Le site de l'histoire érotique

Nathalie, bourgeoise fatale

Chapitre 1

11
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 1 062 fois

11

0

13h50 un dimanche. Je suis en avance à l’heure du rendez-vous. Je suis dans ma voiture sur le parking de la sortie d’autoroute comme convenu. Je guette un cabriolet mercedes gris conduit par une femme aux cheveux noirs, long et lunettes. Plus que 10min à attendre.



Cette femme, je ne la connais pas. Je sais juste qu’elle s’appelle Nath et qu’elle m’a donné rendez-vous pour la baiser chez elle comme elle le dit si bien. Nous sommes inscrits tous les deux sur un site internet de rencontres libertines. Ce dimanche matin, en manque de sexe il faut bien l’avouer et frustré de n’avoir pas trouvé de fille à ramener chez moi la veille au soir, je cherche une femme ou un couple pour un moment coquin le dimanche après-midi. Je trouve rarement aussi rapidement, mais assez vite, je tombe sur sa fiche. La photo est très explicite, elle est jambe écartée, sexe entièrement épilé et se caressant le clitoris. Les autres photos montrent une femme d’une quarantaine d’année, très belle, de très jolies formes. Une femme sportive, naturiste, exhibitionniste avec des seins refaits. Elle a des cheveux noirs et longs et raides, une jolie coiffure. Ses yeux sont noirs également et son regard est tout simplement magnifique derrière ses lunettes.


Elle est en couple et elle recherche un homme jeune entre 20 et 25 ans pour un moment sexe en présence de son mari chez eux. La seule condition est que j’ai le sexe entièrement lisse et habitant proche de chez elle. Je remplis les deux conditions et décide de « lui proposer mes services ».



Il est 11h. Nous parlons à peine 10min. Après s’être ouvert nos galeries photos privées pour voir nos visages, nous fixons un rendez-vous au parking de la sortie d’autoroute proche de chez elle. Elle ne me transmet pas son numéro de téléphone ni son adresse et je n’ai pas intérêt à être en retard car elle ne m’attendra pas. Avant de se déconnecter elle me dit qu’elle ne porte jamais de sous-vêtements (le week-end comme la semaine) et qu’elle m’invite à en faire autant.



Je sens le faux-plan, mais n’ayant rien à perdre et rien à faire de ma journée je me rends au rendez-vous en avance.



Il est 14h00 et comme prévu, un cabriolet gris mercedes fait son apparition dans le parking et se gare un peu plus loin que moi. J’ai reconnu Nath et je change vite ma voiture de place pour me mettre juste derrière elle. Elle me voit, me reconnait et passe la main par la fenêtre pour me dire d’approcher. Je peux voir qu’elle est bien conforme aux photos sur internet. En m’approchant, je vois en premier ses magnifiques jambes. Elle porte des bottes ainsi qu’une minijupe noire. Je m’approche encore et je vois ensuite son décolleté provocant. Elle a un chemiser blanc ouvert généreusement jusqu’au milieu des seins par-dessus lequel elle a enfilé une veste noir non fermé. De là où je suis, je confirme qu’elle ne porte pas de soutien-gorge. C’est seulement après que je vois son visage. Elle a vu que je l’avais dévisagé de bas en haut.


- Bonjour, Nath c’est bien cela ?


- Oui. Tu me suis ?



Elle referme la vitre de sa voiture sans que j’aie eu le temps de répondre. Peu de chaleur dans sa voix ni d’envie, mais c’est sans doute son caractère. Je retourne à ma voiture et en m’asseyant, je constate que maintenant que je bande. La vue de ce corps magnifique m’a tout de suite fait de l’effet. La route n’est pas longue pour aller jusque chez elle. A peine 5min. Elle me fait signe de me garer devant la maison pendant qu’elle ouvre le portail pour se garer dans la cour. Je la suis à pied dans la cour. C’est une maison de plain-pied typique de la région, très bien entretenue avec de hautes haies épaisses qui font le tour du jardin. Derrière la maison j’aperçois l’extrémité d’une piscine que j’ai reconnue sur les photos mais je sais que nous ne l’utiliserons pas aujourd’hui car nous sommes en février.



Sans un mot, elle franchit le seuil de sa porte d’entrée qui donne sur une grande pièce à vivre avec cuisine américaine. Le mari de Nath est à la cuisine.


- Bonjour. Moi c’est Michel, me dit-il en me serrant la main


- Enchanté, moi c’est Manu.


- Pas eu trop de mal à vous retrouver ?


