Le site de l'histoire érotique

Sea, sex and sun : Vacances torride

Chapitre 3

7
4

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 2 808 fois

7

2

Sea, sex and sun : Épisode 3/3 : La villa de Jessica



Je nage en plein délire. Nous quittons, tous les quatre, la boite, pour nous rendre chez Jessica, ou plutôt chez ses parents.

Une superbe Villa, surplombant la plage, avec vue sur la mer.

Une étendue d’eau plongée dans l’obscurité. Seul le reflet de la lune perturbe la quiétude des vagues.

Cette gosse de riche semble animée d’un tempérament de feu. Tout le long du trajet elle ne cesse d’allumer nos deux beaux mâles. Jusqu’à notre arrivée chez elle, où, sitôt passé la porte, elle retire le peu de fringue qu’elle porte pour nous faire découvrir une lingerie magnifique, en dentelle, au prix certainement exorbitant.

Je dois bien l’avouer cette fille est sublime. Une brune aux courbes plus que généreuses et un corps mince magnifique d’une blancheur éclatante.


Jessica nous propose de nous installer dehors, sur la terrasse où trône une magnifique piscine, éclairée de l’intérieur, donnant à l’eau une couleur bleu turquoise magnifique.

La lune d’une rondeur exquise brille dans un ciel dégagé de tout nuage. Cette lumière naturelle revêt la terrasse d’une ambiance romantique et coquine.

Un petit vent de fraicheur agréable souffle sur cette esplanade.

Jessica nous apporte quelques boissons.


Nous sommes tous installés sur ce petit salon de jardin.

Mick me caresse les seins encore cachés sous ma robe, ses lèvres mordillant mon oreille, me chuchotant des mots doux. En face de moi, je vois la main de Joris fondre sur la petite chatte épilée de cette brune tout en l’embrassant dans le cou. Les deux garçons ne perdent pas de temps pour nous faire rentrer dans le vif du sujet.


Je fixe Joris, nos regards se croisent, se défient, s’affrontent. Je me lève alors et Mick glisse ses mains sous ma jupe pour caresser mes hanches et retirer mon string, lentement. Mon mec ne rate pas une miette du spectacle, ne lâchant pas pour autant le corps de Jessica.


Mick retrouve le chemin de mon entre-jambes, reprenant les caresses là où il en était resté dans cette discothèque de Bandol. Et cette fois, sans sommation, ses doigts fouillent ma petite chatte à un rythme endiablé. Je peux maintenant laisser librement sortir mes gémissements de plaisir trop longtemps contenus. Assise dans ce fauteuil, face à l’autre couple que forment Joris et cette parfaite inconnue, je profite de la langue experte de Mick qui vient de glisser sa tête entre mes cuisses.


Jessica, visiblement très excitée, a sorti la queue de Joris. Il a les yeux révulsés, tenant fermement les longs cheveux de la jeune brune pour lui infliger le tempo sur cette fellation.

Il me regarde comme un diable sorti de sa boite, baisant la bouche de Jessica, l’obligeant à avaler sa bite en la traitant de petite allumeuse, de petite salope.

Je suis surprise de découvrir ce côté animal de sa personnalité, lui qui est d’habitude si calme.

Visiblement il prend plaisir à faire coulisser sa queue entre les lèvres de cette fille et, surtout, de pouvoir le faire devant moi.


Mick commence lui aussi à défaire les boutons de son pantalon libérant son magnifique pieu.

- Suce-moi Émilie. Montre à Jessica comment on suce une bite.


Il se lève, son pantalon et boxer glissant à ses chevilles. Toujours assise je me penche pour attraper cette longue tige et commence à la branler lentement. Il n’y a rien de plus excitant que de la sentir grossir encore plus entre mes doigts. De m’amuser à exciter chaque centimètre carré de ce sexe avec ma main. Sans crier gare, ma langue vient se promener sur son gland et je sens tout son corps sursauter et trembler de plaisir.

Je frotte sa bite sur le bord de mes lèvres lui infligeant une douce caresse. Je l’entends pousser des grognements. Il la prend alors en main pour la tapoter sur mon visage puis la glisse entre mes lèvres.

