Bonjour

Voir mon profil Se déconnecter
Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

La babysitter (1)
Fantasme
Lesbienne
Auteur :
Catégorie : Lesbienne
60
60pts
[ Chapitre : 1 - 2 ]
La babysitter
Emeline a 18 ans, jeune fille de province montée sur Paris pour effectuer son stage de licence depuis un mois.

C’est une fille de taille moyenne, fine avec des formes plutôt généreuses (une poitrine d’un bon 95C, un cul rebondi), des cheveux longs et noirs avec une peau assez mate. Elle attire souvent les regards des hommes mais n’a eu que quelques copains qui n’ont pensé qu’à « se la faire ». Elle est donc toujours vierge et cela commence à lui peser.
Curieuse et tout de même coquine, Emeline a souvent surfé sur des sites porno et se masturbe en regardant des vidéos. Cependant, au fil du temps, ses orgasmes qu’elles se procurent ne lui suffisent plus, elle veut plus !

A son arrivée sur Paris, elle emménage dans un petit appartement de 18m² du 20ème arrondissement, au loyer « modeste » de 650€ par mois. Autant dire qu’avec ses parents qui ne roulent pas sur l’or et son salaire de stagiaire, les fins de mois sont difficiles.
Un soir, en allant laver son linge à la laverie du quartier, elle voit une petite annonce qui l’intéresse.

« Femme cherche jeune fille pour effectuer des babysittings chaque vendredi soir de 19h à minuit voire plus certains soirs, salaire de début : 25€, peut augmenter si satisfait.
Contact au : 06 XX XX XX XX »

Emeline saisit son portable et compose le numéro, après deux sonneries, une voix de femme répond.

- Oui allo ?
- Bonjour Madame, je me présente, je m’appelle Emeline, je suis une jeune fille de 18 ans et je viens de tomber sur votre annonce de babysitting…

La discussion suit son cours et au final, un rendez-vous est convenu pour le lendemain soir pour une première rencontre.
Le lendemain, Emeline se fait pimpante, robe noire, maquillée. Mais elle fait attention de ne pas paraître pour une pute.
Arrivée à l’heure précise au domicile de la femme, Emeline sonne. Une femme d’une 50aine d’années lui ouvre. Emeline ne peut s’empêcher de la détailler, c’est une très belle femme, blonde, forte poitrine très bien conservée.

-Bonjour madame, je suis Emeline.
-Enchantée jeune fille, moi c’est Florence, entre donc.

Emeline rentre dans l’appartement, et s’installe sur le canapé en cuir du salon. Elle voit un petit garçon de 5 ans jouer au milieu.

- Voici Eliès, mon fils, Eliès, dit bonjour à Emeline.

La jeune fille va vers le petit et lui fait un bisou, Eliès a un sourire et retourne a ses jouets.

- Bien, désires-tu boire quelque chose ? Alcool, soda, jus de fruits, cafés ?
- Un café s’il vous plaît.

Les deux femmes boivent leur café et discutent. Florence explique qu’elle cherche quelqu’un pour s’occuper de son fils les vendredi soir car elle a souvent des réunions de travail dans des grands restaurants avec d’importants clients.
Après une heure de discussion sur les modalités du travail et sur la vie d’Emeline, Florence déclare qu’Emeline fera l’affaire. Tout à coup, le portable de Florence sonne.

-Emeline, je suis désolé, je dois m’absenter une heure ou deux, peux-tu garder Eliès, ça fera une première expérience. Tu as juste a le faire manger et le coucher juste après, son diner est au frigo. Je te paye 20€ pour le dérangement.

-Pas de problèmes je n’avais rien de prévu.

Florence s’en va, et Emeline se rend dans le frigo et fait réchauffer le diner du petit. Elle le fait manger ensuite avec une grande facilité, Eliès est très obéissant et sage.
Après l’avoir fait manger, elle va le coucher et s’assure qu’il s’endorme bien.

Après s’être occupé du petit, Emeline s’occupe de ranger les jouets du petit et visite l’appart. Elle passe devant la chambre de Florence mais n’y entre pas par respect. Cependant, elle aperçoit un objet rose qui accroche son œil. Intriguée et pour être sûr d’avoir bien vu, elle entre dans la chambre et aperçoit un gode sur le lit. Aguichée malgré elle, elle se saisit du gode, il était de taille moyenne mais assez gros (environ 15*6cm), veineux et légèrement collant. Emeline le renifla, il dégageait un léger parfum de cyprine, Florence avait du s’en servir dans la journée. Excitée, Emeline le reposa et elle aperçut sur la table de chevet un magazine porno, elle le feuilleta et surprise, elle ne vit pas de photos d’hommes avec d’immenses sexes mais des femmes léchant d’autres femmes, en baisant d’autres équipées d’énormes godes ceintures. Florence était elle lesbienne se demanda Emeline. En continuant à lire le magazine, elle atterrit dans une section plus trash, du BDSM lesbien. Cependant, l’heure tournait et Florence ne tarderait pas à rentrer, l’entrejambe en feu, Emeline remit bien tout à sa place et alla dans le salon. Bien lui en prit car Florence rentra cinq minutes après.

-Je suis vraiment désolé pour cet imprévu, tout s’est bien passé ?
-Très bien, Eliès est un ange.
-Encore merci, tu peux commencer demain si tu veux, voila déjà ton argent pour ce soir.
-Entendu, merci et a demain.

Emeline rentra chez elle, a peine arrivé, elle se jeta sur son PC et regarda des vidéos de lesbiennes en se masturbant frénétiquement. Etait-elle elle aussi lesbienne ? On verra bien se dit-elle, en tout cas elle eut un orgasme comme elle n’en avait plus eu depuis longtemps.

