Le site de l'histoire érotique

Jasmine : princesse et salope

Chapitre 29

34
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 5 924 fois

34

11

Suite :


Vers trois heures du matin, la place était enfin déserte et les esclaves qui étaient censé nettoyer la princesses étaient rentrées au palais. Ne restaient plus que les gardes, impassibles, et Jasmine, couverte de sperme et de pisse. Cet état pitoyable et rebutant était sans doute d’ailleurs la cause de la fin des hostilités, en attendant le lendemain matin et un nouveau nettoyage. Le Génie devait agir vite.


Un étrange balai se mit alors en place. Sortant des ruelles ombragées, des jeunes filles presque nues, des élèves de l’APJ en réalité, se dispersèrent. Elles empruntèrent de manière organisée chaque ruelle accédant à la place où était détenue Jasmine. A chaque garde qu’elles rencontraient alors, elles jouaient le même numéro de séduction et de provocation et finissaient par le faire craquer. Ainsi, tous les gardes censés surveiller les abords de la place étaient en train de baiser ou de se faire sucer, laissant le champ libre à la seconde « équipe d’intervention ».


Celle-ci, composée de Lily et d’Iris, investit la place. Les deux femmes vinrent parler aux 4 gardes qui surveillaient Jasmine.


- Bonsoir, messieurs…

- Mesdames… Le bordel est fermé et vous cherchez un peu de compagnie ?

- Exact, répondit Lily en touchant le bras d’un des gardes. Avec notre princesse en libre-service, les hommes ont délaissé notre établissement ce soir… Et je peux voir qu’ils sont été nombreux à venir, aujourd’hui, rajoutât-elle en pointant du doigt le sperme qui recouvrait les fesses de Jasmine.

- Oh oui, notre Princesse bien aimée a eu fort à faire !! rigola l’un des gardes.

- Et vous, messieurs, demanda Iris, avez-vous pu profiter de la Princesse ?

- Hélas, non, ma jolie… Ordre de Jafar.

- Mon dieu, soupira Lily en faignant la compassion, vous avez donc dû assister toute la journée à ce spectacle terriblement excitant sans jamais pouvoir vous soulager ?


En terminant sa phrase, Lily avait posé sa main sur le sexe de l’un des gardes et constatait déjà une certaine raideur.


- Oui… c’est ça…, répondit le garde, déstabilisé par la main de Lily lui malaxant le sexe.

- Peut-être pourrions-nous vous soulager ? Mon amie et moi sommes dans un bien meilleur état que la Princesse, si vous voyez ce que je veux dire.

- Hum, ce n’est pas que… Enfin, si nous quittons des yeux Jasmine, Jafar serait capable de nous les faire arracher…

- Je prends le relais ! déclara alors fermement Rose en sortant d’une ruelle et en s’approchant des gardes.

- Maîtresse Rose, que faites-vous ici ? demanda l’un d’eux, surpris de sa présence hors de l’APJ.

- Jafar m’a demandé d’aller voir mon ancienne élève pour savoir si elle était en sécurité. Et je constate que vous ne tiendrez pas comme ça encore toute une journée. Alors, allez vous vider les couilles, dormez un peu et revenez frais et dispo avant l’aurore. Je veille sur la princesse.

- Mais si…

- Si quoi ??? Vous pensez que je ne peux pas surveiller cette chienne après l’avoir moi-même dressée pendant des semaines. Vous pensez que je ne suis qu’une femme faible et sans défense ?  

- Non, non, excusez-nous, répondirent les gardes en voyant le regard menaçant de Rose.

- Alors, messieurs, vous nous accompagnez ? demanda alors Lily.


Les gardes tournèrent la tête vers les deux femmes qui s’étaient mises à l’écart quand Rose est arrivée. Ils les découvrirent ainsi entièrement nues, leurs manteaux tombés au sol. Les deux femmes se caressaient et s’embrassaient en laissant des regards incendiaires aux gardes.


- Alors ? ajouta encore Iris après avoir roulé une grosse pelle à sa patronne.

