Le site de l'histoire érotique

Fétichisme du collant

Chapitre 1

4
2

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le

4

2

Si j’ai bien un fétichisme, c’est celui du collant et des bas nylon.Laissez-moi vous narrer un récit où le collant m’a permis de satisfaire mon fantasme.



 C’était lors d’un salon de l’érotisme à Liège, un salon où il y avait multitude d’échoppes liées à l’érotisme, des tatoueurs pour ceux et celles qui désiraient laisser une trace indélébile à un endroit coquin de leur corps. 

Mais également des shows réalisés par des stripteaseurs (euses), seuls ou en couple.

Un couple avait même fait une démonstration avec la demoiselle et des serpents (le veinard s’enroulait autour d’elle).

Mais revenons à ce qui nous préoccupe, le collant nylon.

 Etant habitués de ce style de salon, nous savions que les shows attirent un nombreux public lorsqu’ils sont annoncés. Les gens s’agglutinent devant la scène en masse concentrée et les femmes sont souvent la proie de "toucheurs" et nous avions mis au point un stratagème pour les amener à elle (ma chérie).

Habillée de manière sexy, mais pas trop, nous nous sommes rendus en ce lieu si bondé de coquins et coquines (80% d’hommes).

Elle portait des escarpins, une jupe à volants (4 à 5 centimètres au-dessus des genoux) et un petit pull fortement échancré. Dessous, rien qu’un collant ouvert !

Nous nous sommes promenés à travers les différentes allées, en profitant pour réaliser quelques achats de lingerie et accessoires. 

Les heures des shows étant renseignées à l’entrée et le premier devant commencer 10 minutes plus tard, j’ai emmené ma coquine dans un coin et l’ai apprêtée en fonction de notre but. C’est à dire: J’ai pris un pan arrière de sa jupe et l’ai coincé dans son collant. De cette façon la moitié (en hauteur) d’une de ses fesses était apparente.

Nous nous sommes séparés et, tranquillement, elle s’est dirigée vers la scène. La suivant à quelques mètres, j’ai vite aperçut plusieurs voyeurs qui la pistaient.

Quand elle est arrivée près de la scène, déjà une vingtaine de mecs s’y pressaient. Elle se posta derrière eux et attendit le début du spectacle. 

Très vite ils furent nombreux à se diriger derrière elle, je dû hâter le pas afin de ne pas en être trop éloigné !! 

Me faufilant (sous le regard désapprobateur de certains) à travers la foule, j’ai réussi à obtenir une place qui me permettait d’entrevoir ma chérie.

Les lumières ont diminué d’intensité et le show a débuté.

Selon un plan prévu, elle devait se gratter l’oreille dés qu’un "toucheur" se manifesterait.

Cela ne prit même pas 2 minutes et le signe de reconnaissance se fit.

J’essayais de voir, mais vu la foule je ne distinguais presque rien. 

Si je ne pouvais voir les attouchements, j’apercevais autre chose.

Cette autre chose était ma salope qui se tortillait ! Elle tentait d’être discrète, mais ses petites ondulations me permettaient de deviner qu’une main devait avoir accéder à sa case trésor.

Cela a duré les vingt minutes du spectacle, un temps court et long à la fois (pour moi).

Quand les lumières revinrent, et que la foule se dispersa, j’ai repris le chemin dans la direction du petit coin où je l’avais mise en valeur et elle m’a rejoint.

Elle a remis sa tenue en place et nous sommes allés nous attabler pour boire un verre et discuter de ce qui venait d’arriver.

Pour être chaud, cela avait été chaud. Carrément "hot" selon ses dires !

Le premier coquin avait commencé en caressant une fesse avec timidité. Chuchotage derrière elle puis se furent plusieurs mains qu’elle sentit parcourir son petit cul. 

Et ça ne s’arrêta pas là, elle eut également droit à des doigts qui titillèrent son clitoris et pénétrèrent sa petite chatte. 

Pour elle, au moins 3 "toucheurs" ont profité de ces instants. Et celui placé à son arrière droite s’est saisi d’une de ses mains pour l’amener à sa verge. Elle l’a masturbé quelques peu, mais pas trop.

Même si j’étais heureux, je regrettais de n’avoir pu mieux assister à tout ça.

Un deuxième show était prévu 01 h 30 plus tard, nous avons décidé de recommencer ce jeu, mais en nous arrangeant pour que je sois plus proche.

C’est bien de prévoir des choses, mais parfois elle n’arrivent pas.

 Alors que nous parlions, j’ai remarqué une table où 2 hommes étaient en train de boire une bière tout en nous regardant. J’ai reconnu un des deux comme étant certainement un des "toucheurs" car il était juste derrière elle durant la "séance".

Le gars en question devait avoir une quarantaine d’années, l’autre beaucoup plus âgé.

Discrètement, j’ai expliqué à ma coquine qu’un de ses admirateurs se trouvait non loin de nous et semblait parler d’elle à son ami. 

Avec l’accord de ma chérie, je suis allé à la rencontre de ces 2 hommes et les ai invités à se joindre à nous. Ils ont accepté et nous sommes revenus tous trois prendre place à ma table. Ce n’est pas innocemment que j’ai désigné les chaises où ils ont pris place, l’un à côté d’elle et l’autre face à elle.

Je leur ai demandé ce qu’ils buvaient et me suis rendu au bar, la laissant seule avec eux.

Quand je suis revenu avec les boissons j’ai compris, à son air navré, qu’ils n’avaient pas tenté quoi que ce soit (même pas verbalement m’a-t-elle dit par après). Alors c’est encore moi qui ai pris l’initiative.

