Le site de l'histoire érotique

Lioubov au service d'Erika

Chapitre 1

19
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 1 541 fois
Participe au concours Au service d'Erika

19

24

Mon nom est Jack Marlow ; je suis détective privé. J’ai été contacté il y a quelques mois par un site de littérature érotique, xCastor, dont le gérant s’inquiétait de la chute de ses revenus publicitaires. Comment expliquer cette désaffection des annonceurs pour son site ? À moi de le découvrir. Il faut dire que c’est l’enveloppe bourrée de billets de 500 € qu’il m’avait remise pour mes premiers frais qui m’avait persuadé d’accepter la mission, bien plus que les cuisses de sa secrétaire qui m’envoyait des regards langoureux. Quoique, en y réfléchissant bien, il est toujours possible de joindre l’utile à l’agréable…


Abandonnant mon bureau pour ne pas être dérangé, je m’enfermai dans mon appartement et passai des heures sur Internet à rechercher des sites de littérature érotique qui pouvaient faire de la concurrence à xCastor. Eh bien, ça fleurissait ! À croire que les gens ne pensent qu’au cul, alors qu’il existe des trucs bien plus intéressants comme la religion, la broderie, le macramé ou la pétanque (même si là aussi c’est encore une affaire de boules et de petits cochons). Le cul, le cul, encore et toujours le cul… À croire qu’il mène le monde !


J’éliminai rapidement des sites tels que Cauchemarpapy et Au Bistrot de Vénus, qui regorgent de textes de qualité mais qui sont dépourvus de toute publicité. Des idéalistes, on en trouve partout, même dans la partouze, par Toutatis ! Puis je tombai sur des sites plus commerciaux : Ô Masculin et Nullissimo, mais ce n’était pas encore ce que je recherchais ; de la pub, il y en avait, mais pas assez pour faire de l’ombrage à xCastor.


Vers trois heures du matin, je commençais à être fatigué ; je ne pensais qu’à une chose : me pieuter, et le plus rapidement possible. J’ai quand même cliqué sur le lien suivant de ma liste, Xstory. Et là, bingo ! Des pubs ? En veux-tu, en voilà ! Ça clignotait de partout, pire qu’un sapin de Noël ! « Putain… je me suis dit, il doit se faire des couilles en or, le patron ! Bon, je verrai ça demain ; maintenant, direction la couette. »


**************************************************************************************************************************************


Le lendemain matin, après un espresso bien serré accompagné d’une Malboro, j’examinai plus attentivement le site sur lequel j’étais tombé. Des pubs, des pubs, encore des pubs… et au milieu de tout ça, une fenêtre affichant les posts d’un forum et des histoires que je commençai à parcourir.


Quelques auteurs retinrent mon attention : Spectre qui, vu le nombre de ses publications, doit écrire plus vite que son ombre ; Harissa, au style aussi froid et détaché qu’un rapport d’autopsie ; Toubibaustère, adepte des fessées infligées à des matrones bien en chair ; Mate Satan, spécialiste du détail réaliste et des petites blondes sodomisées par de grands Blacks ; Line Border et ses jeunes héroïnes redresseuses de torts ; Vikt0r Yug0 ; Pikassiette ; JF, l’emberlificoteur de mots ; PM, le poète au long cours, amateur de blagues, OrageX, le Petit Suisse, et bien d’autres…


Je remarquai que les histoires d’inceste prédominaient, la plupart fort mal écrites, tout juste bonnes à intéresser les ados boutonneux dont les expériences sexuelles ne devaient consister qu’en branlettes solitaires en s’imaginant être à la place du héros en train de baiser sa cousine, sa petite sœur, ou même sa maman. Curieux que ce site s’adresse en priorité à cette tranche d’âge dénuée de moyens pécuniaires… Les annonceurs s’étaient-ils trompés de cible ?


Incapable de comprendre cette surprenante stratégie commerciale, je décidai de poursuivre mon enquête de l’intérieur, en infiltrant le site. Je m’inscrivis sous le pseudonyme de Lioubov, publiai quelques textes qui eurent un certain retentissement et m’investis considérablement sur le forum. Parallèlement, j’enquêtai discrètement sur la société.


**************************************************************************************************************************************


Quelques mois plus tard, alors que j’étais devenu un membre notable du site, je reçus un mail d’Erika, une administratrice de Xstory :


« Cher Lioubov,


Chaque année, les gestionnaires du site remercient les membres les plus méritants en les invitant au siège social afin de faire plus ample connaissance ; votre participation ayant été fortement appréciée, nous avons le plaisir de vous convier à passer trois jours en notre compagnie. Bien entendu, les frais encourus seront à notre charge, y compris le vol aller-retour depuis l’aéroport le plus proche de votre domicile.