- Non j’avais une bonne description.


- Désires-tu un café ?


- Oui bien volontiers.


- Tu veux un café Nath ?


- Oui chéri s’il te plait.


- Installe-toi au salon Manu.



Je m’exécute. Je m’assois au milieu du canapé pendant que Nath range ses quelques affaires dans un placard à l’entrée. Ils sont dos à moi, je les entends parler entre eux à voix basse mais le bruit de la machine à espresso m’empêche de comprendre ce qu’ils disent. Michel arrive avec deux cafés qu’il pose sur la table basse et retourne à la cuisine. Nath vient s’asseoir à côté de moi. Je bois mon café, Nath aussi et elle pose la main sur ma cuisse. Elle vide sa tasse d’un trait et caresse maintenant mon entrejambe. Je bande assez rapidement, très excité par la situation et sa beauté. Elle pose sa tasse sur la table, moi aussi et elle déboutonne mon pantalon.


Mon sexe dressé n’a aucun mal à sortir de sa prison sans sous-vêtements. Elle le prend en main et me branle doucement. Mes mains parcourent à mon tour son corps. Je caresse ses cuisses, sa poitrine généreuse. Elle se lève et se déshabille entièrement mais garde les bottes. Elle fait un strip-tease rapide mais très sensuel en exhibant ses formes devant moi. Elle est encore plus belle que sur les photos.


Elle prend appuis avec ses mains sur le fauteuil juste à côté en se cambrant. Je peux voir son sexe lisse ainsi que son petit trou légèrement entrouvert. Par-dessus son épaule elle me demande de me déshabiller entièrement.



Je m’exécute rapidement, très excité par la situation. Je suis nu, debout devant elle. Elle se retourne et s’assoit sur l’accoudoir du canapé. Elle remonte ses jambes et je peux voir son sexe humide déjà très ouvert et ses gros seins. Elle me branle vigoureusement d’une main en se caressant les seins ou le clitoris alternativement. Cependant, elle ne me suce pas et me branle de plus en plus vite.


- Vas-y, balance, me dit-elle


- Balance ? Tu ne veux pas en profiter un peu plus ?


- Si, mais après, comme ça on évite les précoces.



Je ne m’attendais pas à ce genre de situation, mais si on en profite après, je me laisse faire. Après quelques minutes, je me laisse aller et je finis par jouir. Nath s’est écartée au dernier moment et je balance plusieurs giclées de sperme devant moi, sur la table basse et le carrelage. Je n’ai pas le temps d’émerger que Nath me demande de la suivre.



En chemin je vois son mari toujours à la cuisine qui la regarde d’un air satisfait. J’avais presque oublié sa présence. Nous allons dans une chambre. A en voir la décoration, c’est la chambre qu’ils utilisent pour leurs moments coquins. Rideaux et lampes qui donnent une ambiance tamisée. Un miroir recouvrant l’intégralité d’un mur et des tableaux érotiques en peinture sur les trois autres murs.



Nath s’assoit sur le lit pour enlever ses bottes. Une fois fait, elle s’allonge sur le dos en prenant appui sur ses coudes et me dit :


- Lèche-moi, maintenant.



Je m’exécute sans tarder. Sa chatte est délicieuse, ouverte, chaude, humide. Je joue avec son clitoris gonflé avec ma langue pendant que mes mains parcourent son corps m’attardant sur ses seins, ses hanches et ses fesses.


Elle est totalement allongée sur le lit maintenant, la tête dans les oreillers. Je l’entends gémir un peu, onduler son bassin mais une de ses mains me plaque littéralement contre elle. Je peux à peine reprendre mon souffle mais je tiens bon.



La miss a l’air insatiable, ou je ne suis pas en forme mais elle est très longue à venir. Mais d’après ces gémissements, ça lui plait alors je ne m’arrête pas. Sa main toujours sur ma tête m’empêchant toujours de me retirer. Elle ondule, elle gémit. Je sens sa cyprine couler, en insérant mes doigts je la sens littéralement de plus en plus chaude. Je ne tarde pas à bander à nouveau. A vrai dire, je ne sais même pas si j’ai eu une période de repos.



