Le site de l'histoire érotique

initiation à l'exhib

Chapitre 1

34
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 2 221 fois

34

19

C’était peu de temps après mon emménagement, dans mon premier studio. J’habitais une petite ville au bord de la Méditerranée, et je n’avais pas encore 19 ans.


Dans mon immeuble, quelques appartements servaient de résidences secondaires. C’était le cas de celui situé à mon étage, propriété d’un couple d’une trentaine d’année.


Au début de l’été, je vis une jolie blonde arriver : elle s’appelait Katia, et elle voulait profiter de la plage sans attendre l’arrivée de son mari, qui n’était pas encore en vacances.


Nous nous croisâmes deux ou trois fois dans l’escalier, échangeant quelques mots. J’aimais m’habiller dans un style sexy, mais BCBG, elle avait manifestement les mêmes goûts, et nous avons commencé à parler fringues. Ce fut le prétexte pour qu’elle m’offre de venir prendre un verre chez elle en soirée.


Lorsque je sonnai chez elle, vers 18h, elle vint m’ouvrir, vêtue d’un chemisier sans manches, ouvert assez bas pour montrer qu’elle ne portait pas de soutien-gorge, et d’un micro-short en jean. Je portais une robe très courte, à fine bretelles, avec juste un string en dessous, et je remarquai son bronzage, couleur caramel.


Elle m’embrassa, sans cérémonie, et je sentis sa main se poser sur mon épaule nue, puis descendre furtivement sur mes fesses, en effleurant mes seins, mais je n’y portais pas vraiment attention. Elle m’invita à m’asseoir sur le canapé, et son regard devint un peu plus brillant, quand ma minirobe remonta jusqu’en haut de mes cuisses.


Elle me proposa de découvrir un cocktail, inventé par son mari, et me servit un grand verre du breuvage, fortement alcoolisé, avec un goût fruité délicieusement traître. Le cocktail me fit rapidement de l’effet : j’avais chaud, mes joues avaient pris des couleurs, et je perdais ma réserve.


Katia me fit des confidences sur Alban, son mari, dans des termes très flatteurs. Elle était très amoureuse, et leur vie sexuelle, dont elle parlait à mots couverts, semblait assez peu conventionnelle : l’un et l’autre s’accordaient mutuellement la liberté d’autres expériences dans ce domaine.


J’en étais à mon deuxième verre, quand Katia m’annonça que son mari la rejoignait pour le week-end. Il arrivait le lendemain matin, et ils projetaient d’aller à la plage. Elle me parla d’une crique discrète qu’ils fréquentaient, à une vingtaine de kilomètres, et elle me proposa de les accompagner. Je venais de me faire larguer par mon copain, et je n’avais pas de projet pour ce samedi. J’acceptai donc avec plaisir, et les yeux de Katia se mirent à briller.


- A la plage, Alban adore que je porte des maillots ultra sexy, et j’avoue que ça me plaît aussi, me dit-elle. Qu’est-ce que tu portes, d’habitude ?

- Des petits bikinis, répondis-je sans méfiance, et je bronze assez souvent seins nus. Ils sont aussi sexy que ça, tes maillots ?

- Viens, je vais te montrer. Si tu veux, je peux t’en passer un, me proposa-t-elle en m’entraînant vers sa chambre.


La pièce était spacieuse et lumineuse, avec une large porte-fenêtre, et un immense lit. Un grand placard avec des portes en miroir occupait tout un mur. Katia ouvrit l’une des portes, et vida sur le lit un tiroir, rempli d’une collection de maillots digne d’un magasin.


- Ça, c’est le micro-bikini préféré d’Alban, dit-elle, en me montrant un minuscule deux pièces vert fluo.

- Mais… il ne cache rien !, m’exclamai-je. Tu te ballades avec sur la plage ? En public ?

- Attends, je vais te montrer, répondit-elle, en se ôtant son chemisier et son short.


Nue, bronzée intégralement, elle était magnifique, avec de superbes seins en poires, une chute de reins à damner un saint, et de longues jambes. Même si je préférais les hommes, je n’étais pas insensible au charme des filles… Katia enfila – ou plutôt ajusta – le micro-maillot sur son anatomie parfaite. Le soutien-gorge ne comportait que deux triangles de 4 ou 5 centimètres carrés au niveau de la pointe des seins, retenus par un jeu de liens très fins. Le string était dans le même style. Je l’admirais, incrédule.


