Le site de l'histoire érotique

Ma mère cette salope

Chapitre 1

25
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 10 456 fois

25

5

Ce matin là, il était à peine 10h,Sophie une fort jolie mère de famille,mariée depuis 20 ans à François et maman de Julien 18 ans tout juste,était à quatre pattes dans son salon en train de se faire saillir par Casimir son berger allemand.Sophie était une épouse dévouée et s’occupait fort bien de son ménage.Elle n’avait qu’un seul défaut, et encore peut on parler de défaut, elle était constamment en chaleur.Ce qui faisait bien sur la joie de son mari.Elle aimait la bite et il fallait qu’elle se fasse remplir plusieurs fois par jour.Mais voilà, cela faisait maintenant deux jours que son époux était en déplacement pour son travail et il ne rentrerait pas avant encore une quinzaine de jours.Sophie avait tenté de tenir,vainement,ses masturbations ne l’avaient pas calmée au contraire.Elle était encore plus excitée.Il lui fallait un bon coup de bite dans la moule.Les heures passants, elle n’y tenait plus.Ce fut alors qu’elle pensa à son chien,elle l’avait déjà vu saillir des femelles et s’était rendu compte qu’il était bien monté avec une paire de bonnes grosses couilles.Elle avait encore tentée de résister un peu mais ce matin l’envie était trop forte.L’envie d’une queue bien sur mais aussi l’envie de transgresser le tabou de la zoophilie.Elle avait visionnée sur internet des vidéos et des photos zoophiles et avait vu le plaisir que prenaient ces femmes à se faire mettre par des chiens.Son fils était parti en cours, elle était donc seule à la maison.Elle s’était donc rendue dans son salon,en tenue très légère,ne portant que sa petite culotte déjà trempée tant elle était excitée.Apercevant le chien, elle s’était approchée de lui,avait ôtée sa culotte et s’était écartée la moule face à la truffe du clébard.Celui-ci,sentant les effluves intimes de la dame avait reniflé la chatte offerte et passé sa langue rapeuse sur le sexe féminin.Sophie avait aimé,elle se faisait lécher la chatte par son chien, elle mouillait abondamment.Elle se rendit compte que le chien bandait, sa grosse bite rouge pendait entre ses cuisses.Sophie avança la main et entreprit de branler l’animal.Elle osa même prendre en bouche la verge turgescente du brave Casimir et le suça.C’est alors que n’y tenant plus, elle se mit en levrette, l’animal ne fit ni une ni deux et il vint la monter immédiatement, sa queue tendue s’enfonçant violemment dans le vagin en feu de Sophie.Elle ne put retenir un cri lorsque son chien la pénétra enfin ça y était elle se faisait baiser par une bête.Depuis donc quelques minutes,elle gémissait sous les coups puissants de la pine de son animal de compagnie.Ce que Sophie ignorait c’est que son fils ne perdait pas une miette du spectacle qui s’offrait à lui et même mieux il était en train de tout filmer avec son portable.En effet,Julien s’était réveillé légèrement souffrant et avait décidé de ne pas aller en cours.Descendant à la cuisine pour prendre son petit-déjeuner, il avait entendu venant du salon des gémissements.Se demandant ce qui se passait il s’y était rendu pour voir et là il n’avait pas été déçu du spectacle; caché qu’il était derrière l’une des portes du salon.Sa maman adorée se faisait sauter par le chien.Il avait alors commencé à filmer pour garder et pouvoir se repasser à loisir ces images bestiales et excitantes.Le chien finit par éjaculer dans le ventre de sa maitresse, celle-ci sentant le sperme canin la remplir poussa un hurlement de jouissance et eut un orgasme à son tour.Le chien se retira,et une grosse quantité de liquide,foutre canin et cyprine de la maman mêlés,débordèrent du con de la femme.Le chien s’était éloigné et se nettoyait le zob en se le léchant consciencieusement.Sophie attrapa sa culotte et s’essuya la chatte avec.Julien, lui s’éclipsa rapidement retournant s’enfermer dans sa chambre afin de pouvoir se masturber en regardant les images de sa baiseuse zoophile de maman.Les jours suivants Julien ne parla de rien de ce qu’il avait vu à sa mère.Il continuait à fantasmer et à se masturber sur les exploits sexuels de sa génitrice et du molosse.Pourtant, Julien rêvait de baiser sa maman, il en avait envie depuis déjà de nombreuses années sans avoir jamais osé passer à l’acte.Il s’était plusieurs fois déjà masturbé sur les culottes sales de sa mère, humant à pleins poumons les odeurs intimes qui émanaient du slip féminin.Il savait que désormais il avait toutes les cartes en main pour assouvir son fantasme incestueux et il était bien décidé à profiter pleinement de son avantage sous peu.François le père de famille finit par rentrer de son déplacement pour le week-end et le soir de son retour Julien entendit ses parents faire l’amour dans la chambre voisine de la sienne.Il se glissa hors de son lit et par le trou de serrure il vit son père monter sur maman qui la baisait à grands coups de bite.Papa y allait fort et vite et maman l’encourageait, le suppliant de lui défoncer le con.Julien se demanda si le chien était meilleur baiseur que son père et si l’animal donnait plus de plaisir à la femme que son propre époux.Surtout Julien, pensait à son père qui se trempait la quéquette dans le trou ou un clebs avait mis la sienne et déchargé sa semence.Papa appréciait manifestement de bourrer le con de sa femme, accroché au cul de cette dernière il la ramonait de plus en plus vite. Il n’allait pas tarder à envoyer la purée.Effectivement, quelques minutes plus tard poussant un grognement de cochon papa éjaculait dans le trou d’amour de son épouse.Julien repartit dans sa chambre et se branla en s’imaginant la queue coincée dans le vagin de sa mère et l’honorant de plusieurs longues giclées de sperme.La semaine suivante le père repartit en déplacement.Julien se dit que c’était le moment.Le lundi après-midi il vint rejoindre sa mère qui était au salon,assise sur le divan et regardant une émission à la télévision.IL s’assit près d’elle.Cazimir le chien tournait autour de Sophie, elle était en jupe et le chien essayait de passer sa truffe sous le vêtement féminin apparemment attiré par l’odeur émanant du sexe de la femme.Sophie tentait de le repousser mais la bête revenait toujours à la charge.

