Le site de l'histoire érotique

Jasmine : princesse et salope

Chapitre 25

25
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 3 526 fois

25

1

Suite :


Des gardes frappèrent à sa porte et lui réclamèrent Jasmine, par ordre de Jafar. Ils lui ordonnèrent également de venir au palais pour que Jafar puisse vérifier que la totalité de sa mission était accomplie.


Jasmine se réfugia d’abord dans les bras du Génie mais celui-ci lui ordonna de suivre les gardes et lui expliqua qu’elle allait enfin devenir la femme de Jafar.


Arrivés au Palais, Jafar les accueillit du haut de son trône. Il semblait contrarié.


- Esclave ! Enfin te voilà… J’ai appris que notre chère Princesse avait été diplômée de mon école il y a plusieurs semaines déjà et que, vous deux, vous fréquentiez assidûment le bordel en y prenant du bon temps. Jasmine y est régulièrement baisée par moitié de ma cours et toi, esclave, tu « ravages », m’a-t-on dit, toutes les donzelles qui passent à ta portée… Est-ce exact ?


- Oui, votre majesté. Je voulais terminer correctement la formation de la Princesse.

- Bien-sûr… Tu es sûr que tu ne voulais pas plutôt profiter d’elle aussi longtemps que possible, quitte à oublier à qui elle appartenait réellement ? Peut-être même est-ce de l’amour ? HAHAHAHA !!!

- Non… Je vous assure, votre majesté, je voulais simplement m’assurer qu’elle était aussi soumise et perverse que possible.

- Ah ? Donc tu n’y vois pas d’inconvénient si je vérifie cela par moi-même ?

- Pas du tout, votre majesté, répondit le Génie en baissant les yeux et en serrant les poings.

- Bien… Princesse Jasmine, venez ici.


Jasmine regarda alors le Génie qui lui fit un signe de la tête pour qu’elle obtempère. Jasmine s’approcha alors de Jafar sans rien dire.


- Parfait… Ma très chère Jasmine, nous voilà enfin réuni… Commençons : qui êtes-vous ?

- Une esclave…


Une gifle claqua alors soudainement sur la joue de Jasmine qui tomba sur le côté et qui ne semblait pas comprendre.


- Je n’ai pas demandé ce que vous étiez, mais qui vous étiez … Qui êtes-vous ?

- La… Princesse Jasmine…

- Bien, il est important que vous vous en souveniez car vous n’êtes pas une vulgaire esclave. En fait si, vous êtes vulgaire mais disons que vous n’êtes pas une esclave « standard » ! Bon, maintenant, qu’êtes-vous ?

- Une esclave…

- Mais encore ?

- Une chienne soumise… Une salope… Une buveuse de foutre…


Jafar leva alors les yeux vers le Génie.


- Esclave, tu as fait un excellent travail ! Elle n’a plus aucune estime d’elle-même…

- M… Merci votre majesté.

- Bon, voyons maintenant autre chose. Jasmine, qui est ton maître ?


La Princesse commença alors à tourner la tête vers le Génie, comme un réflexe. Mais Jafar la gifla aussitôt et la fit à nouveau tomber au sol. Il l’a saisit alors par les cheveux et lui hurla :


- Qui est ton nouveau maître, putain ??

- Vous, votre majesté… Vous êtes mon nouveau maître et mon futur époux…

- Ha ! Quand même… soupira Jafar en lâchant Jasmine qui rechuta par terre. Voyons maintenant si tu es capable d’obéir…


Jafar déboutonna alors son pantalon de soie blanc, l’uniforme royal, et sortit son sexe sous le nez de Jasmine. Le membre était également imposant : long, légèrement courbé vers le haut et terminé par un gland plutôt pointu qui donnait une allure de corne… Comme si tout était diabolique chez lui, même sa bite !


- Maintenant, ma chérie, suce-moi. Suce ton royal époux.


Jasmine, se redresse et prit à pleine main la queue de son futur mari. Elle ne prêtait plus attention ni à Jafar, ni au Génie mais se concentrait uniquement sur le sexe. Comme si, à la simple vue d’une bite, son cerveau se mettait en mode « traînée ».


Elle masturba puis suça Jafar avec la même fougue et envie que tous les autres hommes qu’elle avait sucé ces derniers mois. Elle avala jusqu’à la garde la longue queue puis goba ses couilles. Jafar, pour tester son obéissance, se retourna et exigea qu’elle lui lèche l’anus. La Princesse n’eut aucune hésitation et donna de grands coups de langues sur l’œillet poilus de Jafar. Elle lui attrapa les couilles et les lécha également, le nez toujours plongé entre les fesses de Jafar. D’une main libre, elle branlait en même temps sa queue, si bien que Jafar se sentit venir rapidement.


Il se retourna soudainement, alla se rasseoir sur son trône et déclara :


- Parfait ! Jasmine, tu es une experte en pipe, je l’admets. Mais si je n’ai pas voulu jouir, c’est pour me réserver pour la cérémonie de mariage, demain.


