Le site de l'histoire érotique

Aude soumise

Chapitre 4

Sevrage

31
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 11 068 fois

31

6

Nous récupérons nos affaires respectives et quittons le bureau. J’ai un peu de mal à me déplacer avec le plug anal coincé entre mes fesses mais mon excitation est à son comble. Serge marche dans le couloir juste un peu devant moi ; il y a un mois je le connaissais à peine et aujourd’hui je viens d’accepter d’être sa soumise ! Cela m’étonne encore moi-même mais je ne peux plus renoncer, j’ai fait un choix qui me donne l’impression d’un retour en arrière impossible.

Nos bureaux sont au 8ème étage. En arrivant devant l’ascenseur, Serge appuie sur le bouton d’appel et se retourne vers moi avec un large sourire.


- Après toi, je t’en prie.


Nous montons dans l’ascenseur, les portes se referment derrière nous.


- Nous allons prendre ma voiture au parking sous-terrain. Le fantasme de l’ascenseur, ce sera pour une autre fois, il y a des caméras de sécurité dans celui-ci.

- C’est vrai, je n’avais jamais fait attention !


Nous nous retrouvons au deuxième sous-sol. Serge prend place au volant et je monte à ses côtés, un peu silencieuse.


- Tu as le droit de parler Aude, tu dois juste avoir toujours à l’esprit que je suis ton maître et qu’en tant que tel tu me dois obéissance, respect et soumission totale ; on dit que les chiens sont les meilleurs amis de l’homme et qu’ils n’ont dans leur vie qu’un maître. Toi, tu es ma chienne. C’est aussi simple que cela est-ce bien clair pour toi ?

- Oui maître, j’ai compris. Je serai votre chienne obéissante, soumise et dévouée. Puis-je vous demander où nous allons maître. Vous y avez sans doute pensé mais nous avons une réunion importante à 14h30.

- Oui et c’est pour cela que nous partons plus tôt. Il est 11h30, nous serons de retour vers 14h sans faute. Tu m’as dit que ton mari rentrait tard et qu’il est parti pour la journée. C’est bien ça ?

- Oui maître mais pourquoi cette question ?

- Nous allons passer chez toi, je veux voir où tu vis et que tu me présentes ta garde-robe afin que je puisse avoir des exigences précises pour les jours à venir.


Je suis un peu désarçonnée par cette demande et mon étonnement doit se voir sur mon visage.


- Aude, je ne vais pas tourner autour du pot. Je compte commencer ton dressage rapidement, je ne vois pas l’intérêt de commencer soft avec toi. Il y aura une progression dans ta soumission mais autant faire vite, je sais que tu vas y parvenir et en plus tu vas aimer cela en bonne petite chienne que tu es.

- Oui maître dis-je en baissant les yeux. Je vous indique le chemin.

- Inutile, je te rappelle que j’étais présent quand nous t’avons raccompagnée chez toi l’autre soir.


J’habite en proche banlieue parisienne, nous effectuons le trajet rapidement en voiture. Au gré des changements de vitesse, il pose régulièrement sa main sur mon genou gauche et me caresse le haut de l’entre-jambe comme le ferait un simple amant. Son contact est doux mais en même temps d’une fermeté incroyable. J’ai à nouveau l’impression d’être incapable de dire « non » à mon maître, en fait j’ai le sentiment qu’il me domine naturellement. Quelle sensation étrange de ressentir une telle emprise. Je n’aurais jamais cru cela possible me concernant.

Serge se gare au coin de ma rue puis nous entrons…


- On se sent bien chez toi, j’aime ta décoration moderne et sobre. C’est bien, tu as beaucoup de goût. Ferme la porte à clé derrière nous et retire tes vêtements. Tu ne gardes que le plug.

- Oui maître.