- Je n’ai jamais rien vu d’aussi excitant, avouai-je.

- Tu vois ? Je vais t’en trouver un, pour toi demain. Je suis certaine que l’idée plaira à Alban, reprit-elle avec autorité, en fouillant dans sa collection. Tiens, c’est celui que je cherchais ! Essaie-le, Il a l’air fait pour toi.


Subjuguée, et un peu ivre, je fis glisser la fermeture, dans le dos de ma robe, qui tomba sur le parquet. Katia admirait mes petits seins en pommes (pour ma part, j’étais complexée par leur volume) sans marque de maillot. Puis je me débarrassai de mon string, dévoilant ma chatte épilée, comme celle de Katia, et je passai le bikini qu’elle me tendait.


Il se limitait à trois étroites bandes de tissu rouge vif, en forme de navettes fixées sur des liens à chaque pointe. Deux masquaient à peine les aréoles, pourtant petites, de mes seins, la troisième servait de cache-sexe minimaliste. Katia ajusta les liens noués sur mes hanches, en les remontant très haut, et je découvris mon reflet  dans le miroir. J’avais peine à me reconnaître dans l’image de cette fille, sex-symbol digne d’une  revue de charme.


- Tu es sublime, me complimenta Katia. Je t’en fais cadeau, mets-le demain sous ta robe, pour aller à la plage.

- Merci, répondis-je, hésitant entre gêne et excitation. Tu crois vraiment que je peux me montrer comme ça ?

- Si je le fais, pourquoi pas toi ?


Tout en parlant, Katia s’était approchée de moi. Occupée à me regarder dans le miroir, c’est à peine si je la vis enlever son maillot, mais je sentis bientôt ses mains se poser sur mes épaules, les pointes de ses seins appuyer contre mon dos. J’étais tétanisée, sans réaction. La sensualité que dégageait cette chambre, mon maillot impudique, les effets du cocktail, tout cela éveillait en moi un désir inconnu.


- Tu sais que tu es irrésistible ?, me demanda Katia, à l’oreille. Ton corps appelle des caresses… Tu as déjà fait l’amour avec une femme ?

- Oui, confessai-je timidement, en repensant aux caresses que j’avais échangées avec quelques copines de lycée.


Je me mordis les lèvres d’avoir répondu si vite. Déjà, Katia déposait de petits baisers dans mon cou.  Ses mains descendaient de mes épaules vers ma poitrine, dégageaient les aréoles du minuscule soutien-gorge, et elle se collait contre moi, mes fesses s’emboîtant dans le bas de son ventre.


- Je vois que tu aimes ça, dit-elle en faisant tourner les pointes dardées entre ses doigts, tes petits nichons sont tout durs.


Je ne pouvais pas nier que ses caresses éveillaient en moi un désir incontrôlable, et je fermai les yeux. Je sentis à peine qu’elle dénouait les liens qui retenaient mon soutien-gorge et mon string, et je me retrouvai entièrement nue. Sa main droite descendit alors vers mon sexe, son index se glissa entre mes petites lèvres, pour y trouver mon petit bouton gonflé et ma fente déjà humide.


Tous mes tabous volèrent en éclats, et je me retournai en ouvrant les yeux. Nous nous enlaçâmes, nos poitrines écrasées l’une contre l’autre, et Katia, radieuse, posa ses lèvres sur les miennes. Sa langue se glissa dans ma bouche, et nous avons échangé des baisers humides pendant plusieurs minutes, en nous caressant.


Tout allait maintenant très vite. Katia m’attira vers le lit, et nous sommes tombées dessus, sans nous désunir. Oubliant toute retenue et toute pudeur, je m’offrais à ses mains et à sa bouche, tendant mes seins, écartant mes cuisses. Je n’étais pas en reste, malaxant sa poitrine, fouillant fébrilement sa chatte, aussi inondée de cyprine que la mienne.


Nous remplissions la pièce de nos gémissements. Elle semblait deviner ce que mon corps désirait, et je fus secouée par un orgasme, aussi violent qu’inattendu.


