fit du bien, atténuait la douleur. Je marchais presque normalement le lendemain. Mais, le prof d’anglais me donna un coussin avec un trou au centre en me disant "Je pense que vous avez besoin de ça". L’air moqueur, amusé, il me fait comprendre qu’il me laisse tranquille pour le moment, mais ça ne durera pas. Pour le prof d’espagnole, c’est la même chose.


Le jeudi, j’ai toujours une gène. Je suis allée au lycée en tenue normale, mais mon sac rempli de mes achats du lundi pour éviter que mon père ne voit quoi que se soit. J’ai trouvé des chaussures à talon haut dans le peu d’affaires que ma mère avait laissé. Ca a évité que je demande à nouveau la carte bleue de mon père.


Je me suis changée dans la classe pour éviter de devoir traverser le couloir bourré de lycéens. Je n’imaginais pas me promener dans les couloirs du lycée quasiment nue… Certains de mes camarades m’ont regardée faire, sans rien dire, n’ayant pas l’air amusé non plus... Je n’avais pas l’impression que c’était aussi provoquant lundi. On voit vraiment tout. Je ne suis pas non plus dans le même état d’esprit, l’excitation monte difficilement cette fois.


Le prof de math, à peine arrivé dans la classe, me demande de venir à son bureau. A son regard, je sais qu’il est satisfait de la tenue. Ses yeux parcours mon corps, détailles mon peignoir transparent ne cachant rien de mon soutien-gorge ouvert, de mon string ouvert, du porte-jarretelles et des bas résilles. Il me tend un tas de feuille et dit tout haut "Pauline, distribuez les copies corrigées de l’interro de lundi. Je tiens à vous dire à tous que ce n’est pas du tout satisfaisant. Vous avez fortement intérêt à travailler durant les vacances. Pour ceux qui ont oublié, le bac blanc démarre dès la rentrée".


Je passe ainsi d’une table à une autre. J’espère qu’il s’muse bien à m’exhiber devant tout le monde de la sorte, parce que moi, je m’en fous, même si je ne trouve pas ça agréable. Je finis la distribution, donne la dernière copie que j’avais, il demande

• C’est bon ? Vous avez fini ?

• Non, il manque la mienne.

• Vraiment ? Attendez... Effectivement, elle s’était glissée dans un cahier. Je suis désolé, elle n’est pas encore corrigée. Je vous promets de le faire aujourd’hui. Attendez-moi ici après votre cours de cet après-midi, je viendrai vous la donner.

• … D’accord, monsieur.


Je priais intérieurement qu’il laissera mon anus tranquille, n’ayant aucun doute sur le fait qu’il allait en profiter pour me baiser.


J’ai gardé mon manteau pour manger à la cantine, seul rempart pour cacher ma tenue à tout le lycée, et isolée dans un coin, comme d’habitude. La résille de mes bas étaient tout de même visible, mais assez peu la remarqua. Et, il y eut le cours de philosophie. Le prof ne s’intéresse pas plus à moi que d’habitude. Je doute sur le fait que lui aussi va me prendre. En tout cas, il ne montre aucun signe.


Le cours se finit, il me rappelle de rester à ma place en attendant l’autre prof. Il s’absente quelques minutes et ils reviennent ensemble. Les deux, sans rien dire, ferment la porte à clé. J’ai le cœur qui bat fort, je sais que ça va commencer. Le prof de philo dit à l’autre

• Elle a un bon potentiel. Elle a su lier nos deux goûts.

• Oui, je trouve aussi qu’elle s’est bien débrouillée. Va falloir qu’elle travaille le maquillage tout de même.

• S’est évident. Mais, elle débute tout juste. Pauline, enlève donc ce peignoir et monte sur une table pour nous faire un petit show.


J’obéis sans rien dire. Je me mets à danser lascivement. J’ai l’impression que je me sentirai plus à l’aise et moins provocante totalement nue. Ce que je porte est vraiment très osé. J’essaie de me mettre dans l’ambiance, je veux être excitée, ça sera plus facile pour la suite.


Je danse, me caresse les seins, les fesses, le ventre. J’imagine des situations, l’excitation monte doucement, j’ai vraiment peur de me faire sodomiser. Je les regarde en les aguichants, je m’accroupis doucement, sentant que ça tire sur mon anus, ne voulant pas faire de geste brusque pour ne pas rouvrir les liaisons. Je me masturbe devant eux. Depuis le début, ils me filment avec leur téléphone. Je sais que ça leur donne substance pour me faire chanter au besoin. Je ne peux dire non, je suis dans un cercle vicieux.


Je sens un doigt se poser sur mon cul, je me contracte d’un coup. Le prof de math me dit

• Ne t’inquiète pas, on va le laisser tranquille pour le moment. Profite de tes vacances pour le reposer. Il servira bien plus à la rentrée. Es-tu rassurée ?

• Heu... Oui, monsieur.

• Ta copie méritait un petit 8. Mais, je pense que vu tes efforts d’aujourd’hui, je vais te mettre un 12. N’est-ce pas gentil ?

• Oui monsieur, merci, c’est très gentil.

• Et si tu es toi aussi très gentille, je te mettrai peut-être plus.

• … Je suis prête pour vous.


Et ils m’ont prise, les deux en même temps. L’un dans la bouche, l’autre dans la chatte. Ils changeaient de trou, aimaient me voir lécher leur sale bite pleine de cyprine. Je ne sais pas combien de position j’ai pris, un coup allongée sur le dos, un autre à quatre pattes, moi au-dessus de l’un suçant l’autre…


Et je me retrouve à genoux devant les deux queues. Je les branle, la bouche ouverte, attendant leur sperme. J’en ai envie, j’en ai cruellement envie. Bien que réticente au départ, cette partie de baise m’a fortement stimulée. Mon excitation est montée en flèche.


Et ils arrivent enfin, éjaculant presque en même temps sur moi. J’avale le sperme qui atteint ma bouche, le reste souillant mon visage et mes cheveux.


Ils ont réussit à me faire jouir une fois, j’en ai encore envie. Ils ont fini de se déverser sur moi, je m’allonge et me masturbe. Ca les amuse, ils apprécient aussi beaucoup. Ils me filment à nouveau, sous tous les angles.


L’orgasme arrive, mes muscles se contractent, je gémis sans contrôler mon volume sonore, je me cambre. Et tout se relâche. Je reste un peu allongée à reprendre mon souffle. Le prof de math en profite pour me dire

• Je te mets un 16... En fait, c’est la note que tu aurais eu si tu n’étais pas la petite salope que tu es.

• … Je n’ai pas compris.

• Je t’explique la règle. Je te donne à la base une note basse. Et si tu donnes bien de toi, je te redonne ta vraie note... Mais, celle-là, tu ne la connaitras jamais avant. Je suis étonné qu’Emilie ne te l’ait pas expliquée... Tu l’as connais, non ?... Bon, dépêche-toi de prendre tes affaires, je ferme la salle dans 1 minute. Et sorts vite de l’établissement, les élèves n’ont pas à y être à cette heure.

• Oui, monsieur, je me dépêche.

• Et pas besoin d’être habillée en pute demain. Mais, ne vas pas dans l’excès inverse.


Le temps que je me relève et que j’aille à mes affaires, les profs sont sortis, prêts à fermer la porte à clé. Je n’ai pas envie de savoir s’ils sont capables de me séquestrer là pour la nuit. Ca serait bien possible. Je prends juste mes affaires et cours hors de la classe.


Je suis tout de même perturbée par cette référence à Emilie. J’espère que ça ne me portera pas plus préjudice que ce que j’ai déjà subi.