Le site de l'histoire érotique

Maison à vendre

Chapitre 1

33
5

Une histoire érotique écrite par Anonyme

Histoire vraie
Histoire lue 11 817 fois

33

0

Vendre la maison

Tout comme son jeune frère Thomas (Tom), Laura reçoit encore une offre d’achat concernant la maison de leur enfance car leur parents sont décédés et cette fois si, le montant est alléchant.


« Allo Tom….ok nous la vendrons donc à ce prix…ok on se rejoint là-bas bye ! » Raccroche-t-elle restant un long moment pour se remémorer les souvenirs, presque tous les souvenirs.


Des jours plus tard et à la veille d’un week-end, Tom arrive à la maison dans un camion de déménagement. Il n’était pas revenu depuis quelques années et se remémore quelques anecdotes, il a voulu venir une nuit à l’avance car au téléphone, sa sœur Laura avait mentionné qu’il devait y avoir certainement des souris qu’ont dû s’installer et comme elle les déteste.


« Bon je vais déjà charger tous les cartons ! » Fait-il durant deux bonnes heures et constatant effectivement un nombre de souris impressionnant qui déménagent aussi. Puis il entre en premier dans l’ancienne chambre de sa sœur, un frémissement lui court la peau. Son petit lit une place est encore là, couvert de poussière et il ne peut contenir son érection car les désirs passés ressurgissent du fait qu’il aurait tant voulu une relation sexuelle avec sa propre sœur.


« Hum...c’est incroyable comme je bande encore pour ça ! » Parle-t-il seul ouvrant les volets de sa chambre car il trouve qu’il bande plus dur que jamais, plus dur qu’avec sa propre femme. Par son interdit, l’envie incestueuse était très forte puis il se rappelle de ses dizaines voire centaines de branlettes qu’il a dû se donner en ne pensant rien qu’à elle, sa jolie sœur Laura.


« Allez ! C’est fini tout ça ! » Lutte-t-il pour ne pas baisser son jeans et se branler comme avant sur son ancien lit, de même taille que celui de sa sœur, qu’il rejoint en passant par la porte qui séparait leur intimité puis il ouvre ses anciens volets.


« Allez va ! Quitte ces chambres non de dieu ! » Se grogne-t-il à lui-même se revoyant se masturber comme un dingue pendant qu’il écoutait sa sœur prendre sa douche en chantonnant.


Et par la suite, voilà qu’il entre dans l’ancienne chambre de leurs parents, le triste souvenir de leurs décès prend le dessus et retenant des larmes, il ferme brusquement la porte mais il sait qu’il y a beaucoup d’objets à débarrasser donc il entre à nouveau, ouvre les volets et se dépêche de vider cette chambre jusqu’à tomber sur une jolie boîte presque cachée par un tas de boîtes à chaussure. D’un grincement des vielles charnières, il ouvre et prend sûrement les quelques précieuses photos de leurs parents en jeune mariés puis il y a certainement leurs anciens bijoux donc il comprend que cette boîte était leur coffre fort mais au fond de celle-ci se trouve un bouquin noué et cadenassé. Il le dégage péniblement du fond pour lire « Laura »


« Tient…mais qu’est ce que c’est ? » Ouvre-t-il le livre par le cadenas comme déjà violé et il comprend vite que cela est le journal intime de sa sœur. Il sourit de trouver ce trésor mais ne comprend pas pourquoi il est dans la boîte secrète de leurs parents puis il ne peut s’empêcher de le feuilleter jusqu’à stopper sur l’âge de ses dix sept ans, lui en avait à l’époque seize et il lit.


(Mon amie Betty vient encore de me saouler avec mon frère, elle veut sortir avec lui et moi je ne veux pas donc je lui ai fait éviter toute la soirée. Elle me gonfle, me gonfle et me gonfle !)


« Quoi ! Elle voulait sortir avec moi ! Wow ! » Se souvient-il de son amie brune aux gros seins que tout le lycée voulait baiser tellement elle était sexy et envoûtante puis il ne comprend pas pourquoi sa sœur s’interposait au souhait de sa meilleure amie.


Puis il continue à lire quelques lignes stupides de jeune femme et se délecte d’un passage.


