Le site de l'histoire érotique

comment je me suis découverte

Chapitre 11

22
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 1 266 fois

22

1

Comment je me suis découvert(e) (11)


Si j’écoute mon instinct, je me précipite dans la voiture. Mais sa voix me rassure et la situation commence à me donner chaud dans le bas du ventre. Je me concentre relève la tête et lui souris



-je suis à tes ordres

-quand suis-je né ?

-je ne sais pas

-le 31 décembre, tu as perdu, premier bouton



Je commence par celui du genou



-où je suis né



Je donne le nom de la ville où nous habitons et c’est encore une mauvaise réponse. Je retire un autre bouton du bas qui ouvre le manteau à mi-cuisse.



-il ne te reste que 4 bouton ma chère, il faut faire attention

-quel est ton prénom

-Alain

-mauvaise réponse, bouton suivant



Je n’arrive pas à me concentrer. Je me sens à nouveau mal, comme à chaque fois qu’il me met dans une situation entre l’excitation et la honte. Ce doit être l’adrénaline. C’est le premier bouton du haut qui saute.



-comment s’appelle ton coach

-euh……je ne sais plus

-pas de réponse, encore un



Il ne me reste que le bouton en haut de mes cuisses et celui de la taille. Je crois entendre un bruit dans les bois à proximité. Je crois que je vais m’évanouir.



-où sommes nous ?

-comment veux-tu que je le sache ? je n’en sais rien

-avant dernier



Je sais où il veut en venir. J’ai de plus en plus chaud et ma chatte s’humidifie à chaque bouton enlevé. Je ne garde que celui de la taille



-dernière question, tu es chaude ?

-oui

-prouve le moi



Je retire le dernier bouton, je pousse le manteau dans mon dos et pause Les mains sur mes hanches. J’écarte les jambes et je passe ma langue sur mes lèvres. Dans la voiture la sono passe "Sexual Healing" de Marvin Gaye. Je balance mon bassin.



-j’ai envie de toi, j’ai envie de ton sexe

-hum gourmande, tu te transforme en belle salope depuis quelque jour



Il augmente le volume de la sono, je suis seule au monde avec lui. Je fais glisser le manteau sur mes bras. J’ai les épaules nue. Dans un gémissement :



-c’est à cause de toi, baise moi



Il sort de la voiture et viens vers moi. Je continue mes ondulations de bassin. Il se colle à moi, m’attrape par la taille et passe une jambe entre les miennes. Il accompagne mes mouvements. Nous dansons. Il appuis sur mon bassin et mon entre jambe se colle sur sa cuisse. Je me frotte à lui. Je suis excitée et trempée. J’ai envie de lui. Je me laisse bercer par la musique.



Ses mains glissent sur mon cul. Il le caresse, le malaxe et glisse un doigt sur ma chatte. Je gémis sous ses caresses. Il abandonne ma chatte. Il pose ses mains sur mes épaules nues, je frissonne. Il les descend le long de mes bras afin de les sortir des manches. Le manteau tombe par terre.



La musique se coupe. Plus un bruit. Je sors de ma demis conscience. Je suis seule dans les phares d’une voiture plus nue que vêtue. Je suis barge de faire ce genre de chose. Pourquoi est-ce que je prends des risques pareils. Il me rend folle ce mec. Patrick revient vers moi.



Il me guide jusqu’à la voiture. Il me penche en avant pour que je pose les mains sur le capot. Je me cambre. Il m’écarte les jambes. Ses mains caressent mes fesses, glissent le long de mes cuisses jusqu’à ma cheville. Il remonte, sa tête se positionne entre mes fesses. Il les écarte avec ses mains. Sa langue se faufile pour atteindre ma chatte. Elle la trouve et la lèche à travers le collant.



Je mouille, sa langue me fouille, il va plus loin, ma chatte s’ouvre. Je gémis.



-oui, encore



Il s’arrête. Se recule et me regarde. Il doit avoir une belle vue sur ma croupe. Il doit être fier de ce qu’il a fait de moi en quelque jour. Je m’en fou de l’endroit où je suis et de la tenue que je porte. Je veux sentir sa grosse bite en moi. Je veux qu’il me défonce.



Il déchire le collant pour accéder à ma chatte. Sa langue chaude sur ma peau est un délice. Je gémis, m’appuis sur la voiture et écarte mes fesses avec mes deux mains. Sa bouche a pris possession de ma chatte. Il se lève, me retourne et appuis sur mes épaules. Je sais ce qu’il veut.

Je m’accroupis les cuisses grandes ouvertes, je sors son membre gonflé et tendu. Je le caresse et le prend entre mes lèvres. Je descende doucement jusqu’à sa base. Il est au fond de ma gorge. Je le ressors et commence des vas et viens en douceur. Sa bite palpite sur ma langue. 



C’est à lui maintenant de gémir.

Il met fin à la fellation et m’entraîne derrière lui. Il ramasse le manteau et le mets sur mes épaules. Nous parcourons une vingtaine de mètre pour arriver sur une zone de pique-nique. Il s’assoit sur un banc.



