Le site de l'histoire érotique

Jours de grève

Chapitre 5

25
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 3 301 fois

25

4

Pendant le cours de sport, je ne peux m’enlever de la tête l’image de Damien se faisant défoncer par le prof. Je regarde mon pote d’un autre oeil, mais je continue à douter, il est quand même très viril, sûr de lui, avec une grosse bite. Il est sportif mais l’athlé c’est pas son truc, et ni le mien d’ailleurs. On est des gars massifs, lui rugby, moi judo, donc le triple saut, le saut en longueur et le sprint c’est pas vraiment là où on excelle. Dès qu’on a fini nos sauts on s’allonge sur l’herbe et on se moque des passages suivants. Le soleil commence déjà à chauffer et Damien enlève son t-shirt, du coup mes yeux se portent souvent sur son torse déjà bien poilu. J’en viens à le taquiner un peu :- tu penses à ta chérie ou quoi ? t’as les tétons qui pointent...

- pff t’es con c’est l’air qui est un peu frais par moment...

Puis il réagit :

- mais tu me mates ou quoi ?

Je rougis mais je choisis la provocation :

- et pas qu’un peu, je m’imagine en train de te pincer ces gros tétons pendant que je te défonce ton petit trou de balle

Il joue la provocation aussi :

- ah ouais, tu crois pas que c’est moi qui te la mettrais vu ma carrure ?

- tu ferais pas le poids je suis ceinture bleue de judo

- arrête tu me fais peur...

Et ni une ni deux, je lui saute dessus. Il a pas le temps de réagir, je suis allongé sur lui façon judoka au sol, je lui bloque un bras et la nuque avec une clé de bras. Il se débat mais je serre fort mon étreinte et il ne peut rien faire. Il se fatigue un peu, je ne relâche pas mais il ne se débat plus. Je le provoque encore :

- alors qui a le dessus sur qui ?

Et j’arrive à tendre un doigt jusqu’à son téton tout dur pour le titiller. 

- tu vois que je pourrais te pincer tes tétons tout dur en t’enculant.

Puis on éclate de rire. Je le relâche. On est interrompu par le prof :

- bon les filles, on fait pas judo là... Lionel il me manque ta perf au triple saut, Damien ta perf à la longueur

Je me relève et je tends la main à Damien pour l’aider à se relever. Et là mes yeux sont immédiatement attirés par la bosse au niveau de son short. Il bande! Je suis un peu troublé mais ne laisse rien paraître.



En nous rendant aux sauts, je remarque Thierry en train de tailler les haies, il me dévisage et toujours son clin d’oeil. A-t-il vu notre petite séance de judo ? Qu’est-ce qu’il va me demander après le cours ? 



10:30, le cours se termine, le temps de se changer et de retourner au lycée. Nous regagnons les vestiaires, comme d’habitude entre mecs, ça chahute, ça vanne, les serviettes claquent, etc. jusqu’à l’arrivée du prof où là tout le monde s’active à prendre sa douche. Il donne les consignes et le programme pour la semaine prochaine. Maintenant que je sais que c’est un serial fucker d’après Thierry, je l’observe. En fait il joue son rôle dans les vestiaires pour pouvoir mater des ados virils nus. C’est clair et limpide. Il parle de ses perfs à Nico alors que celui-ci vient de finir de se doucher. Une fois que Nico s’est séché et a enfilé un caleçon, il passe à Julien qui lui vient aussi de sortir de la douche. Bref je me délecte de ce manège. Mon tour de douche arrive, je rejoins Damien. Il montre sa bite à tout le monde, Aymeric son camarade de chambre à l’internat ne manque pas de le provoquer :

- on dirait que t’as perdu 2 cm depuis la semaine dernière, non ?

Et aller Damien n’attendait que ça, il chope la tête d’Aymeric avec son bras et la coince contre son flanc. Il lui fais un shampoing bien douloureux, Aymeric hurle et finit par s’agenouiller et Damien lui frotte sa bite sur le visage en disant :

- j’ai encore gagné, tu les vois là les 2 cm ?