C’est une tempête dans mon crâne. Je suis en train de me déshabiller, de me mettre nue dans l’entrée de ma maison. Je ne peux empêcher mon cœur de battre la chamade mais je m’exécute. Je sens l’excitation qui monte aussi ! Je suis enfin nue…un plug anal dans le cul.


-Parfait ma petite chienne, je vais t’inspecter un peu, pose tes deux mains sur ta tête et écarte les jambes le plus possible. Oui c’est parfait ! Tu es vraiment belle tu sais et tes seins sont magnifiques. Je m’occuperai bientôt d’eux.


Serge me contourne, je suis immobile… Il pose ses mains sur mes fesses et les écarte. Il passe ensuite la paume de sa main entre mes fesses et retire le plug anal doucement, lentement. Il glisse à sa place deux puis trois doigts bien jusqu’à leur maximum.


-Tu es une vraie chienne, ta chatte est trempée, ton anus souple et dilaté. Les deux me paraissent juste serrés comme j’aime. Tu es la chienne idéale.

- Oui maître, je suis la chienne que vous ferez de moi.

- Maintenant, tu vas me faire visiter ta baraque en terminant par ta chambre et ta garde-robe. Cependant, avant tu vas porter ceci…


Serge ouvre le sac à dos en cuir qui l’accompagne depuis que nous avons quitté la voiture. Il l’ouvre en sort une laisse métallique et un collier en cuir noir large.


-C’est un collier maître !

-Oui ma chienne, tu vas le passer afin que je puisse te promener comme bon me semble. Tu le porteras à chaque fois que je te l’ordonnerai.


Serge me passe le collier autour du cou, l’ajuste au plus près de ma peau puis y attache la laisse à l’aide de l’anneau situé sur le dessus du collier.


-C’est parfait, allons-y !


Nous visitons le rez-de-chaussée en passant rapidement par la cuisine, le salon et mon bureau. Serge entre dans chaque pièce en me précédant, il est silencieux et tire quelquefois sur la laisse pour m’inviter à poursuivre la visite. Il est concentré, j’ai l’impression qu’il mémorise la position de chaque meuble, la configuration de chaque pièce.


-Ta chambre est à l’étage ?

-Oui maître, c’est une suite parentale avec salle de bain et dressing.

-Passe devant nous y allons.


Je monte les escaliers nue et tenue en laisse pour arriver à la porte de ma chambre. Encore une fois c’est Serge qui pousse la porte et entre en me tirant derrière lui.


-Oui… c’est parfait ma chienne. Tu vas rester ici pendant que je visite seul ta garde-robe. Je veux tout voir, tes vêtements, sous-vêtements, chaussures, … Absolument tout. Je vais prendre quelques photos qui me seront très utiles. Tu apprendras aussi à m’attendre dans la position que j’exigerai de toi. C’est pourquoi, tu vas te cambrer un peu poser tes mains contre le mur et écarter les jambes.


Je m’exécute et écarte les jambes le plus possible après avoir posé les mains contre un des murs de la chambre.


-C’est bien ma chienne, tu es obéissante, j’aime cela.


Serge lâche la laisse et pénètre dans le dressing. J’aperçois quelquefois la lueur du flash de son téléphone, j’entends le bruit des tiroirs qu’il manipule ainsi que celui caractéristique des cintres qu’on déplace… Au bout de dix bonnes minutes, il ressort, et se plante devant mon lit conjugal.


-J’aime les grands lits ma chienne, de quel côté dort ton mari ?

-A droite maître, juste de ce côté.


Serge saisit alors à nouveau la laisse et en tirant me force à me redresser.


-Installe toi de son côté à genou ma chienne, dans tout bon dressage il faut un peu de sevrage. Et puis là tout de suite j’ai besoin de prendre un peu de plaisir avant de reprendre le travail. Je ne vais pas t’en donner aujourd’hui, ce n’est pas le sujet. Je vais te baiser sur ton lit, exactement là où dort ton mari. Cela va t’aider à lâcher prise plus rapidement.


