Le site de l'histoire érotique

Chantage en famille- La Cage

Chapitre 1

L'arrangement

65
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 32 482 fois

65

5

Introduction- le père



Comment aborder la sexualité avec ses enfants ; nos 10 positions préférées pour varier de la levrette ; le candaulisme, une étape indispensable à l’épanouissement couple ?


Décidément, la salle d’attente est toujours remplie de magazines féminins orientés vers le sexe. Ce n’est pas pour me déplaire habituellement, surtout que la psychologue qui s’occupe en ce moment de mon fils est plutôt bien roulée. Chaque fois, je me propose naturellement pour accompagner Damien pour sa séance hebdomadaire, juste pour avoir la chance d’admirer ses formes délicieuses.

Au moins, ça compense un peu la frustration de devoir amener mon fils ici toutes les semaines. Chaque fois, c’est le même refrain depuis cinq ans. Mon fils est « un jeune à problème », il a enchaîné les procès en tribunal de la jeunesse, mais depuis sa majorité il doit porter un bracelet électronique et ne peut pas sortir de la maison.


« Il n’est pas bien, il faudrait faire quelque chose … »


Et à chaque fois l’on s’exécute dans la famille. L’ambiance à la maison est morbide. Damien, du haut de ses 20 ans, ne prend pas du tout soin de lui. Ses cheveux sont longs et gras, il se lave peu et se plaint en permanence. Il ne peut presque pas sortir de la maison, alors il passe ses journées à se muscler avec son matériel et à se branler dans sa chambre. Avec sa mère, on désespère un peu de la tournure qu’il a pris.


Sa sœur, Eva, vit mal son début de majorité. Il faut dire qu’à 18 ans, recevoir quotidiennement des ordres de son impoli de frère, ça a de quoi mettre de tensions. Les séances permettent de trouver des alternatives. Du moins, on l’espère…


-    Monsieur Jacques, il faudrait que je vous parle un instant s’il vous plait, m’interpelle la voix de la psychologue.


Je n’ose pas croiser le regard de mon fils et rentre dans le cabinet. La psychologue est assez jeune, elle doit avoir seulement 26 ans. Cheveux noirs, teint un peu bronzé et un jeans qui met bien en valeur son cul. Je me concentre et la regarde dans les yeux d’un air préoccupé.


-    Voilà, votre fils a un problème assez compliqué à gérer, me dit-elle doucement. Il ne peut jamais sortir, et lorsqu’il peut enfin, c’est uniquement pour venir ici. Il ne peut pas vraiment profiter de sa jeunesse, vous voyez ce que je veux dire ?

-    Pas vraiment, répondis-je naïvement.

-    Disons qu’il n’est pas satisfait sexuellement parlant. Il est de plus en plus entreprenant vis-à-vis de moi. Il me drague, me fait des avances, parfois me touche. Or, il n’a pas le droit.

-    C’est grave, dis-je du tac-au-tac d’un ton ferme, en réalisant qu’il joue sur le même terrain que moi.

-    Je pense qu’il faudrait sincèrement avoir une discussion avec lui sur le sujet. Ça ne pourra que lui faire du bien. Si possible, avec votre femme.

-    Pourquoi avec elle ?

-    C’est la personne la plus apte à le faire. Sa sœur refusera catégoriquement, et il ne vous porte pas beaucoup de respect. Désolée pour le manque de tact.  

-    Oui, vous avez raison.


Je sais bien que Damien me méprise, autant que je le méprise d’être devenu ce qu’il est. Ma fille est assez distante, et seule ma femme Natalie lui accorde tout. Elle a 39 ans, des cheveux courts blonds et un visage ravissant. Elle n’a encore subi aucun signe de vieillesse et les seuls défauts physiques qu’on pourrait lui trouver sont invisibles aux yeux du monde, excepté d’elle. J’adore ses hanches larges et ses seins en forme de poire. Je ne cesse de lui rappeler comme je l’aime autant son cœur que sa personnalité en lui faisant l’amour et en la baisant comme une chienne un jour sur deux.  On est assez engagés sur le plan sexuel.


C’est donc après une bonne baise avec ma femme que je décide de lui raconter l’épisode de la psy. Bien que préoccupée, elle me répond naturellement qu’elle va faire tout ce qu’elle peut pour maintenir l’ordre dans notre famille jusqu’à la fin de cette mauvaise passe.


______________________________



L’arrangement- la mère



C’est donc juste un gros manque que Damien ressent ? Je m’en doutais un peu. Je vidais ses poubelles pleines de mouchoirs, il laissait son ordinateur ouvert sur du porno et je le voyais régulièrement marcher nu dans la maison. Je l’avais même surpris en train de m’espionner quand je me changeais. Parfois, j’avais l’impression qu’il me laissait des indices mais je me rassurais en pensant qu’il avait peut-être juste hérité du côté chaud lapin de David, son père, ou du côté un peu salope de sa mère.


-    Mon chat ? demandais-je en toquant à la porte.

-    Oui maman ?


Je me permets de rentrer. Sa chambre est un sacré bordel. Il est couché sur son lit, je décide de le rejoindre et je m’assieds à côté de lui. Je lui demande naturellement :


-    Tu regardes quoi ?


Il me tend son pc pour que je voie.


Un porno, évidemment. Une femme se faisait prendre violemment en levrette par un mec pendant qu’elle en suce un autre. Elle en bave de plaisir.


-    Mais enfin ? Pourquoi tu me montres ça ?

-    Tu comptais me parler de mes débordements chez la psy c’est ça ?


Damien est vraiment perspicace et rusé. Il savait très bien pourquoi je venais lui parler et quand.