Tout le monde éclate de rire et reprend sa douche. Moi ça m’a filé la gaule, donc je prends un peu plus de temps pour me rincer jusqu’à ce que je sois seul. À ce moment-là le prof entre et me dit :

- allez princesse, on n’a pas toute la matinée 

Pour le provoquer, je me retourne franchement et là il bloque immédiatement sur ma gaule. Il s’avance un peu et dit à voix plus feutrée :

- et bien, c’est la grande forme on dirait

Je souris puis me retourne pour finir ma douche. Je sens qu’il me mate encore, je commence donc à me branler sous son regard. Je me tourne légèrement pour qu’il me voit mieux et là je me rends compte qu’il a la main droite dans son survêtement, il s’astique le manche. On se regarde et on s’excite mutuellement. Moi j’ai porté ma main gauche sur mon téton et je le titille, je vais pas tarder à venir... Je balance quelques jets de sperme sur le sol de la douche, satisfait! Je sens que le prof est proche de l’éjaculation lui aussi, je m’agenouille devant lui. Il comprend qu’il peut me balancer son sperme dans la bouche. Il sort sa queue pour faciliter sa branlette, putain elle est hyper tendue et de dimension très acceptable. Il finit par jouir, le premier jet très puissant finit sur ma tronche, au deuxième le tir est ajusté et atterrit droit dans ma bouche, j’accueille les autres jets et j’avale. Je referme ma bouche sur sa bite pour bien lui nettoyer le gland. Il semble apprécier le geste, il me flatte la joue avec sa main. Une fois fini, il range son matos de peur d’être surpris et moi je retourne sous la douche me nettoyer la bite. Avant de quitter la salle de douche, il me dit :

- tu viendras me voir à mon bureau lundi dans la matinée, si tu es sage je réévaluerai ta moyenne...

- j’y manquerai pas, merci monsieur!

- je raccompagne les autres au lycée, ne traîne pas...



Je sors quelques instants après lui pour me sécher et me changer. Tout le monde est déjà parti. Au moment de sortir du vestiaire je vois s’avancer Thierry. Il m’adresse la parole :

- ah tu es encore là! j’ai cru que tu m’avais fait faux bond

Je l’avais complètement oublié mais je mens :

- oui je savais pas où vous retrouver, je savais que vous comprendriez 

- viens par là on sera plus tranquille 

Je le suis, il se dirige vers le local des entraîneurs. La pièce contient du matériel de sport, il y a deux bureaux de part et d’autre de la pièce et une étagère avec des coupes de pacotille. Au mur des affiches de toutes les équipes locales qui s’entraînent au stade : des équipes d’athlé, des équipes de rugby, dont une avec Jeff à droite d’un groupe de tous petits, ils ont l’air fier avec leurs maillots. Puis mon regard se pose sur Thierry, il est déjà en train de se mettre à poil. Ma gorge se serre. Il a quand même un corps attirant : il est bien poilu sur le torse, des poils blonds cuivrés. Ses jambes aussi sont poilues. Il a un tatouage sur le pec gauche, c’est un aigle ; il a aussi un piercing au téton droit, j’en avais jamais vu et ça m’excite. Il est en caleçon devant moi et me demande d’approcher. J’obéis, je me déshabille, il prend mon visage à deux mains et m’attire à lui. Il m’embrasse sans tendresse, il force mes lèvres pour introduire sa langue. Je le laisse faire, une de ses mains abaisse rapidement mon shorty, il me malaxe les fesses, puis il m’embrasse partout : dans le cou, sur le torse, il aspire mon téton et donne de grands coups de langue. Il est un peu brusque mais ça me plaît et je commence à bander. Il continue sa descente jusqu’à ma bite qu’il gobe sans retenue. Il me suce à fond, là je bande de plus en plus. De sa main qui malaxait mes fesses il passe maintenant à ma raie et il commence à pénétrer mon anus. Il commence par un doigt pour écarter, puis 2, et entame un va et vient qu’il cale progressivement sur le même rythme que sa fellation. De son autre main il trouve mon téton et commence à bien le travailler. Je m’abandonne à lui, je respire fort et je gémis. Je pose mes mains sur lui, je caresse ses épaules, son torse, ses bras. J’ai besoin de sentir ses poils sous mes mains. Je m’arrête sur son téton piercé, j’y vais délicatement pensant l’endroit sensible mais il m’encourage à y aller beaucoup plus franchement :

