Le site de l'histoire érotique

Fête des mères arrosées

Chapitre 1

62
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le

62

2

J ’ai 35 ans, une copine, un bébé et je suis artiste urbain. Un mètre soixante-quinze, brun, les cheveux rasés, les yeux marron et un physique plutôt dans la moyenne. Je ne suis pas grand sportif, je préfère l’art et l’âge me donne légèrement du ventre.



Lors d’un week-end de fête des mères, il se déroulait un festival auquel j’avais participé la veille. Je devais m’y rendre de nouveau avec des amis afin d’y prendre des photos des œuvres réalisées, laissant ainsi ma petite famille seule à la maison après avoir fêté ensemble la fête des mamans. J’avais offert un petit présent à ma copine ainsi qu’une rose-rouge achetée le matin même. Ce jour-là j’avais rendez-vous avec Alex et Max chez ce dernier, il vivait avec sa mère Stéphanie et son frère.

Stéphanie est une charmante femme blonde, un physique athlétique, fine, 46 ans, très sympa et chaleureuse.



Il était convenu que nous nous retrouvions vers 14h30 et j’étais déjà en retard. Je devais passer chez mes parents sur le trajet pour offrir une rose à ma maman mais le temps passait trop vite, j’ai alors décidé de partir directement chez Max. Sur la route je me rendis compte que j’avais la rose avec moi et qu’avec la chaleur estivale, elle n’allait probablement pas aimer rester dans la voiture le temps de notre promenade sur le festival. J’ai alors pris la décision de l’offrir à Stéphanie et je trouverai le temps en fin de journée pour en acheter une autre pour ma maman.

14h45 me voilà arrivé chez Max. Je vais frapper à la porte et Stéphanie vient m’ouvrir. Elle portait une robe fine d’une couleur orange vif avec de jolis motifs. Je savais qu’elle était magnifique, mais la voir dans cette jolie robe dévoilant le haut de ses cuisses, des jambes terriblement longues et de magnifiques pieds dénudés la rendaient incroyablement attirante. J’ai également noté, qu’elle devait avoir pris trop le soleil, ses jambes étaient rouge d’un coup de soleil récent visiblement.



-Salut, entre je t’en prie Max est en haut.


-Salut, bonne fête ! Tiens je t’ai apporté ça ! (je lui tendis la rose)


-Waw ! Elle est belle, il ne fallait pas !


-Mais si, c’est la fête des mères je n’allais pas venir les mains vides.


-Une rose rouge en plus, dit donc tu me fais du rentre dedans ? (me lança telle en rigolant)


-Bien sur que non voyons, c’est juste pour marquer le coup


-Ta miss va être jalouse !


-Elle a eu la sienne également accompagné de son cadeau.


-Elle en a de la chance, allé entre !


-Merci !


-Max, tu descends s’il te plaît ?


-J’arrive !


-Viens t’installer deux minutes, tu veux un café ?


-Non merci, c’est gentil, on ne va pas traîner.


-Ok comme tu veux.



Elle contemplait sa rose avec un joli sourire et alla au salon, je ne pouvais m’empêcher de la mater tellement elle était sexy dans cette tenue. Soudain arriver vers la baie vitrée, elle se mit sur la pointe des pieds remontant sans le vouloir sa robe un peu plus haut me laissant encore plus rêveur même si je ne voyais ni ses fesses ni ses dessous. D’ailleurs je ne voyais aucune trace d’élastique sous sa robe moulante, mais je devais me faire des idées.



-Tiens un cerf, vient voir !


-Ha bon ? J’arrive !


-Regarde entre les fourrés là-bas !


-Ha oui effectivement.


-Ils viennent souvent chez nous, c’est une petite famille.


-Oui j’ai déjà vu les petits la dernière fois que je suis venue.


-Ils sont trop mignons les petits


-Oui je viendrais peut-être avec ma petite famille un de ces jours pour leur en faire profiter, si c’est possible bien sûr.


-Mais oui, vous venez quand vous voulez.


-Merci



Max descendit de l’étage et après avoir salué Stéphanie nous avons pris la route car Alex nous avait rejoint ainsi que Rodolphe un ami de Max. Rodolphe devait assister à un match le soir même sur place il prit donc sa voiture, accompagné de Max et Alex et moi avons pris la mienne. Sur place les œuvres des différents artistes étaient pour ainsi dire terminées en majeure partie. Après quelques heures passées sur le site, Alex et moi ont été séparés de Max et Rodolphe. Nous voulions prendre la route, je devais donc joindre Max pour lui demander s’il rentrait avec nous.



