Bonjour

Voir mon profil Se déconnecter
Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Ma salope de grande sœur et moi (1)
Fantasme
Trash
Auteur :
Catégorie : Trash
74
74pts
[ Chapitre : 1 - 2 - 3 - 4 ]
HISTOIRE DÉDIÉE À TOUS LES LECTEURS ET LECTRICES QUI M'ONT LU ET ENCOURAGÉ. MERCI À TOUTES ET À TOUS!!!

Bonjour, je m'appelle Bernard (Bébé pour les intimes). Je mesure environ 1,80m et pèse 60 kilos. Je suis brun aux yeux verts et j'ai pour intérêts le sport, les voyages et bien sûr, le sexe. Cependant, ce dernier intérêt me fait quelque peu peur depuis le soir avant mon anniversaire où ma grande sœur Donna et moi avons joué à un jeu de dés. Celui qui obtenait le plus grand score pouvait demander à l'autre ce qu'il voulait, dans la limite du raisonnable bien sûr. Enfin, raisonnable entre guillemets. En lançant les deux dés, ma sœur avait obtenu de onze tandis que moi, je n'avais obtenu qu'un tout petit score de trois. Ma sœur avait donc le droit de me demander un gage.
«Baisse ton pantalon et montre-moi comment est ta bite en érection» me dit-elle.
«Mais enfin, grande sœur, je n'arriverai pas à bander dans ces conditions.» lui répondis-je.
Cette réplique avait pour but d'essayer de faire changer ma sœur d'avis mais cette dernière insista. Elle alla chercher un magasine porno et l'ouvrit à une page au hasard qu'elle me mit sous les yeux. Sur la photo était représentée une jeune femme dans la vingtaine étendue complètement nue sur un lit, seins et sexe non dissimulés.
«Ça va mieux maintenant, petit frère? Allez, déshabille-toi. Comme tu as essayé de te défiler, je veux te voir complètement nu. Comme la fille.»
J'obéis donc à son ordre sans rien dire. La photo, toujours mes yeux, me faisait bander comme un fou, si bien que lorsque je me fus déshabillé, ma queue pointait déjà fièrement en direction de ma grande sœur qui eut un petit sourire en coin en me voyant bander. Elle alla chercher une règle et prit les mensurations de mon sexe. Elle eut ensuite une moue sceptique qui trahissait sa déception.
«15 cm de long pour 3,5 de large. Ta bite n'est pas si petite que ça mais elle n'est pas suffisamment grosse pour pouvoir exciter une femme.»
Piqué au vif par les critiques de ma sœur sur ma virilité, je lui criai:
«Tu te permets de critiquer mais tu t'es vue avant de parler? Vas-y, montre-moi ce qu'il y a sous tes vêtements!»
Sans me répondre, ma sœur se déshabilla lentement, enlevant couche par couche. En voyant son corps, je dûs me rendre à l'évidence. Ma sœur était une vraie déesse, supérieure à moi. Donc, elle pouvait entièrement se permettre de critiquer mon corps.

Donna se tenait droite face à moi, fière de me montrer sa chatte poilue et bien entretenue ainsi que sa paire de seins 90D et ses hanches sculptées. Ma grande sœur avait un tel charme que, comme soumis à elle, je me mis à quatre pattes sur le sol et me mis à lui sucer les orteils avec vénération. La salope ne fit rien pour m'arrêter. Au contraire, elle semblait adorer cette situation de supériorité et de domination. Elle me laissa tranquillement sucer ses orteils les uns après les autres puis elle me donna un coup de pied dans le ventre pour m' allonger sur le dos et m'écrasa de son pied. Elle s'accroupit en face de moi et me dit:
«Alors, tu vois? Tu ne fais pas le poids face à moi. Tu m'es en tout point INFÉRIEUR. À tel point que je me demande si tu es vraiment mon frère. Nue, je ferais bander tous les hommes et leur donnerais envie de se jeter sur moi et de me défoncer comme la salope que je suis. Mais toi, tu ne ferais même pas mouiller une femme. Alors, à partir de maintenant, tu m'obéiras au doigt et à l'œil. Ne t'en fais pas, Bébé, je ne t'humilierai pas moi-même et ne te soumettrai pas à quelqu'un d'autre. C'est trop classique. Je vais faire encore mieux que ça. Personne ne veut être ami avec un gars qui n'a pas de fierté, tu es d'accord?»
Je hochai la tête et elle poursuivit:
«Donc, comme tu es à présent mon petit chien, tu n'as plus de fierté. Par conséquent, je vais coucher avec tes deux meilleurs amis après ta fête d'anniversaire et toi, tu devras nous regarder. Compris?»
Je hochai la tête en signe d'acquiescement. Ma sœur m'ordonna ensuite d'aller me coucher pour me préparer à la journée du lendemain. Le jour de mon anniversaire.

