Le site de l'histoire érotique

Le repas de Pascal

Chapitre 2

3
2

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le

3

0

Sandra et Lisa arrivent vers dix-huit heures chez moi, comme d’habitude, elles font valser leurs fringues et se jettent sur le divan à poil. Je leur parle de l’invitation de Pascal sans omettre de leurs parler de la taille de son sexe. Quand je leurs décris le sexe de pascal, je vois qu’elles ne diront pas non, elles sont folles de grosses bites, et là, c’est plus qu’elles ne peuvent espérer. Je leur ai expliqué que Pascal vivait toujours à poil chez lui, et qu’il s’amusait à exciter les clients de l’hôtel d’en face. La perspective d’une soirée d’exhibition leur plait beaucoup, elles sont spécialistes de la chose.


Le samedi, nous arrivons tous les trois chez Pascal. Il nous ouvre nu comme un ver. Sandra et Lisa ne sont pas surprise car je les avais prévenus. Nous sommes à peine entrées dans le couloir que, sans même avoir dit bonjour à Pascal, Lisa fait passer sa robe par-dessus sa tête, imitée par Sandra qui enlève son corsage et sa jupe les laissant trainer dans le couloir. Comme elles ne portent pas de sous-vêtement, elles se retrouvent à poil. Elles viennent vers Pascal pour déposer un baiser sur ses lèvres.



–Bonjour Pascal.

–Bonjour Pascal.



Je lui présente les deux filles. Je vois que cette entrée l’a quand même un peu surpris, mais il ne fait aucun doute que ça lui a plu. Nous arrivons dans le salon.



–J’ai préparé un petit apéro, bien sûr, il sera suivi d’un repas que j’ai commandé au traiteur d’en bas. On vient nous le servir à vingt heures, ils s’occupent de tout. Ils connaissent très bien la maison.


Nous nous installons dans le salon et commençons à boire en discutant. Mais Lisa, qui s’est assise à côté de lui, est impatiente et se penche sur sa bite. Elle lui lèche le gland pendant que Sandra s’occupe de ma propre bite. Deux minutes plus tard, nous sommes tous les deux au « garde à vous ». Lisa se lève et vient se positionner pour s’assoir sur la bite de Pascal. Elle doit être très excitée car elle s’empale comme une fleur sur ce gigantesque braquemart. Pascal s’adosse au divan, pose ses mains sur les seins de Lisa et se laisse faire. Lisa monte et descend sur la tige droite.



putain quelle bite, tu verras ma Sandra chérie, elle est extraordinaire. Je la sens comme je n’ai jamais senti de bite dans ma chatte. Quel pied.



Sandra fait de même avec moi, et comme Pascal, je pose mes mains sur ses seins. Les deux filles s’en donnent à cœur joie, surtout Lisa qui est au bord de l’extase. Le divan est disposé de telle sorte que les occupants de l’hôtel soient aux premières loges. Je regarde mais ne remarque rien de suspect. Personne ne nous regarde. Lisa commence à céder, la connaissant comme je la connais, je sais qu’elle est sur le point de jouir. Je vois son visage s’éclairer, son ventre se crisper, elle ferme les yeux, ouvre la bouche et pousse un grand cri au moment où Pascal lâche les vannes.



–HHHHHHHHHAAAAAAAAAA, oui, tu me remplis, oui, oui, encore, vide toi en moi, oh oui, oui, oui.



L’orgasme la terrasse, Pascal est obligé de la maintenir en place, elle gesticule de tous les côtés, elle s’abandonne à son plaisir. Sandra la suit de très près.



–OOOOOOOHHHHHHH



J’en fais autant en me vidant dans son vagin.



–Oui, ton jus, ton jus.



