Le site de l'histoire érotique

Les Yeux Noirs

Chapitre 1

31
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 6 845 fois

31

16

Nous sommes en plein mois de Juin, il fait chaud. Je porte une robe ample arrivant aux genoux. L’ambiance autour de moi est présente, mais je ne distingue personne.


Je me dirige vers les toilettes de ce lieu de fête pour me rafraîchir.

Je sens derrière moi que l’on me suit.


Je pousse la porte des sanitaires et entre dans une pièce surprenante de propreté.

Je me mets à une des vasques, et commence à me passer de l’eau fraîche sur le visage.

J’entends la porte qui se referme derrière moi. Je regarde dans le miroir il se tient là avec son regard noir. Je sens ses yeux qui remontent le long de mes jambes.


Je me retourne et lui fais face. Il est grand, élancé. Ses yeux me transpercent.

Il s’approche. Me forçant à reculer jusqu’au mur. Il tombe à genou à mes pieds, ses mains glissent sur mes jambes remontant ma robe jusqu’à ma taille. Son souffle sur mes cuisses entraîne un mouvement de ma croupe.

Je sens sa bouche embrassant mon entre cuisse, au travers du petit carré de dentelle blanche.

Ma tête se jette en arrière pendant que mes mains s’agrippent à la sienne.

Habilement il m’ôte ma dentelle et sa langue comme une danseuse malicieuse entreprend de jouer avec mon plaisir.

Cette chorégraphie jouissive m’extirpe nombre de gémissements de plus en plus intenses.

Sentant mon corps fléchir sous sa bouche, il se relève, plante ses yeux noirs dans les miens mi-clos et suppliant la jouissance de grâce.

Il me soulève par la taille, me pose sur le plan de travail où les vasques reposent.

Tout en écartant mes cuisses trempées, il libère son sexe gonflé d’envie et le positionne à l’entrée du mien.

Il me sourit. Mes yeux se font suppliant j’ai envie de le sentir en moi, complètement en moi.

Rempli de sa queue...

Et il me fait languir. La satisfaction de me voir suppliante.

Mes mains s’agrippent à ses fesses, mon bassin s’avance, mes jambes l’enserrent, mes talons haut se pressent le long de ses cuisses... Il me pénètre…

Je lâche un râle profond de satisfaction, appuyée sur mes bras, tout en laissant tomber ma tête en arrière, les yeux clos, savourant cette sensation d’être remplie.

Une de ses mains m’attrape par la nuque et l’autre enserre ma taille, ses coups de reins sont longs et puissants, ils prennent de l’ampleur et de la vigueur à chaque aller-retour.

Mes gémissements s’intensifient, il me maintient de plus en plus fermement à présent, ses mains agrippant mes hanches avec force... Je sens mes bras qui me lâchent.... Je sens ses bourses qui claquent de plus en plus vite et de plus en plus fort sur mes fesses, Il échappe à son tour des râles de plaisir....

Ses coups de reins ont raison de moi…

Mes reins se raidissent, un tremblement me parcours, Il sent les crispations de mon vagin sur sa queue.... Il augmente le rythme, je supplie, il redouble de virulence ignorant mes suppliques.... Jusqu’à ce qu’a son tour, il cède, jouissant puissamment en moi dans un souffle animal.


Il me regarde, défiant, se retire de mon sexe chaud.

Il se penche à mon oreille et m’informe partir avec ma culotte en dentelle, et disparait.


Me voilà posée comme une poupée de chiffon sur ce plan de travail, cernée par des vasques, son liquide chaud coulant entre mes cuisses...



Plus tard, dans la soirée…


Il y a du monde mais je ne vois personne.

Je déambule dans un jardin éclairé jusqu’à arriver sur un plancher de danse.

La musique est entraînante, il y a un petit vent. Je me laisse entraîner et me mets à danser.

Je sens que l’on m’observe mais je ne vois toujours personne.

Je tourne je vire oubliant parfois que je n’ai plus rien sous ma robe.