Pour mon anniversaire, j'avais invité toute ma classe ainsi que mes deux amis Lionel et Laurent. Pour notre plan cul de la soirée, ma sœur et moi avions convenu que je monterais discrètement dans sa chambre pendant que la fête battrait son plein et qu'elle ferait monter Lionel et Laurent au moment où tout le monde serait endormi, prétextant vouloir faire une partie de poker de minuit. Et lorsqu'ils monteraient, ma sœur les attendraient nue et moi, je les regarderais, caché dans la salle de bain.

Vers 17h, la fête commença et tous les invités arrivaient progressivement les uns après les autres. Vers 18h, chaque invité m'offrit son cadeau et nous mangeâmes le gâteau une heure plus tard avant de danser tous ensemble dans une ambiance effrénée. Cependant, malgré la réussite de cette fête, je sentais le regard de ma sœur peser sur mes épaules. Il était à présent 22h. Ce qui voulait dire que dans deux heures exactement, elle et mes amis coucheraient ensemble. Vers 23h30, la musique s'arrêta et les invités allèrent se coucher progressivement dans la salle de séjour. Lionel et Laurent étaient encore éveillés et se racontaient des blagues. Je me dirigeai vers eux et leur proposai le plus innocemment possible:
«Ça vous dirait une partie de cartes avec ma sœur et moi?»
Ne sachant pas quoi faire d'autre, ils acceptèrent tout de suite.
«Allons jouer dans la chambre de ma sœur. Nous y serons plus tranquilles.» leur dis-je.
En chemin, je les laissai monter avant moi, prétextant une envie pressante. Mes amis montèrent les escaliers et lorsqu'ils furent entrés, je me ruai à leur suite et me mis à observer par la porte entrouverte ce qui se passait. Mes copains semblaient sous le choc de voir ma sœur complètement nue devant eux.
«Mais, enfin, Donna! Qu'est-ce qui se passe? Pourquoi es-tu à poil? On est venus pour une partie de cartes.
- Et ton frère? S'il te voit dans cette tenue, il sera dieu sait comment»
«Ne vous inquiétez pas, les gars. Mon frère est complice. Il vous a attiré ici pour que je vous fasse perdre votre pucelage. La partie de cartes n'était qu'un prétexte. Allez! Déshabillez-vous.»
Convaincus par les paroles et le sex-appeal de ma sœur, Lionel et Laurent ne se firent pas prier pour retirer leurs vêtements à toute allure. Leurs queues étaient dures et pointaient fièrement vers le corps de ma sœur.
«Waouh! Jolies queues que vous avez là tous les deux! C'est du combien?»
Mes potes ne surent pas quoi répondre. Ma sœur alla donc chercher la règle dans un tiroir et entreprit de prendre les mensurations des deux bites. Elle commença par mesurer le sexe de Lionel.
«18,7cm de long pour 4,5 de large! Joli!» fit ma sœur.
Elle prit ensuite les mensurations du sexe de Laurent.
«21,4cm de long pour 5 de large! Belle queue!»
Mes potes rougirent en entendant les compliments de ma sœur qui, sans crier gare, se mit à les sucer alternativement. Les deux mâles poussèrent des cris de plaisir sous les coups de langue de Donna qui semblait s'en donner à cœur joie sur ces deux belles bites d'Apollons mais, inexpérimentés, Lionel et Laurent poussaient des cris de plus en plus rauques, signe flagrant de leur jouissance imminente. Donna lâcha leurs queues et s'allongea sur le sol.
«Maintenant, pénétrez-moi, les mecs. Allez-y fort! Je veux sentir vos queues en moi.»
Lionel approcha sa bite de la chatte de ma sœur et la pénétra vigoureusement. Donna cria de plaisir, ce qui encouragea mon ami à continuer ses va et vient dans le sexe de ma sœur. Quelques minutes plus tard, Lionel se retira et éjacula sur le ventre de ma sœur. Laurent succéda ensuite à Lionel et pénétra ma sœur qui hurla de plaisir pour encourager son partenaire. Après quelques. Va et vient, Laurent finit par éjaculer à son tour.