-Max, on va rentrer nous, tu viens ?


-Je vais rester avec Rodolphe, prendre les photos des dernières pièces réalisées on se voient plus tard ?


-Ok comme tu veux.



Nous avons pris la route et sur le trajet, Alex me fit rappeler qu’il avait laissé sa voiture devant chez Max, nous devions donc nous y rendre pour la récupérer. Après une heure de route sous une chaleur étouffante nous voilà arrivé chez Max. Alex en âge tout comme moi était pressé de rentrer chez lui se rafraîchir et a rapidement pris congé après nous être salués. J’ai appelé ma copine après qu’Alex soit parti et je lui ai dit que je n’allais pas trop tarder à rentrer, elle était ravie. J’ai alors démarré la voiture et alors que je m’avançais dans l’allée, j’aperçus Stéphanie à la porte. Je lui fis un signe pour lui dire au revoir et elle me fit signe de la main pour que je vienne la voir. Je me suis garé et j’ai remonté un peu les vitres avant de descendre pour aller la voir.



-Salut, tu voulais quelque chose ?


-Max n’est pas avec toi ?


-Non désolé il est resté au festival avec Rodolphe, il rentrera dans la soirée après le match


-Mince, si tard que ça ?


-Tu avais besoin de quelque chose ?


-Et bien comme tu peux le voir j’ai attrapé des coups de soleil et je n’ai pas appliqué de pommade depuis votre départ cet après-midi. J’aurais aimé que Max m’aide à m’en appliquer dans le dos mais ce n’est pas grave ça attendra ce soir.


-C’est juste ça ? Tu veux que je te l’applique ?


-Nan s’est gênant de te demander ça !


-Ok, et son frère il n’est pas là ?


-Non il est avec sa copine pour le week-end dans la belle famille


-Ha je vois, mais je ne rigole pas je peux te l’appliquer si tu veux.


-Tu ne vas pas être mal à l’aise ?


-Mais non ! Ça va prendre deux minutes


-Et bien dit donc, la rose et maintenant tes services, je vais croire que tu me fais du charme ! (dit elle en rigolant)


-Mais non haha, je t’aide juste et je vais rejoindre madame pour finir notre journée de fête des mères.


-Ok par contre c’est un peu gênant, le coup de soleil recouvre tout mon dos...


-Tout ton dos ? Comment tu as fais ton compte ?


-Je....je ne portais rien dans le jardin...


-Ha je vois, ce n’est pas bien grave je ne regarderais pas !


-Je préférerais au contraire, c’est super-sensible, j’ai bien brûlé ! Si tu y vas sans regarder tu vas me faire mal...


-Ok on s’y prend comment ?


-On va aller au salon sur le canapé


-Je te suis !



On se dirigeait vers le canapé de cuir en forme de L , et elle s’installa sur le ventre après m’avoir tendu la pommade. Elle essayait de retrousser sa robe dans son dos tout en gardant le ventre bien calé sur le canapé.



-Très belle danse ! dis-je en rigolant


-Haha ne dit pas de bêtise je galère un petit peu à vrai dire !


-Attends je t’aide, jusqu’où je dois descendre ta robe ?


-heu....au-dessus des fesses ça va ?


-C’est toi qui vois !


-Merci !


-Mais de rien



Je descendis sa robe le long de son corps découvrant ainsi un dos magnifique et une taille fine, j’ai fais glisser la robe jusqu’à la naissance de ses fesses. Elle avait bien brûlé en effet, son dos était aussi rouge que ses jambes. Je pouvais voir la forme de ses fesses bombées dans cette robe moulante à souhait, la vue était sublime. J’ai pris un peu de pommade sur les mains et alors que j’approchais de son corps pour lui appliquer



-Fait attention s’il te plaît c’est très sensible !


-Ok, ça marche, tu me dis si ça va !


-Oui ok !



J’ai posé mes mains le plus légèrement possible sur son dos et j’ai commencé à lui étaler délicatement. Sa peau était brûlante, la pauvre devait avoir mal.



