Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Fraternité étudiante (3)
Fantasme
Gay
Auteur :
Catégorie : Gay
14
5
14pts
Lecture Zen
[ Chapitre : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 ]
L'épreuve terminée, nous redescendîmes au sous-sol mais dans une salle plus grande que la première fois. Nous étions là, sans les premières années, 80 mecs, plus un vieux type, genre biker américain, avec bandana  noir et lunettes, gros, à poil aussi avec un nœud d'apparence court mais très épais terminé par un gland énorme et violacé.

Ben dut s'approcher de lui et le pomper. Nous vîmes la queue se développer dans toute sa splendeur, très grosse en effet, avec de très belles baloches pendantes et une toison blanche très fournie.
Le vieux, nommé Jeff, lui empoigna la tête pour le forcer à fond et Ben eut des haut-le-cœur mais put finalement avaler tout le zob. Des larmes coulaient le long de ses yeux sous l'effort, sous les encouragements de 120 mecs dont beaucoup se pignolaient.

Ben eut le droit de se reposer en suçant son parrain dont la bite, plus longue mais moins large sollicitait moins sa mâchoire. Jeff à côté se masturbait frénétiquement, puis il dégagea le parrain de Ben sans ménagement replongea sa pine entière dans la bouche de Ben, dans une vigoureuse irrumation l'y agita plusieurs fois puis, se cambrant, bloquant la tête de Ben pour qu'il ne se retire pas, éjacula tout au fond de la gorge sous les hoquets de la victime qui essaya de se dégager tout en recrachant le plus de jus qu'il pût. Les vivats n'eurent plus de limite.

Ce fut notre tour mais de façon très différente. Pendant que Ben était installé sur un table, les jambes pliées, un mec lui tenant les couilles et Jeff commençant à lui tatouer un motif entre le trou et les burnes, on nous projeta un film tourné l'avant-veille.
On y voyait le Grand-Maître avec nos quatre parrains entièrement nus, chacun lui demandant l'autorisation de nous introduire... dans la Fraternité. Le Grand-Maître ouvrit sa cape et tendit sa verge dressée à l'hommage des quatre quémandeurs qui durent alternativement la sucer. Puis on apporta une coupe où le Grand-Maître vida ses couilles.

Ensuite, nous vîmes 80 mains secouer leur tige dans la même coupe qui se remplit de flots de sperme. La coupe fut ensuite mise au congélateur. Elle en avait été retirée quelques heures auparavant et là, on la versa dans trois verres à parts égales. A genoux, il fallut boire alors que les premières années se branlaient au-dessus de nous. Il ne fallait cependant pas avaler tout de suite. Il fallait laisser le liquide s'échapper de notre bouche et tout récupérer en plaçant la coupe sous le menton.
Puis ce fut notre première fellation. Nous dûmes, un à un, nous approcher du Grand-Maître qui, assis, avait laissé sa cape. Les jambes écartées, il nous présentait son vit. Quand il le plongea dans ma bouche, il était déjà tout gluant d'un mélange de salive et de semence.
Puis quand je dus céder mon tour, ce fut la verge imposant de Kyle, toute droite, sans prépuce avec un gland superbement dessiné qui se présenta à moi. Je l'enfournai sans hésiter cramponnant mes mains à ses fesses musclées qui se contractaient sous ses mouvements, occupé qu'il était à me maintenir en lui. Puis il s'écarta pour laisser place à la première éjaculation qui me frappa le visage en oblique. Je reçus sur la tempe gauche, sur l'œil, heureusement fermé, sur la joue et le nez, un torrent chaud et tellement abondant que je crus qu'il y avait plusieurs bites à se soulager en même temps. Mais non.

Il y eut dans les minutes qui suivirent une avalanche de foutre. Je ne sais combien de mecs en tout se vidèrent sur moi mais je fus couvert d'un nappage très parfumé. Je devais toujours tenir la coupe sous mon menton de sorte que tout s'écoula, avec l'aide des intéressés, dans le réceptacle et je fus obligé cette fois de tout boire et tout avaler. C'était chaud, plutôt salé, pour tout dire pas très bon. Il me faudrait du temps pour m'y habituer si cela devait se reproduire.
Puis ce fut mon tour d'aller me faire tatouer entre les couilles et le trou du cul. Allongé sur la table, les jambes pliées, un mec me maintenant le bourses je sentais la douleur du tatouage pendant que Jeff tout en s'appliquant me complimentait en me disant que je faisais une recrue de choix et que certainement, avant la fin de la soirée, quand il aurait rechargé, il m'enculerait.

Quant nous fumes tatoués tous les quatre de deux lettres grecques symboles de la Fraternité, vint le dernier moment de l'initiation.
Nous n'avions plus à prêter serment car le tatouage faisait de nous des membres à par entière de la Fraternité. Tout retour en arrière était impossible désormais. Mais il restait à accomplir un ultime sacrifice, la virginité de notre rondelle.
Pour cette dernière phase, on fit entrer tout le monde. Au total 121 hommes, tous nus comme des vers comme le Grand Conseil sous leur vêtement de cérémonie. Ils étaient assis en cercle autour de nous, au  milieu de la pièce. Ils enlevèrent leurs capes et nous pûmes voir les médailles qui représentaient tout simplement un sexe en érection. Il nous fallut sucer rapidement les mecs un à un puis ce fut le moment de la sodomie.

Un membre du Grand Conseil était nommé "Enculator". C'était en principe le mieux pourvu de la Fraternité à l'exception des premières années qui ne pouvaient prétendre à ce poste fussent-ils mieux membrés.  Ici il s'agissait de Matt, un black massif, gros, avec des cuisses qui faisait deux fois les miennes et des bras à l'identique. On m'annonça la longueur du sexe 10 inches et demie soit, comme je le calculai plus tard, plus de 26 centimètres. Incroyable ! L'épaisseur, la circonférence était en conséquences, à tel point que le gland était plus étroit que la hampe.

Il commença par Marcus qui cria tout ce qu'il put et versa toutes les larmes de son corps en demandant grâce; mais je vis l'engin disparaître centimètre par centimètre dans la croupe élargie.
Le bruit était infernal, produit par des mecs déchaînés tout autour qui s'empoignaient le chibre; puis Marcus sembla s'y faire et "Enculator" accéléra le rythme. Quand il put glisser tout à fait à son aise sans rencontrer de résistance, il se retira.
Le Grand-Maître prit aussitôt la place. Puis ce fut le tour de Ben qui eut autant de mal que Marcus à perdre son pucelage. Puis le trou de Charly vint avec la même difficulté, les mêmes cris, la même douleur, mais aussi le même plaisir à en juger par son long dard qui s'allongeait sous son ventre puis qui commença à y mouiller quand il fut tendu à mort.

A chaque fois le Grand-Maître occupait la place laissée vide et était remplacé par un membre du Grand Conseil la queue bien dressée. Quand "Enculator" se retira du cul de Charly je tendis mes  fesses fièrement comme un défi.

A suivre




Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la !
Quitter la Lecture Zen Options Lecture audio
a
A



OK
Version mobile
Catégories