Le site de l'histoire érotique

Je me fais défoncer par mon oncle

Chapitre 1

106
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le

106

6

Je m’appelle Sandrine et je suis une véritable salope.


Tout en étant très discrète sur mes habitudes sexuelles dépravées, je me fais sauter à répétition par tout ce qui porte une queue. J’aime aussi me faire défoncer les trous par des filles avec des gode-ceinture. En clair, je suis une nymphomane qui n’en a jamais assez de se faire limer.


J’adore aussi sucer des queues, lécher des chattes, bouffer le cul des filles et les enculer avec ma langue, avaler du foutre, caresser mes gros nichons et me masturber tout en enfonçant des doigts dans mon cul serré. Bref, comme je l’ai dit plus haut, je suis une véritable salope.


J’ai 25 ans, je suis assez grande, 1,75m, j’ai un visage agréable (ce qui aide un peu quand on veut se faire sauter!) des cheveux teints roux qui s’arrêtent à mes épaules.


Mes seins sont assez gros. Normalement, je porte du 36 C, mais présentement, comme je viens d’avoir mon premier enfant, je porte plutôt du 38 D. J’ai un peu engraissé et mes fesses se sont un peu arrondies. J’ai eu mon bébé par césarienne, ce qui n’a pas endommagé mon bassin. Quand je me place en levrette, ça me fait un cul franchement tentant à défoncer.


Au début de ma grossesse, le père de mon enfant m’a quittée. Il m’a abandonnée. Il ne supportait pas l’idée de devenir père. En plus, quand j’ai commencé à engraisser, il a paniqué et s’est enfui comme un lâche.


Pendant la grossesse, j’ai été franchement vraiment, mais vraiment cochonne. J’avais envie de sexe tout le temps. Comme je me suis retrouvée seule et que personne ne voulait sauter une femme enceinte, je me suis acheté toute sorte de sex toys… et je me suis fait du bien… vraiment beaucoup.


Cependant, j’avais envie de vraies queues bien dures et bien chaudes. J’ai cherché en vain. Personne ne voulait baiser une baleine… Bien que je n’étais pas si grosse. C’est plutôt mon ventre gonflé qui faisait peur.


Et il y avait mon oncle Jacques. Début cinquantaine et assez bel homme. Depuis mon adolescence, je fantasme sur lui. Il est le frère de ma mère. Je l’ai toujours désiré. Je me masturbe souvent en pensant à lui, l’imaginant me prendre en levrette et jouissant dans ma bouche.


Nous bavardons de temps en temps sur Facebook, mais il ne m’a jamais soupçonnée de le désirer. Enfin, je ne crois pas. Mais en y repensant, j’ai souvent surpris son regard s’attarder à mon décolleté qui laissait voir une partie de mes gros nichons et sur mon cul que je moulais dans un jean très serré quand je savais qu’on se verrait lors de réunion de famille.


J’ai besoin de me faire sauter! Je tente ma chance. Je le contacte par Facebook, il est en ligne. Je suis très chaude en ce moment. Vraiment très chaude.


- Salut tonton Jacques!

- Salut la plus belle de mes nièces!

- Tu fais quoi?

- Bof, pas grand-chose, je regarde des trucs sur internet.

- Des filles nues? Des vidéos pornos?

- Oui, ça m’arrive! Y’en a plein tu sais! Partout! Non, sérieux, je regarde des vidéos de musique.

- Ouais, c’est ça! Cochon!


En écrivant le mot « cochon », ça m’a fait mouiller.


- Et toi, tu n’en regardes jamais des cochonneries?

- Ça m’arrive… quelque fois.


Là, mon cœur commence à battre un peu plus vite. Est-ce que je serais sur le point de discuter sexe avec mon oncle qui me fait fantasmer depuis longtemps?


- Ah oui? Tu es cochonne?


De chez-moi, je crie : Oui! Je suis une salope!!


- Ben… j’sais pas trop. Est-ce qu’on doit parler de ça avec son oncle?

- Désolé… J’ai été maladroit.

- Non, ça va.


Je commence à mouiller sérieusement. Je relève ma robe et écarte les cuisses. Je suis en feu. Je veux lui dire que j’aimerais qu’il me saute. Ça viendra en temps et lieu.


- Et ta grossesse, comment ça va?

- Ça va bien. J’en suis à 7 mois. Mais tu sais, c’est pas facile toute seule.

- Oui, je comprends. Il te manque de la chaleur humaine.


Et comment!!


- Oui. J’aimerais me faire serrer dans les bras d’un homme.

- Je peux le faire! Lol!

- Hahahaha!!


Je m’imagine coller mes gros nichons sur son torse. Je commence à caresser mes lèvres humides.


- Ce serait une idée! Ma femme n’est pas là ce soir et comme tu n’habites pas loin, je pourrais aller te faire une petite visite.

- C’est ça. Et on regardera des films pornos? Hahahaha!!


J’ai envie de lui! Maintenant!!


- Hahaha! Dis donc, tu es en manque?

- Pourquoi tu dis ça?

- Ça fait 2 fois que tu parles de vidéos pornos depuis 2 minutes.

- Ben ouais quoi… J’aime bien les films pornos…


Je suis décidée à me faire sauter par mon oncle! J’y arriverai coûte que coûte! Je suis excitée au plus haut point!


- Je le savais! Tu es cochonne!

- Ben ouais, un peu…


Je crie : Viens me défoncer!! Ça viendra. Il faut aller tout doucement pour ne pas l’effrayer.


- Ouf!

- Quoi?

- Ben… tu me dis que tu es cochonne. Je suis un homme quand même. Et ton oncle en plus.


Je me lance.


- Tu aimes les filles cochonnes?

- Est-ce que je dois vraiment discuter de ça avec ma nièce?

- Oh allez! Y’a rien de mal. On discute c’est tout!

- Ouais, t’as raison, on discute, c’est tout. Mais ça me fait tout drôle.

- Et alors?

- Alors quoi?

- T’aimes les filles cochonnes, oui ou non?

- Quel homme n’aime pas une fille cochonne?


Ça y est! Le poisson a mordu à l’hameçon! Je caresse mes gros nichons fermes.


- Et toi… tu es cochon?

- Ben… ouais… un peu…

- Ah bon… Un peu ou beaucoup?


Ma chatte est en feu. Je discute sexe avec mon oncle!!! Je suis vraiment TRÈS excitée!


- Ben… Beaucoup… Très cochon même…

- Ah bon!

- Tu aimes les hommes cochons?

- Oui, beaucoup!

- ….

- Qu’est-ce qu’il y a?

- Ben… J’ai toujours aimé m’imaginer que tu sois cochonne.

- C’est vrai?

- Oui…

- Qu’est-ce qui te fait penser que je suis cochonne?


J’adore lui écrire le mot cochonne… Lui dire que je suis cochonne, ça m’excite.


Suite bientôt...