Le site de l'histoire érotique

A la découverte du plaisir

Chapitre 1

55
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 3 236 fois

55

7

Bonjour,

Avant de commencer mon histoire, je tiens à me présenter en détails. Je m’appelle Emilie, j’ai 38 ans et je vis dans l’ouest de la France. Je suis mariée à Nicolas, 38 ans également, depuis 12 ans et mère de deux fils de 10 et 7 ans.


Physiquement, je suis plutôt petite 1m 63 avec une taille fine (taille 38) et une poitrine correcte sans excès (85B). Je suis brune avec une coupe mi-long en ce moment. J’ai les yeux noisette et quelques taches de rousseur sur le visage. Mon mari est un ancien sportif assez grand (1m85) et musclé, j’avoue qu’il est assez beau gosse même s’il se laisse aller depuis quelques mois. Nous habitons dans un pavillon avec jardin au sein d’un lotissement assez récent où nous nous entendons très bien avec l’ensemble de nos voisins.


Maintenant, je vais vous raconter comment an comment ma vie a basculé sur le plan sexuel il y a un peu plus d’un an.

Comme beaucoup de couples, je pense, notre vie sexuelle s’est peu à peu dégradée et est rentrée dans la routine. Surtout depuis l’arrivée de mon deuxième enfant, je dois avouer que nos relations sont a minima sans vraiment que l’un ou l’autre ne se plaigne ou ne cherche à améliorer cette situation. Sans dire que je ne sois frigide, je dois aussi dire que j’ai toujours été pour des relations classiques sans excès ou fantaisies.


Au mois de mai, je suis dans un rôle de femme au foyer. En effet, je suis au chômage depuis 4 mois après la fermeture d’une agence bancaire dans laquelle je travaillais. Je passe donc mes journées à m’occuper de la maison puis de mes deux fils lorsqu’ils rentrent de l’école. Mon mari est représentant pour une marque d’outillage et rentre chaque soir certaines semaines ou part une semaine entière sur un autre secteur.

Il faut donc dire qu’à cette période, je suis un peu déprimée et je trouve les journées un peu longues malgré l’occupation des enfants.


Un soir, vers 18h, Martine notre voisine vient me voir pour me demander un service. Sa mère est très malade et elle souhaite aller la voir pendant trois semaines pour s’en occuper. Le problème est que sa mère habite à l’autre bout de la France et que Jacques son mari va donc devoir rester seul à la maison. Fonctionnant comme un couple à l’ancienne (Martine a 60 ans et Jacques 63), Jacques est, selon elle, incapable de tenir la maison et de vivre seul en se faisant à manger et les tâches ménagères. Aussi, elle me demande si je peux profiter du temps que j’ai à la maison pour m’occuper de son mari et de sa maison en échange de quoi on ferait un petit contrat de travail.


J’avoue que l’idée ne m’emballe pas du tout. Le travail proposé est peu intéressant et Jacques le mari de Martine, ancien militaire est un peu bourru et me fait un peu peur. D’un autre côté, Martine est devenue une amie plus qu’une voisine. Elle nous donne régulièrement des coups de mains notamment pour garder les enfants quand c’est nécessaire et je me vois mal l’abandonner alors qu’elle traverse une passe difficile avec la mauvaise santé de sa mère. J’accepte donc sans trop savoir ce que je devrais réellement faire à part tenir sa maison en ordre en présence de son mari.


Deux jours plus tard, Martine part en train. J’ai convenu avec elle que je passerais tous les jours en début d’après-midi pour prendre des nouvelles de son mari et voir ce qu’il y avait à faire. Au cours des trois premiers jours, rien de bien sorcier puisque Martine avait préparé quelques petits plats et que la maison était propre. Je passe cependant voir Jacques qui me paye à chaque fois le café. Lors de nos discussions, celui-ci me parait moins bourru qu’à l’ordinaire et il est même assez gêné que je vienne alors qu’il se sent tout à fait capable de s’occuper seul de la maison hormis la lessive.


Le 4ème jour, je commence réellement à travailler. Je fais tourner une lessive, je lave les graisses de la cuisine puis j’étends le linge pour le faire sécher. La plupart du temps Jacques me regarde travailler. Il en profite pour discuter tout en posant souvent son regard sur mes fesses. Je le laisse faire car sa compagnie est finalement agréable et me remonte le moral. J’ai aussi l’impression qu’il essaye de me draguer sous sa façon humoristique et je rentre légèrement dans son jeu sans lui laisser trop d’espoir. Il faut dire que même si Jacques devait être un beau soldat, l’âge ne l’a pas embelli notamment avec un ventre assez prononcé.


Je repars finalement vers 16h pour aller récupérer les enfants à l’école et Jacques me tend alors une enveloppe qu’il me demande d’ouvrir plus tard lorsque je serais seule. Je suis un peu intriguée par cela mais ne réfléchis pas trop et pars en voiture chercher mes enfants à l’école.


Arrivée une ou deux minutes avant la sortie, j’ouvre l’enveloppe et découvre des billets de 20 euros et un mot où il est écrit :

« Très chère Emilie, il me serait tellement agréable de vous voir travailler en tenue plus féminine. Aussi, merci d’accepter cette somme d’argent en échange de laquelle vous porterez demain une mini-jupe, des talons hauts et des bas ou un collant noir très fin. Votre très cher Jacques. »


Inutile de vous dire que je reste abasourdie par cette demande. Je récupère donc mes enfants à l’école puis m’occupe d’eux avant de préparer le repas. Je ne cesse de réfléchir pendant ce temps à cette proposition. Je ne pense pas du tout répondre favorablement à cela mais réfléchis plutôt comment échapper à cela tout en continuant mon travail. En cuisinant, je me rappelle que je n’ai même pas regardé la somme d’argent qu’il y avait dans l’enveloppe. Je retourne regarder celle-ci dans mon sac et m’aperçoit alors qu’il y a 10 billets de 20 euros soit 200 euros ! Je suis alors encore plus étonnée que Jacques soit prêt à mettre autant d’argent pour simplement me voir habillée sexy.


Finalement, je repense à cela toute la nuit et l’idée commence à me plaire voire même à m’exciter. En milieu de matinée le lendemain, je me décide donc à jouer le jeu pour gagner un peu d’argent mais aussi pour voir la réaction de Jacques, par curiosité.


Vers 11h, je file donc dans ma chambre choisir la tenue demandée. Travaillant dans des bureaux auparavant, j’ai de nombreuses jupes mais aucune qu’on peut réellement appeler mini. Je m’oriente donc vers une petite robe noire de soirée qui en plus d’être la plus courte est également très moulante. En chaussures, je choisis une paire d’escarpins vernis à talons aiguilles de 10cm que je n’ai mis qu’une fois là-aussi en soirée il y a plus de deux ans. Enfin, je choisis un collant noir fin n’ayant jamais porté de bas.


Je mange en vitesse en midi puis m’habille pour être prête à 14h. Je décide également de me maquiller légèrement contrairement aux premières fois où je me déplaçais chez Jacques.


Il est finalement 14h05 lorsque je sonne à la porte d’entrée de mon voisin…