-Ça va comme ça ?


-Oui, c’est très agréable tu es doué, tu n’es pas brute comme Max.


-Ha bon il est brute ?


-Je suis sa mère, c’est compréhensible qu’il préfère faire ça vite.


-Ha ba oui c’est normal moi aussi j’aimerais écourter ça si tu étais ma mère. Mais bon c’est agréable de t’étaler de la pommade.


-Ha bon ?


-Oui tu as la peau très douce !


-Merci, tu vas me faire rougir !


-Ok j’arrête !



Je profitais un maximum de la situation en prenant mon temps pour ne pas lui faire mal



-Merci c’est très agréable, je peux abuser ?


-Abuser ?


-Tu pourrais m’en mettre sur les jambes aussi ? S’il te plaît, je me fais mal quand je m’en mets, et tu as l’air très délicat.


-Heu...oui si tu veux.


-Vraiment ? Merci, tu m’aides à remettre ma robe s’il te plaît ?


-Bien sûr !


-Merci !



J’ai remonté sa robe doucement et alors qu’elle se retournait pour s’installer en position assise, je me suis rendu compte que je bandais dans mon short. Il fallait que je m’installe de manière à ne pas éveiller les soupçons. Je me suis assis à une certaine distance pour qu’elle puisse poser son pied dénudé sur ma cuisse. Je n’avais pas rêvé ses pieds sont vraiment magnifiques et cela m’excite d’autant plus. Elle pose doucement son pied droit sur ma cuisse laissant le gauche posé à terre, sans s’en rendre compte cette position lui écartent légèrement les cuisses et remontent sa robe assez haut pour me laisser bouche bée. Elle me dévoilait malgré elle une chatte sublime, avec la forme d’un bel abricot tout lisse. Il me semblait n’avoir distingué aucune marque de culotte, shorty ou string sous sa robe et j’en avais maintenant le cœur net, elle se baladait la moule à l’air. J’essayais de ne pas trop mater cette vue sublime qui m’était offerte et je m’appliquais à ne pas lui faire mal avec la pommade. J’étais très mal à l’aise je bandais fort et je croisais les doigts pour qu’elle ne s’en rende pas compte. Soudain elle remonta son pied droit, pour l’approcher de ma cuisse. Mais son pied ne s’est pas arrêté à ma cuisse et est venu se poser directement sur ma queue me laissant sans voix.



-Que fais-tu ?


-C’est bien ce que je pensais, ça t’excite de me mettre de la pommade !


-Désolé ! (je ne savais pas ou me mettre)


-Je le savais ! tu me draguais !


-Et toi tu ne m’allumes pas peut-être ? Tu as la chatte à l’air !


-Mince je pensais que tu ne voyais pas...(elle se mit à rougir comme une écrevisse en remettant sa main sur sa vulve pour la dissimuler)...c’est affreusement gênant !


-Et poser ton pied sur ma queue non ? Retire-le s’il te plaît ou ça risque de dégénérer


-Ha bon ?



Sur ces mots elle écarta légèrement les orteils et exerça un mouvement de bas en haut pour me branler doucement à travers mon short. La vue de ce pied parfait me branlant me fit alors péter un câble



-Ça suffit !! ! Je vais te bouffer la chatte petite salope !


-QUOI ?



Je me suis rué sur elle et je lui ai écarté les cuisses, j’ai plongé mon visage entre elles et j’ai directement posé ma bouche sur sa chatte lisse et douce avant d’y insinuer la langue pour la pénétrer. C’était si soudain qu’elle eut un mouvement de recule, mais je l’ai immédiatement saisi par les fesses pour l’empêcher de fuir. Cette garce m’avait allumé, elle allait assumer ses actes.



-Nan attend je plaisantais, je voulais juste te taquiner !



Voyant que je ne me m’arrêtais plus de la lécher elle a commencé à reculer sur le canapé pour que j’arrête, mais j’ai avancé pour continuer à lui butiner la chatte, j’enfonçais ma langue profondément dans son intimité humide et salée buvant son nectar à la source.



-Haaaa putain stop, arrête où je me mets à hurler ! C’était une blague s’il te plaît arrête ! Ce n’est pas bien !



