Le site de l'histoire érotique

J'attire tout ce qui a une queue qui pend entre les pattes.

Chapitre 1

130
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 90 148 fois

Plus de 600 kilomètres. Je suis claquée. Depuis Paris jusqu’à Clermont-Ferrand puis l’A 75 et les petites routes de campagnes du sud-ouest du massif-central aux confins de l’Aveyron et de la Lozère, la route n’en finit pas. Comme disait l’autre, "c’est beau mais c’est loin".


J’aurais dû m’arrêter sur la dernière aire d’autoroute pour pisser.... pas classe, je sais... mais bon c’était une vraie envie de pisser. Il faisait très chaud. Très. J’avais bu énormément d’eau  en roulant... plus d’une bouteille. Et puis j’avais pris deux cafés bien longs.de quoi remplir une citerne.


Le GPS indiquait encore une heure de route à peu près, mais entre les troupeaux de vaches, les tracteurs et les déviations interminables pour cause de travaux improbables sur des routes où personne ne va, j’avais déjà une heure dans la vue.


J’étais attendue par le notaire le lendemain matin pour recueillir la succession d’un très lointain parent en partage avec un non moins très lointain cousin, Stefan Saintgeault de Havetel, qui était, avec moi, l’unique rejeton d’une très noble famille remontant aux croisades et que je ne connaissais ni d’Adam ni d’Eve, me l’imaginant vieux, sec et jauni comme les pages d’un grimoire, rébarbatif et antipathique, comme les portraits de mes aïeux qui ornaient l’appartement de mes défunts parents.


 J’avais résolu de dormir dans ma nouvelle propriété, la secrétaire du notaire m’ayant donné l’adresse de la" maison" en m’assurant qu’elle serait ouverte, que mon "cousin" d’ailleurs y serait sans doute déjà, mais que je ne devais pas m’inquiéter car la" maison" était assez grande pour deux,  qu’on aurait fait des courses et que je ne manquerai de rien car, de toute façon, le couple de vieux gardiens qui gardait le domaine du temps de mon oncle veillait au grain. On m’attendrait.


Je n’avais aucune envie d’y aller. D’ailleurs, je ne connaissais même pas cet arrière-grand oncle aux obsèques duquel je ne m’étais même pas rendue, faute d’en soupçonner l’existence.


Je n’étais qu’à deux kilomètres mais il était vraiment urgent d’uriner. Je pouvais tenir encore bien sûr mais je me dis que cela ferait moyen d’arriver et de devoir me précipiter vers les cabinets devant un arrière-cousin à moitié grabataire que je ne connaissais pas. En guise de présentations...


Un petit chemin avec une barrière défoncée cerné de haies hautes et épaisses se dessinait sur la droite. Pas d’hésitation, j’y vais.


Je m’arrêtai donc. Derrière la haie, à une dizaine de mètres, invisible de la route, il y avait un petite cabane, l’idéal pour être discrète. J’y entrai. Elle était occupée par un petit cheval bais, vigoureux, débonnaire, qui me considérait comme s’il m’avait toujours connue. Il prenait l’ombre. Je le saluai : "Salut Cheval" ! Il me répondit par un hennissement amical. Pendant ce temps j’ôtai précipitamment ma culotte et ma jupe de peur de les salir ou de les mouiller, puis je m’accroupis.


Je sentis cette satisfaction béate que procure le soulagement d’un besoin trop longtemps contenu, cette libération jouissive d’une oppression physique. Je fermai les yeux un cours moment et les rouvrit à cause du mouvement que je perçus auprès de moi.


Le petit cheval s’était rapproché. Habituée de l’équitation il me sembla que c’était un cheval camargue assez jeune.


Ma vessie achevait de se vider et j’apostrophai l’équidé: "Dites donc, mon jeune ami... quand on est bien élevé on ne s’approche pas ainsi de l’intimité d’une dame".


