Le site de l'histoire érotique

Ma sœur jumelle

Chapitre 1

109
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 17 460 fois

109

9

Je m’appelle Anna, j’ai 17 ans et une sœur jumelle. Je suis blonde, les yeux bleues, un mètre soixante-dix. Une belle poitrine, ni trop grosse, ni trop petite. Je ne suis pas maigre mais j’ai quelques petites rondeurs. Je viens de vous décrire ma sœur, Léa. On se ressemble comme deux gouttes d’eau. La seule manière de nous départager, c’est par nos cheveux. J’ai opté pour un queue de cheval, alors que Léa a des mèches. On partage tout ensemble, on se comprend. Notre seul problème est que nous craquons sur le même garçon. Si Léa sort avec un garçon, je suis jalouse, et vice vers ça.


En cette matinée de Mai, je m’étais couchée un peu tard, mon réveil sonne à 6 h 30. Je réussie à sortir de mon lit à 6 h 40. Je me dirige vers la salle de bain. Lorsque j’ouvre la porte, je découvre avec surprise Léa nue, en train de se doucher. J’eu un choc, cela faisait plusieurs années que je ne l’avais pas vu dénudée. Je rougie et referme la porte aussitôt. J’étais surement trop endormie pour avoir entendu la douche. Je me dirige du coups vers la cuisine, où mon petit frère de neuf ans et mes deux parents m’attendaient.

Mon père me dit bonjour. Mon frère me saute dessus avant que je ne puisse répondre, je l’embrasse et je salue ma mère avant de m’asseoir.

Je suis encore en pyjamas avec le cheveux ébouriffés lorsque ma sœur jumelle arrive par le couloir.

Habillée et coiffée.

On échange un sourire et elle salua le reste de la famille.

A table on parle de tout et de rien. Mais quand je repense à Léa nue, cela me fais sourire, elle est si belle, même si d’une certaine manière elle est le reflet de moi même.

J’adore ma sœur !

Une fois rassasiée , direction la douche. Mon bas de pyjamas enlevé, le haut à son tour.

Je me regarde nue dans le miroir. J’ai un petit duvet de poil pubiens. Mes seins ont bien grossi depuis ma puberté. Moi et ma sœur sommes encore vierge, et nous comptons le rester si on arrive pas à trouver l’amour de notre côté. Ce qui ne veut pas dire que je ne masturbe jamais. Je ne sais pas si Léa pratique ça aussi, mais cela ne m"étonnerais pas. Du haut de mes un mètre soixante-dix, je revoie ma jumelle dans ce miroir.

Une fois lavée, habillée et coiffée je prends mon sac et prévient Léa qu’il est temps de partir au Lycée.

Je porte aujourd’hui une jupe qui descend jusqu’aux genoux.Des sous-vêtement blanc en coton et un t-shirt blanc.

Ma sœur arrive dans le couloir et nous sommes prêtes à partir.

Nous discutons des garçons en attendant le bus, une fois dans le dedans, elle se met sur mes genoux car le bus est plein. J’en profite pour m’excuser de l’avoir dérangé sous la douche, elle me répondit que ce n’étais pas grave et que cela ne la dérange pas.

Je ne sais pas ce qu’elle veut dire par là mais je la trouve de plus en plus craquante depuis quelques jours. Même si on fantasme sur les même garçons.

Je rajoute que je l’ai trouvé super mignonne sous la douche. Elle se retourne, m’embrasse la joue et me dit que je suis moi aussi magnifique.

A ce moment là le bus s’arrête. Les particuliers descendent pour laisser place aux Lycéens. Étonnement Léa ne se met pas sur le siège d’à côté, elle reste sur mes genoux, contrairement à son habitude. Ce qui ne me déplaît pas. Sophie nous salue, et on commence à discuter. J’ai remarqué que pendant cette journée banale, Léa a essayé de m’exciter, et me faisait beaucoup plus de compliments, m’effleurait les cuisses lorsque nous étions à côté. Et j’aimais ça.


Une fois à la maison, Léa me prends par la main, m’amène dans sa chambre, ferme la porte et me pousse contre le lit. Elle me saute dessus, s’allonge sur mon corps et m’embrasse sur la bouche, pendant de longues minutes nos langues se mélangèrent. Un vague de chaleur de traverse le corps.

Je sais ce qu"elle a derrière la tête et ça m’excite énormément. Elle commence par enlever mon t-shit. Elle pose ses mains sur ma poitrine, me fais un sourit puis la masse. Elle dégrafe sensuellement mon soutient-gorge et je me retrouve seins nue devant ma sœur. Elle approche la tête de ma poitrine et me lèche les tétons, des frissons me parcours le corps. Mes tétons pointent en sa direction, je décide de lui enlever son t-shirt et son soutient gorge, avant de la lécher à grands coups de langue. Elle m’enlace et m’embrasse, me caresse les cheveux, j’adore ça ! Elle me repousse contre le lit en souriant, elle est magnifique. Je suis dans un rêve. Je suis trop excitée. Elle descend mon corps tout en me léchant le ventre et glisse la tête sous ma jupe. Elle va s’occuper de ma chatte, j’en suis sure. Elle commence par me la masser à travers ma culotte. J’ai déjà mouillée tellement je suis excitée. Elle abaisse ma culotte trempée pour éponger ce que j’ai déjà mouillé et me leche la chatte. Je gémis de plaisir tout en me massant les seins. Je n’ai jamais mouillé comme ça, je sue autant que je mouille, c’est fous ! Une fois que Léa m’a bien nettoyé la chatte, je l’embrasse et la mets sur le lit, j’allais avoir un contact direct avec la chatte de ma sœur ! Je la mets nue, lui enlève tout, sa jupe, sa culotte, elle est maintenant allongée nue devant moi. Je commence par lui caresser la chatte, elle commence à gémir et a mouiller. Je décide d’enlever ma jupe à mon tour. J’approche ma tête entre ses jambes avant et jouer avec son clitoris, elle adore ça, et crie de plus en plus fort. Je lui mordille les lèvres, sont clitoris et enfin je enfonce ma langue dans la chatte, à ce moment là tout ce qu’elle peut mouiller est sorti.

Qui aurait crus, ce matin que je sois en train de faire jouir ma sœur ?



Peut être une suite si cela vous a plu !