Elle continuait de reculer jusqu’à arriver dans l’angle du canapé en L se bloquant par la même occasion au dossier, elle n’avait plus d’échappatoire. Je la léchais comme un dingue et j’entrepris de lui sucer son petit clito qui avait gonflé sous mes assauts. Son petit bouton d’amour était dressé fièrement une fois découvert par mes doigts lui écartant les lèvres. J’ai dardé la langue pour faire des petits clapotis sur son joli clitoris puis je l’ai pris entre mes lèvres pour le sucer.



-Hannnnn, putain.....j’abandonne.....hummmmmmm....tu es doué salaud !!! Continue s’il te plaît, bouffe-moi la chatte !Hannn !



Je me suis alors redressé et j’ai mis ma main gauche sous sa gorge et je l’ai plaqué sur le canapé. Elle avait les yeux grands ouverts de surprise tellement les événements allait vite.



-Écarte bien grand les cuisses petite pute !


-QUOI ? Calme toi je ne suis pas une pu...



Je lui ai mis une grosse gifle qui a claqué dans le salon, tout en la maintenant fermement par la gorge. Elle était toute rouge et elle s’est résigné à ouvrir grand les cuisses. J’ai porté mes doigts à sa bouche la forçant à les sucer, elle était douée, elle plongeait son regard d’un bleu intense dans les miens et elle suçait mes doigts comme si elle pompait une bite, j’avais hâte qu’elle me suce la queue. Une fois les doigts bien humides j’ai posé ma main sur sa chatte et je lui ai enfoncé deux doigts bien profondément.



-Tu vas regretter de m’avoir allumé petite pute !



J’ai bougé ma main comme un forcené en la doigtant super fort, son jus n’a mis qu’une poignée de seconde avant d’exploser et d’éclabousser tout ce qu’il y avait autour et elle s’est mise à hurler dans la maison



-Putain ! Putain ! Putainnnnnnnnnnnnnnnn !!!!!!!!Haaaaaaaaaaaaa !!!!!



Le geyser de cyprine a inondé le canapé et le sol tout en trempant la totalité de mes fringues. Mon t-shirt et mon short étaient maculés de mouille. Et je ne m’arrêtais plus de la doigter j’étais comme possédé, je continuais de la faire éjaculer et hurler dans la maison et ça me rendait dingue je bandais comme un fou. Mon bras était trempé et j’ai retiré mes doigts la laissant haletante dans le coin du canapé la mouille sur ma main coulait à terre. Je retirais mes fringues.



-Et bien ma salope ta petite chatte est un putain de jet à mouille !


-Han...han.....tu es dingue ! C’est la première fois qu’ont me fais....éjaculer et tu n’y es pas allé de mainmorte !...han...han....


-Je retire mes fringues tu les as trempés, heureusement que j’ai du rechange dans la voiture.



Elle me regardait me déshabiller J’ai retiré mon t-shirt trempé puis mon short ne gardant que mon  boxer.



-Même mon boxer est trempé ! Tu es une sacrée fontaine !


-...


-Qu’est-ce qui t’arrive ?


-Tu n’as pas de poil ?


-Ça te pose un problème ?


-C’est la première fois que je vois un homme totalement rasé, c’est beau.....ça m’excite ! Tu as le sexe rasé aussi ?


-Pourquoi tu ne viens pas le vérifier toi-même ?



Elle s’est alors redressé d’un bon et s’est jeté sur mon torse sortant sa langue pour sucer et lécher mes tétons. Elle est descendu de mon torse vers mon ventre qu’elle couvrait de baisers et a saisi l’élastique de mon boxer pour libérer ma bite totalement rasée et tendue qui palpitait de spasmes.



-Waw quelle queue ! Elle est superbe !


-Suce-moi !


-Pas comme ça ! Tu domines depuis tout à l’heure c’est à mon tour, tu vas t’allonger et me laisser faire !


-Mais je suis pressé de te baiser !


-Moi aussi je suis pressé que tu me démontes ! Mais tu ne vas pas le regretter


-Ok je demande à voir


-Allonges-toi !



Je me suis allongé sur le canapé complètement nu et elle m’a d’abord fait écarter les cuisses.



-Waw tu es rasé partout même sur ton anus !


-Oui c’est plus propre, j’ai souvent trop chaud alors me raser était la meilleure option


-J’aime aussi quand les poils sentent la sueur, mais là je dois bien avouer que je suis excité rien qu’à te regarder. Quelle queue, ça me donne l’eau à la bouche !