Il était de trois quarts face près de moi, si bien que je pouvais voir tout son ventre et, notamment, son énorme sexe qui était en train de sortir du fourreau, grossissant à vue d’oeil.

"Et bien ! En voila des manières ! Est-ce moi qui vous fait cet effet là"?


J’avais déjà vu des chevaux en érection, mais d’aussi près jamais. Je contemplai longuement l’énorme phallus, si beau, si tendu....Alors, il me vint, comme j’étais seule, l’envie de le toucher, une pulsion irrésistible. Je me dis que ce n’était pas raisonnable... mais bon,  j’étais seule...rien qu’une petite seconde... Je sortis la tête de la cabane pour voir si on pouvait me surprendre. Pas âme qui vive; alors je me retournai vers le grand poney qui m’avait suivie. Je me mis à genoux dans la paille et tendis la main vers le sexe. Je le caressai doucement. Il était chaud, terriblement long et gros, tout lisse et aussi solide que de l’ivoire. Il se laissa faire.


Je m’approchai davantage encore du cheval impassible. J’empoignai le gros vit des deux mains et me mis à le masturber, puis je soupesai les grosses couilles... je pensai à mon ex petit-ami, éjaculateur précoce, petite bite, petit con.  Ça au moins c’était du morceau... Et depuis trois mois que j’avais foutu ce trou du cul à la porte, pas le moindre mec. Je dois l’avouer, j’étais en manque de sexe... et le premier mâle auquel je m’intéressai depuis douze semaines n’était autre que ce petit canasson rencontré dans un abri au fond d’un chant clos de haies épaisses. Il faut dire que l’intérêt était visiblement réciproque.


Je me mis à remasturber l’engin. Mon compagnon à quatre pattes hennissait de plaisir, s’ébrouait lentement mais pas comme quand un cheval a peur, plutôt  comme lorsqu’ il est impatient... et je devinais cette impatience qui palpitait sous mes doigts.


C’était couru d’avance. Cet exercice de masturbation m’avait excitée. Je commençai à tremper et, avec deux doigts, j’écartai mes lèvres pour aider le berlingot tout dur et ultra sensible à bien s’en extraire. Et, quand je ne mobilisais pas mes deux mains autour de la grosse queue, je trouvais le moyen de bien me chatouiller la chatte.


J’eus le désir de le voir éjaculer alors j’accélérai le mouvement mais la position était assez inconfortable et il ne semblait pas près d’aboutir... et si ? Non, non.... et pourquoi pas... personne... alors je me débarrassai de mon chemiser et de mon soutien-gorge et enserrai le gland entre mes nichons. Je bavai dessus pour lubrifier un peu et masser la grosse extrémité qui sentait fort. Ce n’était pas facile car ma tête heurtait sans cesse les flancs de l’animal qui était trop haut pour que je m’allonge sous lui et, si je sortais la queue de dessous le ventre comme sa longueur le permettait, elle reprenait sa place dès que le membre échappait à la pression de mon opulente poitrine.


Oui, évidemment, si.... Oh qu’est-ce qu’il m’arrivait ? Etais-je folle ? Au point où j’en étais... je pris la bite d’une main et me mit à la lécher. La forme singulière du gland équin et sa grosseur ne m’empêchèrent pas cependant de l’avaler, quoiqu’avec difficulté, mais je me mis quand même à le sucer avec ardeur pour le lubrifier. Puis, quand le bout fut bien humecté, j’en frottai mes seins tout en continuant à  branler la colonne vigoureusement.


Je trouvai cela délicieux et je me demandai bien comment ce coup de folie ne m’avait jamais pris plus tôt. Je me jurai bien d’y revenir à l’occasion... enfin, il me fallait quand même juger de la fin d’abord.


Je faisais l’amour à un cheval, je le faisais avec gourmandise. J’étais au bord d’un orgasme clitoridien que je retardai en me caressant moins. Je savourai ce moment, non seulement que je n’aurais même pas imaginé en fantasme avant de m’arrêter ici, mais même qui m’aurait dégoutée rien que de l’évoquer... J’étais heureuse, contente du moins. Autour, le monde n’existait plus... jusqu’ à ce qu’il se rappelle brutalement à moi.