Tout le monde se calme petit à petit. Lisa se lève, se retourne et vient embrasser le sexe de Pascal. Sandra se lève et s’assoie à côté de moi. Nous reprenons notre discussion, mais Sandra veut voir de plus près la bite de Pascal. Je ne suis pas jaloux, elles sont venues que pour sa bite, et accessoirement un peu la mienne. Elle prend la place de Lisa et se penche sur Pascal pour s’en occuper. Ces deux filles ont une expérience extraordinaire et savent remettre en forme une bite en un tour de main. Pascal est étonné de voir son sexe se redresser si vite. Sandra ne peut que lécher le sexe vraiment trop gros pour sa bouche, mais le résultat est le même.



Sandra se positionne sur la verge de Pascal et la fait disparaitre dans sa chatte.



–Tu as raison ma chérie, quelle queue, quelle biroute, quel dard, quelle saucisse, quelle tringle, et avec une super tête chercheuse, c’est le pied.



Elle monte et descend dessus comme une folle, j’ai peur qu’elle ne puisse pas résister longtemps à ce rythme, mais contre toute attente, elle résiste. Après plusieurs minutes, elle est tellement excitée qu’elle présente les stigmates de l’orgasme à venir. Sa tête va de droite à gauche, ses yeux se ferment, sa respiration s’accélère, elle se pince le bout des seins, elle va jouir. Pascal se crispe et se vide en elle. Elle pousse un cri qui libère son orgasme.



–HHHHHHHHAAAAAAAA, oui, quel jet, arrose-moi, je veux ton sperme.



Comme pour Lisa, Pascal est obligé de la retenir pour éviter qu’elle ne tombe. Elle se laisse aller sur lui quand on sonne à la porte.



–C’est le traiteur, tu peux lui ouvrir Jean ?

–A poil ?

–Ne t’en fait pas, il a l’habitude, il y a toujours du monde quand il vient.



Lisa se lève et va ouvrir. Un homme et une femme entrent en poussant chacun un chariot. Il est jeune et relativement grand, elle aussi jeune et très jolie. Lui est habillé avec un pantalon, une chemise blanche et une veste. Il doit crever de chaud. Elle est habillée plus léger, jupe blanche plissée mi-cuisse et corsage blanc aussi. Je n’ai pas l’impression qu’un quelconque soutien-gorge vienne aider sa poitrine qui me parait assez belle, tout comme ses jambes.



–Bonjour Monsieur, messieurs-dames.

–Bonjour Isabelle, bonjour Guy.



Ils se dirigent directement vers la cuisine sans même prêter attention à Sandra qui est toujours assise sur la bite de Pascal. Elle se lève, se retourne et se baisse pour lui lécher la bite. Une fois qu’elle est bien nettoyée, elle s’allonge sur le divan les cuisses ouvertes repliées sur elle. Lisa se jette sur sa chatte tout en lui présentant son propre sexe. Elles s’activent à extraire le maximum de sperme de leurs sexes. Pascal est étonné.



–Ne t’en fais pas, c’est un rite entre elles, chacune boit le sperme que récolte l’autre.

–Ha, ok, vous êtes tous aussi dingue de sexe.

–Oui

–Monsieur va être servi.



C’est Isabelle qui vient de parler, elle jette à peine un œil sur Lisa et Sandra se vidant de leur sperme.



–N’oubliez pas de vous mettre en tenue.

–Ce sera fait monsieur.



Je suis étonné de ce qui vient de se dire, Pascal me regarde.



–En fait, ces deux serveurs ne sont pas des serveurs, ils arrondissent leurs fins de mois en faisant des extras. Guy et Isabelle sont étudiants, ces soirées leur rapportent quelques euros qui mettent du beurre dans leurs épinards. Mais ils le font en toutes connaissances de cause, ce sont eux aussi des accros au sexe. Tu verras. Je fais en sorte que ce soit toujours eux qui viennent, je les connais très bien. Je peux vous dire que tous les deux aiment autant les hommes que les femmes, ils sont parfaitement bi.