-    Je voulais marquer le coup, me dit-il en rigolant. Rassure-toi. Par contre t’as bien fait de me parler de ça, j’ai une demande à te faire.

-    J’espère que ce n’est pas de l’argent ! lui répondis-je, encore un peu troublé par le porno. 

-  Non, je veux te baiser quand je veux à la maison pour compenser mon manque. Après tout, si je suis enfermé ici, c’est à cause des manquements dans l’éducation que tu m’as donnée.

-    Pardon ?


Je réponds automatiquement, mais je ne percute pas vraiment. Un silence pesant s’abat sur la pièce. Damien me fixe sereinement du regard, que je cherche à fuir.


-    C’est hors de question ! Je ne ferai jamais ça, et pense un peu à ton père.

-    J’avais prévu cette réponse, me dit-il en tournant son pc vers moi, ouvert sur ma boite mail.

-    Je ne comprends pas…

-    Laisse-moi t’expliquer. C’est ta boite mail que j’ai simplement piraté. Là, c’est la liste des envois programmés pour dans exactement 15 minutes, et quand on en ouvre un… Voilà, on voit que ce message est destiné à ton boss et il contient une vidéo de toi prise par la caméra de ton laptop en train de te masturber au bureau. Je pense que c’est interdit ça. Ouvrons-en un autre … Ah c’est un spécial ! Celui-ci est pour papa, on te voit en train de te faire démolir dans le lit conjugal par son ami d’enfance. Comme c’est mignon, et dire qu’ils se promettaient de tout se partager lorsqu’ils étaient jeunes. Papa ne s’est même pas rendu compte qu’il venait plus souvent que d’habitude, et toi tu n’as pas remarqué la caméra que j’ai posé dans ta chambre.

-    Mais… comment ?

-    Ça fait deux mois que j’essaie de te montrer mes besoins sexuels, en faisant exprès de me faire remarquer. Tu as dû penser que j’étais un peu stupide et en manque et que tu devais me protéger, avec ta pitié maladive. Moi je réunissais les preuves sans que tu soupçonne quoi que ce soit. 

-    Tu veux ruiner mon mariage et ma carrière si je comprends bien ?

-    Pas du tout, il te reste encore 13 minutes et 28 secondes pour me faire jouir avec ta bouche. Après, on avisera pour régler ça proprement.


Il m’a complètement bloqué ! Si je le suce, je peux être certain qu’il va m’en faire baver -dans tous les sens du terme- et qu’il va se servir de moi entièrement ; mais si je refuse, c’est encore pire ! Toute ma vie sociale, familiale et professionnelle éclate au grand jour.  Je n’ai ni le choix, ni le temps.


Je commence à défaire son pantalon, je ne réfléchis plus. Je me sens humiliée mais il en va du bien de ma famille. Je défais ses boutons et je sors sa bite. Elle est de taille imposante, mais sent fort et ne m’attire pas du tout. Je la regarde, et je me rends à peine compte de ce que je fais.


-    11 minutes, me précise délicatement Damien.


Je le maudis, et prend toute sa bite en bouche d’un coup. Elle est encore molle, mais ne tarde pas à durcir. Sa taille avoisine les 21 cm, il est vraiment bien monté. J’embrasse son gland, et avale en coulissant doucement tout le long. Je pompe fort, puis relâche la pression pour lécher sa bite délicatement. Je fais ce système pour faire jouir rapidement les hommes, j’ai pas mal d’expérience.


Alors qu’il semble prendre son pied, je décide de sortir le grand jeu. J’avale ses deux couilles, et je joue avec ma langue. Ça les rend dingue en général. Je m’applique et je remonte doucement pour avaler entièrement sa queue. Je force un peu le passage pour tenter une gorge profonde et je me donne à fond, je n’ai plus beaucoup de temps.


Soudain, Damien se lève et me jette mon sex-toy préféré.


C’est un dildo vibrant qui stimule également le clito, on peut adapter la vitesse de vibration et il me rend dingue ! Je ne sais pas comment il a deviné, mais il a bien choisi.


-    Profites-en maman.


Son invitation à la débauche ne me laisse pas le choix, autant que j’y prenne au moins un peu de plaisir ! Je me déchaîne vite quand je baise, et je laisse loin les conséquences de cette situation lorsque je m’enfonce mon instrument de plaisir en moi.


Les vibrations me collent immédiatement des vagues de plaisir. Je prends vite du plaisir en général, mais la situation unique me fait un effet fou. Je tente, tant bien que mal, de sucer Damien avec mon vibro à sa puissance maximale.

Je m’empale sur le jouet, montant et descendant pour combiner l’effet vibratoire. Le spectacle doit être incroyable. Je mouille énormément, je sens que ça coule le long de mes jambes. Je regarde mon fils en disant :


-    Je vais jouir !


Il me pousse en arrière et je tombe sur le dos, le vibro au bord des lèvres. Il me l’enfonce avec son pied, je ne peux contenir un cri. Il se place au-dessus de moi, me dominant physiquement. Je vais jouir. Il me regarde en se masturbant frénétiquement.


-    -    Tu es parfaite maman, me dit-il d’un ton serein et satisfait.


Je jouis par vagues dans tout mon corps, je me tortille sur son lit, et il se finit sur tout mon corps. Il me recouvre de son sperme. La jouissance dure toute la durée de son éjaculation, je manque de tourner de l’œil.


Il ne reste plus que le silence. On entend mon vibro ronronner hors de ma chatte. Damien me regarde, avec son pénis en main et les dernières gouttes qui tombent. Il prend son téléphone et tape quelque chose dessus. Je suis couchée sur son lit, la chatte dégoulinante et le corps recouvert de sperme. Je suis épuisée. Peu à peu, je reprends mes esprits.


Mais qu’est-ce que je viens de faire ?