"Dites, ça vous dirait pas de me sucer aussi "?


Je me retournai. D’où venait-il ? Je n’avais rien entendu. Appuyé contre la paroi de planches, la chemise ouverte, le jean et le slip sur les chevilles, jambes légèrement écartées, un mec était en train de se pignoler lentement.


Il était magnifique. Environ 25 ans. Grand, très athlétique, blond avec des yeux d’un bleu profond, une barbe de trois jours... un canon. Il me rappelait vaguement quelqu’un, mais qui ? Un acteur peut-être ?


Je restai tétanisée...


Il reprit :

"Oui, enfin si vous voulez bien. Je me suis dit que tant qu’à sucer le poney, vous pouvez bien sucer le propriétaire... Il n’y aura pas jalousie je pense... ou peut-être si, la mienne...".


- Ah parce que ce cheval est à vous ?


C’est tout ce que je trouvais à dire, toujours à genoux, tenant le sexe en érection dans la main et pleine de salive du menton jusqu’au bout des seins.


"C’est un poney camargue à ce qu’il parait, et oui, il est à moi. Mais je vous en prie, continuez. Il n’y a pas de mal. C’est la première fois que je vois cela et, comme vous le voyez, cela m’excite franchement...alors si vous voulez bien...".


Il avait dit cela le plus naturellement du monde tout en se rapprochant de moi.

"Bien sûr, mes mensurations sont plus modestes que celle de votre nouvel amant...".


J’hésitai un court instant. Un sentiment de honte m’avait écrasé d’un coup. J’aurais voulu disparaître à cent pieds sous terre. Mais il me sembla que lui donner satisfaction me permettrait de reprendre une certaine contenance. D’ailleurs, pourquoi refuser ? Il était tellement beau ce garçon. Il avait l’air si gentil. Je me mis donc pomper sa belle bite comme si j’en avais une longue habitude.


" OOOOh putain... c’est bon....hmmmm".

Il me posa délicatement les mains sur la tête pour me guider dans une douce irrumation.


Pour autant, je n’oubliais pas le poney et j’alternais tantôt l’un, tantôt l’autre. Pendant que je suçais le cheval, le mec lui parlait : "Tu te rends compte mon bon Marbrac.... une jolie dame comme ça pour toi et moi. C’est notre jour de chance hein" ?


Cependant, les soins que je prodiguais au cheval depuis un long moment déjà commençaient à produire leur effet. Il s’agitait, soufflait de plus en plus fort et, tout en lui bouffant le dard, je sentis son gland grossir et compris que l’afflux de semence arrivait. Je le retirai juste à temps pour ne pas tout avaler et prendre le risque de m’étouffer mais reçus quand même des jets puissants et abondants en pleine bouche, sur le visage et sur la poitrine.


Le propriétaire exulta : "Wouah, c’est super ça... permettez" et, sans que je puisse réagir, il mit sa bite dans ma bouche encore pleine de sperme.


"Ouiiiii. C’est bon, c’est chaud.... Ouiiiiiiiiiiii... Vous voulez bien me prendre entre vos seins" ?


Je pratiquai ainsi une jolie branlette espagnole. J’y étais habituée. La taille de ma poitrine ayant toujours suggéré à mes petits copains cette délicate jouissance. Le foutre du poney y jouait le rôle d’une vaseline et la pine coulissait aisément.


"Oh la vache... c’est hyper bon... si j’avais une capote... je vous...ouh Ouiii"


Et il se retira pour se remettre dans ma bouche : "Attention... j’éjacule.... ooooooo........ooooooaaaaaa... ".Il me laissa prendre l’initiative. Je ne le laissai pas décharger les premiers jets sur ma langue puis je m’écartai et les dernières larmes, moins fournies, s’écrasèrent sur mon nez et mes joues.