Julien regardant sa mère lui dit:

-Tiens, on dirait que cazimir cherche quelque chose, comme si il était en manque.

-Comment ça en manque, lui dit sa mère, que veut tu dire par la?

-Rien,c’est juste étrange, il a l’air attiré par ton entrecuisse et regarde, je ne rêve pas mais il bande.

La mère fixa son fils longuement, elle sentit qu’elle rougissait.Se doutait-il de quelque chose?Elle regarda le chien,c’était vrai il bandait comme un âne sa grosse queue rouge entre les pattes.Face à cette vision la mère se sentit tremper sa culotte.Le chien voulait se la faire.Ce fut Julien qui rompit le silence.

-Pauvre bête,dit-il, cela me fait mal de le laisser dans un tel état il parait qu’il y a des femmes qui aiment prendre leur plaisir avec des animaux.

Entendant ces mots la mère de famille devint toute rouge comme une pivoine.

-Bien, s’exclama alors Julien,on va cesser de tourner autour du pot.J’ai une petite vidéo là que tu prendra surement plaisir à regarder maman.

Sortant son portable,il mit en route la vidéo.Sophie se vit alors sur l’écran, à quatre pattes ayant des rapports sexuels avec son chien.

-Salaud,qu’est ce que tu vas faire maintenant?

-C’est tout simple maman, dit Julien en passant une main sous la jupe de sa mère et allant branler la fente de sa maman à travers le tissu de la petite culotte, je vais te baiser moi aussi, après la zoophilie,l’inceste ne devrait pas trop te déranger et au cas ou cela te dérangerait je me ferai un plaisir de montrer à tous tes talents pour vider les couilles d’un chien.Je suis sur que papa appréciera que sa femme soit la pute de son chien.Pauvre papa, cocu par son chien et maintenant par son fils.Il attrapa sa mère et l’emballa longuement puis lui dégageant les seins il entreprit de les lui têter.La mère n’avait rien à dire, la honte la tenait, elle ne voulait surtout pas que l’on sache qu’elle se tapait son chien et puis,comme son fils le lui avait dit après avoir baisé le chien on peut tout se permettre sexuellement.Elle laissa donc son fils lui retrousser sa jupe, ôter sa culotte et après avoir frotté sa bite à l’entrée de sa grotte d’amour, il l’introduisit dans la chatte maternelle.Il la baisa longtemps, profitant pleinement de l’instant présent, maman finalement aima, il baisait bien son rejeton.Elle le serra, sa petite moule bien contractée sur la bite tendue de son fils,la mère ne put se retenir de hurler lorsqu’elle jouit sous les coups de boutoir de son fils.Enfin, celui-ci se laissa aller à son tour, inondant la chatte de sa mère, ce trou qui lui avait donné la vie de plusieurs longues et épaisses giclées de foutre.Se retirant du vagin dans lequel il venait de jouir, Julien fit venir le chien et ordonna à sa mère de se placer de façon à ce que l’animal puisse la prendre dans la position du missionnaire.

