Le site de l'histoire érotique

L'inconnue de la bibliothèque

Chapitre 4

13
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 10 153 fois

13

0

La dernière ligne droite avant les vacances


Les examens sont enfin terminés, j’ai eu de bons résultats, comme Roxanne, et nous passons toutes les deux l’année.

La semaine qui suit est très chargée parce qu’on doit aller chercher nos documents et assister à des réunions pour connaître la suite de notre cursus. Nous arrivons quand même à nous voir un peu plus que durant les examens et j’en suis heureuse.

Comme nous ne pouvons pas nous voir longtemps, nous n’avons pas pu faire l’amour depuis plusieurs semaines et cela me manque. C’est pourquoi j’ai décidé de faire une surprise à Roxanne pour notre prochaine relation sexuelle : je vais acheter un sextoy.


C’est comme ça que je me suis retrouvée devant un sex-shop, à deux rues de l’université, un jeudi après-midi. J’entre dans le petit magasin et me retrouve au milieu de jouets, de lingerie et de revues coquines. Je me balade tranquillement dans les quelques rayons joliment aménagés de la boutique pour voir ce qu’il y a.

-    Vous cherchez quelque chose, me demande une vendeuse.


Devant moi se trouve une multitude de vibromasseurs et de godemichets, de toutes sortes et de toutes les couleurs : des roses, des bleus, des noirs, des transparents, … Ne m’y connaissant pas beaucoup, je demande conseil à la vendeuse :

-    Bonjour, je sors avec une fille et j’aimerais pimenter un peu nos relations si vous voyez ce que je veux dire.

-    Oui, bien sûr, vous préférez lui procurer du plaisir ou en prendre ensemble en même temps ?

-    Je sais pas vraiment, jusqu’à maintenant nous n’avons jamais essayer d’en prendre en même temps.

-    D’accord, est-ce que vous avez déjà utilisé un sextoy avant ?

-    Moi jamais, ma copine, je ne sais pas.

-    Très bien, alors je peux vous conseiller ce gode vibrant qui peut s’utiliser en solitaire mais qui va aussi très bien en couple. Et pour le plaisir simultané, je vous conseille ce double gode.


Elle prend les deux godes et me les présente. Ils sont de tailles raisonnables, le vibrant doit faire 15 centimètres de long pour 3 de large tandis que le double gode en fait 30 sur 4. Le premier est en silicone, lisse et rigide alors que l’autre est souple et nervuré. Comme ils me font envie, je les prends tous les deux. Je vais à la caisse et les paie, ainsi qu’une petite bouteille de lubrifiant à base d’eau. Une fois mes achats fait, je les cache au fond de mon sac et rentre chez moi. Quand j’arrive dans ma chambre, je les sors et les mets tout de suite dans une caisse, sous mon lit, pour que mes parents ne les trouvent pas.


Le soir même, dans mon lit, je pense à Roxanne. Je repense à nos rencontres secrètes au sous-sol et je commence à mouiller. Je glisse une main sous mon pyjama et masse ma vulve. Je me doigte doucement sous la couverture quand une envie d’essayer mes nouveaux jouets me prend. Je sors la caisse de sous le lit et prends le gode vibrant, je le retire de l’emballage et y insère les deux piles fournies. Je le dépose sur mon clitoris et enclenche les vibrations. Un frisson de bonheur me traverse le corps et ma chatte se contracte au rythme irrégulier des secousses produites par le vibromasseur. Je le descends un peu et le présente à l’entrée de mon vagin inondé. Mon sexe dégouline tellement de cyprine que je n’ai même pas besoin de mettre de lubrifiant pour le faire entrer sans problème. Je l’enfonce à moitié puis le ressors et fais ainsi des aller-retours lents puis rapides.

