Le site de l'histoire érotique

Chez mes parents

Chapitre 1

9
5

Une histoire érotique écrite par Anonyme

Histoire lue 15 621 fois

9

0

bonjour, je m’appelle Josh et je vais vous raconter une petite histoire qui m’est arrivé il y a plusieurs semaines. mais avant permettez-moi de vous présenter un peu ma situation, je suis cadre dans une grosse société et adepte des arts martiaux que je pratique assiduement depuis 15 ans, j’ai 25 ans et mon travail est très prenant. Côté sentimentale, je vis en couple avec une charmante jeune fille de mon âge se prénommant Megane. Nous avons l’habitude de discuter de tout (surtout de nos fantasmes) et sexuellement parlant nous sommes arrivés à une parfaite confiance l’un envers l’autre. Comme souvent le week-end nous avions décidé de partir chez mes parents à la campagne, ils possèdent une ferme restaurée en sologne et c’est toujours très agréable de se retrouver là-bas pour décompresser. Nous sommes donc arrivés en moto le vendredi soir très tard et pour ne réveiller personne, je coupe le moteur en vue de la ferme et je commence à pousser doucement. Nous étions convenus de monter directement dans la chambre d’amis par la porte de dérrière et de retrouver mes parents, mon frère et ma soeur le lendemain matin. Nous posons donc la moto dans la grange et commencons notre ascension de l’ancien escalier de bois quand nous entendons des soupirs étouffés venant de la chambre de ma soeur. Ils faut vous dire que mes parents sont assez libéral donc cela ne m’a guère surpris acr il faut bien préciser que ma soeur est quand même assez jeune. Je regarde mégane et nous nous sourions, apparement la nuit promet d’être assez agitée, leur chambre étant à côté de la notre, nous ne pouvons pas manquer de tout entendre. ’Eh, bien’ me fait remarquer Megane ’ Ta soeur n’a pas l’air de s’ennuyer ???’ ’Non effectivement j’ai l’impression qu’elle est entrain de se payer du bon temps’ Tout en parlant, elle se rapprochait de moi et commencer à se coller contre moi. ’Dis-moi, ça à l’air de te faire de l’effet de les écouter.’ ’il n’y a pas qu’à moi mon salaud’ dit-elle en allant directement vérifier l’état de mon sexe qui avait déjà pris une taille respectable. Sur quoi elle se pencha pour l’examiner de plus prêt. Elle se mit à genoux et entreprit de defaire mon pantalon avant de baisser mon caleçon. Mon sexe se dressa immediatement au garde à vous et elle commença à le lecher de bas en haut en me regardant avec gourmandise.Il faut dire que Meg est une excellente suceuse, et elle adore ça, en général elle arrive à me faire monter au septième ciel assez rapidement mais elle est assez experte pour faire durer le plaisir très longtemps. Tout en me léchant elle commença à se contorsionner pour se déshabiller. Rapidement nous nous sommes retrouvés nus. Là, elle me dirigea vers une poire ou je m’affalais les jambes écartées pour lui laisser un meilleur accès. Elle recommença alors à me tailler la plus belle pipe de ma vie, en plus les bruits de la chambre voisine me faisait un effet... je ne vous raconte pas !!! Mais je ne voulais pas jouir dans sa bouche, pas tout de suite. Je la relevais alors, elle me regarda avec une moue implorante, je l’aurais presque laissé terminer, mais j’en avais après autre chose. Je la retournais et la poussais à plat ventre sur le pouf. Elle comprit instantanément et se plaça d’elle-même pour la pénétration. Avec mon sexe rigide, je commençais à lui caresser la vulve avec de lents mouvements puis je me penchais et commençais à remplacement mon instrument de plaisir par un autre et entreprit de lui lécher par petit coups sa vulve, je descendais vers le clitoris qui dardait déjà hors de son capuchon de chair. Elle se mit à gemir, et se contorsionna bien vite au rythme de mes mouvements. Mais sentant son plaisir devenir plus fort, je m’écartais et entreprit de rouler son tee-shirt pour en faire des liens. Je lui pris les mains et lui liai tendrement, elle avait fermé les yeux et se laissais completement faire. Je reprit encore deux vetement et entreprit de lui lié un pied au lit et l’autre au bureau. Voilà une derniere touche pour lui bandé les yeux et elle etait prete. J’aime faire durer le plaisir avec elle, et elle cette attente, ce jeu de patience vite perdu, reste le plus beau detonateur de cette bombe d’amour, elle devient dans ces moments la prete à tout faire pour me satisfaire. Je recommencais donc à parcourir les levres de son sexe à l’aide de ma bite, puis je recommencai à la lecher. Toujours en laissant un intervalle suffisant pour faire retomber la pression. Elle poussait des petits cris de frustration et onduler du cul devant moi, c’etait un spectacle comme on en reve parfois d’une eroticité et d’une sensualité sans pareil. Je me placais devant elle et passait mon sexe dur sur ses levres, elle se jeta dessus avec voracité et commenca à me sucer comme jamais avide de me mener au plaisir, mais je me retrais encore une fois et repassais derriere elle, je m’immobilisais quelques instants pour la contempler sous la lumière de la lune. Je me decidais enfin à la penetrer, doucement je commencais à avancer pour me retirer de suite, puis je recommencai en m’immobilisant, je refit cette operation plusieurs fois tout en laissant monter son plaisir de plus en plus haut sans tout fois la laisser se satisfaire. Une fois ma bite bien dure et bien humide de sa mouille, je pointais mon gland sur son anus et l’agacais encore un peu, le moment que j’attendais arrivait enfin, car elle ne se laisser sodomiser qu’une fois bien exitée, Je regardais sa corolle s’ouvrir, s’épanouir pour m’accueillir en elle. Elle commenca à haleter, anticipant ma pénétration avec apréhension mais aussi avec beaucoup d’envie. Je me décidais enfin et la pénétrais avec force d’un seul coup, elle gémit sous l’impact et se tordit dans tout les sens, non pour m’échapper mais pour la rendre encore plus profonde...Je commencai alors de longs va et vient en elle, elle commenca à gemir en faisant beaucoup d’effort pour ne pas crier son plaisir. Elle ondulait devant moi et je la saisie par les hanches pour pouvoir la pilloner de plus en plus fort, de plus en plus vite, quand arriva le moment de l’orgasme, je la sentis se cambrée, et se tétanisée sous l’effet d’une vague de plaisir très intense puis son corps fut parcourut de spasme, son corps deja poisseux de sueur, s’en couvrit encore plus.


’Jouis en moi, donne moi son foutre, je veux te sentir jouir en moi, viens plus loin, plus fort, defonce moi, ah, ah, ah, ah....’


J’entendais bien lui donner satisfaction et je me plantais le plus profondément en elle et éjaculais en longs jets puissants dans son ventre ce qui déclencha un deuxième orgasme encore plus puissant chez elle qui lui fit perdre son contrôle, elle cria sa jouissance sans même prêter attention à ma soeur et à son ami dans la chambre à côté.


Après être restés un long moment, collés l’un à l’autre, je tirais sur ses liens et nous sommes allés dans la salle de bains pour prendre une bonne douche. Puis nous sommes allés nous coucher, dans les bras l’un de l’autre, soupirant de bonheur.


Le lendemain matin...... c’est une autre histoire......


Josh