Katia n’avait aucune envie d’en rester là, et plongea sa tête entre mes cuisses, avant que j’aie repris mon souffle. Je sentis sa bouche se poser sur mon minou, et je mis instinctivement mes mains sur sa nuque pour l’encourager. Sa langue était douce, un peu râpeuse comme celle d’un félin, et elle commença à lécher mon clito, à s’insinuer dans ma fente.


Nous étions couchées l’une contre l’autre, tête-bêche, et je la pris par les hanches pour la faire venir sur moi. Je découvris son sexe entrouvert à quelques centimètres de mon visage. Ce fut mon premier 69 avec une femme, et je posai timidement mes lèvres sur la fente offerte.


Katia poussa un cri, quand ma langue se glissa dans son intimité. Ivre de plaisir, elle enfonça ses doigts dans ma chatte, et commença à les faire aller et venir, dans un bruit humide, tout en suçant et aspirant mon clito dardé.


Je lui rendais ses caresses, et nous roulions sur le lit en nous tordant de plaisir. Je ne sais pas combien de temps dura cette étreinte, mais nous avons finir par découvrir chacune nos points G, et nous avons joué à nous faire jouir, jusqu’à l’épuisement.


A bout de forces, nous avons fini par nous séparer et nous relever, haletantes. Katia avait des choses à faire, dans la perspective de l’arrivée d’Alban le lendemain matin, et nous avons dû nous quitter, après nous être rhabillées à regret.


- A demain, me dit-elle en m’embrassant. Nous sonnerons chez toi pour t’emmener à la plage après le déjeuner. N’oublie pas de le mettre sous ta robe, ajouta-t-elle en me tendant la pochette contenant le micro-bikini qu’elle m’offrait.


Le soir, je mangeai d’un yaourt et de quelques fruits, en regardant la télé. J’avoue que j’eus beaucoup de mal à m’endormir, revivant dans ma tête mes étreintes avec Katia, et attendant avec impatience notre sortie à la plage.


La matinée du samedi me parut interminable, et enfin, vers 14h, la sonnette de mon studio retentit. Je me précipitai pour ouvrir. Katia était là, debout sur le palier, rayonnante, en mini-robe de plage, et elle me présenta Alban. C’était un grand brun, extrêmement séduisant, avec un look de hipster. Il portait un polo et un bermuda, et il me fit directement la bise.


- Je vois que tu as mis ton maillot, commenta Katia, en désignant le lien noué derrière mon cou qui dépassait du grand tee-shirt, me servant de robe de plage.


Le sourire d’Alban me fit comprendre qu’elle avait du tout raconter à son mari… Je n’y pensai pas plus longtemps, et nous partîmes en voiture.


Nous avons roulé pendant près d’une demi-heure, et Alban s’engagea dans un chemin de terre. Au bout d’une centaine de mètres, nous avons atteint un parking sauvage, dans la pinède. Il y avait beaucoup de véhicules, me laissant présager que la plage était beaucoup plus fréquentée que ce que Katia m’avait laissée penser.


Mais je n’eus guère le temps de cogiter davantage. Nous sommes descendus de voiture et, aussitôt, Katia se débarrassa de sa  robe, apparaissant seulement vêtue du maillot que j’avais découvert la veille. Déjà, Alban ôtait polo et bermuda, et prenait un sac de plage dans le coffre. Il me restait à les imiter.


J’étais d’autant plus intimidée, qu’une voiture vint se garer à côté de nous. Deux couples en descendirent, et regardaient Katia, ou plutôt son maillot. Ils semblaient attendre que j’enlève mon tee-shirt… Je pris l’ourlet entre mes doigts, je respirai un grand coup, et je fis passer le vêtement par dessus ma tête.


- Katia ne m’avait pas menti : ce bikini te va à ravir, me dit Alban, pendant que je devenais rouge comme une pivoine.


Je pris à mon tour mon sac de plage. Avec un sourire amusé, Katia remit en place mon soutien-gorge, qui avait laissé s’échapper la pointe d’un de mes seins, et nous nous sommes engagés dans un sentier sous les arbres. En chemin, nous avons rencontré quelques estivants, et je sentais leurs regards appuyés sur mon corps.


- Alors, finalement, tu trouves ça désagréable, de te faire mater ?, me demanda Katia.

- Non… Je dois même avouer que je commence à trouver ça excitant, avouai-je.