Les va-et-vient mêlés aux vibrations ont raison de moi en très peu de temps et je jouis en étouffant mes cris dans mon coussin. J’éteins le sextoy et le dépose sur ma table de nuit, une tache ronde s’est formée sur mon matelas, au niveau de mon entrejambe. Je vais à la salle de bain, lave le gode et prends un petit linge pour essayer d’essuyer les preuves sur mon matelas, puis je cache le jouet dans la caisse et me recouche sous ma couverture.


Ma nuit est remplie de rêves érotiques impliquant Roxanne, moi et parfois quelques jouets divers. Au réveil, une nouvelle tache de cyprine est apparue sur mon pyjama. Je le roule en boule et le mets dans le panier à linge sale avant de m’habiller et de partir en ville où j’ai rendez-vous avec ma petite amie pour boire un café sur une terrasse. Ensuite, je retourne une dernière fois à l’école avant les vacances pour confirmer mon passage et mes choix d’options pour l’année à venir.


Le vendredi soir, notre école organise une grande soirée pour célébrer la fin de l’année. Je m’habille donc en conséquence et mets une belle robe bleu nuit fendue sur le côté avec de la lingerie rouge vif en dessous, qui sait, pour être que la soirée se terminera de manière plus intime avec Roxanne. Comme bijoux, je mets un collier en argent muni d’une pierre rouge et des boucles d’oreilles assorties. Pour finir, je mets des chaussures à talon noires et prends un petit sac à main de la même couleur.


La soirée se déroule dans l’enceinte de l’université, dans une grande salle décorée pour l’occasion. Je retrouve Roxanne à l’entrée, nous nous embrassons tendrement et entrons bras dessus bras dessous. La fête se déroule bien, il y a de la bonne musique et je peux enfin passer du temps avec Roxanne.

L’alcool coule à flot et plusieurs personnes déjà soules sont invitées à sortir par les surveillants. Plusieurs garçons nous invitent à danser, Roxanne et moi, pour finir nous acceptons et nous nous séparons. Je danse en compagnie d’un beau garçon habillé d’un costard noir dont il y enlevé la veste pour être plus à l’aise et d’une chemise blanche. Nous dansons pendant deux chansons puis il me remercie d’un baiser sur la joue et part en direction du bar. Je décide d’y aller aussi et commande un cocktail que je ne connaissais pas à base de rhum.


Vers 3 heures du matin, un peu pompette et après avoir encore dansé avec d’autres garçons et d’autres filles, je décide qu’il est temps de rentrer. A la sortie de la salle, je tombe sur Roxanne qui n’a pas l’air bien. Je lui demande si ça va : elle me répond avec un grand sourire niais et essaie de formuler quelques mots avant de se pencher en avant et de vomir devant moi. Je lui retiens la tête et attrape ses cheveux pour les protéger. Je décide de la raccompagner chez elle.

On commence à marcher mais elle veut y retourner. Elle réussit à m’échapper et court vers la salle mais, après même pas trois mètres, elle s’encouble et s’étale de tout son long sur la route. Ses mains sont toutes égratignées et sa robe est un peu déchirée au niveau du genou. Je la relève et l’oblige à me suivre. Le trajet qui nous prend normalement 10 minutes à pied, nous prend cette fois-ci presque une demi-heure.


Enfin arrivée chez elle, je prends les clés dans son sac et ouvre la porte, je la conduis jusqu’à sa chambre et la couche sur le lit. J’entreprends de lui enlever ses habits sales : j’ouvre sa robe et la fait glisser à ses pieds puis je lui retire ses chaussures et lui détache son soutien-gorge. Le temps que je la déshabille, elle s’est déjà endormie. Elle est mignonne, endormie comme ça. Trop fatiguée pour rentrer chez moi, j’avertis mes parents que je dors chez Roxanne et me mets en culotte à mon tour avant de me glisser à ses côtés dans le lit.


Le lendemain, Roxanne a oublié la moitié de la soirée et a une belle gueule de bois. Je lui résume notre rentrée et m’occupe d’elle jusqu’à 15 heures environ, moment où je décide de rentrer chez moi pour prendre une douche et me reposer.