Le site de l'histoire érotique

Elle prend son pied sur le mien : ma muse m'amuse

Chapitre 1

7
4

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 5 340 fois

7

3

Un texte rédigé avec Morgane, ma muse, que je remercie.


********************************************************************************************



Je remarque, exposées derrière la vitrine d’une boutique de chaussures haut de gamme, une magnifique paire de boots comme celles que j’aime : fines, faites d’un cuir souple, avec un talon de six centimètres, semblables à celles que je me procurais à Carnaby Street et que je portais pendant les swinging sixties ; bref, pour notre époque, un vrai miracle ! Je pousse la porte et pénètre dans l’atmosphère feutrée de cette boutique de luxe.

Une mignonne petite vendeuse vient à ma rencontre en affichant un large sourire.


— Que puis-je faire pour vous, Monsieur ? Avez-vous déjà fait votre choix, ou désirez-vous que je vous présente notre toute nouvelle collection ?

— Mon choix est fait : avez-vous en taille 42 les boots exposées sur votre étalage ?


La charmante jeune fille – qui n’a pas encore atteint la trentaine, d’après ce que je peux en juger – lève son regard vers moi (c’est vrai qu’elle est petite, environ un mètre soixante : je la domine de presqu’une tête, du haut de mon mètre soixante-seize) et me demande :


— Lesquelles, Monsieur ?


Je la précède pour les lui indiquer.


— Celles-ci ; en taille 42.

— Je reviens dans un instant. Si vous voulez bien m’attendre…


Elle s’éloigne en direction d’une pièce que je pense être la réserve et revient quelques instants plus tard, une boîte à la main.


— Veuillez me suivre dans un salon privé pour l’essayage.


Lorsqu’elle fait demi-tour, mon regard ne peut éviter de s’attarder sur sa petite croupe qui ondule devant moi.


— Si vous voulez bien vous donner la peine d’entrer… dit-elle en s’effaçant après avoir ouvert une porte dissimulée derrière des tentures.

— Merci.

— Veuillez vous asseoir, Monsieur, dit-elle en me désignant un confortable fauteuil.


Une fois assis, j’entreprends d’enlever l’une de mes chaussures ; mais comme elles sont très ajustées, ma socquette suit le même chemin. Embarrassé, je me retrouve avec un pied complètement dénudé.


— Oh, excusez-moi, Mademoiselle ; je suis confus.


La jolie naïade s’agenouille devant moi, ce qui me permet d’avoir une vue plongeante sur la naissance de sa poitrine généreuse. « Sûrement un bonnet D… » me dis-je. Elle lève ses yeux bleus vers moi et me répond en souriant :


— Ne vous inquiétez pas, Monsieur : cela me permettra d’étudier la morphologie de votre pied.


En disant cela, elle place une main derrière mon talon pour le soutenir tandis que son autre main flatte délicatement mon pied. Je remarque que son regard se voile et que ses tétons pointent sous son chemisier ; je me dis qu’elle ne porte certainement pas de soutien-gorge et que ses seins volumineux n’ont pas besoin de cet artifice car ils me semblent très fermes.

C’est d’une voix rauque qu’elle déclare :


— Vos pieds sont magnifiques, Monsieur ; ah, quelle cambrure…


Et là, elle approche son visage, la lèvre frémissante, comme si elle désirait l’embrasser.


********************************************************************************************


Étant très excitée par la situation et voyant mon fantasme juste sous mes yeux, mon visage s’approche de manière automatique droit sur le pied que je tiens en tremblant.


— C’est un pied qui me semble un peu large ; j’irais plutôt vers un 43 : vous serez plus à l’aise... dis-je d’une voix faiblarde tout en fixant le pied en bavant à moitié.


Je repars chercher le même modèle de chaussures en taille 43 à la réserve. En repartant je remarque que je suis très humide.