(Mes seins ne sont pas aussi gros que ceux de Betty mais je les aime, ils sont fermes, mes tétons remontent vers le plafond et sans les soulever comme Betty, je les touche presque avec le bout de ma langue et cela fait râler mon amie)


« Hum ! Wow ! » Gémit il de les imager le faire tandis qu’il se rappelle qu’elle tirait souvent la langue pour lui faire comprendre qu’elle serait toujours aux yeux de leurs parents, la préférée


(Pour ma fête, Betty vient de m’offrir un string noir et je l’ai essayé en sa présence, elle m’a sifflée et faite tourner sur moi-même devant le miroir. C’est clair, comme le dit mon amie et l’expression de mes gros yeux bleus clairs sortis de ma tête, cela me fait un cul fantastique)


Tom lit cela avec sa mâchoire sur le sol et une érection des plus pénibles de sa vie car il ne l’imaginait tel quel mais il ne comprend pas pourquoi, il n’avait jamais connu l’existence de ce string car plus fort que lui, il avait à maintes fois fouillé ses affaires intimes puis il tourne la page et chute au sol une photo polaroid, qu’il se souvient venir de l’appareil de leur père.


« Mais…c’est moi ! » Yeux choqués de se voir tout nu dans la salle de bains et photographié d’un angle venant par l’entrebâillement de la porte dont seul bien distinct son pénis à demi ramolli qu’il reconnaît d’un sourire en coin d’une branlette récemment prodiguée sous la douche pendant qu’il pensait encore au corps sexy de sa propre sœur puis brusquement il secoue sa tète et ne comprend l’existence de cette photo et lit la nouvelle page.


« Oufff, j’ai failli me faire choper par la maman qui montait les escaliers car je suis restée plantée derrière la porte durant un quart d’heure, il devait encore se masturber mais je l’ai, assise sur mon lit et nerveuse comme jamais, la photo sort de l’appareil tandis que la maman me dit à travers ma porte que le repas prêt. La photo commence à apparaître, impatiente je la secoue et souffle déçu mais je sais qu’il n’est pas comme la première fois que je l’ai involontairement aperçu de la même façon, il n’est pas dans cette superbe érection qui m’a fait complètement perdre mes esprits. Hum la photo est parfaite)


Tom a la bouche sèche et tourne la photo pour voir des marques de ses lèvres posées dessus, fermées, entrouvertes ou bien largement ouvertes, il reconnaît son maquillage rose.

Son érection est sur le point de le faire éjaculer précocement, il n’a jamais connu ça donc il libère vite son pénis car il n’a pas trop prévu d’affaires de rechange, son pénis suinte beaucoup et il veut encore lire les pensées les plus secrètes et intimes de sa sœur qu’il aime.


(Après le repas, j’ai remis l’appareil du papa à sa place et je sais que c’est Tom qui se fera engueuler d’avoir gaspillé une précieuse photo de sa très chère pellicule)

« Quelle garce ! » Se souvient Tom d’une punition qu’il n’avait jamais comprise

(La maison est silencieuse, une puissante adrénaline, je sors la photo que j’ai prise, je m’en veux mais il me la fallait et je m’habille seulement du string que Betty m’a offert puis je me suis caressée revivant l’instant où je suis entrée dans cette salle et qu’il bandait vraiment)


Il est abasourdi de tous ces aveux, son sexe vibre durement à chaque ligne, l’envie secrète et incestueuse de sa propre sœur est hallucinante, elle a écrit tant d’anecdotes sans qu’il ne remarque quoi que se soit enfin il n’aurait jamais pensé qu’elle puisse autant le désirer.


(J’ai bientôt dix huit ans et je n’arrive plus à voir son sexe en pleine érection, cela me tourmente même si j’ai sa photo près de moi lors de mes masturbations, cela me hante, me rend tellement folle que j’ai couché avant-hier soir avec son meilleur ami Bruno pensant à qui se ressemble s’assemble mais à ma peine, il n’était pas aussi bien membré…)


« Oh Les salauds !! » Pense Tom avec ces trois petits points qui doivent détailler leur baise.


(Papa a percé un trou dans ma pièce pour accrocher un tableau que je n’aime pas et cela m’a donné une idée car plus tard, seule à la maison, j’ai repris sa perceuse pour approfondir ce trou qui m’a donné une excellente vue sur le lit de Tom, je croyais que papa l’avait fait exprès)


« Nooooon !! C’est pas possible !! » Et Tom piétine avec son froc tenu aux cuisses jusqu’à la chambre de Laura et cherche, sur le mur vide et tapissé, ce fameux trou, puis il voit un crochet et le dévisse. Sctoché avec l’œil contre, il voit son lit en entier.

« Quelle salope » Coasse-t-il l’imaginant entrain de le mater tandis qu’il se souvient posé sur ses hanches avec des livres porno qu’il feuilletait pendant qu’il se branlait ardemment.

