Le site de l'histoire érotique

Jasmine : princesse et salope

Chapitre 23

20
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 4 238 fois

20

0

Suite :


Les jours qui suivirent cette incroyable journée durant laquelle Jasmine c’était offerte à de nombreux hommes des beaux quartiers et qui avait vu, enfin, le Génie, non seulement baiser Rose mais également l’avoir à présent comme esclave sexuelle, n’avaient été qu’une suite d’orgies sexuelles pour tout le monde.


D’abord pour Jasmine qui terminait sa formation à l’APJ et qui était maintenant la plus expérimentée des élèves mais aussi presque plus salope que les profs en elles-mêmes. Elle enchaînait avec succès les travaux pratiques exigeant qu’elle se fasse sauter par de nombreux esclaves différents, parfois par plusieurs en même temps. Les séances lesbiennes n’avaient plus de secret pour elle et elle faisait elle-même preuve d’une grande imagination lorsqu’il s’agissait de faire jouir ses camarades de classe.


Malgré ces prises d’initiatives, elle restait totalement soumise à la hiérarchie de l’établissement et subissait les pires humiliations qu’on lui imposait sans broncher. Si certaines élèves se mettaient à pleurer en se faisant fouetter ou vomissaient d’avance de devoir boire le sperme froid d’un esclave, Jasmine réalisait tout cela sans le moindre remord et poussait le vice jusqu’à apprécier certaines pratiques pourtant dégradantes. Se faire pisser dessus en public par des profs ou des esclaves ne lui posait aucun problème et elle bluffait tous ses camarades en jouant avec les jets d’urines qui s’abattaient sur elle ou en avalant quelques gorgées.


Elle était prête et Rose ne pouvait plus rien lui apprendre de plus. Celle-ci le savait et était d’autant  plus satisfaite que cela signifiait qu’elle allait bientôt rejoindre son maître. Jasmine eu droit au test du gode et elle encaissa sans souci deux énormes pieux en bois avec lesquels Rose lui a défoncé la chatte et le cul en même temps.  


Durant ces journées, le Génie, lui aussi, fût fort occupé. Il dût tout d’abord repousser les insistances de Jafar qui commençait à trouver le temps et s’étonnait que Jasmine n’ai pas encore été vue au bordel. Le Génie lui promit que cela ne tarderait plus. Lui-même fréquentait assidûment cet établissement en baisant d’abord les esclaves en libre-service.


Puis, voyant que le stock ne se renouvelait guère, il convainc Iris de l’accompagner au bordel pour y être échangée contre de belles et jeunes esclaves. Iris y trouva évidemment son compte en s’y faisant violemment ravager le cul par des bourgeois trop contents de tomber sur une fille qui acceptait sans broncher leur besoin de violence mais qui, en plus, en redemandait toujours.


Un jour, alors que le Génie venait de baiser Lily, la généreuse patronne du bordel, celle-ci lui confia qu’elle n’arrivait plus à gérer le flot de clients qui augmentait continuellement et qu’elle cherchait, pour l’aider, une fille à la fois douée pour servir les gens tout en les tenant à carreau et très ouverte sexuellement. Le Génie vît dans cette offre d’emploi une superbe opportunité pour Iris d’échapper à sa vie misérable dans la taverne paternelle. Mais il restait à convaincre son père.


Un soir, alors que Jasmine y travaillait (bien que le Génie ait maintenant les cours généreusement offerts par Rose), il alla parler au tavernier :


- Mon ami, il faut que je te parle. La patronne du bordel est débordée par l’affût de clients et cherche quelqu’un pour la seconder.

- Tu veux que je me reconvertisse ?? hahaha !

- Je ne pensais pas à toi mais à ta fille…

- Iris ?!? Travailler dans un bordel ?? Jamais !

- Voyons, cet endroit n’est plus ce qui l’était et est bien mieux fréquentable que ta taverne.


Son regard se tourna alors vers Jasmine qui trempait ses seins dans un verre de vin alors que le client lui enfonçait une pièce de bronze dans la chatte. Les autres serveuses, sauf Iris, était, elles-aussi quasiment nues.


- Arff, je sais que ma taverne ressemble de plus en plus à une maison de passes… Mais je n’ai jamais eu autant de clients qu’aujourd’hui !

- Je sais… et tu admettras que c’est surtout grâce à Jasmine.

- C’est vrai…

- Alors fais-moi ce plaisir : laisse Iris vivre sa vie et faire un métier qu’elle aime vraiment ! Tu trouveras d’autres serveuses sans soucis…

- Oui sauf que si je perds Iris, je ne perds pas qu’une simple serveuse…

- Je sais, tu perds aussi un cul très agréable à défoncer…

- Pardon ??????