À mon retour, la nouvelle boîte de chaussures à la main, j’entre à nouveau dans la petite pièce ; là, je fais tomber le carton par terre, stupéfaite de voir le client les deux pieds nus. La bouche grande ouverte et les yeux fixés sur ses pieds, j’avance doucement jusque devant lui puis tombe littéralement à genoux.


Sans dire un mot, je reprends son pied droit en main par le talon et commence à le sentir en fermant les yeux. Puis, pendant l’espace d’un instant, je le regarde avec insistance dans les yeux et saisis ses orteils en bouche. Je me retire alors qu’un large sourire se dessine sur mon visage ; je constate que mon client y a pris plaisir lui aussi. Je reprends donc ce pied et le maintiens en hauteur afin d’en lécher la plante ; ma langue va rapidement du talon jusqu’aux orteils, dont je lèche avec ferveur le contour tout en les sentant. Avec mon autre main, je commence à me toucher et me doigter discrètement.


********************************************************************************************


Un discret clapotis me tire de la béatitude dans laquelle venaient de me plonger les caresses humides de la douce langue qui continue de s’activer sur l’un de mes pieds ; un délicat fumet de femme en chaleur pénètre mes narines : pas de doute, cette jolie fille est en train de se donner du plaisir, là, devant moi, sans la moindre honte ; un rapide coup d’œil me le confirme : elle s’est fourré deux doigts dans la chatte et leur fait effectuer de langoureux allers et retours dans son vagin. Mon sang ne fait qu’un tour – ou, pour être plus précis, il afflue dans ma verge qui s’érige.


Une idée salace me vient… Je retire le pied que la jeune fille était en train de lécher. Elle lève vers moi un regard chargé de frustration, mais je mets fin à son attente en lui confiant mon autre pied, auquel elle fait subir le même délicat traitement qu’à l’autre ; cet autre, libre à présent et tout englué de salive, que je dirige vers son entrejambe. Arrivé à la jointure de ses cuisses, je commence, du gros orteil, à caresser son clitoris que je sens tout dur puis, descendant le long de ses petites lèvres, j’en déloge sa main et place mon pouce à l’entrée de son vagin et appuie légèrement pour l’y faire pénétrer.


La belle a compris mon intention. De ses deux mains elle écarte le plus possible sa vulve et commence à monter et descendre le long de cet orteil inquisiteur. Peu à peu, je sens ses chairs se relâcher et s’ouvrir, ce qui me permet d’introduire  l’extrémité de mon pied dans cet antre brûlant et humide. Elle s’acharne de plus en plus et réussit à faire pénétrer mon pied jusqu’à la cheville ; mais là, ça bloque : elle est trop étroite pour l’accueillir en entier.


La voir s’empaler ainsi m’amène au paroxysme de l’excitation, alors j’ouvre ma braguette et en extrais mon membre gonflé de désir que je commence à caresser ; la vision de mon gland violacé doit stimuler la vendeuse car, délaissant son clitoris, elle saisit à deux mains mon talon et le tire de plus en plus fort vers elle tout en faisant des mouvements de va-et-vient de plus en plus accentués. Tout à coup, la résistance disparaît ; mon pied vient de pénétrer son vagin : il est tout entier dans le ventre moite de cette petite chienne lubrique dont la vulve se resserre derrière ma cheville.


********************************************************************************************


Je n’arrive pas à y croire : il l’a fait ! Ou plutôt, dirais-je, nous l’avons fait ! J’espère profondément que ce n’est que le début d’une longue suite de plaisirs qu’il va m’offrir à l’aide de ses pieds… L’effet de cette insertion hors norme que je pensais impossible mais que j’espérais tant me fait presque perdre l’équilibre, sur mes talons de 12 centimètres ; mes jambes flageolent et des gouttes de cyprine coulent jusqu’au sol. Mon regard se tourne vers le plafond, mes yeux se révulsent et ma bouche s’ouvre tandis que je me concentre uniquement sur cette douleur qui est également un pur plaisir. Aucun mot ne sort de ma bouche ; je suis aux anges !


