Le site de l'histoire érotique

L'anniversaire de mon fils dégénère

Chapitre 1

213
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 75 391 fois

Je m’appelle Séverine. J’étais une mère et une femme modèle, avec une carrière au top ; je suis devenue une véritable salope. Je vais vous narrer les différentes aventures qui me sont arrivées ces derniers mois et qui ont faits de moi un objet sexuel offerte à tous.


Voici, pour commencer, une histoire qui m’est arrivée lors de l’anniversaire de mon fils.


Les présentations, d’abord : j’ai 45 ans, j’ai 1 fils de 19 ans, des faux jumeaux (un garçon, une fille) de 17 ans et je suis cadre dans une grosse entreprise. Je pense être une femme plutôt jolie : 1m70, brune, mince mais pas maigre, de beaux gros seins (95C) et des belles fesses, fermes et rebondies (je fais du cheval). Il paraît que j’ai un visage joli mais fermé et un regard un peu sec (on me considère d’ailleurs comme une coincée à mon travail) alors que j’aime le sexe. Sur ce point, malheureusement, mon mari n’est plus aussi svelte qu’autrefois et son gabarit pèse de plus en plus sur ses performances. Nous avons donc encore quelques rapports mais sans grand plaisir pour moi et j’ai donc pris l’habitude de me satisfaire moi-même.


Voilà pour les présentations. Mon histoire s’est donc déroulée lors de l’anniversaire de mon grand fils qu’il a voulu organisé à la maison avec ses copains. Aucune fille dans la bande, juste une dizaine de gaillards du club de foot et du lycée… C’était un mercredi après-midi, mon mari était au travail, mes autres enfants en club. Moi-même je suis restée à la maison pour organiser (et surveiller) l’anniversaire, ce qui a considérablement énervé mon ados de fils !


- Tu vas pas rester à nous surveiller tout l’après midi ! C’est bon, je peux gérer.

- Tu as tord de le prendre comme ça, j’avais prévu une petite surprise pour tes copains, lui dis-je.

- et c’était quoi, cette surprise ?

- j’avais prévu de vous servir en tenue de soubrette sexy ! Dis-je avec un sourire malicieux et pensant que ça l’amuserait.

-hein, mais t’es malade ! Tu vas pas te promener habillée comme une… pute !


Il lâcha ce mot avec tant de mépris que j’en fût blessée. Même si je ne comptais pas réellement le faire, j’insistai et lui dit :


- c’est pas bien méchant ! C’est juste une jupe un peu courte et un tablier… moi je trouve ça marrant !

- alors c’est que t’es une salope !


A ces mots, je lui mis une gifle (son 1m90 ne m’a jamais impressionné) et lui hurla que sitôt son anniversaire passé, il serait punit et son père avertit ! Je repartis dans la cuisine en me disant que ce petit con avait besoin d’une leçon et qu’avant d’être une mère, je suis aussi une femme. J’eus donc une idée.


16h, l’anniversaire se déroulait bien et mon fils, Hugo, semblait avoir oublié notre dispute. Pour ma part, pas en soubrette mais en jean moulant et débardeur blanc bien décolleté, je déambulais entre les garçons pour leur demander s’ils n’avaient besoin de rien. Je me penchais vers l’un qui jouait à la console, lui offrant mon décolleté, pendant qu’un autre pouvait regarder mes fesses à sa guise. Ce petit manège dura un moment et à chaque fois que je faisais mon entrée dans le salon, tous les regards étaient braqué moi, ou plutôt sur mes seins et mon cul ! Je ne suis pas spécialement une allumeuse en tant normal, mais j’étais contente de mon effet car Hugo s’énervait de ce petit jeu alors que ses potes semblaient adorer!

Moi-même je me sentais un peu excitée et commençait sérieusement à avoir chaud, d’autant que j’avais autorisé la bière pour l’occasion.


Au moment de l’ouverture des cadeaux, je décide de mettre la suite de mon plan à exécution, je finis d’une traite ma bière, je me place debout devant les garçons alors en train de regarder mon fils déballer ses cadeaux et mets un CD dans la chaîne hi-fi. Tout le monde reconnait immédiatement la chanson de Joe Cockers dans 9 semaines et demie et je commence à bouger au rythme de la musique. Les garçons se regardent et se demandent ce qui se passe alors que j’ondule des hanches et remonte mon débardeur pour révéler mon nombril.


- J’ai une petite surprise pour vous les garçons, dis-je avec une voix de « salope » comme m’a dit Hugo. J’espère que ça va vous plaire !