À cet effet, vous voudrez bien nous faire savoir quelle date vous conviendrait et nous faire connaître votre identité (qui ne sera pas dévoilée sur le site) afin d’établir le voucher de la compagnie aérienne et la réservation de la chambre d’hôtel, que nous vous transmettrons par mail.


Dans cette attente, je vous souhaite une excellente journée.


Pour l’équipe de Xstory,

Erika. »


Ayant transmis les renseignements demandés, je reçus quelques jours plus tard un petit mot d’Erika pour me communiquer l’adresse du siège de la société et m’informer qu’un taxi m’attendrait pour me faire parcourir les 8 km qui séparent l’aéroport du centre-ville, le tout accompagné des vouchers de la compagnie easyJet et d’une réservation pour deux nuits au Grand Hôtel Central de Rotterdam.


Je n’éprouvai aucune surprise au sujet de la société : ACW - Beurs World Trade Center - Beursplein 37 - 3001 Rotterdam.

Les indications fournies par Erika recoupaient les informations que je m’étais procurées.


**************************************************************************************************************************************


C’est le cœur joyeux que je bouclai ma valise, songeant d’avance aux plaisirs qui m’attendaient aux Pays-Bas : découvrir la mystérieuse Erika sur laquelle je fantasmais depuis longtemps, passer mes soirées dans les accueillants coffee-shops de ce pays beaucoup plus tolérant que le nôtre pour les amateurs de café (!), et surtout découvrir les indices qui allaient me permettre de boucler mon enquête et de percevoir le solde de mes émoluments.


Laissant ma voiture sur le parking du petit aéroport de Bergerac-Roumanière, j’embarquai à bord d’un Airbus A320 blanc et orange d’easyJet. Après 1 h 45 de vol à peine perturbé par quelques turbulences, le commandant de bord effectua un superbe kiss-landing tout en douceur sur la piste de Rotterdam-La Haye.


Dans le hall, un homme agitait une petite pancarte portant l’inscription « Mr Lioubov » ; c’était le chauffeur de taxi qui m’attendait pour me conduire au siège social de Xstory. Un quart d’heure plus tard il me déposa dans le centre de Rotterdam devant un immeuble immaculé aux formes anguleuses surplombé d’une tour elliptique recouverte de vitres vert d’eau. Au-dessus de l’entrée monumentale, des lettres vertes indiquaient « Beurs World Trade Center ».


Je traversai le grand hall blanc pavé de marbre pour me rendre à l’accueil où une hôtesse, après avoir passé un bref coup de fil, m’informa avec un large sourire que le directeur général allait me recevoir ; elle m’indiqua les ascenseurs tout en me précisant que son bureau se trouvait tout en haut de la tour, au 23ème étage, et que je ne pouvais pas me tromper car sa porte est ornée d’un gigantesque Y en bronze.


Arrivé devant cette porte, j’eus la surprise de la voir s’ouvrir d’elle-même à mon approche. Un grand gaillard d’apparence sympathique, la petite quarantaine, s’avança vers moi, la main tendue ; sa poigne était énergique.


— Alors voilà donc ce fameux Lioubov… Bienvenue à Xstory ! Je suis Y ; ici, tout le monde m’appelle comme ça, ou bien Admin, et même Big Boss. Je suis étonné : vous faites beaucoup plus jeune que votre âge.

— Merci pour votre accueil, Y. Je suis moi-même étonné de rencontrer quelqu’un d’aussi jeune que vous à la tête d’une entreprise aussi importante.


Mon regard s’attardait sur la décoration de ce bureau immense, pratiquement dépouillé, très zen avec sa moquette vert amande et ses quelques meubles design. Par les immenses baies vitrées, on apercevait les flots de la Nieuwe Maas (Nouvelle Meuse), le haubanage en semi-harpe du pont Erasmus, et les navires à quai dans le port. Y me sortit de ma contemplation :


— Mais entrez donc, Lioubov, et prenez place. Je vous sers quelque chose ? Bière, cognac, whisky, Perrier, Coca, thé, café ?

— Un café serait le bienvenu. Bien serré, et sans sucre.


Il se dirigea vers une cafetière automatique et y inséra une capsule. Pendant que le café s’écoulait en mince filet dans une fine tasse en porcelaine, il tira d’un placard un verre ainsi qu’une bouteille de Bowmore 1964 Black. Du coup, je regrettai d’avoir opté pour un café. Il s’en versa une rasade et m’apporta ma tasse.


— Eh bien, asseyez-vous, Lioubov. Alors, imaginiez-vous que c’est à ça que ressemble Xstory ?

— Pas du tout, je dois l’avouer. Je pensais plutôt à des bureaux sans âme dans une banale banlieue parisienne. Mais cet immeuble…

— Je vous coupe tout de suite : Xstory n’occupe qu’un seul étage de cette tour, en plus des locaux techniques. Beaucoup d’autres entreprises ont leur siège dans cet immeuble.