Ma sœur se redressa et les félicita de leur première performance.
«Bravo, les garçons! Vous vous êtes très bien débrouillés pour une première fois.»
Mes amis sourirent et Laurent demanda:
«La prochaine fois, est-ce qu'on aura le droit à ton cul et à tes seins aussi?»
«Bien sûr, mes chéris. J'ai encore beaucoup de choses à vous apprendre.»
Lionel, semblant avoir un élan d'inquiétude, demanda:
«Est-ce que ton frère sera toujours complice? Il a cautionné ce soir mais les prochaines fois...
- Ça, ça ne risque pas. Mon frère n'est plus mon frère mais mon petit toutou. Il m'obéit au doigt et à l'œil.»
Laurent sembla complètement excité par les paroles de ma sœur. Il regarda Lionel et les deux dépucelés sourirent d'un air entendu.
«Bébé deviendra-t-il notre soumis à nous aussi?
- Si vous faites mieux les prochaines fois que ce soir, vous pourrez faire ce que vous voudrez de mon frère. Pour tout vous dire, vous êtes très bien partis pour devenir ses maîtres. Vous êtes bien mieux membrés que lui. Sa bite ne mesure que 15cm de long et 3,5 de large. Je l'ai mesurée pendant une partie de dés que nous avons disputée lui et moi.»
Lionel et Laurent éclatèrent de rire en entendant ma sœur parler de la taille de mon sexe. Dans leur tête, ils n'étaient déjà plus mes amis mais mes maîtres.
«Bon, maintenant, allez vous coucher et faites de beaux rêves.» leur dit ma sœur.
Les deux traîtres se rhabillèrent et sortirent. Je courus me cacher dans la salle de séjour afin qu'ils ne me voient pas. Lorsqu'ils furent à une distance respectable de la chambre de ma sœur, j'allai retrouver cette dernière. Elle m'avait menti et me devait des explications. J'ouvris violemment la porte de sa chambre.
«DONNA! C'EST QUOI CE CIRQUE?! TU AS DIT QUE TU NE ME SOUMETTRAIS À PERSONNE D'AUTRE QUE TOI!»
«Je te l'ai dit, petit frère, je suis une salope. J'ai donc agi comme tel en te mentant. Maintenant, va te coucher et prie pour que tes "amis" n'apprennent pas trop vite et réussissent à me faire jouir la prochaine fois qu'ils me baiseront.»
Soumis, j'obéis à ma sœur et allai me coucher. Il fallait absolument que je fasse quelque chose. Être soumis à ma grande sœur était une chose mais être soumis à mes potes... S'ils devenaient mes maîtres, je ne tarderais pas à être l'esclave de toute la classe et ça, je ne le voulais pas. Il fallait que je trouve quelque chose pour renverser la vapeur. Après quelques bonnes dizaines de minutes, je finis par trouver l'inspiration.
Voulez-vous connaître la suite de mon histoire?
Bernard alias Bébé




Catégories
Top Recherches
Forum