Le site de l'histoire érotique

LES FANTASMES D'ISABELLE

Chapitre 10

5
3

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie

5

0

LES FANTASMES D’ISABELLE 7



UNE SOIREE SPECIALE SUITE 2



(pour bien suivre cette histoire reportez-vous aux précédents épisodes)



Cette soirée prenait des proportions qui commençaient à me séduire. J’essayais de voir si ma journaliste préférée était aussi attentive que tout à l’heure. A nouveau je me levais à demi de mon banc.

Elle était toujours là-bas en pleine discussion avec ses voisins. Au bout d’un certain temps elle leva la tête et m’aperçut. Mon cœur ne fit qu’un tour lorsqu’elle me fit signe de sa main. Le contact était noué, restait à prendre contact avec elle. Je n’en revenais pas, j’allais faire connaissance avec cette journaliste qui me faisait flasher à chaque fois que je la voyais à la télé. Je ne pus me retenir de prendre mon verre et de le lever à sa santé…surprise à nouveau elle fit de même, accompagné d’un grand sourire. Gé avait vu la scène et me fit un signe de félicitation en levant son pouce.

-Jouisseuses Jouisseurs, nous allons passer au deuxième défi de la soirée avec nos amis Roberto et Christèle…êtes vous prêts ? Roberto ?

-No problème !

-Christèle ?

-Quand faut y aller, faut y aller !

-Parfait…les serveurs vont nous apporter un fauteuil…Maestro remets nous ta musique préférée…

Le DJ s’exécuta et nous remit « Déshabillez-moi »

-Les serveurs vont vous déshabiller et après je vous dirai quel sera votre défi.

Les deux serveurs se mirent à déshabiller Roberto et Christèle jusqu’à ce qu’ils furent entièrement nus. Roberto avait un slip blanc et Christèle était à présent nue, un pubis rasé et épilé. Elle ne portait pas de soutien-gorge. Sa poitrine était agréable à regarder, avec des aréoles roses et des pointes bien marquées. Ventre plat et les reins bien cambrés, elle aussi était faite pour l’amour, avec une énorme sensualité qui se dégageait d’elle.

-Je vais demander aux conjoints ou amis de nos champions de venir nous rejoindre. Merci.

Le mari de Christèle et la femme de Roberto s’approchèrent de l’estrade.

-Voila chacun d’entre vous va retirer la dernière barrière vestimentaire et nous allons faire le premier slow de la soirée…objectif de Roberto conduire sa jouisseuse au 7ème ciel par tous les moyens qu’il voudra. Etes vous prêts.... allez retirez ce cache sexe inutile !

Le slip de Roberto tomba dévoilant un sexe trapu et épais en quasi érection.

-Vous allez danser ce slow à l’envers, c’est-à-dire Christèle derrière Roberto…objectif faire jouir Roberto uniquement avec ta main et ensuite Roberto devra te donner du plaisir dans ce fauteuil…Le slow durant 2’ 30 on va voir si Christèle sera tenir la cadence…Maestro !

Les yeux des femmes du premier rang étaient rivés sur le sexe de Roberto. Le slow commença et Christèle se colla contre les fesses de Roberto et de sa main elle emprisonna de suite le sexe de Roberto. Le couple dansait au rythme de « Femme je vous aime ». Christèle imprima sur le sexe tendu une masturbation savante allant du gland gonflé à la base de la hampe. Roberto réagissait bien à cette caresse manuelle et avant la fin du slow, tout le monde put le voir se cabrer et en 3 jets vider ses bourses à même le carrelage dans un râle profond marquant son plaisir.

Toutes les femmes applaudirent à cette éjaculation en public même Isa.

-C’est très excitant de voir un mec jouir comme cela devant tout le monde me dit elle…cette soirée est top !