- Qu’est-ce que tu fous ?!?! s’exclame alors mon fils.

- Bin quoi ? Vu ce qu’ils t’ont offerts, tes copains aussi méritent un cadeau !


Tout en lui répondant et lui demandant de se calmer, je continue à danser, me retourne, me palpe les fesses en jouant avant le haut de mon jean que je baisse légèrement pour faire apparaitre la dentelle de mon boxer. Je regarde à nouveau cette belle brochette d’ados, me masse le ventre, remonte encore mon haut puis passe mes mains sur mes gros seins en les palpant généreusement. Les gars sont médusés et les commentaires à voix basse vont bon train. Mais personne n’ose s’adresser à moi, de peur que j’arrête tout. Mon strip-tease les captive et j’adore ça !


Je continue à jouer avec mon haut, le monte de plus en plus, révélant progressivement mon beau soutien-gorge noir. Celui-ci est « push-up » et me fait donc une poitrine des plus sexy. J’enlève complètement mon débardeur, le jette au garçon devant moi avec un regard aguicheur et me penche en avant en malaxant mes seins. Son visage n’est alors qu’à quelques centimètre de ma poitrine et je continue de me ploter les seins en le voyant rougir comme une pivoine. Je me redresse et commence maintenant à jouer avec mon jean, toujours en rythme. Je le déboutonne, baisse le zip, puis commence à le descendre progressivement. Mon boxer noir à dentelle apparait alors petit à petit. Je me retourne pour leur présenter mon beau cul et joue un peu avec leur nerf en révélant très doucement mes fesses. Ayant révélé la moitié de mon derrière, je fais une longue pause puis baisse d’un coup le pantalon en tendant les fesses le plus possible. Tout le monde à présent à les yeux rivés sur ces longues jambes et ce cul, mis en valeur le boxer qui me rentre dans la raie. Je lève une jambe pour la dégager du pantalon puis la repose à coté, écartant ainsi une cuisse. Même geste de l’autre jambe et je me retrouve cul tendu, cuisses écartée devant 10 ados qui commencent sérieusement à s’échauffer.


Moi-même à ce stade, j’avoue être totalement trempée et n’est qu’une envie, c’est de me doigter jusqu’à l’orgasme devant ces jeunes mâles. J’imagine mon sexe ouvert et dégoulinant de mouille face à ces ados qui ne pensent qu’à une chose : m’arracher mon boxer et me baiser !


Je me retourne, leur fait face en soutien-gorge et boxer et leur demande s’ils en veulent encore. Tous s’exclament que oui tandis que mon fils, manifestement en colère mais toujours dans la pièce à regarder, leur demande de se calmer car le spectacle est finit.


Pourtant, sans l’écouter, je prends une chaise, m’assoit avec le dossier face à moi et, comme une professionnelle, écarte les jambes d’un coup. Je me penche en arrière, caressant mes seins en insistant sur mes tétons qui pointent, mon ventre, mon sexe au travers de la dentelle (confirmation : je suis trempée, le tissus aussi !). Je me remets debout, place les mains sur mes seins, approche mes doigts de l’attache située devant, la décroche et commence à jouer avec les 2 parties du soutien-gorge, sans révéler mes tétons. Les regards se font avides et impatients et je remarque que certains garçons se touchent maintenant le sexe au travers de leur pantalon, plus ou moins discrètement. Je me rends alors compte que tous doivent bander comme des malades et que 10 sexes durs me font face.


Cette pensée m’excite au plus haut point autant qu’elle m’effraie et je me demande maintenant s’il n’est pas tant de tout arrêter, avant que ça dégénère. L’excitation me pousse à continuer un peu. Je redemande alors :


- vous voulez vraiment voir mes seins ??

- ouiii, carrément !! S’exclament-ils tous

- vous pensez vraiment que je vais vous montrer mes gros seins et mes tétons qui pointent, les mecs ??

- allez, s’il vous plaît ! Vous êtes trop belle !

- bon, d’accord…


J’ouvre alors d’un geste rapide mon soutien-gorge, le laisse tomber par terre et leur expose fièrement mes beaux et gros seins. Ils sont fermes, bien ronds, lourds mais pas tombant et évidemment naturels. Je les masse, les soulève, les écarte puis les resserre, titille mes tétons très dur. Les gars n’en peuvent plus, gesticulent et se touchent le sexe de moins en moins discrètement. Hugo a les yeux rivés sur mes seins!