Elle finit par me lâcher la tête et me demande de me mettre debout devant le lit. Elle se lève immédiatement et fait le tour du lit vers la table de nuit. Je ne remarque que maintenant que Michel s’est allongé sur un bord du lit, entièrement nu à se branler doucement. Il me fait un sourire mais n’a d’yeux que pour sa femme. Je le comprends, elle a un corps de rêve. Elle se penche en avant pour atteindre le tiroir de la table de nuit nous laissant voir sa croupe. Elle prend un préservatif et déchire l’emballage en revenant vers moi. Elle monte sur le lit et vient s’asseoir au bord, devant moi, les jambes franchement écartées. Elle me met le préservatif sans me regarder dans les yeux, ni même un regard pour son mari. Une fois la capote en place, elle se retourne et se met à 4 pattes au bord du lit, très cambrée regardant dans le miroir pour voir ce que je fais.



Devant une telle invitation, je m’approche d’elle. Je caresse sa fente toute trempée avec mon sexe pour être bien dur avant de l’enfoncer tout doucement dans son intimité afin de profiter au maximum de pénétrer cette femme splendide. Elle est cambrée au maximum.



J’accélère la cadence, je ralenti, j’alterne les rythmes de mes coups de reins. Nath reste silencieuse. Elle a cependant les yeux fermés et se mord la lèvre inférieure. Je lui caresse ses reins, ses fesses. Je me penche pour attraper et caresser ses seins, mais la coquine reste muette. Son mari est toujours à la même place, il continue son affaire tranquillement prononçant quelques phrases à lui-même. J’entends des mots comme « vas-y », « ma belle », « il te baise bien ». Quand elle n’a pas les yeux fermés, elle tourne la tête vers le miroir comme pour regarder la scène à laquelle elle participe.



Sans prévenir, c’est elle qui se retire de moi. Elle se met à genoux au milieu du lit et me fait signe de m’allonger sur le dos ce que je fais sans hésiter. Elle m’enjambe au niveau du visage pour me présenter sa chatte et enlève le préservatif. J’ai droit à un magnifique 69. Je dis magnifique car son même son intimité a un gout exquis.



Je sens qu’elle se redresse maintenant totalement sur moi. Je ne lâche pas ses hanches pour continuer mon cunilingus. J’imagine qu’elle profite de sa place de dominatrice.


Elle bouge à nouveau. Elle se met maintenant accroupie et va poser son sexe humide sur le mien mais sans pénétration. Elle joue avec son corps sur le mien. Elle reste cambrée, elle fait passes ses grandes lèvres le long de ma verge. De temps en temps elle se redresse pour mettre en valeur ses fesses ou me narguer auprès de mon visage avec son intimité. Elle ramène sa bouche sur mon sexe et son sexe sur ma bouche pour reprendre notre 69 avant de se redresser à nouveau sur mon sexe



Je tourne à mon tour mon regard vers le miroir pour admirer la scène. Nath joue bel et bien avec son corps sur le mien. Mais plutôt que de guetter ma réaction ou celle de son mari, je remarque qu’elle s’admire elle-même. Elle passe la main dans ses cheveux ou sur ses seins. Elle ne se lache pas du regard. Elle s’admire elle-même. C’est assez surprenant, excitant même de voir une femme s’admirer en train d’avoir un rapport sexuel. Je ne pensais qu’on voyait ça que dans les films X, j’ai toujours du mal à croire que ce que je vis est réel.



Elle s’est maintenant mise à genou sur mon buste. Elle prend mon sexe en main et me branle doucement, la caresse, joue avec mes testicules. Je vois difficilement ce qu’elle fait, seul le miroir peut m’aider. De mon côté je caresse ses fesses musclées et ses hanches. Je peux difficilement atteindre ses seins dans la position ou je suis.


Elle s’avance à nouveau sur mon sexe. Mais cette fois-ci elle s’accroupie face à moi. Je peux maintenant caresser ses seins et son regard croise le mien. Je sais ce que c’est maintenant de voir un regard criant le sexe. Elle prend mon sexe d’une main et l’approche de son intimité. Je l’effleure, elle me fait caresser le bout du gland sur ses grandes lèvres mais pas de pénétration sans préservatif.



Elle se met un peu plus en arrière et c’est sur son anus maintenant qu’elle joue avec mon sexe, toujours en s’observant dans le miroir. Elle se pose dessus sans s’enfoncer. Nos regards se croisent à travers le miroir. Mes yeux en disent long sur mon envie, je vois dans les siens une grande satisfaction de m’exciter ainsi.


Elle fait un léger signe de tête à son mari à travers le miroir toujours. Dans la seconde qui suit, je vois un nouveau préservatif arriver à côté de nous. Nath s’assoit sur mes jambes et me regarde enfiler le préservatif sur mon sexe dur.