- Oui, Iris m’a parlé… C’est aussi pour cela qu’elle veut partir… Pour passer à autre chose… Rassures-toi, je ne te juges pas. Si j’avais une fille comme Iris à la maison, j’aurais moi aussi du mal à résister !

- Mais… Mais c’était… la seule… Tu comprends… Avec ma tête et ma réputation… Aucune autre ne voudra…

- Alors voilà ce que je te propose : laisse Iris aller travailler au bordel et vivre où elle veut et tu pourras faire ce que tu veux avec Jasmine !

- Avec ton esclave ?? Mais… franchement…. c’est vraiment la princesse Jasmine, oui ou non ??

- Oui, mon ami, c’est vraiment elle. Jusqu’à ce que Jafar la reprenne, tu pourras la baiser autant que tu veux. Marché conclu ?

- Marché conclu ! Ce soir, c’est possible ?

- Bien-sûr… Amuse-toi bien !


Une heure plus tard, Iris quittait la taverne familiale pour aller travailler, folle de joie, au bordel. Ainsi, le même soir, presque au même moment, Iris offrait son pucelage au Génie en guide de remerciement et Jasmine se faisait baiser sauvagement par le tavernier dans la cuisine puante de l’établissement. Bizarrement, il ne toucha pas au cul de la princesse ce soir-là, se contenant de son sexe, large et humide.


Jasmine reprit ensuite le travail comme si de rien n’était tandis qu’Iris, déflorée et heureuse recevait les conseils avisés de Lily pour gérer le bordel.


Que ce soit à la maison, à l’APJ ou au bordel, le Génie était chez lui et baisait qui il voulait quand il voulait. C’est donc presque avec regret qu’il apprit, au bout de plusieurs jours de cette vie de pacha, que Jasmine était diplômée de l’APJ.


Dans un premier temps, le Génie s’enferma dans une situation de négation et refusa de laisser sortir son esclave. Ils restaient toute la journée dans leur maison le comportait comme un maître et son chien. Jasmine passait son temps par terre, tenue en laisse, et ne bougeait que pour suivre son maître en se déplaçant à quatre pattes, une ogive de bois terminé par de longs poils solidement enfoncé dans son cul  pour lui donner « une queue ». Le Génie la baisait quand il le voulait, ne la nourrissait que de sperme, le sien ou celui des esclaves de l’APJ que Rose lui fournissait régulièrement, et l’insultait souvent pour la faire jouir sans même la toucher.


Mais Jasmine était malheureuse et il le voyait. Elle dépérissait alors qu’elle ne demandait rien d’autre que de se faire baiser par d’autres hommes, par plus d’hommes. Luttant contre sa volonté d’achever sa formation, le Génie accepta finalement de l’emmener au bordel pour y être prise par les nobles de la ville.


Le soir même, Jasmine fit son entrée dans l’établissement tenu par Lily et Iris.


- Voilà donc votre fameuse esclave, monseigneur, commença Lily en accueillant le Génie. Mais… attendez, rajouta-t-elle, confuse, c’est notre Princesse Jasmine !! Mon dieu, la rumeur disait vrai, Jasmine est une esclave sexuelle !!

- Oui, chère Lily, mais par n’importe laquelle… C’est l’esclave de Jafar et bientôt sa femme.

- Oh ? Alors nous allons la mettre dans une chambre particulière et seuls nos membres les plus prestigieux pourront aller la voir.

- C’est hors de question, Lily ! Pour ce soir, Jasmine ira dans l’espace en libre-service. Elle a de gros besoins et je ne veux pas la réserver à quelques nobliaux impuissants…

- En libre-service ?? Mais si les gens s’aperçoivent de qui elle est, ça risque de devenir la folie pour elle !

- Vous pensez ? Mmhh, dit alors le Génie en se frottant le menton.


Il se dirigea alors vers les chaînes à esclaves et y attacha Jasmine, apparemment intimidée par l’établissement. Immédiatement, les regards se tournèrent vers la viande fraîche que l’on venait d’exposer. Le Génie s’adressa alors à tous :


- Messeigneurs, votre attention s’il vous plaît. Je vous présente mon esclave, Jasmine. Pour ceux qui en doutent encore, il s’agit bien de la Princesse d’Agrabah qui a tant fait parler d’elle ces dernières semaines. Jasmine est pour l’heure mon esclave sexuelle mais destinée à devenir la femme de Jafar. Elle viendra dans cet établissement régulièrement et je compte bien l’échanger contre vos plus belles esclaves. Mais ce soir, elle est en libre-service. Alors profitez-en !


A suivre...