« Oh Laura si t’avais su….heu plutôt si on avait su !! » Se parle-t-il tout seul car il pensait énormément à elle et elle à lui, il n’en revient vraiment pas puis il continue de lire sur son lit les dizaines de fois qu’elle a épié et soigneusement noté tandis qu’après avoir beaucoup éjaculé sur des mouchoirs, il dormait derrière ce mur avec des remords de penser à sa sœur.


(Un mois et Tom va avoir dix huit ans, il se branle de trois à sept fois par jour, il se lève même la nuit pour se soulager de rêves que je voudrais connaître, son beau sexe me rend absolument folle. A la rentrée je dois partir en faculté et l’idée de le laisser me fait prendre une résolution.

Mi-juillet, comme chaque année nos parents vont partir en week-end et nous laisser seuls, je ne sais comment faire mais je vais lui donner l’envie de coucher avec moi


« Quoi ! » S’étonne Tom de ces mots qu’il remarque être les derniers comme si un de leur parent l’avait surprise entrain d’écrire car il comprend soudainement son départ précipité, bien avant la mi-juillet, de Laura dans une faculté située à l’autre bout du pays. Elle voulait l’acte.


Tom s’effondre sur l’ancien lit de sa sœur et prend sa tète dans ses mains croyant qu’il va se réveiller mais un soudain bruit de moteur et de gravier froissé le font rouvrir ses yeux donc il piétine à nouveau dans la chambre de leurs parents qui donne vue sur l’entrée de maison et voit une Fiat Panda d’où sort une blonde aux cheveux lisses et longs puis qui lève sa tète.


« Salut Tom, je me doutais que tu prendrais de l’avance ! » Reconnaît-il la voix enchantée de sa sœur derrière une immense paire de lunettes noire qu’elle enlève aussitôt pour lui sourire.


« Oh Laura !!! » Jubile-t-il s’éloignant de la fenêtre et se rhabillant avec son grand tee-shirt devant son entrejambe, dissimulant vite son livre intime dans la boîte qu’il referme pour rejoindre Laura qui entre dans leur ancienne demeure.


« Wow cela fait si longtemps ! » S’exclame-t-elle bouche bée au pied de porte de revoir son ancienne maison tandis que Tom descend l’escalier et constate qu’elle n’a guère changée hormis sa féminité car perchée sur des hautes semelles en liège avec ses jambes comprimées dans un leggings foncé de style vinyle qui montre jusqu’à l’entrecuisse de son large espace qui semble s’être agrandi et s’approchant, il distingue, futile et très net, le dodu de sa chatte.


« Oh Laura cela fait combien d’années ? » Dit il plus qu’heureux de revoir sa chère et tendre sœur car de leur éloignement, ils n’avaient que des contacts téléphoniques.


« Oh Tom je ne sais pas mais quel plaisir de te revoir ! » Ouvre-t-elle ses bras pour l’étreindre et ne pouvant chacun se retenir de se serrer fort l’un dans l’autre.


Il s’arrange à ne pas presser son érection contre elle car il ne connaît pas l’actualité de ses sentiments et n’ose pas lui demander même si sa poitrine s’écrase contre le haut de son ventre.


« Cela fait cinq ans et demi ! » S’écarte-elle soudain sans le lâcher afin d’avoir leurs yeux réunis, Tom est envoûté de son parfum très féminin puis de ses grand yeux bleus avant que le grand sourire de Laura ne le fasse revenir sur terre car il pensait à toute son écriture intime.


« Wow tu es splendide Laura ! » Ne peut-il se retenir dans le ricanement nerveux de sa sœur qui le laisse l’étudier des pieds à la tète et remarque sa confiance masculine, elle sourit grand.


« Je peux t’en dire tout autant ! » Ne peut-elle que répondre et comprenant que ses propres envies malsaines qu’elle n’avait mis en réalité que de côté, resurgissent déjà.


« Tu es partie si soudainement que je ne l’ai jamais compris ! »


« La mam ! »Comme ils appelaient « A voulu m’éloigner de toi ! » Répond-elle embarrassée.


« Mais pourquoi ?» « Je ne sais pas Tom…mais nous sommes réunis» «Oui réunis à nouveau »


Puis ils se serrent dans les bras n’osant, chacun, avouer leurs sentiments plus que familiaux.


« J’ai déjà chargé beaucoup de choses tu sais ! Mais il reste encore des trucs comme la chambre de mam et papa ! » Il veut voir si elle va rechercher ce fameux livre car il peut déceler un œil ravi dans son annonce et il n’ai pas étonné de sa réponse.


« Bon et bien je vais m’en charger ! » Presque, elle se précipite donnant à Tom l’arrière de son cops qu’il n’avait pas vu et il se retient de siffler sa chute de reins dans ce leggings indécent qu’elle tangue naturellement en montant les escaliers.