Roberto prit Christèle dans ses bras et la déposa dans le grand fauteuil en cuir que les serveurs avaient disposé. Il disposa chacune de ses jambes sur les appuis dévoilant aux yeux de tous, son beau sexe rasé et épilé. Les lèvres de Christèle étaient entrouvertes et humides d’excitation. La lumière du spot laissait apercevoir cette douce humidité à l’entrée de son sexe... Roberto vint se mettre entre ses jambes et avec deux doigts il écarta le sexe de Christèle l’offrant totalement à sa vue et il plongea sa bouche sur cette douce rose qui s’offrait ainsi à lui. Sa langue alla de son clito à la base de ses fesses, il joua avec beaucoup de dextérité avec le bout de sa langue sur son clitoris qui devait être en pleine érection…Christèle ondula du bassin sur le fauteuil, à mesure que Roberto de sa langue la conduisait au plaisir extrême et l’orgasme la fusilla devant toute l’audience... ; dans un cri aigu et saccadé…écrasant contre son sexe en fusion la bouche de Roberto, plantant à présent sa langue dans son vagin et dégustant toute cette suave effluve qui s’écoulait du sexe béant de Christèle.

-je n’en peux plus me dit Isa…j’ai besoin de faire l’amour, tout de suite.

-Tu es si excitée que cela ?

-Attends c’est de la folie…ils vont faire exploser la salle !

-Ces défis sont faits pour exciter tout le monde et les conduire à mieux faire l’amour tout à l’heure.

-Moi je n’en peux plus, j’ai le ventre en feu Jess…il faut faire quelque chose.

-Qu’en penses-tu Virginie ?

-je n’ai jamais vu un homme jouir comme cela, et la femme qui prend son pied c’est très excitant.

-Tu vois…ce n’est pas plus difficile que cela !

Sylvain revint au centre de la salle avec son micro…

-Chères jouisseuses et chers jouisseurs…vous venez d’assister au défi N° 2. Vous pouvez prendre vos desserts sur place ou dans le salon... ; dès à présent la soirée commence…les salles sont à votre disposition…place à la danse et à minuit…nous nous retrouvons ici et le défi N°3 est destiné à une toute nouvelle, elle est belle, elle est très sexy…elle est blonde et chaude…je vous donne rendez-vous avec….I...SA...BELLE.

-Ah non ! pas moi…dit Isa en faisant un signe négatif de sa main.

-Vous connaissez le règlement…le défi est dédié à Isabelle. Rendez-vous à minuit…à présent place aux folies des corps…la soirée est à vous ! Maestro...musique.

-Mon cœur tu vas devenir une vedette à minuit !

-Tu m’invites à danser, j’ai des fourmis dans les jambes !

Nous nous retrouvâmes sur la piste, enlacés dans un slow langoureux.

-Tu as prévu ta chasse ce soir mon cœur…tu as ton vieux prétendant…tu veux Sergei…et tous ces mecs qui louchent sur toi…ta soirée va être très chaude ?

-Dis donc le Jean il est loin d’être timide !

-Tu as pris ton pied on dirait ?

-attends jess…entre lui qui n’arrête pas de me doigter et la scène de Sergei…De toute façon, il faut que je m’assouvisse et vite car j’ai le ventre en feu.

-Alors je te laisse à cette chasse…je te conduis à ton vieux Prince charmant.

-Je veux Sergei !

-Tu as toute la nuit pour toi mon cœur !

-Je ne veux pas qu’une autre s’en occupe ! Et toi ?

-moi, j’ai Virginie et je crois que j’ai un super ticket avec C……...la journaliste.

-Promis en se raconte tout ! Tu es d’accord Jess c’est notre pacte.

-Promis mon cœur…nous n’avons rien à cacher. Viens je vais te mettre dans les mains de Jean.

-Tu es sûr ? Moi il ne me branche pas… où est Sergei.

-Jean, je vous laisse Isa…occupez vous d’elle !

Jean pris la main d’Isa et au lieu d’aller sur la piste de danse ils allèrent dans le salon bar. Curieux je les suivis des yeux. Jean voulait achever le travail au corps qu’il avait effectué sous la table. Je revins vers la table et sans demander l’autorisation à son ami, resté impassible sur son banc j’invitais Virginie.