Nous nous mettons à table. Pascal ne nous dispose pas normalement, homme, femme, homme, femme, mais il place Lisa en face de moi et Sandra en face de lui. C’est une table octogonale en verre, ce qui fait qu’on voit très bien ce qui se passe en dessous. J’ai une vue imprenable sur la vulve de Lisa qui en profite pour bien écarter les cuisses, de même pour Sandra.



–Bien cette table.

–Je l’ai acheté il y a deux ans et je dois dire que j’en suis très satisfait.



Isabelle et Guy entrent dans le salon en portant chacun deux assiettes. Ils sont nus !! Je peux enfin les détailler, et regarder ce qui m’intéresse. Lui est complètement imberbe, a une belle bite assez longue, un ventre musclé et de belles fesses qui paraissent très fermes, elle, mince mais pas trop, avec de très beaux seins hauts et fermes qui rebondissent bien quand elle marche, un ventre plat, des hanches pas trop larges, un sexe épilé avec un clitoris qui dépasse un peu. Elle pose une assiette devant moi et une devant Pascal. Guy s’occupe des filles. Lisa ne peut s’empêcher de poser sa main sur ses fesses. Elle est immédiatement imitée par Sandra. Il leur sourit. Ils repartent dans la cuisine et reviennent aussitôt avec chacun une bouteille de vin. Isabelle nous sert, pose la bouteille sur la table et reste immobile entre nous. Guy fait la même chose avec les filles.



–Pascal, on peut ?

–Quoi donc ?

–Toucher.

–Bien sûr, ils sont là pour ça, et ils aiment ça.



Je regarde Isabelle qui me sourit, elle a des yeux malicieux.



–Tu peux la caresser, je peux t’affirmer qu’elle adore ça.



Je tends la main et la pose sur une de ses fesses, elle frissonne. Tout à coup, je vois une fenêtre d’en face s’allumer. Un couple écarte les rideaux. Isabelle les a vu, elle sourit. Je passe ma main sur la peau d’Isabelle, je vois qu’elle apprécie, c’est vrai que ça doit être une folle de sexe. Ma main va du haut de ses cuisses jusqu’à sa chute de rein en passant par les fesses. Elle se laisse faire et apprécie, j’en suis sûr. Là où elle est, je ne peux pas aller plus loin, mais pour l’instant, c’est suffisant. Nous avons fini l’entrée, Isabelle et Guy débarrassent, emmène tout à la cuisine et reviennent avec quatre autres assiettes. Comme tout à l’heure, ils restent entre nous. Le manège continu, mais cette fois, elle est plus proche, Pascal lui a fait signe de s’approcher de moi, je peux la caresser jusqu’aux seins, mais surtout, je peux passer devant et m’occuper un peu de son clitoris qui dépasse de plus en plus. Je réussi à glisser un de mes doigts entre ses cuisses, qu’elle a un peu écartées, et je me suis rendu compte qu’elle était assez humide. Mes caresses ne la laissent pas indifférente. J’insiste un peu sur son clitoris, elle commence à bouger un peu, son ventre bouge, elle ferme les yeux, elle se concentre sur ma main. Un doigt s’insinue entre ses lèvres, elle est trempée, elle ruisselle de cyprine. J’insiste un peu, Pascal lui caresse les seins et les fesses. Elle plie légèrement les jambes me facilitant le passage vers son sexe. J’y enfonce deux doigts pendant que Pascal lui glisse un doigt entre les fesses après l’avoir lubrifié sur sa vulve. Elle reste debout, mais son équilibre devient instable. D’un seul coup elle se laisse aller et cède à l’orgasme qui la terrasse. Pascal est obligé de se lever pour la soutenir. Elle jouit dans ses bras, secouée par de violents spasmes. Pascal la prend dans ses bras et va l’allonger sur le divan.



–Reposes toi quelques minutes.

–Merci.