-Suce-moi ! Arrête de me faire attendre !


-Tu vas voir je suis doué !



Elle s’est approché de ma queue en me regardant droit dans les yeux, puis elle a ouvert la bouche pour poser ses lèvres sur mon gland tout en maintenant un intense regard. Elle a laissé sa bouche entre ouverte et a commencer à passer ses lèvres le long de ma hampe, jusqu’à mes couilles puis elle est remontée en y ajoutant la langue. Arriver à son extrémité, elle a fait une rotation sur mon gland avec sa langue avant de me prendre en bouche et de s’enfoncer lentement jusqu’à mes couilles. J’étais hypnotisé par ses yeux bleus qui ne cessait de me fixer. Ses lèvres étaient douces et elle remontait vers mon gland aussi lentement qu’elle était descendu puis elle me fit un clin d’œil avant d’entreprendre un va-et-vient endiablé sur ma queue. J’avais le souffle coupé à chaque fois que son menton venait toucher mes couilles. Au fur et à mesure qu’elle me pompait la queue, je la voyais s’humidifier et devenir luisante de salive, cette vision me rendait complètement dingue. Elle arriva de nouveau à mon gland et alors qu’elle le lâchait pour s’éloigner doucement sans me quitter du regard elle ouvrit la bouche, tendit la langue et laissa un filet de bave abondant couler de sa bouche directement sur ma queue.



-Putain de salope tu me rends dingue j’ai trop envie de te baiser !


-Patience ! Quand j’en aurais fini avec toi tu pourras te déchaîner sur moi et me baiser comme une grosse chienne


-J’adore entendre une femme parler comme ça ! Ça m’excite encore plus !


-Ça reste correct, par contre toi tu vas trop loin je trouve


-On verra si tu dis encore sa quand je te défoncerais !



Elle ne répondit que par un sourire et prit ma queue dans sa main pour me branler alors qu’elle descendit pour passer sa langue sur mes couilles, puis elle en a saisi une qu’elle s’est mise à aspirer dans sa bouche tout en continuant à me branler. Sa main remonta sur mon gland et elle fit des petits mouvements avec ses doigts dessus, cette sensation était folle. Elle prit alors mes cuisses et remonta mes jambes avant de poser ses lèvres sur mon anus.



-Waaaaa que fais-tu ?


-Chut ! Ferme là c’est à mon tour de te dominer !


-Mais...


-Tais-toi !



Elle passa sa langue sur mon cul, je voulais protester encore une fois mais je devais bien avouer que cette nouvelle sensation était très agréable. Sa main continuait de me branler avec un bon rythme et j’ai alors compris que sa langue se frayait un chemin dans mon orifice. Elle entreprit un petit va et vient dans mon cul et cette nouvelle expérience m’excitait au plus haut point. C’est alors que j’ai senti une vague de plaisir parcourir mon membre


-Putain salope tu vas me faire jouir !


Elle ne prit nullement mon avertissement en considération et inclina ma queue vers le bas en continuant à me branler et en me pénétrant doucement. Le jus ne mit que quelques secondes à parcourir ma hampe et exploser au-dessus d’elle. Les puissants jets de foutre retombèrent sur son dos, ses cheveux et son visage alors que mon corps était parcouru de spasme intense.



-Et bien mon salaud il n’y a pas que moi qui avait des réserves, quelle quantité impressionnante de foutre ! Je suis trempé !


-Tu ne mentais pas....tu es douée salope !


-Merci bon et bien avec la mouille et ton foutre je suis bonne pour me mettre à poil aussi, ma robe ressemble à une serpillière !



Elle était à genoux entre mes cuisses, et elle a saisi les pans de sa robe qu’elle a ensuite tirée vers le haut dans un mouvement ultra sexy me dévoilant son corps magnifique et totalement nu. Elle jeta sa robe à terre et passant ses mains dans ses cheveux, elle les a détaché, laissant retomber sa belle chevelure blonde sur son corps sublime. Son ventre était légèrement bombé par ses muscles, ses seins étaient ni trop gros ni trop petit, avec des extrémités bien roses et de beaux tétons qui pointaient. SUBLIME. Elle me regardait droit dans les yeux et se mit à sourire



-Qu’est-ce qu’il y a ?


