Le site de l'histoire érotique

Jasmine : princesse et salope

Chapitre 16

25
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 5 021 fois

25

0

Suite :


A ce moment, les cinq jeunes vinrent s’incliner devant la princesse. Les quelques passants de cette petite ruelle discrète, autour, allaient et venaient en jetant un œil curieux à la scène, imaginant sans doute que la Princesse allait les sermonner.


- Vot’majesté ?

- Jeunes gens, on m’a rapporté des propos que vous avez tenus à mon égard… Des propos qui m’ont perturbés, commença Jasmine d’un ton sévère.

- Q… Quels propos, vot’majesté, s’inquiéta l’un d’entre eux.

- Des propos horribles… Des rumeurs selon lesquelles j’aurais des rapports sexuels avec les gardes du palais, avec feu mon tigre !! Que j’étais une salope !

- On a jamais dit ça, se défendit un autre, apparemment inquiet.

- Silence ! On m’a même dit que vous fantasmiez sur moi en vous… donnant du plaisir… Est-vrai ?

- …

- Répondez ou je vous fais couper les mains !!!

- Oui, c’est vrai… Ça nous arrive de penser à vous…

- De penser à moi en faisant quoi ?

- …

- Bon, garde, coupez la main de celui-là…

- En nous branlant !! répondit alors celui qui était pointé par la Princesse. On pense à vous en nous branlant !

- Et vous n’avez pas honte ?

- C’est-à-dire, vot’majesté, vous êtes si belle et il n’y a pas beaucoup de filles ici…. Alors…

- Je comprends, dit la princesse en se rapprochant des jeunes qui, en arc de cercle, l’entouraient presque. Vous m’imaginez comment, dans vos fantasmes ? En train de faire quoi ?

- Heu… Je… C’est gênant…


La princesse se tournât vers son garde du corps, comme si elle allait lui ordonner d’en tuer un mais aussitôt, le plus jeune et apeuré d’entre eux pris la parole :


- Déjà, on vous imagine nue… Sans votre tenue bleue. Moi, j’imagine que vous baissez votre haut pour montrer vos seins aux gens…

- Oh… Je vois, répondit la Princesse. Mais seule une salope ferait cela…

- Je… Désolé mais dans ma tête… vous l’êtes un peu. Après vous enlevez votre bas et vous écartez les jambes… Après…

- Après ?

- Après des gens viennent et vous… baisent. L’un après l’autre…

- Oh mon dieu, s’écria la princesse, faussement choquée. Je suis pire qu’une salope dans ton fantasme !!

- Désolé vot’ majesté…

- Ne le soit pas… Vous savez les garçons, je vais vous dire un secret… Je suis un peu salope !

- Oh non, voulu alors ajouter le plus jeune, ce n’est pas vrai… C’est juste dans nos têtes, mais en vrai vous n’êtes pas comme ça…

- Crois-tu ?


A ce moment, la Princesse baissa son haut de costume et dévoila sans la moindre pudeur ses seins aux 5 jeunes qui n’en revenaient pas. Ils avaient tous la bouche ouverte devant cette magnifique poitrine, qui plus est celle de Jasmine, leur princesse.


- Ne faut-il pas être un peu salope pour montrer ces seins en pleine rue à 5 inconnus ?

- Heu… hésita le jeune ado, j’imagine qu’il faut l’être un peu, c’est vrai…

- Alors dis-le !

- Vous êtes un peu salope…

- Mmhh bien… C’est agréable d’entendre ce mot, finalement… Et toi, là, à quoi penses-tu quand tu te branles ?


Le garçon, qui fixait les seins de Jasmine, parût interpellé par le langage de la Princesse mais sembla enfin comprendre le jeu. Il sourit et répondit :


- Et bien, vous vous promenez nue dans Abrabah et des gens vous touchent… Vous aimez ça alors vous les laisser vous touchez partout où ils veulent… Et puis, vous les… sucer…

- Seigneur !! Tu me fais sucer des dizaines d’inconnus ??? Mais tu dois penser que je suis une grosse salope… Une chienne, même…

- Heu…


Jasmine posa alors ses mains sur son pantalon de soie et commença à le baisser doucement. Mais elle s’arrêta avant d’avoir révélé la moindre parcelle de son intimité et demanda :


- Alors ? Suis-je, oui ou non, une grosse salope ?