Puis il regarda le Génie :


- Esclave, je te félicite… Tu as transformé cette petite pétasse coincée de Jasmine en femme totalement soumise et dénuée de toute fierté. Par ailleurs, mes espions sont formels : la Princesse ne bénéficie plus d’aucune sympathie ou affection dans la population. Elle est soit détestée, soit méprisée soit vue comme une salope tout juste bonne à vider les couilles des mendiants.

- C’était… mon travail, votre majesté… répondit le Génie, remplit de haine et de tristesse.

- Certes, mais il me reste à vérifier une chose : ces aptitudes sexuelles. Je t’avais demandé d’en faire une chienne, une salope et je viens de constater qu’elle était une suceuse talentueuse. J’ai aussi entendu beaucoup de choses mais j’aimerai le voir par moi-même. Tu comprends ?

- Évidemment, votre majesté. Je vais me retirer…

- Hors de question ! Tu as fait un si bon travail que je veux-tu récompenser. Viens t’asseoir à côté de moi pour profiter du spectacle. Peu de gens peuvent s’asseoir à la droite du sultan, tu sais.

- C’est… un… honneur, réussit à formuler le Génie.


Il alla donc s’asseoir sur le siège à droite du trône royal tandis que Jafar claqua dans ses mains.


Aussitôt, la garde royale pénétra dans la salle du trône et décrit un cercle autour de Jasmine, dans une chorégraphie apparemment bien huilée.


- Messieurs, comme promis, elle est à vous. Testez tout ce qui vous passe par la tête, je veux voir de quoi elle est capable. Oh, et n’oubliez pas : ce n’est pas encore ma femme… Juste une pute comme une autre.


Jafar avait sans doute peur que ses gardes sont trop doux avec Jasmine, de peur de représailles. Il fût donc rassurer de les voir se jeter sur la Princesse et lui arracher ses vêtements. Elle se retrouva donc nue, agenouillée et entourée d’un nombre impressionnants de queues qui sortaient des magnifiques uniformes de la garde royale.


Excitée par la fellation qu’elle avait pratiqué sur Jafar, Jasmine ne résista pas une seconde et avala la bite la plus proche d’elle. De ses deux autres mains, elle branlait à l’aveugle d’autres queues ou palpait des testicules. Déjà, des gardes la doigtaient et commentaient le fait qu’elle était totalement trempée. Ses seins étaient malaxés, ses fesses écartées et ses orifices pénétrés par de nombreux doigts bientôt remplacés par des bites longues et dures.


Les hostilités n’avaient pas commencés depuis 10 minutes que Jasmine était déjà baisée et sodomisée par derrière pendant qu’elle suçait les queues se présentant à elle, sans se soucier d’à qui elles appartenaient ou d’où elles sortaient.


Entraînée, soumise et nymphomane comme elle était, le Génie savait que Jasmine allait vivre une séance démente et extrême de sexe, la plus intense de son entraînement. Il s’attendait à être à la fois excité et attristé par le spectacle… Il ne se doutait pas encore à quel point.


Alors que les bites se succédaient sans aucune résistance dans le cul et la chatte de la princesse, elle eut un premier orgasme très bruyant et surtout très liquide puisqu’elle inonda littéralement le ventre de celui qui la baisait et la fît jouir. Celui-ci se retira de surprise et laissa donc le cul de Jasmine bien visible depuis le trône royal. Jafar claqua dans ses mains pour demander une pause et descendit inspecter la princesse qui se tenait toujours à quatre pattes.


Jasmine tremblait encore, secouée par les derniers spasmes de son sublime orgasme. Son sexe était ouvert, dégoulinant et ses lèvres pendaient légèrement. Jafar prit ses deux fesses à pleines mains et les écarta, ce qui eut pour effet d’ouvrir légèrement son anus distendu.


- Ouvre, salope !! lui cria-t-il. Ouvre son fion au maximum !

- Oui, mon maître…


Jasmine semblât alors pousser sur ses muscles abdominaux et réussit à détendre et ouvrir en grand son anus. Jafar y enfonçât alors ses doigts et tira la paroi sur les côtés pour augmenter la taille du trou. Puis il relâchât le sphincter de la princesse et dit :


-Pousse encore, ouvre le plus grand !!


Jasmine fît à nouveau jouer ses muscles et ouvrit de manière impressionnante son anus. Mais cela ne semblait pas satisfaire Jafar qui tirait encore dessus.


- Mhouai… Conclut-il en enlevant ses doigts et en les enfonçant dans le sexe de Jasmine. Voyons maintenant ta chatte, salope.


Là encore il testa l’élasticité du vagin de la Princesse en lui demandant de se détendre. Puis il se releva et dit à ses gardes :


- Vous pouvez reprendre… Elle peut être encore bien plus large que ça, alors allez-y, défoncez-là ! Soyez imaginatifs !


A suivre...