- vas y n’aies pas peur, c’est fait pour tirer, j’adore qu’on me triture les seins

Je m’enhardis, je pince, je tire, je tors son téton. Il aime ça. En conséquence il rajoute un 3ème doigt dans mon anus et là je n’essaie même plus de contenir mes gémissements. Il me demande de me tourner et de m’appuyer sur le bureau, il veut me lécher le cul. Il y va comme un bourrin, on dirait qu’il a une langue énorme tellement elle est puissante. Il me pénètre carrément avec sa langue, il est très excité et moi aussi, d’autant qu’il a rechopé mes tétons. 



Au bout de quelques minutes de ce traitement il se relève et vient se coller contre moi. Je sens sa queue dure frotter mon anus. Il ouvre un des tiroirs du bureau et en sort une boîte de préservatifs. Je comprends que je suis pas le premier à qui on fait visiter la pièce !

Il enfile un préservatif et présente sa bite sur mon anus. Vu qu’il y a mis 3 doigts et qu’il l’a lubrifié avec sa salive, il n’oppose pas de résistance, d’autant que je suis chaud et que j’ai envie qu’il me pénètre. Il serre ses bras autour de moi pour s’enfoncer au plus profond. Je gémis, je sens bien sa queue dure.

- il t’a bien baisé Jean-François, ça rentre tout seul... hmm c’est chaud à l’intérieur, qu’est-ce qu’on est bien

Il ressort lentement et rerentre aussi sec avec force m’arrachant un gémissement franc. Je sens mon sphincter se relâcher franchement avec cet assaut. Ça m’excite et Thierry aussi. À chaque coup il y va plus fort :

- t’encaisses bien ptit gars, ça change des tapettes qui se plaignent alors que je suis qu’à moitié...

Il ne lâche pas son étreinte et me fait sentir sa force. Je sens ses poils et ses muscles contre ma peau, je bande à mort. Il m’attrape les tétons et les pince à nouveau, ça fait mal sur le moment mais quand il relâche, la sensation est électrisante.

- putain, tu bandes des tétons, t’aimes ça?

- oui j’adore tu m’excites...

- j’aime te baiser

- vas y baise-moi à fond...

Il se fait pas prier plus longtemps et y va très virilement, mon cul et mes tétons subissent un traitement de choc. Je me branle, ça a pour effet de resserrer un peu mon sphincter et je sens mieux les frottements de sa bite. Ça fait monter son excitation, on sent tous les deux qu’on est proche de l’explosion. C’est moi qui éjacule le premier et ça me déclenche aussitôt des tremblements. Thierry ne tarde pas non plus, avant d’éjaculer il se dégage, retire son préservatif et crache dans sa main. Il s’essuie bien le gland et porte sa main pleine de foutre devant mon visage. Y’en a une quantité phénoménale. Je me colle contre lui, nos corps sont transpirants. Il approche sa main de mon torse et m’étale le sperme sur le corps, il descend jusqu’à ma queue et la branle quelques instants, il mélange nos spermes en me léchant le creux de l’épaule droite.

- c’était bon de baiser avec toi, t’es bon pour une nouvelle douche je crois...

On éclate de rire. Il me tend une serviette pour que je m’essuie. Pas le temps pour une autre douche. Je me rhabille rapidement. Il me dit :

- j’espère te revoir un de ces jours, on remet ça quand tu veux...

- oui pourquoi pas, c’était sympa, j’ai beaucoup aimé...

Il me tape sur l’épaule et dépose un baiser sur le front. Je lui souris et je file au lycée.