- Ok… mais pas longtemps… Maîtresse Rose, on vous fait confiance…

- Vous pouvez, messieurs ! Allez vous amuser…


Les quatre gardes rejoignirent donc Iris et Lily en direction du bordel. Sitôt la place déserte, le Génie sortit d’une ruelle et se précipita vers Jasmine en félicitant au passage Rose pour son jeu d’actrice.   


- Jasmine, tu vas bien ? demanda-t-il en commençant à la détacher du carcan.

- Non, maître… Laissez-moi… Jafar vous fera tuer pour cela…

- Qu’il essaie ! Allez, viens avec moi, nous partons de cette ville !

- Mais les gens ? Demanda Jasmine en se redressant péniblement, je suis leur Reine, ils ont besoin de moi…

- Non, Jasmine, ils te détestent et te méprisent… Et c’est entièrement de ma faute. Si je te laisse ici, tu mourras. Et je ne peux laisser faire cela. Maintenant, viens. Rose, suis-nous !

- Oui, mon maître.

- Maître ? demanda Jasmine

- Je t’expliquerai…


Les trois fuyards récupérèrent des affaires dissimulées dans une impasse et filèrent vers une des portes de la ville pour en sortir et ne plus jamais y revenir. Mais soudain, ils entendirent une voix hurler :


- Où penses-tu aller comme ça, esclave ??


Ils s’arrêtèrent net et constatèrent que la porte était barrée par deux rangs de soldats armés tout comme dans les ruelles adjacentes. Au milieu de ce dispositif impressionnant, Jafar se dressait fièrement.


- Tu te croyais plus malin que moi, esclave ? Tu croyais pouvoir t’échapper ?

- Comment… bredouilla le Génie, vaincu.

- Comment ? Tu es si prévisible ! Des gardes surveillaient le bordel et ta maison. Dis d’ailleurs au revoir à tes deux amies, Lily et Iris. Elles seront exécutées juste après toi !


Jafar montra alors les deux femmes enchaînées et visiblement battues, ce qui rendit fou de rage le Génie. Il sentit en force surnaturelle le submerger et regarda ses mains virer au bleu.


- Ce que tu as tenté à échouer et tes amies vos toutes mourir ce soir… Sauf Jasmine, évidemment qui resta le vide-couille d’Agrabah jusqu’à ce qu’elle meure d’épuisement. Et je pense même que les gens continueront de la baiser avant de se rendre compte qu’elle est morte ! Hahahaha !! Allez, saisissez-là !! cria-t-il aux gardes en montrant du doigt Jasmine.


Sans se poser la question de l’issue de ce qu’il allait faire, le Génie s’interposa machinalement. Il attrapa le bras d’un garde au vol et l’envoya à l’autre bout de la rue. Un deuxième homme se jeta sur lui mais il esquiva le coup de sable avec une agilité incroyable et l’assomma d’un simple coup de poing.


Les autres gardes stoppèrent alors leur course, surpris d’une telle résistance. Jafar leur hurla de le tuer mais c’est le Génie qui, alors, se jeta sur eux et les mis hors d’état de nuire avant même qu’ils aient le temps de réagir. Puis le Génie, ivre de colère, se dirigea d’un pas ferme vers Jafar.


- Arrête, esclave, c’est un ordre, hurla ce dernier sans pour autant d’effet. Arrête, Génie, je te l’ordonne !!!!


Soudain, le Génie s’arrêta net. Comment venait-il de l’appeler ? Génie ?


- Hahah, stupide Génie, esclave de la lampe, se gaussa Jafar, tu ne peux rien contre moi, je suis ton maître ! Tu as déjà essayé de te rebeller mais tu as échoué. Ta vie n’est qu’échecs !! Hahaha !


Le Génie fut alors submergé par les souvenirs du passés. Tout lui revenait : son cher ami Aladin, la belle Jasmine, si attristée par la disparition de son amour, Jafar et son perroquet Yago, la caverne, le tapis volant, son esclavage éternelle et ses pouvoirs… Il n’était qu’un esclave, tout puissant, mais esclave. Il regarda Jasmine qui pleurait, se rendant compte que son maître était également son ami et protecteur. Mais il baissa les yeux et regarda alors ses mains totalement bleues, comme ses bras d’ailleurs, puis les porta à son visage, vaincu.