- Oui, vous êtes une grosse salope, une chienne, vot majesté…


Jasmine baissa alors d’un geste son pantalon et se présenta nue devant les jeunes et les quelques passants qui avaient remarqués la scène et s’étaient arrêtés.


Alors qu’elle commençait à se toucher les seins et se caresser la chatte, elle demandant aux gamins :


- Vous n’aviez pas dit que je laissais les gens me toucher, dans vos fantasmes ?

- Si, c’est vrai…


Le demi-cercle d’ados se resserra alors autour de Jasmine et ils commencèrent à la toucher, à la caresser. Ils n’étaient plus le moindre du monde timides, d’autant que la Princesse, non seulement se laissait faire, mais en plus palpait les fesses et paquets qui passaient à sa portée. Elle avait des mains qui lui pelotaient les seins, d’autres lui caressait les fesses ou le ventre, d’autres encore, plus entreprenantes, jouaient avec son sexe déjà bien humide. Alors qu’un doigt entrait dans sa chatte, elle demanda encore :


- Mmhh, c’est vrais qu’il faut être une sacrée salope pour accepter que tes doigts répugnants entrent en moi… A votre avis, les enfants, je suis quoi d’autre ?


D’abord hésitants, les gamins se mirent à l’insulter de tous les noms : salope, chaudasse, pute, chienne, bouffeuse de queues… Plus ils l’insultaient, plus elle était excitée et plus elle avait de doigts en elle. Mais en attendant l’expression « bouffeuse de queues », elle se recula d’un pas et fixa d’un air sévère celui qui avait prononcé l’insulte :


- Bouffeuse de queues ? Hum… C’est vrai que dans ton fantasme, je suce des dizaines de queues...Voyons… Vous n’êtes pas 10 mais je pense que ça peut quand même le faire, non ?


La Princesse se mit alors à genoux dans cette ruelle sale et baissa d’un coup le pantalon déchiré du jeune en face d’elle. Elle fit jaillir un sexe déjà très dur, de taille modeste comparée à celle du Génie, ce qui lui permit de l’avaler d’un coup.


Le jeune qui Jasmine suçait lâcha un « oh putain » de surprise et de plaisir alors que sa souveraine gobait la totalité de sa queue et titillait ses couilles avec sa langues. Regardant autour d’elle alors qu’elle reprenait son souffle, Jasmine baissa les pantalons des deux garçons qui entouraient l’heureux veinard et les branla simultanément en reprenant la fellation. Les deux derniers, sur les côtés de la Princesse, sortirent également leurs queues, de tailles diverses mais sans engin particulièrement imposant, et se branlèrent en regardant Jasmine sucer la queue de leur pote et en reprenant leur caresse sur son cul ou ses seins.


Jasmine était comme hystérique : elle passait d’une queue à l’autre sans arrêt en ayant systématiquement les deux mains prises par d’autres bites qu’elle branlait énergiquement. Elle incitait les gamins à la prendre par les cheveux pour lui baiser la bouche, ce qu’ils faisaient avec joie et application. De longs fils de bave sortaient de sa bouche, la reliant encore à la queue qu’elle venait se sucer ou recouvrant petit à petit son menton, son torse et ses seins.


Alors qu’elle reprenait à nouveau son souffle, elle demanda :

- Ça vous plairait de voir mon garde du corps me baiser ?

- Ça nous plairait surtout de vous baiser nous-même, répondit un jeune.

- Bientôt, sans doute, mes agneaux… Mais là, je vais vous sucer et vous faire venir uniquement avec ma bouche, comme une grosse chienne ! Vous avez bien un fantasme où je me fais sauter par un de mes soldats ?

- Oui moi, répondit alors le plus vieux, mais dans ma tête, il ne vous baise pas… Il vous prend par le cul, vot’majesté !

- Par le cul ?? Mon dieu, mais seules les pires putes des pires bordels font cela ! C’est ainsi que tu me vois ??

- Oui, vot’majesté… Je pense que vous êtes une pute ! Une pute qui va se faire enculer son garde du corps puis recouvrir de foutre par 5 gamins des rues…


A suivre...