Je serre ce pied en contractant ma chatte pour le maintenir bien au chaud afin de bien préparer le terrain pour une longue suite de plaisirs fous que cet homme va me donner. J’ai la peur au ventre mais je ne pense plus à rien, lisant dans les yeux de l’homme qu’il est bel et bien déterminé à me terminer. Mais ce qu’il ne sait pas, c’est que ses pieds me rendent folle dingue et que j’en veux beaucoup plus.


Je continue donc mes va-et-vient sur son pied que je tiens fermement des deux mains, le plus rapidement possible avec le peu de forces qu’il me reste. Ressentant une crampe dans la main droite, je la libère pour la poser sur le bout de son gland et faire des mouvements de bas en haut tout en continuant à maintenir ce pied avec ma main gauche.


********************************************************************************************


Je ne peux retenir un gémissement lorsque sa main vient se poser sur ma verge qu’elle serre très fort et commence à branler vigoureusement. Ses mouvements sont décousus à cause de la tension qui l’habite, se crispant dans l’attente de la délivrance d’un orgasme qui ne vient pas. Pourtant elle s’agite frénétiquement sur mon pied qui entre et sort de sa chatte béante et dégoulinante, provoquant des « floc-floc » d’une obscénité inouïe tandis qu’elle commence à haleter et que ses ongles s’enfoncent dans la tendre peau de ma verge en la serrant très fort, ce qui a pour effet de faire gonfler encore plus mon gland qui devient violet foncé et que des gouttes de sang perlent à la surface de mon braquemart délicieusement torturé, vite étalées le long de ma hampe par ses va-et-vient à présent totalement désordonnés.


Sentant le plaisir monter du plus profond de moi-même, je projette mon bassin en direction du visage de la belle qui, les yeux fermés et la bouche ouverte, semble elle aussi proche d’atteindre le nirvana. Soudain, la jouissance me submerge ; je pousse un hurlement bestial tandis que je bloque sa main pour en desserrer l’étreinte et que plusieurs jets de sperme sont violemment projetés par saccades sur son visage crispé, certains atteignant sa bouche toujours ouverte.


C’est à ce moment-là qu’elle se bloque, les muscles tétanisés. Saisissant mon pied à deux mains, elle se l’enfonce à plusieurs reprises avec une puissance incroyable au plus profond de son ventre tandis qu’un cri guttural s’échappe de ses lèvres et que je sens les contractions de son vagin tout autour de mon pied. La belle vibre de tout son corps pendant une durée qui me semble interminable, puis elle se relâche et s’écroule sur le sol, telle une poupée désarticulée.


********************************************************************************************


Enfin ce premier orgasme reçu presque simultanément... J’ai été surprise par sa jouissance rapide et ses jets en quantité impressionnante. J’ai toutefois réussi à atteindre un orgasme en accélérant mon allure sur son pied, puis sous l’effet de la fatigue je me suis écroulée en arrière, me laissant aller sur la moquette.


Sous ma jupe, il doit apercevoir mon string complètement distendu et ma chatte ouverte, mouillée, avec mon beau clitoris rose écarlate tout gonflé d’excitation. Je me retrouve maintenant par terre, démunie. J’ouvre les yeux et vois cet homme qui respire fort suite à sa première jouissance. J’apprécie de le voir comme ça.


Je prends appui sur mes coudes afin de lever la tête, mais mon regard se fixe à nouveau directement sur ses pieds. Je suis prise au piège de ses pieds ! Une excitation encore plus forte me submerge. Je me laisse à nouveau aller en arrière, me masse les seins, et en lui adressant des sourires provocateurs j’écarte mes cuisses et tire sur mon string pour lui montrer le cratère qu’il a creusé entre elles. Je meurs d’envie qu’il utilise ses pieds pour me vider de toute ma mouille, jusqu’à la dernière goutte ; j’ai envie qu’il fasse plein de choses avec eux dans le but de m’anéantir.