Le site de l'histoire érotique

Un été reposant

Chapitre 1

Mise en place

105
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 12 719 fois

Cette histoire imaginée se déroule de nos jours, un été dans le sud de la France alors qu’il fait beau et chaud. Moi, James, est fils unique, l’anniversaire de mes 18 ans étant passé le mois dernier, j’étais libre comme l’air, surtout avec l’obtention de mon Bac avec mention. Je suis assez grand, le mètre 80 mais pour un poids bien faible comparé à ma grandeur, à pèse 60 kg et par conséquent je suis assez maigre mais pas une brindille pour autant. Pratiquant le badminton en club, quelques muscles sont dessinés sur mon torse, assez pour ne pas paraître ridicule en maillot de bain.

Sous la ceinture je suis assez bien fourni, une vingtaine de centimètre en action mais malheureusement pour moi personne n’en a jamais été témoin. En effet côté personnalité, niveau charisme c’est pas ça, la timidité et un caractère assez chiant de prime abord rebutent pas mal de monde et donc pas mal de filles malgré de très nombreuses connaissances théoriques en la matière. Par conséquent je suis en couple avec le célibat et ma main gauche et ce pour un long moment encore pensais-je.

Cependant pour me féliciter de ma mention au Bac et me permettre de décompresser (ou de s’envoyer en l’air sans se soucier de ma présence), mes parents m’ont offert trois semaines de vacances au bord de la mer, seul dans le sud. Un camping quatre étoiles avec piscine, boite de nuit et étang de pêche, bref un vrai rêve.

Avec le permis, le trajet fut long mais pas un problème, habitant en Auvergne (milieu bas de la France) je n’ai pas eu trop de route. Une fois les longues formalités d’obtentions des clés, de repérage dans le camping, d’inventaire du bungalow et de rangement des affaires, je me mis en maillot de bain et partit pour la piscine, cachant les clés entre deux chaises empilées.

Une fois sur place, le peu de monde présent m’étonna et m’encouragea à aller nager pendant une bonne heure... Ce délai passé, je m’installai sur un des transats, installant ma serviette et m’allongea pour piquer un somme.


Meilleure action de ma vie.

Je fus réveillé en sursaut par une balle en caoutchouc qui était tombée sur mon dos. Me levant rapidement, j’attrapai la balle et chercha la personne à l’origine du lancer lorsqu’une voix féminine m’interpella.

??? : Merde ! Désolée ! Pas de dégâts ?

Je me tournai vers l’origine de la voix pour voir dans un bassin un peu plus loin une dizaine de jeunes de mon âge me regardant. Je compris rapidement que ça venait d’eux et pour échapper à leur attention et regard, leur envoya la balle avec précision avant de me tourner vers la fille qui m’avait adressé la parole. Elle était au bord de la piscine, un peu hors de l’eau, de longs cheveux roux flottant dans l’eau, un visage très agréable à regarder et un corps doté d’une peau assez blanche malgré le soleil et assez bien proportionné. Une poitrine qui semblait peu volumineuse mais parfaite de mon point de vue fut tout ce que j’observai avant de répondre.

James : O-ouais, ça va, rien de cassé...

Elle avait dû remarquer que je l’avais reluquée car elle sourit en coin et me fit signe de venir


??? : Alors super ! T’as l’air un peu seul, ça te dirait de nous rejoindre ?

James : Ouais... pourquoi pas

Je ne savais pas trop ce que ça pourrait donner mais je me laissai tenter, abandonnant la serviette, je vins rejoindre le groupe qui avait déjà recommencé à jouer.

??? : Au fait, tu t’appelles comment ? Moi c’est Clémentine mais appelle-moi Clem’

James : C’est James...