Mick a visiblement lui aussi envie de me faire subir le même traitement que celui de Jessica. Et je dois dire que je ne suis pas contre. J’ai envie de jouer, envie de me mesurer à Jessica dans cette battle, envie de faire sortir mon côté sauvage et soumise.

Il me prend les cheveux et dans un râle de plaisir m’enfonce sa queue plus loin entre mes lèvres. Je le suce en suivant sa cadence. Il me la retire de la bouche. Un long filet de salive relie ma bouche à son membre. Je me lève alors, tirant Mick par le sexe pour qu’il me suive. Nous nous glissons dans la piscine, mon sauveteur assis sur les marches, les fesses plongées dans l’eau. Juste sa queue qui semble surgir de l’eau comme un périscope. Je me mets à genoux, plongeant mon corps dans cette piscine à la température royale et je m’empresse de le reprendre en bouche, de le dévorer avec gourmandise, mon regard lubrique navigant entre les yeux de Joris et ceux de Mick.


- Ah oui Émilie, t’es vraiment trop bonne ! Humm oui, prends ma queue !


Cette fois le rythme est plus infernal que jamais, ses coups de reins plus puissants, accentuant les mouvements de ce sexe que je branle entre mes lèvres. De plus en plus fort, Mick me lime la bouche, provoquant des remous dans l’eau de la piscine.

- Tu me fais bander comme un fou, j’ai trop envie de te baiser !


Mon mec s’est attaqué à la chatte de Jessica, elle crie de plaisir en levrette sur le sol de la terrasse. Il lui claque les fesses. Ses yeux me dévisagent, je sens son envie de venir prendre la place de Mick, je sens cette jalousie le consumer de l’intérieur essayant tant bien que mal de la soigner par des coups de reins puissants qui secouent violemment le corps de Jessica. Et pour le rendre encore plus fou, encore plus bestial, je le provoque par la parole. Et, m’adressant à Mick de façon la plus aguicheuse possible, lui dis :

- Oui, vas-y, mets-moi ta grosse queue, j’en ai trop envie.


L’effet est immédiat les deux garçons ne peuvent cacher leurs euphories sexuelles.

Mon mec amplifie ses coups au fond de la chatte de Jessica, ses deux mains posées sur les hanches de la jeune fille.

Mick lui, me tire par le bras pour me placer en levrette, les pieds toujours dans la piscine, l’eau m’arrivant à mi-cuisse. Je suis appuyée sur le bord de la piscine, Mick se place dans mon dos, guidant sa queue contre ma chatte.

J’aime cette situation, je suis plus humide que jamais. D’un simple regard, je viens de faire monter la température d’un cran, soumise mais maîtresse de la situation, un pouvoir divin.


Joris et Jessica se déplacent juste au bord de la piscine. A nouveau Jessica se place en levrette presque au-dessus de moi. Face à face. Nos bras se touchent.

Je regarde son visage complétement transformé par le plaisir, alors que Joris lui offre une nouvelle phase de coups. D’où je suis, j’ai une vue imprenable sur la queue de mon petit ami défonçant la petite chatte de Jessica.


Mick a intensifié ses secousses dans mon bas-ventre, je gémis de plus belle, sa bite tapant le fond de mon intimité. Il continue de me prendre et me surprend en crachant sur mon petit trou.

Il étale doucement sa salive dans la raie de mes fesses, poussant lentement son doigt à l’intérieur. Un frisson de plaisir me traverse le corps.

Je goute à ses lèvres qui viennent me dévorer le cou, son souffle rapide fait vibrer ma peau brulante. Je sens mon petit trou s’ouvrir comme si Mick venait de trouver la clé.


Sa queue dure continue de glisser entre les lèvres de ma petite chatte tout en continuant à jouer du doigt entre mes fesses.

Ses mouvements de bassin me semblent alors encore plus profonds. L’intensité du plaisir que je ressens à ce moment-là est si forte que j’ai du mal à tenir sur mes jambes, de plus en plus fébriles. Mes gémissements se mélangent à ceux de Jessica dans un concert surréaliste de sons bestiaux.


Les deux garçons semblent se battre en duel à qui fera crier sa partenaire le plus fort.

Mick ne manquant pas l’occasion de jouer les machos en provoquant son adversaire du soir :

- Ça se voit que ta meuf aime le cul ! Putain si tu savais comme je vais la défoncer ta copine.