M’adressant au plus jeune, je lui ai dit:

- "Ma femme dit que vous aviez les mains douces et curieuses, elle a apprécié leur visite durant le show".

Il m’a regardé, l’a regardée puis, enhardi, m’a répondu que lui aussi avait aimé cette exploration.

Et, complètement désinhibé, il a ajouté que son ami l’enviait.

-" Rien ne l’empêche de profiter" ai-je rétorqué, "il lui suffit de se rapprocher d’elle".

Ils (son ami et lui) se sont regardé en souriant puis le vieux a fait glisser sa chaise contre celle de ma chérie. Elle s’est appuyée contre la table afin de mettre une certaine discrétion et j’ai vu le bras de l’homme partir en reconnaissance. 

A plusieurs reprises j’ai fait tomber mon paquets de cigarettes et me suis rincé l’oeil sous la table. Elle avait les jambes bien écartées et le vieux cochon jouait avec l’intérieur des cuisses de ma salope. Son torse avait de petites convulsions, elle devait avoir de légers orgasmes.

La dernière fois où je me suis penché pour mater, j’ai aperçut une petite flaque d’urine à terre. Cela lui arrive parfois quand elle jouit trop.

Regardant l’horloge au-dessus du bar, j’ai vu que le show suivant allait débuter dans moins de 5 minutes. J’en ai averti les 2 comparses en leur signalant qu’ils pouvaient venir le voir avec nous et continuer leurs palpations durant ce temps.

Je leur ai signalé qu’ils pouvaient s’amuser tant qu’ils le souhaitaient, mais de ne pas empêcher d’autres d’avoir accès également.

Et que, si ils le désiraient, nous pouvions nous retrouver tous quatre à la même table à la fin.

Cette fois j’avais une meilleure place, juste derrière elle.

Dés la semi-extinction des lumières, mes 2 lascars engouffrèrent leurs mains inquisitrices sous la jupe de ma salope. Vu mon placement, j’empêchais tout autre "toucheurs" de tâter le petit cul disponible. J’ai donc attiré le regard de mon voisin sur ce qui se passait devant nous et l’ai encouragé à "profiter" également. Il me fit une moue semblant dire "tu crois que je peux?". Alors je lui ai démontré qu’il n’y avait aucun risque. 

J’ai soulevé la jupe de ma salope et il a vu les mains des 2 autres qui s’amusaient sur et entre le fessier. Moi-même j’ai touché ma femme pour le rassuré complètement. Cela l’a encouragé et, à son tour, il s’est régalé du cul offert.

Après le show, ma salope, les 2 premiers coquins et moi-même, sommes retournés nous asseoir et avons repris un verre ensemble.

Tout en conversant, j’ai appris que ils n’étaient pas des "amis", mais père et fils.

Cela changeait la donne, j’avais imaginé les emmener tous les 2 chez nous pour une bonne partie de baise, mais vu le lien familiale j’étais moins sûr.

Et cela s’avéra. Quand je leur ai fait la proposition, le fils m’a répondu que ce n’était pas possible pour lui de se retrouver dans un lit avec son paternel.

Quelques instants de réflexion et j’ai soumis un dilemme. Ma salope choisirait celui que nous ramènerions chez nous, si cela leur convenait. Ils marquèrent leur accord, mais je vis la tête du vieux s’assombrir. 

Bien sûr, vu l’âge de ma femme et le sien, il a cru directement que son fils allait profiter de ma salope. 

Mais voilà, et moi je le savais en le proposant, ma petite pute adore les vieux. 

(plus ils le sont, mieux elle aime. Son fantasme est de pouvoir être dans les bras d’un octogénaire)

Là, c’est le fils qui tira la gueule, il était vraiment déçu.

Voyant ça, une idée m’a traversé l’esprit et je leur en ai fait part.

Ma salope irait le sucer dans sa voiture tandis que son père et moi prendrions un dernier verre. Quand elle l’aurait dégorgé elle viendrait nous chercher.

Ce qui fut fait. Après avoir satisfait de façon buccale le fils, elle nous a rejoint et nous sommes allés chez nous tous 3. 

Le fils est rentré chez lui et madame aura pu dormir tranquille car il était vidé, bien vidé.

Chez nous, le vieux s’est comporté de manière très honorable, il fut un amant de qualité.

A l’exception près qu’il ne pratiquait pas la sodomie et que ma putain a demandé à ce que je me joigne à eux. Durant les séances de "touche-touche" au salon de l’érotisme, son anus avait été fortement titillé et elle voulait maintenant être sodomisée. 

Le vieux s’est arrêté de la niquer et s’est placé à son côté tandis que je l’ai enculée.

Il a dû vraiment apprécier le spectacle car, à peine avais-je sorti ma queue du cul de ma putain, il s’est remis en selle et l’a baisée avec une sauvagerie extrême en finissant par une éjaculation sur ses seins. 

Elle l’aurait préférée en bouche, le sperme étant son péché mignon. C’est donc avec ses doigts qu’elle en a récolté un maximum et l’a porté à ses lèvres.

Elle en avait la bouche barbouillée et m’a supplié de l’embrasser. Je ne peux rien lui refuser, lol.

 Depuis lors, lorsque nous partons pour des balades semi-coquines, ils nous arrive souvent de réitérer cette façon de glisser un pan de sa jupe dans son collant. Jamais en journée, uniquement le soir et pas n’importe où. Nous aimons marquer certains temps d’arrêts et vérifier si de voyeurs nous suivent, et je vous garantis que ça fonctionne.