Le site de l'histoire érotique

Mon patron fait de ma femme son jouet sexuel

Chapitre 6

7
4

Une histoire érotique écrite par

Histoire lue 2 659 fois

7

0

Mon patron fait de ma femme son jouet sexuel Ch. 06


Wife Deborah Is Taken By The Boss Ch 6


Coulybaca / wifelvrman








Steve et Carl avaient emmené Déborah dans la chambre.


J’étais sur le canapé à regarder la télé, ou tout au moins à essayer de regarder la télé.


Je savais pertinemment qu’il pouvait ainsi baiser ma femme, c’était à cause du détournement auquel je m’étais livré.


Mais elle n’avait-elle pas assez payé pour moi? ...


Non, à entendre les sons qui me parvenaient de la chambre! .....




Cela me rendait dingue de savoir qu’ils allaient disposer de son corps toute la nuit alors que je devrais me contenter du canapé.


Quelques minutes plus tard Steve me demanda de leur amener de la bière.


J’en apportais une légère, une corsée et une smirnoff, exactement comme ils me l’avaient commandé.




Lorsque j’entrais dans la chambre, Déborah était à genoux sur le lit, Steve la prenait par derrière, Carl était face à elle, lui aussi à genoux.


J’étais horrifié lorsque je compris qu’il se faisait lécher le cul par ma femme. Je le détestais de plus en plus. Ma colère montait.


Carl s’en rendit compte et, sachant que je ne pouvais rien y faire, il fit pire, appuyant sur la corde sensible.


- "J’aime regarder ta femme... Je veux dire ma pute..... Se faire baiser tandis qu’elle me lèche le trou du cul! ....." ricana Carl impitoyablement.


- "Allez la débutant enfonce ta langue aussi profond que tu le peux, nettoie mon trou du cul, chérie.. Oui comme ça..... Et maintenant rentre ta langue...... Obéis! ...."




Steve la saisit par les cheveux :


- "Lèche-lui bien le cul chérie! .... Rentre et sors ta langue de son oillet, oh oui....."


Il la ramonait sauvagement, ses grosses couilles venant taper sur ses fesses à chaque coup de boutoir, il la tenait par les cheveux, gardant sa tête dans la meilleure position pour que sa langue puisse pénétrer dans le goulot de son pote.




- "Assieds toi et regarde! ..." m’intima Steve.


J’attirais à moi la chaise que j’avais montée la semaine dernière pour observer mon patron et Steve baiser ma femme de concert.


- "Je vais jouir! ...." annonça-t-il d’un ton triomphant.


Quelle décharge! ... Il se vidait littéralement les couilles dans son con.


Je suis désolé, mais je l’appellerai désormais son con.




Steve a pris la bière je lui apportais, et la bite toujours plantée dans le con de Déborah, la tenant par les cheveux pour l’obliger à lécher le cul de Carl lui ordonnant.


- "Secoue tes fesses Carl, mets-y plus de cour salope......"Carl.


Je vis de grosses larmes ruisseler sur les joues de ma femme asservie.




- "C’est si bon....." hurla Carl en extase.


- "Tu fais vraiment du bon boulot petite pute! ....." Steve extirpa sa bite de la chatte de Déborah, la contourna, lui saisit la chevelure et lui intima de le sucer.


- "Désolé Carl mais j’ai envie d’utiliser sa bouche! ...." s’excusa Steve.




- "C’est d’accord..." accepta Carl "Je vais utiliser son trou du cul;


A son tour Carl contourna son corps et se posta dans son dos, il cracha une paire de fois sur son trou du cul, plongea un doigt dans son fion et m’ordonna de venir le rejoindre.


- "Suce mon doigt! ...." me commanda-t-il l’extirpant du fondement de ma femme


- "Goûte aux flagrances anales de ta femme! ....."


Je suçais obligeamment son doigt et il m’ordonna :


- "Et maintenant suce ma bite! ....."