Elle me sourit de nouveau ce qui ne manqua pas de me faire rougir, l’avait-elle vu ? Dans tous les cas, je commençai à jouer avec eux à une sorte de Waterpolo modifié privilégiant le contact physique mais sans non plus être violent. Je remarquai très vite que certaines filles avaient tendance à se frotter et à exagérer les contacts physiques avec les garçons, Moi compris. Peut-être que je m’imaginais des choses ? Mais malgré tout, cela me faisait un certain effet et si la température de l’eau ne variait pas, celle de mon corps augmentait. Dans tous les cas l’heure tourna et le jeu s’arrêta, le centre de l’attention sembla donc se tourner vers Clem’


Clem’ : Ok tout le monde ! On se retrouve ce soir près de l’étang avant d’aller en boite, ça vous va ?

Un ensemble de oui lui répondirent tandis que j’observai le groupe, composé d’autant de filles que de garçons du moins presque, il manquait un garçon. Alors que tous commencèrent à sortir du bassin pour se sécher avec leurs serviettes sur les transats non loin, j’allai chercher la mienne. Cependant l’instant que je me retourne, Clem’ était apparue, souriante en coin.

Clem’ : James ? Ça te dirait de te joindre à notre groupe ? On s’est bien amusés cet aprèm et t’as l’air de pas trop mal t’en sortir niveau nage alors...

J’hésitai un peu mais essaya de paraître décontracté, tentative ratée de mon point de vue du moins.

James : Ouais pas de problème... et tu t’en sortais bien aussi...

Elle haussa les épaules alors que je la sentis me regarder des pieds à la tête pendant un instant et elle sentit ma légère gêne et en rit un peu.


Clem’ : Hé, chacun son tour de mater l’autre...

Le rouge me monta aux joues, j’avais espéré qu’elle ne l’ait pas remarqué tout à l’heure. Elle s’approcha rapidement de moi en profitant de ma surprise pour déposer un baiser rapide sur mes lèvres et reculer l’instant d’ensuite.

Clem’ : On se revoit ce soir près de l’étang, d’ac’ ?

Sans me laisser le temps de répondre et m’abandonnant dans ma surprise elle me lâcha un dernier sourire avant de s’éloigner. Je n’en revenais pas de ce qui venait de se passer à l’instant, ce n’était pas grand-chose dans les faits, mais pour l’adolescent que j’étais, c’était beaucoup. Ainsi je rentrai à mon bungalow en achetant au passage un jambon beurre pour repas du soir, un peu perturbé mais bien décidé à me rendre à l’étang.

Ainsi s’écoulèrent plusieurs heures et le soleil avait bien entamé sa chute quand je me dirigeai vers l’étang. Je n’eus pas de mal à retrouver le groupe de presque une douzaine de jeunes autour de deux tables de pique-nique, riant et rigolant. J’avais rapidement fait la connaissance de certains durant les parties de l’aprèm et essayai de me remémorer leurs noms. Le temps que j’arrive, je vis Clem’ me faire signe ce qui eut pour effet de me faire rougir mais je secouai la tête pour faire disparaître la couleur de mes joues avant de m’asseoir en bout de table, m’incrustant dans la conversation.

Rachel :... Je parie que tu ne sais pas ça, nombre d’alcôves dans une balle de golf !


Dorian : Nan mais tu me poses des questions trop précises aussi ! Forcément que...

James : 432, en moyenne du moins

La moitié du groupe me regarda avec de grands yeux, Rachel et Dorian semblaient tester leur connaissance et je venais de sécher une question qui semblait difficile.

Rachel : C’est... ça, la vache, comment tu sais ça James ?

James : Hum... pleins de savoir inutile je dirais ?...

Dorian : Mouais, j’dirais coup de chance... capitale de la Bolivie ?


James : Elle en a deux, La Paz et le Sucre, l’une administrative et l’autre constitutionnel...

Cette partie du groupe me regarda, impressionnée, et s’enchaînèrent alors les questions. Tout le groupe s’y mit progressivement, Clémentine de même afin de tester les limites de mes connaissances inutiles. Progressivement les questions se tournèrent sur des sujets moins sérieux et plus alcool ou sexe et à chaque fois je répondis juste, sauf sur le nombre d’heures de vidéos pornographiques sur internet, prétextant qu’il y en avait trop.

David : Hmmm... le nombre de médailles d’Or pour la France au JO de 1948 ?