Je tentai de me renseigner :


— Comment se fait-il que vous soyez installés aux Pays-Bas ?

— Pour deux raisons, Lioubov. Tout d’abord, pour des raisons fiscales : ici, l’impôt sur les sociétés est beaucoup moins élevé qu’en France ; et puis, si j’ai choisi de créer une société de droit néerlandais, c’est pour éviter les tracasseries administratives de notre « cher » pays : ici, tout est plus facile, et nous sommes bien protégés en cas de problèmes avec la justice française.


Sa réponse me mit la puce à l’oreille, mais je n’en laissai rien paraître. Nous discutions de choses et d’autres depuis une vingtaine de minutes lorsqu’Y appuya sur une touche de son interphone :


— Emmanuelle ? Veuillez me rejoindre dans mon bureau.


Il se tourna vers moi pour m’expliquer :


— Emmanuelle est une ancienne modératrice du site, mais elle a eu de l’avancement : à présent, elle est à mon service… personnel. Et elle m’est très dévouée, comme vous allez pouvoir le constater.


Quelques secondes plus tard une porte coulissa. L’anatomie irréprochable de la superbe blonde qui se tenait dans l’ouverture n’était que très peu dissimulée par le minuscule short en jean et le tee-shirt très ajusté qu’elle portait. Sur un signe de son employeur, elle s’approcha du bureau en plexiglas, s’agenouilla et se glissa entre les jambes du big boss qui continua de converser avec moi comme si de rien n’était.


La situation me semblait surréaliste : je discutais avec Y tout en regardant à travers la matière transparente du bureau la tête de la belle blonde faire des va-et-vient le long de son membre… Seule une légère crispation de ses traits me fit comprendre qu’il venait de jouir.


— Désirez-vous bénéficier de ses compétences ?

— Euh… non, merci, répondis-je, pris au dépourvu.

— Comme vous voulez ; c’était de bon cœur. Vous pouvez retourner à vos occupations, Emmanuelle.


La blonde se retira en déglutissant, une coulure de sperme encore accrochée au coin de ses lèvres.


— Aimeriez-vous visiter le reste de l’établissement ?

— Cela me ferait plaisir, Y, car je ne vous cache pas que j’aimerais beaucoup rencontrer Erika.

— Alors rendons-nous dans les locaux techniques ; c’est là qu’elle officie.


Il me précéda en direction de l’ascenseur où nous pénétrâmes ; il appuya sur une touche que je ne pus distinguer, et la cabine se mit en mouvement. La descente me parut longue. Je pensais que les locaux techniques se trouvaient juste en dessous du bureau directorial, mais la descente se prolongeait. La cabine s’immobilisa enfin ; la porte glissa. Y s’effaça pour me laisser sortir.


De prime abord, je ne compris pas où je me trouvais ; la pénombre m’empêchait de distinguer les détails de cette salle sombre baignant dans une faible luminosité rougeâtre d’où émergeait celle, plus vive, d’écrans d’ordinateurs devant lesquels se découpaient des silhouettes que je voyais de dos. Venant du fond de la pièce, des claquements de talons se firent entendre, se rapprochant de moi. Émergeant de l’obscurité, une apparition fantasmatique se dévoila à mes yeux incrédules : une femme. Oui, une femme. Mais quelle femme ! On ne distinguait pas son visage, à moitié dissimulé par d’immenses lunettes noires qui ne laissaient apparents qu’un petit nez mutin et des lèvres pulpeuses ; sous l’éclairage rougeâtre, ses cheveux semblaient cuivrés. Mais là n’était pas le plus important.


Le reste de son anatomie était recouvert d’un justaucorps de vinyle rouge tellement ajusté qu’il lui faisait comme une seconde peau, mettant en valeur sa taille fine, ses seins aux mamelons gonflés, fermes et haut placés, et ses jambes fuselées à l’extrémité desquelles des bottines aux talons vertigineux accentuaient la cambrure de sa chute de reins. On aurait pu penser que cette diablesse rouge était nue. Dans sa main gauche, une cravache ; dans la droite, un fouet. J’étais subjugué par cette débauche d’érotisme !


Elle s’arrêta à deux mètres de moi et me toisa en affichant un sourire sardonique.


— Alors, Lioubov, tu voulais rencontrer Erika ? Eh bien la voilà !


La voix du big boss me fit sursauter ; je me retournai vers lui, mais instantanément deux gorilles au visage inexpressif surgirent de part et d’autre de moi pour me saisir chacun par une épaule, m’immobilisant sur place. Derrière moi, Y reprit :


— Tu fais moins le fier, maintenant, hein ? Des petits malins, il y en a eu d’autres bien avant toi ; ils voulaient venir fouiner dans mes affaires : regarde ce qu’ils sont devenus.