Nous sommes toutes les deux dans un état second, assiégées pas nos deux cochons.

Nos ébats s’entendent certainement dans tout le quartier.

Je transpire comme une folle, tentant, tant bien que mal, de contrôler ma respiration.

Mick parcourt mon corps de caresses, glissant l’une de ses mains sur mon ventre jusqu’à atteindre mes seins. Je le sens jouer avec mes tétons du bout des doigts. Son autre main caressant toujours le trésor caché entre mes fesses.


Mick regarde Joris :

-Elle a des fesses sublimes. Tu lui as déjà pris son petit cul ?


Il ne répond pas tout de suite, comme semblant hésiter sur sa réponse.

Il ralentit ses coups de butoir dans la chatte de Jessica. Et me regarde :

- Tu veux sa queue entre tes fesses ma puce ?


- Oui j’en ai envie mon amour, j’ai envie de me faire défoncer le cul.

Mick retire son doigt. Sa queue vient se placer contre ma rondelle. Et doucement il la fit entrer dans mon intimité déjà bien travaillée par ses doigts agiles et sa salive.

Mon amant me donne de très légers coups de bite, laissant à mon petit trou le loisir de s’habituer à son calibre.

Je ferme les yeux, me mordillant les lèvres, gémissant pleinement. Profitant de cette pénétration et de cette vague de caresses qui se déverse sur mon épiderme, navigant de mes seins à mon clito gonflé.

Son corps musclé vient se coller contre mon dos. Ce contact me fait frémir et malgré l’eau de la piscine qui nous entoure je devine la chaleur de sa peau. Je mouille abondamment, m’abandonnant complétement aux bras et à la bite de mon amant.



Visiblement excité, mon mec caresse lui aussi les fesses merveilleusement rebondies de Jessica.

- Et toi petite salope sublime, on t’a déjà prise par le cul ?


Comprenant les intentions de Joris, Jessica semble vouloir se débattre :

- Non s’il te plait, pas par-là, je ne l’ai jamais fait.


Mon mec continue de caresser ses deux monts à la peau si blanche de manière beaucoup plus douce :

- Ne t’en fais pas je vais y aller doucement. Hein Émilie, dis-lui que je sais être doux.


Je me redresse, le visage à quelques centimètres de cette belle brune prise soudain d’une légère angoisse. Je fais stopper Mick dans sa pénétration, qui m’obéit immédiatement, et fixe Jessica.

- T’inquiète Jess’ tu vas kiffer, je te le promets…

Mes lèvres viennent à la rencontre des siennes, elles se frôlent, se découvrent et d’une voix douce à peine perceptible je continue de la rassurer :

- détends-toi, respire…

Je lui caresse la joue, les cheveux.

Joris, lentement caresse son petit trou, à grand renfort de salive.

- Respire, ma belle, laisse-toi aller…

Nos bouches se caressent, Jessica se laisse faire, s’abandonnant à mes baisers, sursautant en sentant le doigt de Joris la pénétrer, étouffant un petit cri entre mes lèvres.


Alors que Mick reprend possession de mes fesses, Jessica, pousse un nouveau cri plaintif entre douleur et plaisir lorsque mon mec lui enfile enfin sa queue. Il fait glisser sa main entre les cuisses de cette belle brune afin de lui procurer un maximum de plaisir. Mais semble très surpris de trouver à cet endroit mes doigts qui jouent avec son clito.


Je ne peux expliquer à ce moment-là ce désir de vouloir explorer l’anatomie de cette sublime brune.

Poussée, sans doute, par l’excitation du moment de cette soirée unique en son genre.

Et quel étonnement de sentir la main de Jessica caresser délicatement mes seins. Je ne peux m’empêcher de l’embrasser une dernière fois.

Une expérience unique, douce et incroyablement sensuelle, contrastant complétement avec la posture de nos deux amants pilonnant vigoureusement nos petits culs.


Mick me défonce complétement, ayant bien compris qu’il n’était pas le premier à passer par ici.

Son bas ventre vient s’abattre sur mes fesses provoquant des éclaboussures d’eau sur nos deux corps. Il me possède, m’enculant avec force, profitant de cette unique et seule chance de pouvoir disposer de mon cul.