"oh putain, vous m’avez eu là... j’ai pas pu résister... si vite...."


Je me remis debout difficilement , les jambes ankylosées par la station à genoux.


Je réalisai alors que j’étais recouverte de jute, de la tête au nombril. La honte me reprit

"S’il vous plait... pourriez-vous aller à ma voiture sur la route me chercher une serviette ? Il faut que je m’essuie. Je ne peux pas arriver comme ça. On m’attend"!

- Il va vous falloir autre chose qu’une serviette.

- Comment ça ?

- Si votre mari vous attend, vous pouvez être sèche si vous voulez, mais vous aurez du mal à lui expliquer d’où provient cette forte odeur de sperme !

- Ce n’est pas mon mari... je ne suis pas mariée... ah lala... merde... Vous avez raison. Comment vais-je faire ?

- Ecoutez... accompagnez-moi. J’étais venu chercher Marbrac pour le ramener à l’écurie. C’est à 500 mètres par les champs et la forêt. Personne ne vous verra, vous vous doucherez et je vous ramènerai à votre voiture...


Je n’avais pas le choix. Je pensais bien qu’arrivés chez lui, il en profiterait pour me sauter. Il avait largement le temps de se remplir à nouveau les couilles, mais l’idée ne me dérangeait pas. Il était vraiment bien gaulé.


"Mais, lui dis-je, je ne peux pas remettre mes vêtements trempée comme je suis. Il faut bien m’essuyer d’abord".

- Ne vous habillez pas. Vous sécherez en route et je vous prêterai de quoi vous vêtir pour redescendre.

- Mais si on nous voit ?

- Aucun danger vous dis-je. On est chez moi. D’ailleurs, pour vous convaincre, je remonte nu moi-même. Tenez, montez sur le poney. Ce n’est pas très long, mais à partir du bois ça grimpe assez dur. C’est pour cela que la route est plus longue. Elle contourne la colline. Il faut deux kilomètres.

- Vous êtes sûr ?

- Vous n’êtes pas d’ici non plus vous ? Sans cela vous verriez. D’ailleurs à cette heure, tout le monde doit recherchez le frais chez soi au village... Allez montez.


J’obéis, un peu inquiète quand même.


Je montai à cru. Le crin de cheval et sa sueur me chauffaient les cuisses, le cul et l’entre-jambe. Le balancement du cheval me déportait légèrement de droite et de gauche. Mon sexe inassouvi s’enflammait encore.


Il fut difficile de rompre le silence. Une certaine gène s’installa. L’homme marchait, tenant le cheval par le licol. Je voyais son dos magnifique où la sueur perlait sous les rayons du soleil couchant.


Je pris la parole... moins pénible que le silence.


" Vous savez... c’est la première fois... je... je ne sais pas ce qui m’a prise..."

- Ne vous excusez pas. Chacun fait ce qu’il veut. D’ailleurs ça ne fait de mal à personne. Me dit-il en se retournant avec un large sourire.

- Et puis, reprit-il, vous êtes tellement belle. Sur le cheval, là, on dirait lady Godiva. Et donc, vous n’êtes pas mariée ?

- Non.

- Un petit ami, un fiancé ?

- Rien pour le moment.

- Si, un cheval.

- Mais je vous jure... je ne sais pas pourquoi... c’est la première fois...

- Je vous charrie... Rassurez-vous... Et sucer un inconnu, c’est la première fois aussi ?

- Aussi... Vous ne m’avez pas laissé le choix compte tenu du contexte.

- Je ne regrette pas... et vous ?

- ..... C’est encore loin ?

- Non... non... on y est bientôt... Et donc, vous, vous regrettez ?

- Mais loin comment ?

- D’accord, d’accord... je ne vous embête plus.

- Et vous, vous vous faites turluter par toutes les inconnues qui passent.