Au bout d’une centaine de mètres, nous avons atteint la plage. Ce n’était pas une crique à proprement parler, mais une partie de la grande plage publique, isolée par un amoncellement de rochers. Elle n’était pas naturiste, mais présentait l’avantage de ne pas être surveillée.


Nous avons posé nos sacs, non loin du débouché du chemin, à la limite de la pinède. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de monde. Ce n’était pas bondé, mais il y avait une trentaine de couples, beaucoup d’hommes seuls, et deux petits groupes de filles. Pas mal de maillots deux pièces assez sexy, plusieurs femmes seins nus, et quelques strings, mais aucune nudiste en vue...


Alban a commencé à dérouler nos tapis, et Katia m’a proposé d’aller nous baigner toutes les deux, avant de nous installer pour bronzer. Nous sommes parties en courant et en chahutant vers la mer, et nous avons piqué une tête dans l’eau, avant de poursuivre notre chahut en riant.


Mes seins n’arrêtaient pas de sortir du soutien-gorge et, au bout de quelques tentatives désespérées, je renonçai à le remettre en place. Après tout, quelques nanas étaient topless. Pour Katia, si sa poitrine restait un tant soit peu couverte, l’étroit triangle de son string avait une fâcheuse tendance à disparaître entre les lèvres de son sexe… C’est dans cette tenue que nous sommes sorties de l’eau, passant entre les estivants étendus sur leurs serviettes, qui nous regardaient à travers leurs lunettes de soleil. Surtout les hommes, mais certaines femmes n’étaient pas en reste.


Nous avons rejoint Alban qui, assis sur sa serviette, ne perdait pas une miette de notre numéro d’exhib. A peine l’avions nous rejoint que Katia arracha littéralement le haut de son maillot pour le jeter sur le  sable, dévoilant ses tétons durs et dressés, et je m’allongeai sur mon tapis.


- Veux-tu que je te passe de la crème solaire ?, me demanda Katia, avec une expression coquine.


Je me doutais qu’elle avait envie d’en profiter pour me peloter mais, après tout, cette perspective ne me déplaisait pas. J’étais étendue sur le ventre. Je me débarrassai de mon soutien-gorge, et je lui tendis mon flacon.


Elle s’agenouilla à côté de moi, et commença à me masser, avec des gestes pleins de douceur et de  sensualité. Après avoir enduit de crème mes épaules, ses mains descendirent le long de mon dos, au creux de mes reins, et je ronronnai de plaisir. Soudain, je sentis qu’on défaisait les nœuds retenant mon string.


- Qu’est ce que tu fais ?, demandai-je à Katia, sans me retourner.

- Je dénoue ton string, pour ne pas tâcher les ficelles avec la crème solaire, dit-elle pour se justifier.

- Non, arrête !, protestai-je bientôt, sentant qu’elle m’enlevait mon string en tirant sur la ficelle lovée au creux de mes cuisses.

- Tu n’as pas envie de te mettre nue ?

- Tu as bien vu : personne n’est nu sur cette plage.

- En es-tu si sûre ?


Elle m’avait posé cette question d’une voix suave, et je me redressai, en prenant appui sur un coude, pour regarder autour de moi. Devant mes yeux écarquillés, Alban dégrafait les attaches en plastique qui retenait le string de sa femme. Il le tira vers lui, d’un geste sec, et elle se retrouva dans le plus simple appareil.


- Tu vois, tu n’es pas la seule, conclut-elle.


J’étais vaincue. Je m’abandonnai de nouveau à son massage, en espérant que personne autour de nous n’avait remarqué notre manège. Je me faisais des illusions ! D’autant que Katia, agenouillée, les cuisses largement écartées et les reins cambrés, exhibait fièrement la partie la plus intime de son anatomie, tout en s’attardant sur mes fesses.


- Retourne-toi, je vais te passer aussi de la crème côté face, m’ordonna-t-elle.


Incapable de lui refuser, je me mis sur le dos. Je découvris alors que plusieurs hommes, et même un couple, s’étaient approchés pour se rincer l’œil ouvertement. L’excitation faisait pointer mes seins vers le ciel, et je constatai avec surprise que me savoir observée ne faisait pas retomber cette excitation, bien au contraire.


