Le site de l'histoire érotique

Moi et mon chien

Chapitre 1

15
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 2 981 fois

15

1

Tout commence un dimanche en fin d’après midi à dix huit heures trente.

Je commence vraiment à m’ennuyer, mon chien vient vers moi, on avait déjà eu des moments coquins ensemble mais là, mais aujourd’hui,j’avais envie de plus.

Je m’accroupis et commence à lui masturber son joli membre qui commence à sortir lorsqu’il me voit ainsi positionné, par habitude sûrement...

Ensuite je m’allonge sur le sol, il n’avait pas l’habitude de cette position alors je mets ses pattes avant autour de moi et me place de sorte que son joli membre rose et chaud me rentre dans l’anus.

Il commence alors à me lécher vigoureusement la bite et mes couilles, l’extase.

Ensuite il commence à faire des va-et-vient, puis sa bite me rentre dans l’anus, je sens tout son foutre qui coule en moi puis il commence à gonfler, je le sors un peu de sorte que le nud ne gonfle pas dans mon cul (aïe).

Il me sodomise de plus en plus fort, c’est magnifique, une vraie bête de sexe. Quand il se retire, une quantité énorme de foutre s’écoule, et il me lèche l’anus bien poisseux de salive et de sperme.

Quelques heures après, mon gros dogue allemand me regarde avec sa bite qui était sortie, il était excité à nouveau, je reviens vers lui, prends son membre puis le branle, il me tend ses fesses, je lubrifie ma queue avec son sperme puis l’encule, son trou du cul est bien chaud et agréable et ce gros cochon en redemande encore et encore.

Plus d’une heure et demi à prendre du plaisir avec cette grande bête qui en voulait encore.

Pour finir je lui suce la bite pendant vingt minutes, son sperme a un goût particulièrement agréable!

Je me redresse et il se met à me lécher la bouche que j’ai ouverte, nous sommes partis dans un long baiser fougueux, nos langues s’entrelaçaient et lui lapait dans ma bouche pleine de son foutre.

Depuis je fais ça à chaque fois que je rentre du travail, et lui il m’attend impatiemment, le membre sorti dès que je franchis la porte d’entrée.