-Tu es sublime !


-Ho merci...



Elle se mit à rougir et ce fut l’élément déclencheur qui me remis instantanément au garde-à-vous. Je me suis relevé et la saisissant à nouveau par la gorge je l’ai embrassé fougueusement, elle a ouvert grand les yeux tellement le geste était soudain. Elle ne me repoussait pas pour autant et ferma les yeux pour apprécier ce baiser alors que nos langues se livraient à un balai humide et sensuel. Elle garda les yeux fermés après notre baiser



-Waw quel baiser ça m’en donne des frissons !


-Embrasser une créature de rêve comme toi est un réel plaisir !


-Ho...arrête je ne sais pas ou me mettre !



La tenant toujours par la gorge je l’ai poussé pour l’allonger sur le canapé et j’ai immédiatement remis mes doigts profondément dans sa chatte pour la pistonner de nouveau et la faire hurler. Maintenant que nous étions nus tous les deux c’était un réel plaisir de recevoir ces geysers de cyprine sous pression directement sur nos corps. J’ouvrais la bouche pour en goûter la saveur, elle criait de tout son corps dans le salon tandis que je n’arrêtais plus de la faire éjaculer. Puis j’ai retiré ma main la laissant se tordre de plaisir alors que les derniers jets nous éclaboussaient.



-Met toi à genoux salope je vais te défoncer !



J’ai saisi ses jambes et l’ai retourné à plat ventre sur le canapé, elle haletait encore des assauts de ma main. Je l’ai saisi par la taille la mettant à quatre pattes et sans plus attendre j’ai saisi ma queue et me suis enfoncés jusqu’aux couilles dans sa magnifique chatte trempée.



-HAN putain quel morceau !



Je l’ai pistonné comme un damné durant de longues minutes la maintenant par la taille. Le bruit sourd que faisaient mes couilles à chaque coup de reins mélangé au bruit obscène de sa mouille me mettais hors de moi je la pilonnais sans me demander si je n’y allais pas trop fort, cette salope m’excitait trop et l’entendre crier et gémir me maintenais dans un degré d’excitation jamais atteint jusque-là. J’ai attrapé ses cheveux des deux mains pour bien lui faire cambrer son dos et en me plaçant au-dessus d’elle les pieds à plat sur le canapé j’ai entamé un va-et-vient plus profond et plus violent encore que le précédent. Je sentais le fond de sa chatte à chaque coup de reins.



-Je te garantis que tu te souviendras de cette fête des mères salope !


-HAAAA...HANNN... tu es complètement dingue ! Quelle fougue putain ! HAAAAAN...tu vas me faire jouiiiiirr...



J’ai alors stoppé net mon va-et-vient la laissant haletante et sans voix.



-Qu’est-ce que tu fais ? Pourquoi t’arrêtes-tu ?


-Je ne t’autorise pas à jouir tant que tu ne l’auras pas admis !


-Quoi ? De quoi parles-tu ?



Je lui ai alors mis un violent coup de reins lui arrachant un crie



-Dit moi ce que tu es !


-HAN ! Putain !


-Dit le ! Je lui remettais un violent coup de bassin


-HANNNNN ! Je suis une chienne ! Haaaaaaaaaaaaaaaaaaa...


-Dit le ! Je lui donnais de grands coups de queue saccadés


-HUMMMM ! Je suis.....HANNNNNN …...Une....HAAAAAAA.....Je suis une salope !


-DIT LE !!!!! Je reprenais un rythme effréné lui pompant littéralement la chatte


-HA!HAAA!HAAAAAAAAAA! Nom de Dieu ! HAN !


-DIIIIIIIIIIIIIT LE !!!!!!!


-JE SUIS UNE GROSSE PUTE ! HAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!



Elle explosait d’un orgasme qui la fit éjaculer à grands flots sur mes couilles, mes cuisses et sur le canapé. Je ne m’arrêtais plus de pomper cette moule trempée de plaisir, sa chatte ruisselait j’avais l’impression de fourrer une gourde remplie d’eau chaude et je ne sentais presque plus les parois de son sexe tellement le flot était abondant. Le fait d’avoir éjaculé quelques minutes avant me rendant encore plus performant, je la démontais de toutes mes forces.