Katia m’avait enduite de crème, et elle avait repris son massage, faisant en sorte que rien n’échappe aux voyeurs. Après mes seins, ses mains descendirent sur mon ventre, mes hanches, le haut de mes cuisses, évitant soigneusement mon sexe. Je craignais et, en même temps, j’avais hâte qu’elle caresse mon minou, et mes soupirs trahissaient mon désir qui grimpait en flèche.


- Tu as envie de...?, me demanda-t-elle, laissant sa phrase en suspens.

- Oh, oui, oui, répondis-je.

- Alors, écarte grand tes cuisses.


Je repliai mes jambes, et les laissai retomber de chaque côté. Pour me faire languir, elle laissa errer ses doigts quelques instants à la naissance de mes cuisses, effleurant à peine mon coquillage. Et enfin, elle écarta mes petites lèvres. Je savais que les voyeurs autour de moi étaient en train de focaliser sur mon clito et sur ma fente entrouverte, et ça m’excitait.


Katia, répondant à mon désir, prit mon petit bouton entre ses doigts, le massa, le branla et, quand je me mis à pousser de petits cris, elle plongea son majeur dans ma grotte inondée de mouille. Depuis la veille, elle savait ce qui me faisait jouir. Elle se livra à un festival de caresses très intimes, ralentissant le mouvement quand j’étais sur le point d’exploser, puis reprenant plus vite, plus profond, jusqu’à ce qu’un orgasme dévastateur me submerge, mon premier orgasme en public…


Je repris doucement mes esprits. En plus des voyeurs, Alban avait profité de la scène, et son boxer était déformé par une érection spectaculaire. J’avais du mal à détacher mon regard de l’énorme bosse, ce qui amusait Katia.


- Tu ne trouves pas anormal que nous soyons à poil, et que mon mari ait encore son maillot ?, me demanda-t-elle.

- Si, bien sur, répondis-je, espérant bien voir enfin Alban nu.

- Je crois qu’il a aussi besoin qu’on lui passe de la crème solaire. Tu veux bien t’en charger ?

- Je… je… peux ?, balbutiai-je, prise de cours. Tu crois qu’il est d’accord ?

- Plutôt deux fois qu’une !, s’exclama Alban. C’est une merveilleuse façon de faire connaissance. Mais il faut que nous soyons à égalité.


En terminant sa phrase, Alban se débarrassa de son boxer. Sa queue dressée était encore plus imposante que ce que j’imaginais, et je me dis que Katia devait être comblée avec un tel engin.


Je ne l’admirai pas longtemps, car Alban s’allongea sur le ventre, en me tendant son flacon d’huile. Intimidée, je saisis le flacon d’huile, j’en versai un peu dans ma main, et je commençai à l’étaler sur ses épaules. Petit à petit, mes gestes devinrent moins hésitants, et je descendis le long de son dos. J’hésitai une seconde avant de m’attaquer à ses fesses, mais Katia m’encouragea. Puis, Alban se retourna.


Son pieu dressé avait encore grossi. Je massai ses épaules, descendis sur son ventre… Je n’osais pas empoigner sa bite, mais je sentis les mains de Katia malaxer mes seins.


- Continue, chérie, me murmura-t-elle à l’oreille, j’adore aussi le voir avec d’autres filles.


Je fis couler encore un peu d’huile dans ma main, qui se posa sur la longue tige. Instinctivement, je la serrai entre mes doigts, et je commençai des mouvements de va et vient.


La queue continuait de grossir. Katia caressait toujours mes seins, et Alban glissa sa main entre mes cuisses. Son index délogea bien vite mon clito, trouva mon point sensible, et je me mis à le branler frénétiquement, les yeux mi-clos.


Katia me saisit par la taille. Elle me mit debout, m’amena au-dessus de son mari, et je compris ce qu’elle voulait : Doucement, je me suis assise sur le membre érigé, pour m’empaler. Autour de nous, plusieurs voyeurs avaient baissé leurs maillots, et se branlaient en me regardant fixement. D’autres couples les avaient rejoints, et je vis un homme dénouer le slip de sa femme seins nus, pour commencer à la caresser. Cette vision décupla mon désir.