En chemin je tombe sur Damien et Aymeric, ils m’attendaient au passage piéton souterrain qui passe sous le boulevard principal de la ville et qui permet de rejoindre notre lycée par voie piétonne. Damien s’écrit :

- beh alors qu’est-ce que tu foutais tu te tapais une queue?

J’arrive à son niveau sans rien dire. Je choisis de continuer la provoc, je e regarde bien dans les yeux et lui dis :

- je t’attendais sous la douche pour continuer nos ébats de tout à l’heure, j’ai vu que ça t’avait bien fait bandé...

Je lui mets une petite tape sur les fesses et je continue mon chemin. Aymeric me rattrape :

- vas y raconte c’est quoi l’histoire 

- j’ai excité Damien avec une petite prise de judo et en lui titillant son gros téton de paysan

Aymeric est pas le dernier pour chambrer.

- ah ouais, il se fait tout le temps triturer les seins sous les douches à l’internat, une vraie nana...

Il en faut jamais plus à Damien, il commence à courser Aymeric qui est déjà parti en courant. Peine perdue pour Damien qui s’arrête 10m plus loin :

- tu vas voir ce qui va t’arriver sous les douches enculé

Moi j’éclate de rire, Damien boude un peu. Je l’accompagne aux casiers des internes en silence pour qu’il prenne ses affaires pour le dernier cours qu’il puisse filer direct à la sonnerie. On est seul à la salle des casiers, je finis par lui dire :

- excuse moi si je t’ai grillé devant Aymeric

- nan, il est tellement bête il a pas vu que tu disais la vérité

Il arrête de ranger ses bouquins et me regarde droit dans les yeux :

- c’est vrai que je bandais tout à l’heure, et là tu m’as un peu refoutu la gaule à parler de ça

- tu veux que je fasse quelque chose pour toi?

- tu veux me sucer la queue?

- si ça peut aider à te soulager...

- viens on va monter à l’internat

On prend l’escalier qui rejoint l’entrée de l’internat. Arrivé au sas la porte est fermée mais il dit :

- ici ce sera toujours moins craignos qu’en bas...

Il déboutonne déjà son pantalon, abaisse sa braguette et sort sa grosse bite bandée. Je m’agenouille et ouvre la bouche en le regardant droit dans les yeux. Il avance son gland et je referme. Mes lèvres serrent bien sa bite et j’enfonce lentement. Elle est énorme sa bite, je peux pas aller jusqu’au bout pour l’instant.

- rho putain c’est bon... vas y pompe moi...

Je gémis et je commence à accélérer mon va et vient sur son pénis. Il me prend l’idée d’activer ma langue sous sa queue.

- putain qu’est-ce tu fais là? hmmm

Il semble aimer ça je continue et je serre encore plus mes lèvres. Ça l’excite encore plus et donne lui aussi des mouvements du bassin, si bien bien qu’au bout de quelques coups il cherche à s’enfoncer plus loin. Il touche le fond de ma gorge mais je veux pas le décevoir et je me force. 

- hmm si j’avais su ça fait longtemps que je t’aurais fait goûter ma queue

Pour réponse j’accélère le rythme et passe mes mains sous son t-shirt à la recherche de ses tétons. J’en profite pour bien caresser ses poils, son ventre, ses seins et j’arrête mes pouces sur ses tétons déjà bien durs. Je les caresse avant de les prendre à deux doigts et de les malaxer. Il aime ça, il gémit fort. Je sens qu’il va pas tarder à juter :

- je vais jouir...

Je l’empêche de se retirer, il comprend et me balance tout au fond de la gorge. 3 ou 4 jets puissants, et j’aspire le reste, je lui nettoie bien son gland, sa bite débande peu à peu et il reprend son souffle. Je me relève et là il m’embrasse direct, il fouille bien ma bouche avec sa langue, j’aime sa virilité.

La sonnerie retentit, il est temps d’aller au dernier cours. On se dépêche de rejoindre la salle et là on apprend que notre prof de maths fait grève. La plupart de nos camarades prennent leurs affaires et rentrent chez eux. Moi je suis obligé d’attendre une heure, Damien aussi, on se regarde et on s’éclipse sans se faire remarquer...