-Hannnn.....nom de Dieu !.....j’adore ta queue!!!HANNNN...Baise-moi!!HUMMMMM !


-Tu l’apprécies ta fête des mères, petite salope ?


-Huuuummmm....OUI!!!OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! Prends-moi fort comme une grosse pute !!!HAN !


-Tu vas t’en souvenir de cette journée !


-Putain ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !



Je me suis alors retiré et je me suis penché derrière son cul pour lui enfoncer la langue dans la chatte. J’ai bu des grandes gorgées de son jus d’amour avant de remonter vers son trou du cul pour passer le plat de la langue dessus.



-Hannnnn....oui bouffe-moi le cul ! Huuuuummmm.



J’ai alors enfoncé ma langue dans son orifice trempé de mouille et de salive. Son cul ne semblait opposer aucune résistance, était elle une habituée de la sodomie ? Elle ôta alors mes doutes en les balayant d’une phrase hard et intense qui me laissa sans voix.



-Huuuuummmm j’adore ça ! Viens me bourrer le cul avec ta grosse queue !


-Tu veux que je t’encule ?


-Oui vient prendre mon cul de grosse pute ! Tu peux y aller à fond d’emblée j’aime bien quand ça fait mal !


-T’es vraiment une putain de vicieuse !



Je me suis remis en position les pieds à plat sur le canapé bien au-dessus d’elle, j’ai saisi ses cheveux à pleines mains pour la faire cambrer.



-Cambre toi bien grosse salope !


-Dépêches-toi de me la mettre je veux sentir ta grosse bite au fond de mon cul !



J’ai posé mon gland à l’entrée de son trou et j’ai poussé fort pour m’enfoncer directement jusqu’aux couilles. Son corps c’est alors tendu sous cet assaut violent signe que la pénétration était douloureuse. Une fraction de seconde pour me rappeler que c’est elle qui l’a cherché et je l’ai alors défoncé avec brutalité la laissant la bouche grande ouverte le visage crisper de douleur sous mes coups de queue. Malgré son inconfort j’ai resserré mon étreinte en l’agrippant davantage par les cheveux tirant sa tête bien en arrière le visage vers le plafond, je l’enculais telle une bête. Aucun de nous ne disait un mot, seuls les bruits de ses fesses qui claquaient sous mes assauts bestiaux résonnaient dans le salon. La sueur perlait sur mon front et mon corps, les gouttes tombèrent sur son dos. Cela dura un moment au point de créer une minuscule flaque de sueur dans le creux de son dos. Son visage avait cessé d’être crispé et elle se mordait maintenant les lèvres me donnant ainsi le feu vert pour me défouler davantage dans son boyau brûlant. Son corps c’est alors arqué et elle rompit le silence.



-Putain ! Putain ! Putaaaaaaaaiiiiiinnnn ! Défonce-moi le cul ! Je vais jouir ! …...je vais.....jouiiiiiiiir.....haaaaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAAAA..........



C’est alors qu’elle se mit à nouveau à éjaculer une quantité incroyable de mouille arrosant mes mollets et le canapé en resserrant son cul sur ma queue tel un étau. La pression était trop intense et je me suis retiré de son trou du cul saisissant son cul à pleines mains, le flot de mouille continuait de sortir de sa vulve gonflée. Cette vue m’excitait et je ne pouvais plus me retenir il fallait que je lui claque le cul. La première claque fut sèche et la pression de cyprine s’est brièvement intensifiée sous la douleur, je lui en ai mis une seconde qui la fit également éjaculer brutalement. Puis les dernières gouttes finir par perlé sur ses lèvres bombées avant qu’elle ne tombe de tout son poids sur le ventre.



-Putaiiiiiiinnnn.....quel pied.......tu es un fou....on ne m’a jamais autant fait jouir.....


-Retournes-toi sur le dos tu vas me sucer salope !

-Avec plaisir, elle doit avoir un bon goût de mon cul !


-Tu m’excites grosse pute !



Elle s’est mise sur le dos, je l’ai saisie par les chevilles et je l’ai placé les fesses dans entre l’assise et le dossier du canapé, les jambes posées sur le dossier, le dos à plat sur l’assise et la tête légèrement dans le vide. Je me suis accroupie au-dessus d’elle.



-Lèche mon cul salope !


-Hummmmm tout de suite.