- Non... c’est la première fois aussi... mais si elles étaient toutes aussi belles que vous, ce serait bien plus souvent... et expertes !

- -N’exagérons rien !

- Tutututtt ! Je sais ce que je dis. D’ailleurs, il n’y a qu’à demander au cheval... Hein mon pépère, elle suce bien la dame ? Hein elle ta bien fait cracher tout ton foutre ?


Et comme si il avait compris, le cheval hennit.


Cependant, nous sortions du bois. La pente s’adoucissait. Nous entrâmes dans une vaste parc à l’anglaise en haut du quel se trouvait un splendide château avec des éléments architecturaux allant du moyen-Âge au XVIII ème siècle.

"Ouah Joli, dis-je" !

- Et oui, bienvenue chez moi.... A merde, j’avais oublié.

- Quoi ?

- En fait, je ne suis pas totalement chez moi. Je viens d’hériter de cette propriété qui appartenait à un cousin de mon arrière-grand père, mort plus que centenaire. Je suis arrivé avant-hier et je dois accueillir une lointaine cousine que je ne connais même pas... Si cette emmerdeuse est arrivée ou si elle arrive bientôt, elle ne pourra pas vous voir comme cela.


Je compris immédiatement que j’étais parvenue à destination, et si j’avais l’impression de connaître déjà ce beau jeune homme, c’est tout simplement qu’il me rappelait des visages familiers vus sur les tableau de notre lignée;

"Allons-y ! Je suis sûre qu’elle n’est pas encore arrivée". Repris-je.

- Ah oui ? et si elle l’est, on fait comment nus et couverts de sperme ?

- L’emmerdeuse n’est pas arrivée, cher Stefan, car l’emmerdeuse c’est moi !


Il se retourna et s’arrêta.

"C’est toi" ?

- Lucie Saintgeault de Hatevel, en personne.

- Ah la vache ! Ça pour une rencontre, c’est cool !

- Alors c’est chez nous ?

- Oui, en attendant ce que le notaire nous dira demain.

- On va pouvoir faire mieux connaissance ce soir alors.

- J’y compte bien ! A ton avis, ça met combien de temps à se recharger les couilles un poney ?

- Je ne parlais pa de ça....

- Moi si... Quand on arrivera à l’écurie, j’attacherai le cheval avec les autres et je regarderai rapidement si les gardiens sont dans le coin.

- Il y a un risque ?

- En principe non. Ils sont vieux et t’attendent au pavillon d’entrée à 200 mètres du château. C’est pour cela que j’étais aller chercher le poney.


Tout était comme il l’avait dit. Nous traversâmes la cour. Quand nous entrâmes dans le vaste vestibule, un immense chien noir se jeta sur nous.


"Tout beau, Adalbert, tout beau.... c’est mon chien... viens, les chambres sont par là".


Le monumental escalier nous conduisit au premier étage où une vaste chambre m’attendait.


Elle était vieillotte. Au dessus de la cheminée, une grande glace me renvoyait mon image. J’étais décoiffée. J’avais des boulettes de sperme dans les cheveux, sur les poils pubiens et mes seins étaient recouverts d’un nappage blanc qui séchait.

" Oh... je suis hideuse. Quelle honte"!


Stefan s’était mis derrière moi. Il avança la tête sur mon épaule, joue contre joue et me prit les seins.


"Tu es la plus belle femme que j’ai jamais vue... la plus libérée aussi... je crois que nous allons bien nous entendre".


Le chien lui s’était immiscé dans notre conversation. Il me reniflait la moule, par l’odeur alléché et me tenait à peu près ce langage : "J’ai envie de te monter". Sa truffe s’écrasait maintenant contre ma chatte.


"Stefan. Ecarte ton chien s’il te plait"!

Pourquoi ? Tu as bien sucé un poney ! Tu peux bien te faire lécher par un chien !


Le chien comprit semble -t-il cette autorisation et il me passa un premier coup de langue sur la raie.


A suivre