Jessica, moi, toutes les deux offertes à nos mecs d’un soir.

- Petite salope Émilie, tu es vraiment une sacrée petite cochonne!

- Oh oui Mick, j’aime sentir ta bite !

- J’aurais jamais cru qu’un ange comme toi pouvait autant aimer la queue.


Et Joris s’en donnant lui aussi à cœur-joie, au milieu de nos rugissements de satisfaction intense :

- T’es une bonne pute Jess’. Tu la sens ma bite bien dure ?

- Oui baise-moi fort !



Nous sommes tous en sueur, nous avons varié les positions et les différents endroits de la terrasse pouvant accueillir nos ébats. Mais à aucun moment nous n’avons changé de partenaire. Nous nous sommes donnés à fond, continuant toute la fin de soirée, Joris et moi, à nous défier du regard.

Je crois que Jess et moi, avons eu, chacune, 2 ou 3 puissants orgasmes ce soir-là. Un plaisir collectif entretenu par un lieu luxueux et une ambiance survoltée. Pendant plusieurs heures nous avons laissé libre cours à nos envies les plus lubriques.


Mick m’a offert une nouvelle jouissance d’une redoutable efficacité. Alors que j’étais assise sur lui, face à lui, sa queue plantée dans ma chatte, j’ai senti des spasmes intenses envahir tout mon être. Dans mon corps, dans mon esprit. Mon bas-ventre s’est rempli d’une chaleur indescriptible alors que Jessica, quelques minutes plus tôt, venait elle aussi d’entrer dans un orgasme bruyant.

Mick s’est alors placé entre moi et Jessica, la queue dure prête à exploser.

Sans se concerter, nous nous sommes mises le sucer.

- Oh oui les filles, pompez-moi bien mes petite salopes.


Je joue une dernière fois avec son gland. Tandis que Jessica promène sa langue sur sa longue tige.

Nous dégustons son membre comme un dessert en fin de repas. Nos langues chaudes couvrant chaque centimètre de sa queue.

- Oui mes petites chiennes, faites-moi jouir.

Joris s’approche, tapotant sa queue sur nos deux visages, se branlant énergiquement :

- Vous êtes bandantes, jamais vu des filles aussi chaudes.


C’est Mick qui lance les hostilités en premier. Son sperme jaillit sous un grognement de plaisir pour atterrir sur nos langues et nos visages.

La vision de cette scène a fini d’achever mon homme. Et pour conclure ce feu d’artifices, il déverse à son tour son foutre qui éclabousse nos deux minois de diablesses.

Les deux garçons continuent de frotter leurs queues, un sourire de satisfaction aux lèvres, sur nos visages avant de s’effondrer sur le sol à nos côtés.


Nous restons cinq bonne minutes à récupérer, affalés les uns sur les autres, nos corps moites de sueur, chacun tentant de reprendre sa respiration, essayant de remettre ses idées en place.


_ _ _ _ _ _



Le paysage défile sous mes yeux alors que l’autoradio nous délivre un flot de mélodies en continue.


- Tu crois qu’ils étaient ensemble ?

Joris vient de me sortir de mes pensées. Il a les yeux rivés sur la route, surveillant du coin de l’œil le tableau de bord de sa voiture.

- Jessica et Mick, à ton avis, ils forment un couple ?


Je dois bien avouer que je ne m’étais pas posé la question. Et cette interrogation me ramène à la soirée d’hier chez Jessica. Et surtout à Mick.

Mickael, cet inconnu qui a bouleversé mes vacances. Je revois son visage, son sourire, je le revois sur cette plage. Pourquoi l’ai-je autant désiré ? Est-il conscient du souvenir impérissable qu’il laisse dans mon esprit. Est-ce que je n’étais qu’une conquête parmi tant d’autres ?

Pense-t-il à moi ou bien m’a-t-il déjà oubliée ?

Je soupire. Mon regard se porte sur mon Joris. Je lui prends la main, comme si je cherchais un peu de réconfort.

- Je ne sais pas mon cœur. Je suppose qu’il est préférable de laisser certaines questions sans réponse…


Les vacances sont finies. Retour à la vie réelle. Loin de cette plage, de cette villa.

Adieu Mick…Adieu…