Mais, alors qu’il entendait les gardes s’approcher de lui, quelque chose attira son attention. Il n’y avait aucun bracelet à ses poignets… Il les portait pourtant depuis toujours et ne pouvait les enlever. C’était son lien inaliénable avec la lampe et son maître. Comment se pouvait-il… Soudain, il comprit.


Il releva la tête et fixa Jafar.


- Tu as fait une erreur, Jafar, une terrible erreur !

- Que dis-tu ??

- Ton dernier souhait… Tu as souhaité que je devienne humain !

- Un humain me devant une obéissance totale !

- Oui, c’est vrais. Mais regarde mon visage… Ce bleu te paraît-il humain ?

- Non, ce n’est pas…

- Oh si, Jafar, mes pouvoirs sont revenus et je suis à nouveau le Génie de la lampe !

- Alors obéis-moi, esclave, je te l’ordonne !

- D’accord… Fais un vœu alors… Oh, à moins que tu en ai déjà fait 3, évidemment…

- Je… non, c’est impossible… Je…


Jafar, se sentant piégé, ordonna alors à tous ses gardes de se jeter sur le Génie. Inconscient de ce que cela impliquait pour eux, des dizaines d’hommes se jetèrent sur lui. Retrouvant son humour et son esprit loufoque, le Génie les changea en chatons d’un claquement de doigt.


- Gentils minous, restez sages… dit-il en en caressant un.


Puis il se téléporta dans un nuage de poussière bleue à coté de Jafar et lui demanda :


- Alors, Jafarounet, maintenant qu’on est entre nous… Qu’est qu’on va faire ?

- Génie… Attend, tu… Tu ne peux pas me tuer, cela t’es interdit !

- C’est vrai mais je ne pensais pas à ça. Vois-tu, j’ai toujours voulu être à ta place… Je t’admire beaucoup, tu sais. Dans la famille des dictateurs mégalo et déjantés, tu es une référence, je t’assure ! Et j’aimerai tant te ressembler ! D’ailleurs…


Et en un claquement de doigt, le Génie pris l’apparence de Jafar.


- Tu… Qu’est-ce que tu vas faire ? Je suis le seul et unique Sultan d’Agrabah !!

- Crois-tu ? Je trouve que tu ressembles plutôt à une belle brune hyper sexy…

- hein ?

- Mais oui, tu es le portrait craché de cette Princesse sauvage et sensuelle et dont je suis follement amoureux… Jasmine, ajouta le Génie en regardant droit dans les yeux la Princesse qui lui souriait malgré sa tête de Jafar.

- Mais qu’est-ce que tu racontes, imbécile ??? répondit Jafar avec une voix féminine.


Jafar regarda alors ses mains et les découvrit fines et délicates. Il palpa aussi sa poitrine et la découvrit opulente. Il baissa son beau pantalon de soie bleu et à la place de sa longue queue, il découvrit un vagin épilé. Il hurla alors avec la voix de la Princesse :


- Mais qu’est-ce que tu m’as fait ???

- Allons, tu vas avoir une vie de princesse, de quoi te plains-tu ?


Puis il dit à Rose en faisant réapparaître sa tête normale :

- Rose, libère Lily et Iris et sort de la ville avec Jasmine. Je vous rejoins.

- Maître, qu’allez-vous faire de lui… d’elle… enfin de Jafar ?

- Moi ? Mais rien du tout… Allez, filez !


Une fois les quatre filles à l’abri, il reprit l’apparence du sultan et redonna aux gardes leur apparence originale. Certains se demandèrent ce qui c’était passé mais le Génie ne les laissa pas réfléchir trop longtemps et leur ordonna :


- Gardes, ramenez la Princesse sur la place publique !

- Et… Et l’autre homme, votre altesse. Où est-il ?

