Le site de l'histoire érotique

Ma femme au service d'un vieux

Chapitre 1

59
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 24 429 fois

59

10

Nous avons avec mon épouse, plus de 30 ans de vie commune. Dès le début de notre relation, j’ai toujours fantasmé, d’abord inconsciemment,  sur le fait qu’elle me trompe.


Durant nos ébats, je lui raconté naturellement comment je l’imaginais en salope, soumise à d’autres hommes. J’ai remarqué que ca l’excitait aussi et qu’elle partageait le même désir. Dans ses récits, elle s’imaginait volontiers à jouer l’allumeuse en discothèque, habillée hyper sexy, et se faire peloter et embrasser alors que je serais présent, à l’observer. Pendant des années, ses petits jeux nous ont satisfaits.


Dans le cadre de ma vie professionnelle, j’ai fait la connaissance de Michel,  un veuf de 75 ans (25 ans de plus que nous) qui venait de perdre sa compagne Virginie et en souffrait. Connaissant très bien Virginie, je savais que Michel était un très bon amant malgré son âge et qu’il était très très bien membré. En plus, il disposait d’une grande fortune.


J’ai proposé à mon épouse que nous rencontrions Michel en lui expliquant qu’il cherchait une personne pour effectuer quelques heures de ménage par semaine dans son luxueux appartement et qu’il avait surtout besoin d’une confidente et qu’il payait largement. J’ai ajouté à ma femme que je la faisais passée pour une de mes copines pour des raisons professionnelles.


Par contre, j’ai dit à Michel que j’allais lui présenter une amie et qu’il fallait qu’il engage comme femme de ménage occasionnelle et qu’il s’arrange pour la mettre doucement en confiance avant d’aller plus loin en lui faisant par exemple des cadeaux ou en l’invitant à manger.


Le jour du rendez-vous, comme nous avions un souper de prévu, j’avais demandé à mon épouse de s’habiller en conséquence. Elle était donc toute belle, perchée sur ses hauts talons, dans une robe classique qui cachait ses bas retenues par un porte-jarretelles.


Sur le trajet, tout en lui caressant les jambes, je lui dit qu’habillée de la sorte, elle allait affoler le pauvre Michel. Elle a simplement souri en haussant les épaules.


En arrivant chez Michel, il nous a fait visiter son appartement. Durant toute la découverte des pièces, j’ai bien vu qu’il matait avec insistance les jambes de mon épouse. De retour au salon, nous a avons discuté un moment et décidé que mon épouse se rendrait 1 fois par semaine chez lui, voire plus selon les demandes ou les disponibilités. Sophie était rassurée de l’entretien ajoutant que c’était un homme intelligent et cultivé.


Quelques jours après, Michel m’a appelé pour me remercier de lui avoir présenté Sophie et qu’il se réjouissait qu’elle vienne.


Les premières semaines se sont déroulées normalement. Sophie faisait un peu le ménage et Michel lui proposait souvent un café pour discuter et racontait sa vie et échanger sur l’actualité. Pour la semaine suivante, il était convenu qu’il n’y avait pas de ménage mais une sortie en ville, avec repas à l’extérieure. Sophie est rentrée ravie et appréciait cette relation. Elle avait même de la tendresse pour Michel. Il lui avait demandé si lors de la prochaine sortie, elle pouvait s’habiller comme lors de la première prise de contact. En plus, il payait bien plus que ce qui avait été convenu, lui faisant de nombreux cadeaux.


Quelques jours avant la fameuse sortie, il appela Sophie pour l’inviter à faire les boutiques pour la remercier de son dévouement. Elle rentra avec une magnifique paire de Louboutin de 14 cm, de la lingerie, une robe superbe et des parfums, elle était aux anges.


Le soir en discutant, elle me confia qu’elle avait l’impression qu’il lui faisait la cour, la complimentant souvent et que la discussion s’orientait souvent sur le sexe mais avec beaucoup de respect. J’en profitais pour lui dire que Michel était seul et gentil et que si elle le voulait elle pouvait coucher une fois avec lui à la seule condition qu’elle m’en parle et surtout qu’elle me raconte tout. Ce soir là, nous avons fait l’amour comme jamais. Le matin, elle me questionna encore concernant Michel comme pour se rassurer. Je lui expliquai qu’elle était le rayon de soleil dans la vie de Michel et que si elle se donnait à lui, cela pourrait nous excités.


Le jour du rendez-vous, elle passa la matinée à se préparer. Elle en ressortie sublime et très sexy juchée sur ces 14 cm. Elle avait une silhouette à faire bander un mort ! Je devais la conduire chez Michel pour 11h00. En quittant la voiture elle m’embrassa et me dit qu’elle me donnerai des nouvelles par SMS. Tout en dandinant exagérément pour rejoindre l’immeuble, elle se retourna tout en souriant.


Durant l’après-midi, elle me contacta à plusieurs reprises. C’est ainsi que j’appris que Michel l’avait amenée dans un établissement réputé et qu’il lui a avoué qu’il pensait souvent à elle. Elle s’en amusait et jouait de son charme. Vers 15h30, elle m’avisa qu’ils retournaient à l’appartement pour un dernier café et qu’elle m’appellerait juste après, afin que je vienne la chercher. En fin d’après-midi, sans aucune nouvelle, je lui envoyai un SMS en lui demandant si ca jouait. Elle me répondit 45 minutes après en me disant oui, ajoutant que je pouvais venir vers 19h30 au bas de l’immeuble.


A l’heure dite, elle arriva vers en marchant de manière hésitante. Elle était visiblement heureuse de son après-midi mais avait l’air fatiguée. Elle m’avoua spontanément qu’elle avait couché avec Michel ce qui me rendit fou de jalousie et également d’excitation. Elle voulait rentrer chez nous pour prendre une douche avant de tout me raconter. C’est ainsi qu’elle me confirma que Michel était monté comme un âne et qu’il bandait longtemps, peut-être aidé par une pilule bleue. Elle avait jouit bruyamment et le sexe énorme de Michel lui avait fait décupler son plaisir. Elle se réjouissait de le revoir. Moi, excité comme un fou, je devais la posséder tout de suite, pour me soulager voire me rassurer.


Elle retournait chez Michel une à deux fois par semaine et elle rentrait souvent avec des cadeaux. Chaque fois, elle s’habillée comme une pute mais elle ne faisait plus le ménage, Michel la sortait et aimait l’exhiber avant de retourner à son appartement pour la baiser.


Michel qui ne savait toujours que c’était ma femme me remercia de lui l’avoir présentée. Il m’avoua que c’était une chienne au lit et qu’il lui prévoyait de l’offrir à ces copains.