Elle se remet accroupie et reprend mon sexe d’une main. Elle l’approche de son anus et comme tout à l’heure joue avec. Mais au dernier moment, avec un sourire satisfait et un léger hochement de tête voulant dire « non », elle s’avance légèrement pour finalement empaler sa chatte sur mon sexe. Je suis assez déçu sur le coup mais vite amusé par cette provocation.



Bien appuyée sur ses jambes écartées, Nath monte et descend sur ma verge en ne quittant pas son corps du miroir. Elle s’aide tantôt avec ses mains sur ses genoux ou sur mon buste pour accélérer la cadence. De mon côté, je suis maintenant libre de tout mouvement et je peux laisser mes mains sur ses seins, ses hanches, caresser son corps, titiller son clitoris pendant qu’elle prend du plaisir.



La seule déception que je peux avoir est qu’elle reste toujours silencieuse. J’aurais aimé qu’une femme comme elle crie, voire simule le plaisir sexuel, mais rien n’y fait. Mais peut-être aussi que je ne suis pas à son niveau.



Sans prévenir, elle stoppe tout et descend de moi et du lit en disant « je reviens ». Elle pousse un bout du miroir qui était en fait une porte dissimulée pour accéder à une salle de bain. Elle referme la porte derrière elle me laissant allongée sur le lit le sexe toujours encapoté et avec Michel qui n’a pas bougé d’un centimètre. Je me redresse et lui dis :


- Elle est très belle


- N’est-ce pas ? ça te plait de la baiser ?


- Oui elle est formidable.


- C’est bien que tu habites à côté, tu pourras venir la baiser quand tu veux


- Avec plaisir.



Nath ressort de la salle de bain et nous voit tous les deux en train de discuter. Elle nous regarde à tour de rôle toujours sans dire un mot et puis attarde mon regard sur moi. Elle fait le tour du lit et monte à 4 pattes dessus pour venir près de moi. Elle enlève le préservatif, et se met à me branler vigoureusement. Comme précédemment, elle veut me faire jouir, mais cette fois-ci, son visage est tout près de mon sexe, j’espère jouir sur son visage ou dans sa bouche.



Je suis proche de l’orgasme, elle le sent et elle rapproche sa bouche de mon sexe. Elle n’arrête pas ses mouvements et je vois qu’elle ne se lâche pas du miroir. Le plaisir est de plus en plus grand et je finis par jouir. Un orgasme puissant, décuplé par le plaisir qu’elle m’a donné jusque-là. Même si j’ai joui une heure avant, je balance tout de même plusieurs jets puissants. Nath prend tout en bouche et comme j’avais espéré, elle a tout avalé. Elle me suce une dernière fois pour nettoyer mon sexe et Michel qui était très calme jusque-là s’agite tout d’un coup.



Il est tellement excité qu’il se met à souffler comme un taureau et s’approche du cul tendu de Nath. Il la pénètre violemment en levrette en disant au passage plusieurs grossièretés envers elle. Pour la première fois j’entend quelques petits gémissements venant de sa bouche. Il fallait la prendre de manière hard en fait…Michel me le confirme quelques secondes après, il lui prend les cheveux d’une main pour la tirer vers elle tout en poussant ses reins de l’autre pour la cambrer au maximum.


Il s’arrête, se lève et toujours en tirant les cheveux de Nath il l’oblige à prendre son sexe en bouche pour se finir en elle.


Quelques mouvements de tête et Michel pousse plusieurs râles de plaisir prouvant sa jouissance. Nath obligée de tout avaler attend que Michel lâche prise.



Une fois calmé, il la lâche et sans dire un mot, Nath repart vers la cuisine. Michel me regarde, me fait un clin d’œil et commence à sortir de la pièce.


De retour dans la pièce principale, je vois Nath, nue sur un tabouret en train de pianoter sur son ordinateur. Elle est déjà de retour sur le site internet de rencontre et se met à discuter avec d’autres hommes. Michel se met derrière elle pour la regarder en lui tapotant les fesses.



Voyant que mes hôtes ne semblent plus préoccupés par ma présence, je me dépêche de me rhabiller les laissant nus devant l’ordinateur. Une fois habillé, je m’approche d’eux pour leur dire au revoir. Je fais la bise à Nath qui est absorbée dans une conversation avec un mec (je crois voir qu’elle lui propose de venir tout de suite). En serrant la main à Michel, il me dit de revenir quand je veux pour la baiser ce que j’accepte avec plaisir.



Malgré mes nombreuses relances, je ne suis jamais revenu la baiser…