Le site de l'histoire érotique

"Contrat" pour une jeune etudiante de 19 ans ...

Chapitre 2

Première mise en application

69
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 24 287 fois

69

6

" Mon Dieu Melle Giroux, Jade, ma chère petite fille… dans quoi vous êtes vous engoncée ?

Je n’arrive toujours pas à comprendre comment vous avez pu accepter tout cela…mais bon vous avez raison, je suis obligé de faire mon travail et d’avaliser ce document en concordance avec votre libre acceptation devant moi."

Et Le notaire rédigea ainsi :

Moi, Me Leblanc, notaire et officier ministériel, au vu de la demande expresse de Melle Giroux Jade, ici présente, libre de toutes contraintes et disposant de toutes ses facultés mentales et intellectuelles, avalise ce contrat en l’état , d’après la volonté des deux parties, ici présentées dans ce document.


A valoir ce que de droit.


Fait à Cannes, en mon étude, ce 26 aout 2017.


" Voilà, Jade, ce torchon, selon moi, excusez-moi, mais je ne trouve pas d’autre mots pour désigner ce «  document », a maintenant force de loi….du moins au niveau civil…c’est une simple convention entre deux parties, un contrat synallagmatique.

Sachez que si ce monstre abuse de vous d’une façon ou d’une autre, vous pourrez toujours vous prévaloir devant les tribunaux pénaux et vous porter partie civile pour exiger réclamation !


— Voyons maitre, je ne vous en demande pas tant, je suis majeure, je sais ce que je fais, je n’ai pas besoin de l’avis d’un quelconque adulte, hormis la déférence que je vous octroie bien volontiers…

— Mais quand même, Jade, vous allez vous livrer sexuellement à ce dépravé, vous une jeune fille si innocente !

— Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que je le suis ?


Vous pourriez rougir de ma vie intime, si vous en connaissiez quelques éléments …


— Je ne veux rien savoir !

— A ce propos, maintenant que le document est avalisé, il serait peut être temps de s’occuper de la clause n°15 ??

— C’est-à-dire ? Je ne comprends pas ?

— Hé bien d’après le contrat que vous venez d’avaliser, mon maitre vous demande de vérifier si mon corps est dans son intégrité physique totale.

— Oui et alors, je ne vois toujours pas où vous voulez en venir ?

— C’est très simple maitre, imaginez que je me sois auto-mutilée, ou que l’un de mes amants m’ait maltraitée en laissant des séquelles sur mon corps, alors, si j’étais une fille perfide, je pourrais aller porter plainte aux autorités et dénoncer mon maitre comme l’auteur de ces sévices…


Pour se prévaloir de cela et pour bien se conforter dans ma promesse d’obéissance future, mon maitre désire que vous vérifiiez toute mon intégrité physique.


— Et cela signifie que …  »


Le notaire, avait la respiration sifflante et une diction plus difficile, son pouls semblait s’être accéléré…il avait compris où Jade voulait en venir.


— Mais oui, cela signifie que je doive me mettre entièrement nue devant vous et que vous preniez soin d’examiner ma plastique centimètre carré par centimètre carré, pour ensuite rajouter en addendum à votre avalisation, qu’effectivement mon corps est intacte de toute atteinte. 


Disant cela Jade se leva et commença à se déshabiller sous le regard atterré, mais pas désintéressé du notaire.

Elle prit soin de s’effeuiller très lentement pour faire monter la tension de l’homme de loi.

Elle enleva lentement son chemisier blanc, faisant apparaitre une poitrine avec deux globes parfaits dont les pointes s’érigeaient avec fierté.

Puis elle fit glisser sur le sol sa jupe portefeuille noire, révélant un porte-jarretelle de la même couleur, un tanga idem et des bas couleur chair.

Se penchant en avant, ce qui eut pour effet de présenter sa magnifique poitrine presque sous le nez du notaire, elle retira son tanga, laissant apparaitre un sexe glabre.


Quand elle se redressa, nue, elle regarda le notaire dans les yeux et sans la moindre émotion lui dit :

«  Voici maitre, vous pouvez faire votre office.

Il vous faudra d’abord vous approcher afin de constater de visu, et ensuite prendre des photos avec l’appareil que je vais vous donner et ensuite rédiger l’addendum…

Allons maitre ne soyez pas timide, vous n’avez jamais vu une femme nue devant vous ?

A votre âge quand même ! »

Le notaire était pivoine, il n’arrivait pas à formuler la moindre phrase et avait les yeux rivés sur le sexe de Jade.


Celle-ci s’en apercevait et en concevait une réelle fierté.

Avoir ainsi à sa merci cet homme qui l’avait tant impressionnée durant sa jeunesse d’adolescente, lorsque son père la prenait avec lui pour diverses démarches juridiques, la faisait beaucoup s’amuser et s’émoustiller.

Elle percevait déjà une chaleur et une humidité confortable entre ses jambes. Elle sentait sa petite fente s’ouvrir et ses lèvres intimes gonfler.

Jamais elle n’aurait pensé, même dans ses rêves les plus fous, se retrouver nue devant ce vieil homme qui l’avait tant impressionné et le tenir comme ça entre ses mains, le soumettre à sa volonté de jeune femme…

Même si le notaire ne l’excitait pas physiquement, la situation elle, la faisait considérablement mouiller et elle sentait qu’elle allait se livrer à des jeux pervers avec cet homme.

Son maitre n’en serait que plus ravi ; elle devinait que c’était pour le moins ce qu’il avait envisagé en rédigeant la clause n° 15.


Elle n’en concevait que plus de respect et d’attirance pour cet homme qui savait si bien la connaitre, et extirper des tréfonds de son âme, ses désirs sexuels les plus enfouis !

Le notaire s’approcha timidement de Jade et la détailla des pieds à la tête. Son visage était rouge de confusion, il était en proie à des émotions complexes.

Il était dévoré de passion érotique pour cette jeune femme qui offrait ainsi son corps dénudé à son regard sans la moindre honte.

Mais il ne savait jusqu’où il pouvait aller avec elle; c’était quand même la fille d’un de ses plus importants clients...

Au contraire elle semblait y prendre du plaisir. Il le sentait d’instinct.

Jade s’était adossée au bureau, les jambes légèrement écartées et attendait sans pudeur l’examen du notaire qu’elle espérait le plus profond et attentif possible.


En tout cas elle ferait tout pour que les choses durent en longueur.

Elle tenait par les couilles cet homme, qui avait eu autrefois, une réputation de coureur de jupons dans sa jeunesse, et qui tenait lui-même une bonne partie de la population de cette ville de province, de par son professionnalisme et la rigueur de ses actes juridiques.

La petite Jade, autrefois quantité négligeable aux yeux de tous, soumise au pouvoir des hommes de prestige et d’argent, sentait son orgueil gonfler d’avoir à ses pieds ce juriste si riche et si connu dans cette partie de la ville.

Grace à son maitre elle allait pouvoir vérifier, surjouer et abuser de son pouvoir de séduction !

Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer…

Jade sortit son appareil photo et plaça son Smartphone sur le bureau, en position de prise vidéo, en envoyant directement toute la scène à venir à son maitre.


Elle savait ce dernier à l’affut tel un félin qui allait sauter sur sa proie.

Il allait se régaler de toute la dépravation dont sa soumise était capable en manipulant ce pauvre notaire.

Jade savait que son maitre allait être fier d’elle …