Le lendemain, Emeline alla a son travail et le soir, se rendit chez Florence à 19h.

-Bonsoir Emeline ! Comment vas-tu ?
-Très bien merci et vous ?
-Très bien aussi, je dois y aller, tout est prêt dans le frigo, je pense rentrer vers minuit.

Florence s’en alla et Emeline vaqua aux occupations du babysitting, elle nourrit le petit, le coucha et elle se posa sur le canapé, avec une furieuse envie de se masturber, Florence occupait ses pensées et la faisait mouiller. Lentement, les doigts d’Emeline descendirent vers son vagin, son string était déjà trempé, elle le fit glisser, recueillit de la mouille sur ses doigts et les porta à ses lèvres. Mais elle en voulait plus, elle se rendit dans la chambre de Florence mais le gode n’était pas sorti, de même que le magazine. Oubliant toute décence, Emeline se mit à poil et fouilla la chambre, rien dans l’armoire, sous le lit, sous l’oreiller mais la table de nuit fut fructueuse. Dans les tiroirs, elle trouva non pas un mais plusieurs magazines qu’elle sortit, ces revues étaient accompagnées de 4 godes. Le premier était celui d’hier, le deuxième était un gros double gode qui faisaient 30cm sur 4, le 3ème était un gode ceinture et le 4ème était un chapelet de billes de plus en plus grosses. Emeline avait déjà vu ce genre de gode dans des films où des filles se mettaient ces billes dans le cul.
Le dernier tiroir de la table de nuit comportait une dernière surprise, un album photo et pas n’importe quelles photos ! On y voyait Florence embrasser une jeune fille blonde, la prendre sauvagement avec le gode ceinture, Florence reliée cul à cul par le double gode avec une grosse black, Florence recevoir un jet de cyprine en pleine bouche, etc… Emeline n’en pouvait plus, elle se saisit du gode rose et se l’enfonça directement dans le vagin. Elle se goda furieusement pendant un bon quart d’heure avant de jouir. Elle recueillit sa mouille et se l’étala sur les seins avant de se rhabiller, ranger tout à sa place et de s’allonger sur le canapé.

-Emeline ! Réveille-toi !

Emeline ouvrit les yeux, le visage de Florence était au dessus d’elle, elle avait du s’endormir.
-Tout s’est bien passé ?
-Très bien merci, votre soirée était bien ?
-Plutôt barbante mais j’ai connu pire.
-Bien, je vais y aller du coup.
-Ne pars pas si vite voyons, acceptes donc un verre. Du Brandy sa te dit ?
-Volontiers.

Florence servit deux verres et les deux femmes trinquèrent et papotèrent de tout et rien, jusqu’à ce que Florence demande si Emeline avait un petit ami.

-Non, je n’en ai pas. Les derniers que j’ai eus n’ont pensé qu’à m’ajouter sur leur liste, je fuis un peu les hommes maintenant. Et je n’ai pas vraiment le temps d’en rencontrer d’autres.
-Je te comprends, moi-même après mon divorce j’ai fuis les males et je continu d’ailleurs car j’ai découvert autre chose, les femmes !

La discussion prenait un autre tournant, Emeline se pencha et questionna Florence.

-Ah oui, comment ça ?
-Allons, ne fais pas l’innocente Emeline, je suis lesbienne, j’aime faire l’amour aux femmes, c’est tellement meilleur, plus intense, plus doux. Enfin il m’arrive encore de me taper un homme mais c’est vraiment exceptionnel. Tu n’as jamais testé avec une de tes amies.
-Jamais, je suis d’ailleurs toujours vierge, j’ai peur de franchir le pas.

Florence resservit un verre, l’alcool déliait bien les langues des deux femmes.

-Tu es toujours vierge, j’ai du mal à le croire, une si belle jeune fille ! Au fait, il t’arrive souvent de te promener sans culotte, dit Florence avec un sourire en coin.

Emeline devint rouge comme une pivoine, elle avait en effet oublié de remettre son string qui se trouvait d’ailleurs à côté de Florence.

-Je… Je… je suis désolé, je ne sais pas quoi dire.

Florence se leva, se saisit du string et alla s’asseoir à côté de la jeune fille. En plongeant son regard dans le sien, elle amena le string devant son nez, le renifla et déclara :

-Alors ne dis rien.

Et la, Florence l’embrassa. Surprise, Emeline ferma ses lèvres puis en sentant la langue de Florence sur ses lèvres, elle les ouvrit. La langue inquisitrice s’aventura dans la cavité buccale d’Emeline et s’enroula autour de la sienne. Emeline répondit à ce baiser passionné en propulsant sa propre langue dans l’autre bouche. Les deux femmes s’embrassèrent longuement, les mains de Florence commencèrent à caresser les bras d’Emeline, puis à saisir les bretelles de sa robe pour les faire glisser. Elle se leva, la jeune fille aussi. La robe d’Emeline glissa au sol, de même que son soutien gorge. Florence se jeta sur les seins fermes et rebondis et commença à les dévorer. Emeline gémit en caressant les cheveux de Florence. Après avoir longuement téter les mamelons, Florence embrassa et lécha tout le ventre d’Emeline avant de descendre plus bas, elle embrassa ses jambes, descendit sur les pieds puis remonta au niveau du vagin avant de se jeter dessus et saisir le clito entre ses dents tout en insérant deux doigts dans la chatte d’Emeline. La jeune fille faillit crier mais se retint, le petit dormait. Ses jambes tremblaient, elle s’assit donc pendant que son hôtesse lui procurait un cunnilingus digne des plus grands films porno. Après à peine une minute, Emeline jouit et sa jouissance fut tellement intense qu’elle inonda le visage de Florence.

(à suivre…




Catégories
Top Recherches
Forum