- Il s’est enfouit en abandonnant Jasmine… Le lâche ! Mais tant pis pour lui, sa chère Princesse paiera pour cet affront !


Puis le Génie regarda Jafar, sous l’apparence de la belle Jasmine :

- Profitez bien de votre chère population, Princesse. Ils vont être très tendres avec vous, je le sens. Allez !!

- NONNNN, Arrêtez, hurla alors Jafar avec la vois de Jasmine, je suis votre sultan !!!! Sales chiens, lachez-moi !!!!


Le Génie entendit hurler Jafar tout le long de la rue qui le conduisait à la place. Puis, alors que le coin était désert, repris son apparence normale et retrouva ses femmes à l’extérieur de la ville. Ils laissèrent Agrabah derrière eux et ne revinrent jamais.



Les nuits étaient fraîches dans la lointaine contrée qui avait vu arriver, il y a peu, un étranger accompagné de 4 superbes femmes. Ils avaient dû s’habituer à se chauffer, même la journée, en brûlant du bois dans une sorte de trou dans la pièce principale… Étrange.


Mais la vie n’était finalement pas si désagréable pour eux, notamment pour le couple qui respirait le bonheur et l’amour. Ils habitaient une grande maison à l’écart du village. Car il en fallait de la place pour loger 4 femmes. Ce qui, d’ailleurs, choquait un peu dans un coin du monde où la polygamie n’était pas si courante. Mais les gens c’étaient habitués et, de plus, c’était là la chose la moins choquante si on y regardait de plus près.


Le Génie, gardant le plus souvent apparence humaine, y compris à la maison, était tel un dieu : comblé et tout puissant. Jasmine partageait sa vie en tant qu’épouse et non plus en tant qu’esclave. Même si elle restait terriblement soumise envers lui, elle savait s’affirmer en tant que femme de caractère auprès des habitants du village et surtout auprès des autres femmes du foyer. La vie sexuelle de Jasmine c’était quelque peu normalisée bien que les rapports avec le Génie soient sans limites en termes de possibilités : il pouvait prendre l’apparence de n’importe qui ou de n’importe quoi. Tous ses fantasmes étaient comblés et elle était la plus heureuse des femmes. D’autant qu’il acceptait qu’elle s’offre aux habitants du village aussi souvent qu’elle en avait envie. Et pour une bonne grosse orgie à domicile ? Il suffisait que le Génie se dédouble autant de fois que nécessaire pour comble l’appétit toujours démesuré de Jasmine !


Lui aussi avait de la chance d’avoir Jasmine car celle-ci, loin d’être jalouse, adorait le voir défoncer Lily  ou Iris. Les deux femmes, en bonne commerçantes et gérantes, tenaient un magasin dans le village, principale source de revenu du foyer. Un magasin qui marchait fort, peut-être du fait de la beauté des deux femmes ou du fait qu’on pouvait les sauter à tout moment de la journée…


Et puis il y avait Rose, la chienne de la maison. Elle passait son temps au pied du Génie, obéissant au moindre de ces ordres en espérant simplement en retour un peu de sexe. Jasmine et le Génie aimaient beaucoup cette chienne et il n’était pas rare qu’ils la baisent ensemble, en amoureux, pour lui donner sa dose quotidienne d’orgasmes.


Pour la première fois depuis une éternité, le Génie était heureux. Il était assis dans un large fauteuil et regardait le feu crépiter dans la cheminée. Sa chienne était couchée à ses pieds, nue, l’anus encore suintant de sperme ; sa femme Jasmine endormie nue dans ses bras, la main posée sur son sexe encore dur et Iris et Lily, ses deux maîtresses favorites, étaient en train de se lécher mutuellement devant lui, sur la fourrure qui ornait le sol du salon, les flemmes donnant une couleur fauve à leur peau en sueur.


Alors qu’elles jouissaient et que ses doigts sortirent du sexe humide de Jasmine, il ferma les yeux, sourit, lova sa tête contre la poitrine de sa Princesse et s’endormit.


Fin.