Le site de l'histoire érotique

David, un mari chanceux diront certain

Chapitre 1

23
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 3 076 fois

23

3

David, un mari chanceux diront certain.


Je me réveil d’un coup. Ai-je rêvé ou non? Mon regard se pose autour de moi.

Non c’est n’est pas un rêve. Je suis bien dans mon placard sous les escaliers. Mais contrairement à Harry Potter, je sais que nulle lettre pour Poudlard ne viendra me délivrer de mon antre.


Comment ai-je pu en arriver là? Moi, David, polytechnicien et travaillant dans un cabinet d’investissement boursier.

La douleur sur mes fesses me rappelle la vie que j’ai vécue depuis que j’ai rencontré Sophie. Maîtresse Sophie comme je l’appelle depuis notre mariage.


Quand j’ai rencontré Sophie, je travaillais alors dans un cabinet de courtage boursier. J’avais un bon poste et bien payé. Par contre côté sentimental, ce n’était pas la joie. La plupart de mes conquêtes s’était soldée par des échecs bien avant de monter au lit.


J’ai rencontré Sophie lors d’une soirée bien arrosée, organisée par une équipe de trader après avoir tous reçu une belle prime. Du groupe on peut dire que j’étais le plus discret ou le moins fêtard en tout cas je dénotais dans ce bar à la mode de Paris. C’est Sophie qui m’a abordée. J’étais surpris qu’une femme prenne ainsi l’initiative. Elle était grande et brune. Pas un top modèle: elle avait des formes. Une assez forte poitrine mais un beau cul bien rebondi. Elle avait tout de même le goût de s’habiller d’une façon assez sexy pour la soirée: une simple robe courte noire qui laissait admirer les formes de sa poitrine. Elle était également chaussée de jolies sandales à talons assorties à sa robe.


Après une courte conversation sur nos vies respectives et quelques verres, elle proposa de se rendre chez moi car elle trouvait l’atmosphère de ce lieu étouffant.Je la trouvais très sûre d’elle et très directive. Mais comment refuser une si belle occasion. Après lui avoir fait visiter mon appartement nous nous sommes retrouvé sur le canapé, un verre à la main. Après quelques minutes dans un état d’excitation intense, je voulu la caresser en posant une main sur sa cuisse. Ma bouche se colla sur la sienne et je l’embrassais maladroitement. Devant mon état et façon de faire, j’étais bien obligé de lui avouer mon inexpérience en matière de femme et de sexe. Elle sourit.


-Tu sais , je m’en serais doutée en te voyant. Mais rassure-toi, on va commencer doucement. Tu va commencer par te mettre à mes pieds et tu les embrasseras.


Aussitôt dit, je me mis à ses pieds et déposa un baiser sur chacun.


-Maintenant, tu vas me déchausser et tu lécheras mes orteils. J’ai tellement marché aujourd’hui, je suis sûre que cela va me détendre.


Je retirais alors sa chaussure droite pour découvrir un joli pied manucuré et vernis de rouge. Une odeur de transpiration m’envahit les narines mais Sophie avait demandé d’une façon ne me permettant pas d’hésiter. Je passais ma langue sur la plante de son pied puis suçait chaque orteil du mieux que je pouvais. Je me sentais ainsi si inférieur à elle. Elle s’était intéressée à moi qui étais si minable et elle qui était si belle. J’avalais toutes les poussières et tous les miasmes restés collés entre ses jolis doigts de pied. C’était la première fois pour moi que je faisais cela. Bien que sale, j’en trouvais tout de même du plaisir.


-Passe ta langue entre mes orteils. C’est si agréable


Sans dire un mot, j’obéis retirant la moindre trace de sueur. Je l’entendis alors gémir de plaisir me voyant ainsi à genoux devant elle.


-Et mon autre pied, il faut que je te demande pour que tu t’en occupe!!

-Non, pardon.


Je me rendit compte que je venais de monter d’un cran dans l’humiliation. Je pris alors son autre pied et déposa un baiser avant de le léger de la même façon.

A l’entendre gémir, je sentais que je lui donnais du plaisir. Moi même, je sentais gonfler mon sexe dans mon caleçon. Tout d’un coup elle m’arrêta.


-Mets toi debout et déshabille toi entièrement!


Je retirais lentement mes vêtements totalement intimidé par cette femme autoritaire, mais aussi très excité par cette soirée. En retirant mon caleçon, mon sexe pointa dans la direction de Sophie.


- être traité comme un soumis t’excite visiblement. mais ce n’est pas avec ce que tu as dans ton slip que tu peux satisfaire une femme.


J’étais mort de honte. La première femme qui me voyait nu m’humiliait et cela m’excitait au plus haut point. J’avais une goutte d’excitation qui perlait au bout de mon sexe.


-écarte tes cuisses et mets tes mains dans le dos.


Elle leva son pied et tout en se caressant sous sa jupe, elle donnait de petits coups de pieds dans mes couilles. Je n’osais pas protester et serrais les dents pour supporter la douleur et ne pas la décevoir.

Je la regardais qui se donnait du plaisir une main sous la robe la deuxième caressant ses opulents seins. Elle remonta la bas de sa robe pour avoir plus facilement accès à son intimité. Pour la première fois je vis la culotte de dentelle qui cachait son mont de vénus. Visiblement, bien que gardant une toison pubienne, elle en prenait soin. Finalement, elle retira sa robe laissant enfin sa poitrine libre. Alla avait deux jolis seins lourds et volumineux. néanmoins, ils avaient gardé une belle tenue. Elle se pinçait alors les mamelons tandis que sa main libre s’activait de plus en plus dans sa culotte en faisant des bruits obscènes démontrant son humidité.


Au summum de son excitation, elle me donna alors un grand coup dans les couilles, si bien que je me pliais en deux, le souffle coupé et en fermant les yeux. Quand je les rouvrit, elle s’était levée. Elle renfila sa robe et retira sa culotte. Elle me jeta au visage, sa culotte trempée de sa jouissance.

Tout en prenant ses chaussures, elle me lança.

-Tu m’a tellement excité que j’en ai trempé ma culotte. Je te la laisse. Mais demain quand je repasserai, tu me la rendra propre. Tu n’es pas un étalon, mais tu sais bien obéir pour rendre une femme comme moi heureuse. Bonne nuit soumis


Elle partit sans que j’ai eu le temps de me relever ou de répondre.


A suivre...