James : 10 si je ne me trompe pas, je sais qu’on en a eu 29 mais je sais plus pour le bronze et l’argent...

Clarisse : Et internet lui donne encore raison, bordel mais t’as un accès internet dans le cerveau ou bien ?

Tout le monde rit un peu, moi aussi et ça me fit du bien, avec les examens je n’en avais pas beaucoup eut l’occasion et au final, ce séjour me permettrait sûrement de vraiment me reposer.


Dorian : Mais avec autant de connaissances, t’as réussi à emballer combien de filles ?

James : Joker

Réponse du tac au tac qui déclencha les rires mais qui dans les faits, fit monter le gêne en moi mais les autres ne me laissèrent pas tranquille pour autant.

Clara : Ça, ça sent le mec qu’a jamais ken de sa vie !

Je commençais à me sentir mal à l’aise en pensant que ça allait tourner aux moqueries mais au contraire, David me donna une tape amicale sur l’épaule et me sourit.

David : T’en fais pas mec ! On a tous connu ça tu devrais pas avoir trop de mal en vieillissant et...


Clémentine : Dans tous les cas il aura au moins déjà reçu un baiser aujourd’hui

Sa remarque me laissa bouche bée alors que les autres applaudirent en riant un peu.

Rachel : On dirait que la chef marque son territoire !

La jeune rousse se leva alors pour s’approcher de moi, et posant ses mains sur mes joues, approcha son visage du mien pour m’embrasser. Je l’avais vu venir, je me doutais de ce qui allait se passer mais je n’avais rien fait pour l’empêcher de mettre son plan à exécution. Alors pendant les trois premières secondes, je restai passif puis sentant ses lèvres contre les miennes, je me laissai aller au jeu. Autour de nous, les autres regardaient, muet alors que la chaleur monta d’un cran. Doucement, je sentis sa langue venir se joindra à la mienne dans ma bouche. Ce contact ne me déplut pas et je me lançai dans les mêmes mouvements, nos langues réalisant un doux balai dans nos bouches alors que quelques gouttes de bave vinrent s’écraser sur mes vêtements, Clem’ étant penchée vers moi. C’était mon premier vrai baiser, je ne pensais pas maîtriser parfaitement la chose mais je faisais de mon mieux, mes mains venant se poser à leur tour sur les joues puis la nuque de cette fille.

Après des secondes qui durèrent des heures pour moi, on se sépara et les autres applaudirent alors, faisant monter plus que souvent le rouge à mes joues alors qu’un filet de bave reliait encore ma bouche à celle de Clem’ sans que cela ne nous dérange vraiment.

Dorian : C’était chaud comme spectacle ce que vous nous avez offert !


Clémentine : Et encore tu étais pas à ma place Dorian ! T’es sûr de jamais être sorti avec qui que ce soit James ?

James : Ben... nan... pourquoi ?

Clémentine : C’est rare que des mecs m’embrassent aussi bien que ça !

Je fus flatté par le compliment, je ne m’estimais pas bon. Par absence d’expérience mais il semblerait que les faits en soient autrement. L’idée de ne pas être la première fois d’un baiser de Clem’ ne m’étonna pas plus que ça et ne me déçut pas vraiment, une fille comme elle devait en avoir eu des copains...

James : Disons que... j’ai la théorie ?

Gaby : La vache ! Ben je pense que je vais bosser la théorie alors !


Clémentine : Bon du coup, on bouge en boite !

Un oui collectif répondit à celle qui semblait être finalement la chef du groupe et nous commençâmes à nous y diriger, Clem’ jamais loin de moi et me regardant avec un sourire malicieux qui avait tendance à me faire rougir après les événements précédents.


- -------


Salut ! j’espère que l’histoire vous plaira, ma première du genre, si ça vous a plus hésitez pas à commenter pour me donner votre avis et si quelque chose vous à déplus niveau mise en forme, forme de phrase, n’hésitez pas à le dire aussi, c’est avec les critiques qu’on s’améliore ! ^^