Pendant ce temps, les filles se sont occupé de Guy qui se vide dans la bouche de Sandra. Il va lui aussi s’assoir un peu. Nous finissons notre assiette juste au moment où ils réapparaissent à côté de nous. Ils débarrassent et vont chercher la suite.



–Voilà des repas comme j’aimerais en faire plus souvent.

–Tu as raison Lisa, mais ce n’est pas tous les jours dimanche et lendemain jour de fête.



Isabelle et Guy reviennent avec la suite. Une fois qu’elle a posé mon assiette et celle de Pascal, elle passe sous la table et vient se positionner entre mes cuisses. Je sens sa bouche s’emparer de ma bite et commencer une superbe fellation. Je vois que Guy fait la même chose à Lisa. Pascal se glisse lui aussi sous la table pour s’occuper le Sandra. Isabelle a une super technique pour une gamine de vingt ans, et je ne résiste pas très longtemps, il faut dire que l’atmosphère qui règne dans cette pièce ne facilite pas la résistance. Nous jouissons tous les trois pratiquement en même temps. Tout le monde sort de sous la table, Pascal reprend sa place et Isabelle et Guy reprennent leurs places. Une fois le repas fini, Isabelle et Guy débarrassent la table, rangent tout dans leurs chariots et viennent nous rejoindre dans le salon.



–Tout est en ordre monsieur.

–Très bien, venez vous assoir avec nous et prendre quelque chose.



Ils viennent s’assoir, Isabelle à côté de moi, et Guy à côté de Sandra. Pascal nous sert un digestif. Nous discutons et plaisantons tout en surveillant les fenêtres d’en face. Il y a maintenant presque dix fenêtres d’allumées, la plupart sont en face au même niveau ou juste à l’étage du dessus, c’est-à-dire que nous sommes parfaitement visibles de ces fenêtres.



–Allez, on va se préparer.



Nous allons dans la salle de bain ou Pascal a équipé un bidet d’un flexible au bout duquel il a vissé un phallus troué. Il s’en sert pour se faire des lavements anaux. Une fois tous bien nets, Pascal nous amène dans son immense chambre ou trône en plein milieu un magnifique lit rond d’au moins deux mètres cinquante de diamètre. Elle aussi a trois grandes portes fenêtres et des rideaux inutiles. Lisa et Sandra se jettent dessus, suivi par Pascal qui entraine Guy, Isabelle me prend la main et me couche sur le dos. Elle me gobe le sexe qui réagit aussitôt. Elle ouvre un tiroir de la table de nuit et en sort un pot rouge. C’est de la graisse chauffante dont elle se badigeonne l’anus.


Quand je suis assez raide, elle m’enjambe face à moi, se positionne au-dessus de ma bite et se laisse glisser d’un seul coup sur mon sexe. Je sens mon gland sur sa rondelle mais elle ne résiste pas et s’ouvre pour me laisser entrer dans sa grotte serrée. Je ne bouge pas, c’est Isabelle qui fait tout, elle monte et descend sur ma bite en s’appuyant sur mon torse. Elle se couche sur moi et ne fait bouger que ses fesses qui montent et descendent. Sa bouche se pose sur la mienne, sa langue force mes lèvres et vient s’amuser avec la mienne qui se prend au jeu et lui répond. Je jette un œil sur les fenêtres, elles sont toutes ouvertes, certaines dans le noir, mais on distingue très bien des silhouettes qui nous observent. Isabelle commence à montrer les premiers signes d’un futur orgasme. Elle se redresse sur moi, me serre avec ses jambes.



–Viens, viens, je vais jouir, je veux jouir avec toi, viens.

Comme je suis moi aussi au bord de l’orgasme, je me laisse aller et me vide en à grands coups de jets de sperme.

–HHHHHHAAAAAAA oui, oui, ooooohhhhh.