Je sentis le gland gonflé appuyer contre mes petites lèvres qui s’écartaient, franchir l’entrée de ma grotte trempée, s’enfoncer en moi, à mesure que je me laissais glisser sur le mât dressé à la verticale. Il était vraiment énorme, et je dus marquer une pause.


Pour m’exciter, Alban bougeait imperceptiblement sa queue en la contractant. Et il réussit… Le sentir bouger en moi me fit mouiller comme une fontaine, et je me laissai tomber d’un seul coup sur sa bite en criant. C’était délicieux, j’étais remplie comme je ne l’avais jamais été. Je me lançai dans une chevauchée folle, la tête renversée en arrière, contractant les muscles de mes cuisses et prenant appui sur les genoux d’Alban pour m’empaler.


Katia ne pouvait pas se contenter de rester spectatrice : elle se dirigea vers l’un des voyeurs (je sus plus tard que c’était un habitué de la plage), et elle se mit à le sucer, avant qu’un autre mec se rapproche pour la peloter.


Voir sa femme à la merci d’autres hommes agissait sur Alban comme un aphrodisiaque. Il m’empoigna par les hanches, il me souleva comme une poupée de chiffon, et il donna à un rythme effréné à ses allers et retours dans ma chatte, ressortant presque entièrement sa verge de mon minou, pour me laisser retomber avec plus de force à chaque fois. Je hurlais maintenant, incapable de me contrôler.


- Oui, oui !!!…. Je vais jouir, c’est bon !… Ouiiii !!, plus fort… Oh, je jouis, ça y est, je jouis.


Je n’étais pas la seule à prendre du plaisir. Katia se faisait prendre en levrette, tout en suçant l’homme qui l’avait caressée. Ses gémissements inspirèrent Alban. Il me fit lever, mettre à quatre pattes, et s’agenouilla derrière moi. J’étais encore toute essoufflée mais, instinctivement, je me cambrai pour lui présenter mon abricot.


Il posa ses mains sur mes fesses, et me pénétra d’un seul coup de reins, m’arrachant un long cri aigu. Il marqua un bref temps d’arrêt, pour aller jusqu’au fond de mon ventre, puis se mit à me pilonner la chatte avec une violence inouïe. Mes petits seins étaient secoués à chaque assaut, et j’avançais malgré moi, mon tapis glissant sur le sable.


Je ne saurais pas dire pendant combien de temps il m’a baisée ainsi. Je sais que j’ai joui à deux reprises en moins d’une minute. Puis, voyant Katia prise en sandwich par ses deux partenaires, il se releva et me souleva. Je passai mes bras autour de son cou, pour ne pas tomber, et il me guida avec ses mains posées sur mes fesses pour me pénétrer encore.


C’était la première fois que je faisais l’amour dans cette position, debout, et la présence d’un public rendait ça encore plus excitant. Toujours en me tenant par les fesses, Alban s’enfonçait en moi, et j’avais l’impression qu’il allait encore plus loin dans mon ventre. Le plaisir remontait de nouveau, malgré ma fatigue, et je me tordais littéralement dans ses bras.


Cette fois, il décida de ne plus se retenir davantage. Je le sentis se contracter, il poussa une série de grognements sourds, et sa semence gicla dans mon minou. Je me renversai en arrière, et je jouis une dernière fois, comblée.


Alban me reposa par terre, et nous avons regardé, enlacés, Katia jouir aussi, et se faire couvrir le visage et la poitrine par le sperme de ses deux amants. Elle se remit debout. Elle récupérait à une vitesse incroyable, et elle m’adressa un grand sourire.


- Alors, Chloé, c’était bon ?

- Oui ! Je n’aurais jamais cru prendre un pied pareil, admis-je.

- On va se baigner, pour se nettoyer un peu ?, me demanda-t-elle, en me tirant par la main.

- Attends ! Mon maillot !


Elle éclata de rire, et elle m’entraîna, nue, au milieu des baigneurs, sans se soucier du foutre qui coulait sur ses seins et entre mes cuisses. Nous avons joué un moment à nous éclabousser, avant de rejoindre Alban. Jusqu’à notre départ, je suis restée à poil et nous avons été le point de mire de tous les regards : j’étais convertie à l’exhibitionnisme !


En revenant à notre immeuble, Katia et Alban m’invitèrent à dîner chez eux, et je finis la nuit dans leur lit...