Les deux gardes du corps patibulaires me poussèrent en direction de la rangée d’ordinateurs. Je découvris une dizaine d’hommes de tous âges en train de saisir des textes ou d’écrire des posts sur les pages du site. Ils n’étaient vêtus que jusqu’à la ceinture ; les dos nus montraient des zébrures, et leurs pieds étaient enchaînés à une barre métallique qui courait le long du sol.


— Des esclaves. Oui, des esclaves : voilà ce qu’il en coûte de se montrer trop curieux envers Xstory. Ah, la curiosité… Elle t’a mené jusqu’ici. Tu voulais savoir ? Eh bien tu vas tout savoir, puisque tout comme eux tu ne ressortiras jamais d’ici.


La sublime Erika prit la parole ; sa voix était rauque et sensuelle.


— Officiellement, Xstory compte plus de cent mille membres, mais une fois inscrits ils ne participent pas à la vie du site. Certains d’entre eux clôturent leur compte au bout de quelques jours, voire même de quelques heures ; on ne peut pas compter sur eux pour créer du trafic. Pour attirer les annonceurs, il faut beaucoup de posts : ils doivent être assurés de la visibilité du site et de sa forte fréquentation. Alors, pour pallier le manque de réactivité de nos membres, ce sont ces esclaves qui animent le forum et écrivent des histoires sous différents pseudonymes ; chacun d’entre eux en possède une trentaine. Et s’ils manquent de cœur à l’ouvrage, je suis là pour les stimuler avec ça !


Pointant sa cravache, elle désigna un emplacement libre à l’extrémité de la rangée.


— Voici ta place, Lioubov. Nous avons deux équipes ; douze heures de travail par jour, et le reste du temps en cellule. Ici, pas de syndicats ni d’inspection du travail : tu n’auras de comptes à rendre qu’à moi. Et lorsque tu m’adresseras la parole, n’oublie pas de m’appeler « Maîtresse », sinon il t’en cuira ! Tu travailleras de midi jusqu’à minuit : c’est bien ce qu’on dit, dans ta secte ?


Elle avait de l’esprit, la bougresse ! Elle s’interrompit pendant quelques secondes pour ménager son effet, puis reprit sur un ton sardonique :


— Et puis, que ce soit midi ou minuit, cela n’aura plus de signification pour toi, vu que tu ne reverras jamais la lumière du jour, ici, au cinquième sous-sol de l’immeuble. Maintenant, tu vas me prêter allégeance. Gardes !


Les deux gorilles me poussèrent en avant pour me forcer à m’agenouiller devant Erika. Elle avança l’un de ses pieds et appuya sur ma tête avec le manche de son fouet.


— Lèche !


Ayant déjà lu des histoires de soumission, je compris que je devais lécher sa bottine. Je commençai par la pointe et remontai lentement jusqu’à la cheville. Elle écarta un peu une jambe.


— Continue. Plus haut.


Obéissant à son ordre, je fis remonter ma langue le long de son mollet, m’arrêtant au genou.


— Encore plus haut !


Je levai les yeux vers elle. Plus haut, c’était sa cuisse ; et encore plus haut, son justaucorps soulignait les plis de l’aine et pénétrait dans la fente de sa vulve… Cette vision m’excita ; je sentis mon membre durcir et se redresser.


— Alors, qu’attends-tu ?


Le coup de cravache qui me cingla le dos me rappela à l’ordre.

Ma langue, se faisant tour à tour pointue ou large et douce, glissait lentement sur la texture lisse du vinyle en remontant de plus en plus haut le long de la cuisse de la belle Erika. Arrivé à quelques centimètres de son entrejambe, j’hésitai. Allais-je oser poursuivre jusqu’à son sexe, ou bien devais-je m’arrêter là où j’étais arrivé ? Les effluves qui se dégageaient de son intimité me firent perdre la tête et, ouvrant grand ma bouche, je l’appliquai sur sa vulve que je parcourus de la pointe de ma langue jusqu’à ce que je sente ses cuisses tressaillir sous l’effet du plaisir qui la traversait.

C’est à ce moment-là que mon sperme se répandit dans mon pantalon.

Je m’écroulai à ses pieds.


— Bien, Lioubov… Si tu es aussi efficace dans ton travail que dans tes caresses, je te laisserai peut-être parfois assouvir tes instincts de chien – ou plutôt de loup – en t’autorisant à venir frotter ton sexe contre ma jambe. Maintenant, emmenez-le dans sa cellule !


**************************************************************************************************************************************


Je pense que l’administrateur de xCastor va attendre longtemps mon rapport d’enquête ; cela fait maintenant plusieurs mois que je suis au service de Maîtresse Erika.


Et j’aime ça.