-à genoux ma belle, continue ton travail



Je m’installe devant lui et reprend où j’en était. Le sol rocailleux me fait mal au genou, mais le plaisir que je prends à l’entendre gémir, me fait oublier, le lieu et la tenue que je porte. Il a débandé pendant le cours voyage jusqu’au banc et il reprend vite sa rigidité et sa taille. Je ne savais pas que j’aimerais autant avoir une bite dans la bouche.



Je prends le temps de l’aspirer, de tourner ma langue autour du gland. Je la sors, la caresse avec les doigts. Ensuite le l’aspire et recommence les vas et vient. Au son émis par Patrick, j’entends qu’il est satisfait de la façon dont je m’occupe de sa bite. Je suis très fière de moi. Il prend ma tête et la relève.



-tourne toi



Je me relève. Il retire le manteau et appuis sur mon dos. Je me penche et écarte les jambes. Il attrape mes hanches et reprend possession de ma chatte avec sa langue.



-tu mouilles comme un folle, viens t’empaler sur ma bite.



Je me recule pour m’asseoir sur ses jambes. Mais il m’arrête et me retourne.



-viens face à moi.



Je me colle à lui, je passe ma jambe droite puis ma jambe gauche de l’autre côté du banc. Il prend sa bite et la guide vers ma chatte. Je descends doucement. Son gland touche l’entrée de mon intimité. Je fais une pause. J’écarte mes fesses avec mes deux mains. Il me prend les hanches, il appuis dessus pour les faire descendre. Ma chatte s’ouvre doucement. L’entrée est toujours un peu douloureuse, mais j’en ai tellement envie.



Son gland est passé, son pieux de 25 cm s’enfonce en moi en même temps que je me pose sur les cuisses de mon amant. Il est complètement en moi. Je m’arrête. Il attrape ma tête pour me rouler une pelle dont il a le secret. Il prend ma bouche et la visite avec sa grosse langue. Je me laisse faire. Ses mains rejoignent mes hanches. Il me soulève de quelque centimètre, puis remets son membre en entier en moi.



Patrick continue son mouvement de haut en bas. Nos bouches sont toujours collées et mes gémissements de plaisir se perdent dans la sienne. Je m’accroche à son cou et le laisse diriger. Les mouvements se font plus amples jusqu’à faire presque sortir son pieu de son logement. Toujours lentement et avec beaucoup de douceur. D’un coup il s’arrête et lâche ma bouche.



-tu aimes te faire baiser ?

-oh oui

-oui quoi ?

-oui j’aime me faire baiser



Je continue de faire onduler mon bassin sur sa bite.



-et toi tu aimes me baiser ?

-oui, je ne pensais vraiment pas te transformer aussi rapidement

-tu es déçu ?

-non pas du tout, je suis fier de ce que tu deviens et cela me donne plein d’idée



C’est moi qui reprend les vas et viens. Je veux le sentir coulisser dans mon ventre. Nos échanges sont ponctués de plainte et de cri de plaisir. Patrick remet ses mains sur mes hanches et accompagne mes mouvements mais plus violement, maintenant sa bite me défonce.



-ouiii, plus fort ; quelles idées ?

-humm, salope, tu veux les savoirs ? ça t’excite ?

-ouii……ça m’excite



Je monte et descend sur sa bite avec une toute la force qu’il met dans ses bras. Il se branle avec ma chatte. La violence de la pénétration libère mon clito de son logement. Il se redresse et se met à la verticale sur mon ventre. Patrick n’y prête aucune attention. J’ai peur de casser le banc avec l’amplitude de nos mouvements.



-tu sais où nous sommes ?

-nooooooooon

-dans un lieu échangiste



Je ne réalise pas tout de suite l’importance de l’information et puis je me bloque. Mais il continue les mouvements, le plaisir est trop intense, je le suis.



-maiiiiiiis il n’y a personne ?

-oui jamais en semaine surtout au mois de décembre

-tant mieuuuuuuuux

-tu aurais aimé que des personnes soit là ?

-je ne sais paaaaaas



Il accélère les mouvements de sa bite dans ma chatte, mon clito me fait mal tellement il est dur. Le plaisir monte au rythme de ses pénétrations.



-dis-moi : je veux que tu m’exhibes

-tu es fouuuu Noooooooon

-tu en meurt d’envie et ça t’excite, j’en suis sûr

-je ne sais paaaaaas

-dis le: salope



Je sens que je vais jouir, je ne peux plus exprimer que des râles de plaisir. Il me bloque le bassin avec ses bras musclés avec sa bite presque en dehors de moi. Mon orgasme reste en suspens.



-dis le ou j’arrête

-je veux que tu m’exhiiiiiibe



A peine ma phrase finie il me descend violement et j’explose. J’ai un orgasme de folle, je jouis de la chatte et du clito en même temps. Il fait quelques mouvements et explose à son tour. Il me colle à son torse et attrape ma bouche pour un baiser tout en douceur et en tendresse.



-je savais que tu voudrais être exhibée

-tu m’as obligé

-oui mais tu voulais le dire, il suffit de voir l’orgasme que tu as eu après l’avoir dit !



Il a raison, c’est ma tête qui a explosé avant mon corps et d’avoir pensé à une exhibition a été un véritable catalyseur de mon plaisir.



Maintenant que je l’ai dit, je sais qu’il le fera et je ne sais pas si je suis angoissée ou excitée.