J’entends des pas qui claquent sur le plancher et qui viennent jusqu’à moi, mais je ne vois toujours personne.

Soudain un corps grand et chaud se colle au mien, s’en suit un collé serré absolument prenant.

Je tourne la tête...

Encore les yeux noirs.

La musique se fait prenante, ses mains glissent sur ma taille et me colle à lui.

Je sens le désir que je lui suscite dans le creux de mes reins.

Je me déhanche au rythme de la musique, laissant mes hanches rouler doucement en suivant le rythme. Il se penche jusqu’à mon cou, y dépose un baiser affamé pendant que ses mains entreprennent de remonter doucement ma robe.

Ses mains glissent sur ma peau, je me dégage, faisant retomber ma robe sur mes genoux. Je continue à danser en le fuyant et en le narguant.

La poupée de chiffon de tout à l’heure n’est plus docile.


Je le vois sourire et me tourner autour. Guettant le faux pas. Il ne tarde malheureusement pas à arriver... Je butte sur un banc à force de le fuir et de chercher à lui échapper. Je ne sais comment, mais il fond sur moi sans que je ne le vois arriver. Je suis coincée entre le banc et lui.

Il sourit...

Je file encore. Mais là il en a assez, il attrape ma robe au vol, je me trouve arrêter dans mon élan, il tire d’un coup sec pour me faire revenir à lui.

Me voilà à nouveau collé à ce corps immense, interdite et coincée. Il m’entraine avec lui sur le banc. Me voilà à cheval sur lui.

Il saisit ma taille, me sert fermement contre lui et remplit ma bouche de sa langue. J’essaye de m’en défaire, il maintient ma tête d’une main ferme pendant que son autre main sur ma taille envisage de remonter ma robe sur mes fesses nues.

Je sens sa main qui glisse entre mes fesses, je le regarde surprise et crispée.

Ses doigts glissent dans mon vagin trempé, mes hanches m’échappent et elles commencent à faire des petits cercles.

Je sens son sexe gonflé entre mes cuisses, coincé dans ton pantalon.

Je me soulève, plus docile, et m’agenouille devant lui.


Je libéré son sexe, et approche ma bouche humide de lui.

Je lui lance un regard défiant et gourmand j’entreprends des vas et viens de plus en plus rythmés.

Il râle, il bascule sa tête en arrière, je calme la cadence. Je lèche lentement son gland, mes mains courent sur son torse, ses cuisses... attrapent ses bourses fermement… Le plaisir le prend.

Quand je sens qu’il ne tient plus sous mes caresses linguales sur son gland, je me remets à engloutir son sexe dans sa totalité. Il lâche un soupir de plaisir qui me remplit de satisfaction. Il est à ma merci.

Je le sens perdre pied. Je me relève et remontant ma robe, je viens m’assoir sur son sexe raidi.

Lentement, je descends sur sa queue. Je prends le temps de sentir son avancée en moi.

Une fois totalement logé dans mon corps, je prends le temps de ne pas bouger. Mes hanches se mettent à tourner doucement pendant que je remonte doucement le long de sa verge, ce mouvement de cercles suaves autour de sa queue le fait lâcher un râle profond. J’augmente lentement le rythme de mes coups de hanches et mes allers-retours...

Ses mains remontent sur mes cuisses jusqu’à me saisir par la taille. Il me force à rester plaquée à lui. Les mouvements de mes hanches sont empêchés, je ne fais plus de langoureux cercles autour de sa queue, mais de petits mouvements d’avant en arrière, ma tête m’échappe et je laisse couler un souffle de plaisir. Je perds pieds mes mouvements de hanches se font plus rapides... Il cramponne mes hanches et sentant mon corps se dérober il assène de légers coups de reins.

Mon corps se libère et j’accompagne ses mouvements jusqu’à ce que lassent de résister nos corps s’abandonnent.

Le temps de reprendre mes esprits, je fixe longuement ces yeux noirs, et après avoir déposé un baiser léger sur ses lèvres.


Je l’abandonne sur son banc...