-Ce serait trop cruel de le laisser ainsi,dit-il à sa mère,il faut le soulager et puis pour toi ce n’est que du bonheur.

Le chien pina donc maman sur le divan.Maman se retrouva donc embourbée par la semence de son fils et celle du molosse et elle en fut ravie prenant un pied incroyable, le chien la pinant et son fils lui suçant les nichons.Ce n’était pourtant pas terminé pour la maman.

-Tu es une sacrée putain maman, pire qu’une putain même car je suis sur qu’il doit y avoir très peu de putains qui se sont fait sauter par leur fils et leur chien.Alors, puisque tu aimes la bite, tu vas être servie.Demain, tu te maquilleras à outrance et tu te vêtiras comme une pute,de façon très vulgaire.Alors, je t’emmènerai sur les boulevards afin de te livrer à la prostitution.Sophie ne put qu’acquiescer et de toute façon cela l’excitait tellement qu’elle n’aurait rien trouvée à y redire,elle avait hâte d’y être.Le lendemain soir,vers 22 heure comme promis Julien mena sa maman au tapin.Sophie portait une micro-jupe qui laissait voir sa petite culotte noire.Elle portait des bas résilles retenues par un porte-jarretelles et était juchée sur des chaussures à talons aiguilles.Elle n’avait, comme le lui avait demandé son fils, pas lésiné sur le maquillage.C’était vraiment une très jolie petite putain.Lorsqu’ils arrivèrent sur le futur lieu de travail de la belle,quelques putains étaient déjà à l’œuvre, filles de l’est et blacks venues d’Afrique monnayaient leurs charmes.Il y avait aussi un jeune maghrébin qui apprenait le dur métier de putain à une toute jeune et toute fragile asiatique qui pleurait et suppliait qu’elle ne voulait pas être putain.L’arabe lui hurlait dessus ne voulant pas lâcher sa proie, tu y es, tu y es lui hurlait-il puis il lui asséna une violente claque qui fit chuter la salope, il la releva la tirant par les cheveux et lui fila une deuxième beigne,tu fermes ta gueules et tu boutiques ton cul maintenant sinon je te crève lui dit-il sortant un couteau de sa poche.

Les clients ils veulent baiser serré et vous les chinoises vous êtes renommées pour avoir des chattes serrées, alors tu y vas maintenant salope et il lui mis à nouveau une bonne taloche dans la gueule.Il n’y avait rien à répondre à cela et la petite pute asiatique sécha ses larmes et entama sa vie de putain.Finalement c’était son destin.Dans la voiture Julien et sa mère avait assisté à toute la scène.

-J’y vais, je suis trop excitée, j’ai trop besoin d’une bite dans la moule.La mère descendit de voiture et alla se positionner près de la petite niaquouée.Les débuts furent difficiles pour Sophie, les clients potentiels préférant baiser la chinoise mais au fur et à mesure elle réussit à se faire quelques michetons conquis par son savoir-faire de vieille salope.Son fils lui projetait déjà de lui faire tourner des films porno mature et surtout de la prostituer auprès des maîtres ayant des chiens qui avaient besoin de se vider les couilles.Il en bandait comme un taureau et puis il allait se faire des couilles en or avec sa vieille salope de mère, le fric allait rentrer à la pelle.La petite chinoise avait désormais l’air d"apprécier son nouveau métier.Elle n’hésitait plus à montrer son vagin aux hommes qui s’arrêtaient devant elle, leur disant

-vas y baise moi, tu veux jouir serré, tu veux jouir fort , j’ai la chatte étroite, viens , baise moi, tu sais, yeux bridés,chatte serrée,tu vas crier fort quand tu vas jouir, viens je te baise bien.

L’arabe se frottait les mains,lui aussi prévoyait de faire tapiner d’autres chinetoques et il voyait le fric s’entasser dans ses poches.Les putes, décidément, auraient toujours de beaux jours devant elles.