Le site de l'histoire érotique

L'inconnue de la bibliothèque

Chapitre 2

21
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 14 980 fois

21

0

Le dévoilement mutuel


Le week-end qui suit, Roxanne m’invite chez elle. Elle vit également avec ses parents mais ils sont souvent absents à cause de leur travail donc elle doit se débrouiller seule. Ils habitent dans un petit appartement au deuxième étage d’un immeuble, non loin de l’université. La porte d’entrée donne sur un salon/salle à manger avec un grand canapé et une télévision. Sur la droite, un bar sépare la cuisine du reste de l’appartement et sur la gauche, un couloir mène à deux chambres et une salle de bain.

Nous nous posons sur le canapé avec une carafe de limonade et quelques biscuits en regardant une téléréalité quelconque qui n’est qu’un prétexte pour être collées et s’embrasser. Vers 19 heures, nous préparons le repas ensemble. Nous faisons juste des pâtes avec une salade.


Après le repas, je décide d’aller prendre une douche pour me détendre. Je vais à la salle de bain pendant que Roxanne me ramène un linge. Après qu’elle ait fermé la porte, je me déshabille, rentre dans la douche et referme les parois opaques. Cela fait du bien de se rafraîchir après une journée de soleil.

Après 5 minutes, j’entends un bruit dans la salle de bain mais avant que je puisse regarder, Roxanne, en tenue d’Eve, ouvre les parois et entre. Pudique, j’essaie de me cacher un peu mais me souviens qu’on s’est déjà changées ensemble et que maintenant, on est en couple.

-    J’ai pensé que ce serait plus rapide si on y allait en même temps, me dit-elle, puis elle m’embrasse sensuellement en me mettant la main au cul.

-    Si on commence à se tripoter, je pense que cela durera plus longtemps, lui répondis-je en attrapant ses fesses et en la ramenant contre moi.


Après nous être bien embrassées, elle prend le savon et commence à me savonner le corps en insistant bien sur les seins. Elle continue son savonnage en descendant jusqu’à mon jardin intime. Je ferme les yeux et la laisse faire ce qu’elle veut de moi.

-    J’ai tellement envie de toi, me dit-elle avant de glisser ses doigts entre mes grandes lèvres.

Elle commence à me masser le pubis en allant du clitoris au périnée. L’excitation monte en moi au fur et à mesure de ses caresses. Une fois que je suis bien mouillée, elle m’insère délicatement un doigt dans le vagin et fait des va-et-vient. Une fois mon trou dilaté, elle en met un deuxième et accélère pendant que son pouce s’active sur mon clitoris. Cette déesse me doigte comme jamais et je jouis en manquant de m’effondrer sur le sol de la douche. Je reprends mon souffle et la remercie par un long baiser. Elle se rince rapidement et sort de la douche, je finis de me laver et sors à mon tour.


Quand j’ai fini de me sécher, elle regarde mon sexe et me dit :

-    Tu ne voudrais pas te raser, c’est beaucoup plus agréable et plus joli. Regarde.

Elle écarte bien les jambes pour me permettre de voir sa chatte. Ses grandes lèvres sont parfaitement lisses et donnent envie de les embrasser.

-    Ça te fait envie pas vrai, je le vois dans ton regard. Je peux te la raser maintenant si tu veux, ce n’est pas long.

J’accepte sa proposition. Elle me fait m’asseoir sur le tapis de la salle de bain pendant qu’elle récupère le matériel nécessaire. Elle prend de la mousse à raser et l’étale sur tout mon sexe puis elle prend un rasoir rose et commence délicatement à couper mes poils. Cela tire un peu parfois mais elle est très douce. Une fois fini, elle prend de l’eau et enlève les quelques restes de mousse ; elle en profite pour rejouer un peu avec mes lèvres ce qui a pour effet de me donner des frissons dans tout le corps.


Après cette douche mouvementée, nous décidons de sortir sur le balcon pour observer les étoiles. C’est 10 heures du soir et il n’y a aucun nuage dans le ciel étoilé : c’est une soirée magnifique. Nous restons en petites tenues, dehors, à discuter de tout et de rien jusqu’à ce que l’air se rafraichisse, vers 23 heures, puis nous allons dans sa chambre où nous nous couchons, nues, dans son lit. Elle y va la première et je me mets dos à elle, collée, puis je prends ses seins dans mes mains et les tiens fermement. Nous nous endormons comme ça après cette longue journée.


Au petit matin, je me réveille alors que le soleil est déjà levé. Roxanne dort encore et je tiens toujours ses seins. Je décide de la réveiller d’une manière sensuelle alors je me dégage doucement et me dirige vers son intimité. Je commence à caresser sa vulve ce qui la réveille. Elle me regarde avec un grand sourire :

-    Salut… tu ne perds pas de temps toi.

-    Je compte bien te rendre la pareille de ce que tu m’as fait dans la douche hier.


Elle repose sa tête sur le coussin et referme les paupières. J’augmente l’intensité de mes passages jusqu’à ce que je sente que sa chatte est bien humide, puis j’enfile un doigt à l’intérieur. Je le bouge un peu puis en mets un deuxième, et un troisième. Je fais des va-et-vient rapides pendant que mon autre main joue avec ses tétons qui pointent dans ma direction. Elle gémit de plus en plus fort. Je la doigte de plus en plus vite et quand je sens qu’elle part, je me retire et la laisse souffler. Je fais durer ce jeu jusqu’à ce qu’elle me supplie de l’achever, ce que je prends au mot et lui enfonce trois doigts d’un coup dans la vagin en faisant des mouvements très rapides. Un orgasme foudroyant la traverse, elle se tend comme un arc et un jet de cyprine m’arrose toute la main, mais je continue de la branler sauvagement. Un second orgasme arrive et elle retombe lourdement sur le lit en m’arrosant à nouveau de cyprine. Cette fois-ci, je laisse son sexe en feu tranquille et viens l’embrasser langoureusement. Elle me remercie grandement pour ce moment de pur bonheur et m’embrasse à nouveau. Après ce réveil sexuel, nous prenons un petit déjeuner composé de tartines à la confiture et de jus d’orange avant de nous habiller et de décider de la suite de la journée.