Moi, mère de famille modèle, cadre dynamique, femme mariée, croyante et respectueuse de certaines valeurs me retrouve en boxer seins nu devant mon fils et ses copains. Et le pire c’est que j’aime ça ! Je suis dans un état d’excitation inédit pour moi, et si je n’avais pas eu de culotte, ma mouille coulerait le long de ma cuisse. Mon fils, très en colère au début, me regarde maintenant avec intensité et nous échangeons régulièrement des sourires complices. Il semble excité par la vision de sa mère à demi-nue. C’est après tout un ados plein d’hormones qui, je suppose, fantasme aussi sur les mères de ses copains, les MILF comme disent les jeunes !


Revenons à mon strip-tease. Jusque là, je maîtrisais la situation et me disait qu’en demandant aux garçons un peu de discrétion, surtout s’il en voulait un autre un jour, la chose n’aurait pas de conséquence. J’eu donc envie de pousser un peu plus loin le strip et commençais à jouer avec mon boxer tout en me trémoussant de la manière la plus sexy possible, tordant du cul, me penchant vers un garçon puis vers un autre. Les gars étaient chauds mais ils devinrent hystériques quand je m’allongeai par terre, sur le ventre et leva ma croupe cuisses écartés pour leur tendre mon cul et ma chatte qui, même couverte, se devinait sans mal derrière le tissus trempé. Je passe un doigt sur mon sexe et l’enfonce légèrement dans mon vagin. Le tissu pénètre sans mal mon orifice béant et je commence carrément à me caresser le clito à travers la dentelle. Je décris des cercles et pousse des petits gémissements. Pendant une minute, je me masturbe sans penser aux ados en train de me mater et ne cherche que mon propre plaisir. J’accélère mon mouvement et gémi de plus en plus distinctement. Je suis à 2 doigts de craquer et de glisser ma main sous le tissu pour me faire jouir. Mais je reprends mes esprits et me dis qu’il est temps d’en finir. Je me relève et annonce aux garçons que ce boxer est décidément de trop !


Devant l’enthousiasme général, je baisse d’un coup mon boxer et me retrouve alors….. en string ! Hé oui, depuis le début, n’étant pas sur de jusqu’où j’oserais aller, je me suis gardé cette dernière parcelle de pudeur. Hors de question (au début) de me mettre complètement nue devant ces gamins en rut, cela devait rester un strip coquin ! Les regards sont alors surpris, un peu déçut, même celui de mon fils qui voulait voir, je pense, la chatte de sa mère. Je me dirige vers la chaine hifi, stop la musique et, faisant dos à mon assistance, leur tend une dernière fois mes fesses découvertes.


- le spectacle est finit les garçons !

- Oh non ! Vous pouvez pas vous arrêtez là ! Vous êtes trop belle madame, on veut vous voir nue !

- Dans vos rêves les gars… Hugo, tu peux aller me chercher un peignoir dans ma chambre ? Il s’en occupa sans rechigner, sans doute un soulager de la fin de strip, même si, lui aussi, aurait voulu me voir nue.

- A POIL, A POIL, A POIL, s’exclament-ils tous alors en cours comme des supporter à un match.

- Non les garçons ! Vous en avez assez eu !

- Sérieux, Séverine, continuez ! Vous êtes trop canon ! On dira rien à personne si vous vous mettez à poil. Hein les mecs ?


C’était Valentin qui parlait, le meilleur ami d’Hugo, 17 ans, 1m80 et beau garçon. Son sourire et ses arguments,commençaient à faire mouche, te tout aider par une excitation et une curiosité malsaine.


-Donc, si je comprends bien, j’enlève mon string et on en reste là ? C’est tout ?

- C’est ça et personne ne le saura jamais…

- Bon….. alors ok……

- Trop bien ! Merci !


C’était l’excitation qui avait parlé et aussi la curiosité de me mettre nue devant quelqu’un d’autre que mon mari ou mon gyneco… De beaux jeunes hommes pleins de vitalité qui manifestement me trouvait bandante : ça me plaisait !


Je me retourne donc, commence à baisser mon string en tortillant du cul, jambes serrées car il est hors de question que j’expose ma chatte comme une actrice porno. Une fois mon string à terre et mes fesses totalement nues, je commence à me retourner doucement pour leur montrer ce minou tend désirer et que j’avais, ça tombe bien, taillé ce matin en ticket de métro.


Je me retrouve donc nue face aux garçons et je découvre avec surprise qu’ils sont debout, en arc de cercle autour de moi, bites à l’air, tous en train de se masturber en me matant !!