Je tombais à genoux et prit sa grosse mentule en bouche, je m’efforçais de l’humidifier le plus possible pour faciliter sa pénétration dans le fondement de ma malheureuse femme.




Carl me repoussa


- "T’as l’air d’aimer un peu trop sucer les bites, n’est ce pas ? ......"


Je le haïssais de plus en plus, je détestais ce que j’avais fait de ma femme. Je me rassis sur la chaise.


D’un brutal coup de rein Carl enfouit son gros chibre dans l’oillet palpitant de ma femme, elle hurla de douleur, mais il s’en foutait totalement.


Il l’enculait sauvagement.


- "Je vais défoncer le trou du cul de ta femme Georges, et tu n’y pourras rien! ....." hurlait Carl avec véhémence.




Steve s’était retiré de la bouche de ma femme et giflait son visage avec sa bite en semi-érection.


- "George, veux-tu être un bon gars et nettoyer de la langue le foutre qui s’écoule de la chatte de ta petite femme? ...." me demanda Steve hilare.


Je m’installais entre les cuisses de Carl et enfouissais mon visage dans l’entrecuisse de Déborah pour tenter de lui nettoyer le gazon.


Carl qui la fourrait en cul ne me facilitait pas la tache, mais je parvins à introduire ma langue dans sa foufoune et je léchais de mon mieux les sucs qui l’engorgeaient.




Je m’écartais et me rassis regardant Carl continuer à enculer âprement déborah.


Il se tenait à ses miches coulissant de toutes ses forces dans son anus tuméfié.


Soudain je vis ses doigts s’inscrire dans la peau tendre de ses nibards et il augmenta encore le rythme de ses coups de boutoir.


J’espérais dans l’intérêt de Déborah qu’il ne tarderait pas à gicler.




- "Bordel je jouis salope! ...." hurla Carl les yeux sortis de la tête.


Il resta enfoui dans ses intestins le temps de cracher sa semence au fin fond de son tunnel rectal.


Il y eut quelques instants de relaxation ensuite, il m’ordonna de m’étendre sur le lit, Déborah dut s’accroupir sur mon visage et je dus nettoyer son trou du cul alors qu’elle suçait sa bite.




J’avalais la crème grumeleuse qui s’écoulait du trou du cul de ma femme. Carl était encore pire que le croyais.


- "Tu m’as vraiment bien nettoyé la bite pute...... Mais j’ai envie de pisser maintenant! ...."


- "Tiens bien son cul George..... Ne bougez plus! ..... Ouvre bien ta bouche salope! ....." entendis-je Carl commander.




- "Non... Non... " je luttais pour m’exprimer, mais Carl l’obligeait à s’asseoir su mon visage, étouffant mes cris.


Steve arriva de derrière et m’immobilisa les bras.


- "S’il vous plait ne vous servez pas de ma femme comme urinoir! ....." pensais-je frénétiquement.


Mais j’entendis alors Carl ordonner :


- "Avale salope et avale tout ou gare à tes mignonnes petites fesses! ...."




Et ce fils de pute se mit à lui pisser dans la bouche la forçant à avaler le flot acide! ....




Un peu de pisse s’écoula sur son visage, sur ses miches et son estomac me gouttant sur le front.


Quand ils la relâchèrent, elle suffoquait, elle se rua dans la salle de bain et claqua la porte.




Tu peux redescendre au rez-de-chaussée maintenant, elle va terminer sa nuit entre nous deux.


- « Nous partirons demain matin, elle devra venir au bureau demain à 16 heures.. Dan a organisé une petite fête et ta femme en est la vedette.. » me révéla Carl plié de rire.


Mais avant de repartir regarder ta télé, rapporte-nous de nouvelles bières celle là est chaude maintenant.






Le 17 août 2007


Traduction en français de Coulybaca,

Dominique.dubuissez@orange.fr

avec l’autorisation de l’auteur wifelvrman (Literotica)