Je m’installe à genou sur le lit. Mon corps est sujet à des tremblements, je suis gagnée par l’émotion.


-Maître, est-ce vraiment nécessaire de faire cela ici ? Je vous serai soumise quoiqu’il arrive…


J’ai à peine terminée ma phrase que Serge m’assène une grande claque sur les fesses. Prise par surprise je pousse un cri…


-Ta question contient la réponse. C’est indispensable. Ecarte bien les cuisses et pose ta tête sur le lit.


Je n’ose plus rien dire, je pose ma tête sur le lit entre mes mains et j’entends Serge se déshabiller puis se placer derrière moi. Sans ménagement, il présente son sexe dressé à l’entrée de ma chatte et me pénètre jusqu’à la garde. Il me tient fermement par les hanches et reste ainsi un moment tout au fond de moi. Je sens son sexe palpiter en moi… En même temps le parfum de Bastien sur l’oreiller…Je ferme les yeux !


-Tu as un cul magnifique ma petite chienne, j’en ferai bon usage. J’ai vu au premier coup d’œil tout le potentiel qui est le tien. Ton dressage va être exemplaire.


Tout en parlant je sens qu’il replace le plug à l’entrée de mon anus et l’enfonce lui aussi en butée. Son sexe dans ma chatte et le plug dans le cul.


-Bon, l’heure tourne et on nous attend.


Sans prévenir Serge commence un mouvement de va-et-vient. Il me possède littéralement, ma chatte l’aspire totalement tant elle est lubrifiée. Ses couilles claquent contre mes fesses, je sens son excitation qui monte.


-Tu es bonne ma chienne, tu ne verras plus cette chambre ni ce lit de la même façon à l’avenir. Il faut que tu passes par là pour te préparer à ce que je te réserve pour ce week-end.

- Oui maître, dis-je dans un souffle.


Après trois bonnes minutes de ce traitement, Serge retire le plug, retire son sexe de ma chatte et me sodomise avec délicatesse cette fois-ci. Il pousse sa bite à fond en moi, j’en ai le souffle coupé. Dans la foulée, il s’allonge sur moi en m’écrasant de tout son poids et je me retrouve à plat ventre sur le lit avec son sexe palpitant tout au fond de mon cul. Il ne bouge plus.


-Je viens ma chienne, je veux que tu dises que ton cul est à moi et que c’est un honneur que je te fais.


Je sens soudain la décharge de Serge au fond de mon cul, chaude et longue… Je suis totalement sous son emprise !


-Je t’écoute petite chienne !

-Maître c’est un honneur de vous recevoir dans ce cul qui vous appartient désormais. Je suis votre chienne maître, je suis votre soumise, vos volontés sont les miennes…

-Parfait tu commences à comprendre.


Serge se redresse et se relève.


-Reste sur le ventre Aude !


Il se penche vers moi et replace le plug anal dans mon cul.

Voilà, nous allons nous rhabiller, tu vas mettre cette culotte noire que j’ai prise dans ta garde-robe. Pas de string exceptionnellement ! Je veux que tu gardes ce plug bien en place jusqu’à ce soir avec mon jus en toi.


-Oui maître.


Serge tire sur la laisse et je me relève. Il me tend la culotte, je l’enfile. Il se rhabille et nous redescendons. Je passe également mes vêtements éparpillés dans l’entrée puis mon maître retire mon collier qu’il range dans son sac à dos.


-Retournons bosser un peu Aude, une nouvelle vie commence pour toi ma chienne.


Nous sortons de la maison, et reprenons la route du bureau.


-Ce soir, je veux que tu lises tes mails, j’aurai des informations importantes à te donner…des instructions précises pour les jours à venir. J’ai à faire pour préparer ce séminaire auquel tu vas participer !


Je baisse les yeux, Serge est si sûr de lui, je ne saurai pas résister même si je le voulais…


-Oui mon maître, vos instructions seront des ordres.