-Viens lui dis-je dans l’oreille, j’ai tant besoin de toi.

-Elle regarda son ami, celui-ci lui fit un signe d’accord. Elle se leva et me prit la main. Je la conduisis dans le salon sur les traces d’Isa et de Jean. Arrivés dans le salon je la pris dans mes bras et je l’embrassais fougueusement, profitant de ce moment d’abandon pour lui caresser les seins. Je sentis son souffle court signe de son excitation. Ses seins juvéniles étaient fermes et je pouvais sentir sous le tissu de son chemisier ses tétons se durcir.


(Isa reprend l’écriture)


Je fus déçue que Jess me remette dans les mains de Jean. Je n’avais qu’une envie, faire l’amour avec Sergei. Me voila avec Jean qui m’entraînait dans le salon certainement à la recherche d’un coin calme pour me sauter.

En entrant dans le salon je vis le regard des hommes se poser sur moi. Savaient-ils que j’avais tant envie de faire l’amour d’avoir un sexe d’homme dans ma main, dans ma bouche dans mon sexe.

J’étais en feu et le spectacle de ce soir, ces défis m’avaient donné des pulsions extraordinaires dans le ventre. Certes Jean en jouant de ses doigts dans ma chatte m’avait fait jouir. Mon orgasme avait été fulgurant. Que voulait-il de moi à présent. Jean m’entraîna dans la salle du premier, salle couverte de matelas.

-Viens me dit il…j’ai envie de toi…tu m’as tellement excité tout à l’heure que je n’en peux plus.

Je ne pouvais me résoudre à le tutoyer. Je n’aimais pas cet homme. Je m’en étais servi tout à l’heure pour me satisfaire, une masturbation dans la pénombre…ce beau Sergei. Certes j’avais caressé son sexe sous la table, je trouvais cela très excitant mais aller plus de l’avant ne m’emballait pas plus que cela.

Jean m’entraîna donc dans la salle du haut. En entrant je pus constater que beaucoup de couples étaient déjà en action, j’entendais des gémissements qui me grisaient, des cris de jouissances, d’hommes et de femmes s’accouplant sur ces matelas verdâtres.

Jean choisit un matelas resté libre et me demanda de m’allonger. Ce que je fis avec mille regrets. Il s’allongea près de moi et pencha son visage vers le mien.

-Tu vas avoir le plaisir que tu veux avoir…laisse moi faire…je vais te mettre ce bandeau sur les yeux…et je vais m’occuper de toi.

Jean avait certainement récupéré un bandeau sans que je m’en aperçoive des mains de Sylvain. J’acceptais bien volontiers cette idée d’avoir les yeux bandés, cela ne pouvait que développer mon imaginaire. La salle était à peine éclairée et les gémissements de plaisir fusaient partout. Je sentis la bouche de Jean effleurer la mienne. J’étais sur le dos. Il déboutonna mon chemisier, dégageant mes seins tendus d’excitation. Il les caressa doucement, pinçant les bouts durcis, déclenchant des pulsions incontrôlées dans mon ventre. Puis il abandonna mes seins pour aller vers ma jupe. Je sentis ses doigts dégrafer celle-ci. Il me demanda de soulever mon bassin afin de la dégager. Ma jupe glissa sur mes jambes et je me sentis étrangement nue…offerte au regard de cet homme.

-Ton sexe est beau me dit il en prenant chacune de mes chevilles et en repliant mes jambes presque sous mes fesses.

-Ecarte-toi et reste comme cela !

J’entendis Jean qui défaisais sa ceinture et qui se déshabillait à côté de moi. J’étais ainsi les yeux bandés, les jambes écartées, le sexe en fusion. Mon souffle était court, j’avais l’envie d’être prise de sentir en moi, une bouche, une langue, un doigt, un sexe, une semence chaude et envahissante. Puis je sentis Jean venir contre mon épaule.

-Prends moi dans ta bouche me dit il en présentant à mes lèvres son sexe à demi érigé.