Elle s’écroule sur moi et pose sa tête sur mon épaule. Je la sens totalement détendue. Je tourne la tête pour voir Lisa à quatre pattes qui se fait sodomiser par Guy et Sandra qui monte et descend sur la bite de Pascal bien enfoncée dans son cul. Mais moi, je me souviens du sling et j’ai encore envie d’y faire un petit tour. Je me lève et entraine Isabelle. Pascal comprend et fait venir tout le monde dans la pièce. Quand ils arrivent, je suis déjà installé et attends de savoir lequel des deux va s’occuper de moi. C’est Guy qui s’avance la bite bien droite. Sans autre forme de procès, il me plante sa bite dans le fion grand ouvert. Il fait comme Pascal, il balance le sling sans bouger. Il a une bite moins grosse que Pascal, mais elle est assez longue et je la sens bien se promener sur toute sa longueur dans mon cul. Je suis quand même obligé de me toucher la bite pour jouir. Une fois calmé, je libère la place que les filles offrent à Isabelle.



–Avec toi Pascal, et dans le cul s’il te plait.

–je ne t’ai encore jamais sodomisé, tu es prête ?

–Oui, vas-y, j’en rêve depuis trop longtemps.



Une fois qu’elle est installée, je pose mes lèvres sur sa rondelle et le titille. Elle se tortille sur le sling, je vois qu’elle commence à mouiller abondamment, elle est assez excitée. Lisa lui badigeonne l’anus de graisse et je présente mon vit à l’entrée des artistes. Lisa se met derrière Isabelle, pose ses mains sur ses épaules et pousse doucement. Ma bite disparait dans son antre, Lisa fait balancer le sling et je peux rester sans bouger. Isabelle se détend, elle veut savourer l’instant. Au bout de cinq minutes, je me laisse aller et me vide en elle.



–Oui, oui, vides-toi, je veux être remplie par vous trois.



Je la libère, immédiatement remplacé par Guy.



–Oui mon Guy, Défonce moi le cul.



Lisa imprime toujours ce mouvement de balancier. La bite de Guy, un peu plus grosse que la mienne, entre et sort du fondement d’Isabelle. Lui aussi se vide en elle au bout de quatre ou cinq minutes. Il la libère immédiatement remplacé par Pascal qui présente sa bite sur sa rondelle. Lisa s’arrête.



–Non, non, continu Lisa, je le veux dans le fion.



Lisa tire sur le sling et pousse vers Pascal.



–Oui, allez-y, oui, il entre.



Je vois sa rondelle se distendre et laisser progressivement le gigantesque gland de pascal entrer. Soudain, elle se referme sur la tige. Je rajoute de la graisse, je veux qu’Isabelle soit confortable. Le bite entre et sort au rythme que donne Lisa en balançant le sling. Isabelle est dans un autre monde, elle ferme les yeux, sa tête est penchée sur un côté, un sourire aux lèvres. Elle vit intensément ce moment. Petit à petit, elle bouge, sa respiration s’accélère, ses magnifiques seins montent et descendent de plus en plus vite. Ses mains se crispent sur les bords du sling, son bassin monte un peu et elle explose.



–AAAAAAHHHHHH, oui, oui, quelle bite, oui, oui, je veux ton jus.



Je vois pascal se raidir un peu, il jouit.



–Oui, encore, encore.



Elle met un certain temps à revenir à elle. Nous la caressons, Lisa l’embrasse, Sandra boit le sperme de Pascal qui coule par son anus. Tout le monde est bien. Quelques fenêtres d’en face sont éclairées, les personnes qui regardent semblent avoir aimé, je les soupçonne d’être dans cet hôtel que pour les fenêtres d’en face. Guy et Isabelle sont restés toute le nuit. Nous avons tous goûté à tout le monde, j’ai baisé avec les trois filles, et les deux mecs m’ont de nouveau enculé. Ça s’est terminé vers les cinq heures du matin.


Nous nous sommes revus souvent, jusqu’à ce que Pascal obtienne une promotion qui l’a catapulté à Paris.