Elle a enfoui sa langue sans plus attendre dans mon cul en me tenant par les cuisses



-Tu ne me branle pas ?


-Je veux garder le goût et le jus de mon cul intact avant de te prendre dans ma bouche !


-Vicieuse !



Je la tenais toujours par les chevilles et alors qu’elle continuait à me bouffer le cul avec passion, j’ai rapproché ses pieds joints devant mon visage et j’ai commencé à lui sucer les orteils.



-Waaaaaa que fais-tu ?


-Tais-toi et bouffe-moi le cul salope !



Je passais ma langue entre ses orteils et les prenais un à un dans ma bouche pour les sucer, puis j’ai ouvert grand la bouche pour y mettre l’intégralité des orteils de son pied droit. Je jouais avec ma langue à l’intérieur.



-Hannnnnn....hannnnn....


-Tu vois que ça te plaît


-C’est super-agréable merci de me faire découvrir toutes ces choses aujourd’hui


-Avec plaisir !



Je me suis alors légèrement déplacé et j’ai enfoncé lentement ma queue dans sa bouche et sa gorge jusqu’à la voir totalement disparaître. Cette vue m’a rendu dingue et je me suis mis à baiser cette bouche offerte comme si je baisais sa chatte. Elle ne pouvait plus parler et les bruits obscènes de sussions et de renvoi me mettaient dans un état second. Je sentais la pression monter dans sa bouche tandis que sa salive coulait sur mes couilles et me trempait les cuisses. J’ai replié ses jambes au-dessus d’elle et je lui ai mis des doigts dans la chatte pour la pistonner à nouveau. Elle a de nouveau éjaculé sous le rythme de mes doigts, elle nous arrosait totalement et la vue de sa chatte qui éclaboussait et la sensation de sa bouche autour de ma queue ne mirent pas longtemps à me mener à l’orgasme. Je me suis retiré de sa bouche la laissant hurler son plaisir dans toute la pièce et elle a alors saisi ma queue comme si elle avait deviné mon état. Puis elle me la branler frénétiquement, j’ai explosé en quelques secondes, l’accompagnant dans son éjaculation de sécrétions intimes, elle ne s’arrêtait plus de me branler la bite pour en extraire les dernières gouttes de sperme. J’ai retiré ma main pour admirer ce spectacle. Stéphanie totalement trempé de foutre et de cyprine, c’était grandiose.



-Putain de salope tu m’as vraiment vidé les couilles !


-Quelle fête ! Merci bel étalon !


-De rien ma belle et.....pardon de t’avoir traité de salope et autres....j’étais trop excité...


-Ne t’excuse pas, ça m’a bien émoustillé.


-Vraiment tu ne m’en veux pas ?


-Mais non tu m’as donné une superbe partie de baise, je n’avais pas pris mon pied comme ça depuis des années. Merci !


-Tout le plaisir est pour moi. J’ai vraiment pris mon pied tu es une femme magnifique.


-Merci c’est gentil ça.


-Purée je vais être à la bourre on a baisé longtemps, j’avais dit à ma copine que je rentrais directement.


-Merde elle ne va pas apprécier.


-Je lui dirais que j’étais au téléphone avec un pote.


-Petit malin ! Moi qui voulais prendre une douche avec toi, c’est raté.


-Tu veux remettre ça ?


-Pas maintenant, mais j’aimerai bien que tu passes régulièrement me baiser comme une grosse salope !


-Putain tu me fais bander à nouveau !


-Ça t’excite hein de m’entendre dire que je suis ta petite pute !


-....


-Je te taquine file prendre ta douche !


-Ok



J’ai pris une douche expresse, j’étais poisseux de sécrétions. J’ai embrassé Stéphanie avant de prendre la route. Je me suis excusé auprès de ma copine qui m’avait laissé plusieurs messages elle s’inquiétait. Sur la route j’ai reçu un message, il s’agissait de Stéphanie qui m’envoyait une photo de sa bouche se mordant les lèvres, accompagné de ce message.



-Merci pour cette baise intense, j’ai encore la sensation de ta queue dans ma bouche, ma chatte et mon trou du cul. J’ai passé une agréable journée de fête des mères. Reviens vite me baiser et m’enculer sauvagement ! Ta petite pute



Je souriais le reste du trajet des images plein la tête.