Je posais ma main sur son sexe…je sentis dans le creux de celle-ci la grosseur de son gland et je revoyais le gland de Sergei...ce sexe noueux. Cette image déclencha une pulsion dans mon ventre. C’est à cet instant que je sentis deux mains se poser sur mes genoux et m’écarter encore plus. Alors que je caressais le sexe de Jean avec ma main et que je le sentais gonfler entre mes doigts, j’eus envie de le sucer. Qui était cet homme qui m’écartait ainsi les jambes. ? Sous mon bandeau j’imaginais Sergei…Mon sexe s’inondait d’excitation…mon ventre était fournaise. N’y tenant plus j’engouffrais le sexe à présent tendu de Jean dans ma bouche. C’est alors que je sentis sur mon sexe inondé une langue passer sur toute la longueur de mon sexe jusqu’au haut de mon pubis. Le plaisir était intense je levais mon bassin afin de mieux sentir en moi cette caresse. Je me mis à sucer Jean avec passion, le poussant parfois jusqu’au fond de ma gorge. Je l’entendais gémir de plaisir agrémenté de « oui » « oui continue » »continue ».

La langue de cet inconnu s’attardait à présent sur mon clitoris. Ses doigts écartaient ma vulve au maximum. Puis alors qu’il jouait en moi avec sa langue, je sentis un doigt s’insinuer dans mon sexe déclenchant un soupir de plaisir de ma part, puis un doigt se présenter au bord de mon petit trou. J’allais être doigtée par mes deux puits d’amour.

J’adorais ces caresses. Je soulevais les fesses afin de faciliter cette pénétration. Je sentis que le sexe de Jean émettait quelques gouttes salées qui envahissaient mon palais. J’adorais sentir un gland d’homme sous ma langue et forcer ainsi mon palais. L’homme qui était entre mes jambes allait me faire jouir je le sentais…cela venait du fond de mes entrailles... ; comme une boule de feu incontrôlable...

-je vais jouir…je vais jouis…je vais…non…non…

J’explosais dans la bouche de cet homme inconnu qui me donnait ce plaisir. Il plaqua sa bouche contre mon sexe suçant inlassablement mes lèvres engorgées de sang et de plaisir…il entra à nouveau un doigt dans mon vagin entraînant un deuxième orgasme simultané. Je repris de plus belle le sexe de Jean dans ma bouche, déterminée à ressentir la chaleur du sperme sur ma langue, dans ma bouche…

Je le pompais avec douceur à présent jouant de ma langue sur son méat. J’avais le sexe en feu…au moment où je sentis à nouveau deux mains sur mes genoux ré-écartant mes cuisses au maximum…là je sentis un sexe dur au bord de ma vulve…un homme me prenait…j’en avais tellement envie. Je voulais un sexe dans moi pour éteindre le feu qui me tordait le ventre.

-Prends là…dit Jean alors que je continuais à le sucer ma main crispée à la base de son sexe.

Je sentis le sexe se glisser en moi écartant délicieusement mes chairs excitées. Je levais mon bassin pour aller à son encontre. Les mains de l’homme étaient crispées sur mes genoux me faisant presque mal. Il s’enfonça et se mit à me pilonner. Je levais alors mes jambes et je m’enroulais sur les reins de l’inconnu. Ainsi ouverte je le sentais merveilleusement bien dans mon vagin. Alors que j’appréciais le délice de cette pénétration, je sentis Jean se tendre et avant que je puisse reprendre mon souffle il se mit à jouir en criant de plaisir dans ma bouche.

J’ai toujours aimé le goût du sperme. En fait chaque homme avait son goût…j’allais à nouveau jouir…la bouche pleine de sperme de Jean…je crus m’étouffer lorsque l’orgasme venu de mes entrailles me cassa complètement…mon bassin n’était plus qu’automatisme…voulant m’empaler sur ce sexe inconnu…puis je le sentis exploser en moi alors que mon bassin était agité de mille pulsions…il me remplissait, il m’empalait, il se vidait en moi…le bonheur à l’état pur. Bon sang que c’était bon !


A Suivre...