Le site de l'histoire érotique

Stéphanie, chirurgienne et salope

Chapitre 11

27
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 15 906 fois

27

1

      Après cette soirée passée chez mon patron pour son anniversaire, le dimanche a été calme et je reprends mon service à l’hôpital en pleine forme le lundi. Il vaut mieux que je le sois car ma semaine va être très chargée entre les opérations et les consultations. C’est à peine si j’ai le temps de croiser Pierre et Franck dans les couloirs de l’hôpital tellement je suis occupée. La semaine passe à une vitesse terrifiante et je me retrouve le vendredi en fin d’après-midi à ranger mon bureau avant le weekend lorsque mon téléphone sonne. C’est Pierre qui me demande de le rejoindre dans son bureau car il a un avis à me demander. Comme j’en ai pris l’habitude, je ne porte que ma blouse et je ne prends pas la peine de me changer au cas où mon patron souhaiterait me faire une petite faveur sexuelle avant le weekend. J’arrive devant son bureau, et frappe et j’entends sa voix derrière la porte qui me demande d’entrer. J’entre et je le trouve derrière son bureau face à une jeune femme brune qui le regarde en buvant ses paroles. Tout d’abord je la prends pour une patiente mais mon patron me détrompe très vite:

      - Stéphanie, je te présente Mademoiselle Alexandra M. qui postule pour un poste d’infirmière de bloc dans nos services. Elle a déjà passé un entretien avec le DRH comme cinq autres postulants. Je la reçois pour la deuxième fois et je pense pouvoir te dire qu’elle retient toute mon attention.

Je m’approche de la jeune femme pour la saluer et en contournant son fauteuil pour lui serrer la main, je me rends compte que sa jupe est remontée et que sa main s’agite entre ses cuisses. Constatant ma stupeur, Pierre me dit sur un ton désinvolte:

      - J’ai demandé à cette charmante jeune femme jusqu’où elle était prête à aller pour obtenir ce poste. Elle m’a répondu qu’elle était prête à beaucoup de chose et je lui ai donc demandé de se caresser pendant notre entretien. Sans rien dire, elle s’est exécutée et cela fait près d’un quart d’heure qu’elle se masturbe devant moi tout en répondant à mes questions.

      - Je constate, en effet, que cette demoiselle est très motivée !! Dis-je en contournant le bureau pour venir me placer près de Pierre. Ce dernier ne manque pas de glisser une main sous ma blouse pour venir me caresser les fesses.

      - Je lui ai demandé si cela lui posait un problème de me suivre en séminaire si besoin et il semble que cette jeune femme n’est pas contre. Si nous la prenons dans notre service, j’aimerais qu’elle me suive pour le séminaire qui se tiendra dans quinze jours.

      - Vous êtes en train de me dire que je ne serai pas du voyage, professeur ! Dis-je avec une légère moue tout en y voyant une occasion d’inviter son épouse et celle de Franck à la maison.

      - Il se trouve que j’ai posé la question à Anthony samedi soir et qu’il m’a dit avoir d’autres projets à cette date. Tu sais bien que je ne ferai rien sans l’assentiment de ton mari ! me répond Pierre en glissant sa main entre mes cuisses.

      - d’accord, si c’est Anthony qui le dit ! Puis-je savoir ce que vous attendez de moi, professeur?

      - Je voudrais que tu t’assure que cette jeune femme est en mesure de subvenir à toutes les exigences du service avant que je ne donne mon aval au DRH pour l’intégrer dans l’équipe. Je sais que nous sommes vendredi mais je souhaiterais cette évaluation au plus vite ! Peux-tu t’en charger?

      - Je vais la recevoir immédiatement dans mon bureau et je vous donnerai ma réponse lundi matin, si cela vous convient.

      - C’est parfait ! Je te la confie et j’attends ton rapport pour lundi matin sans faute ! me dit Pierre en retirant sa main de dessous ma blouse.

Alexandra retire sa main de dessous sa jupe et prend congé de Pierre avant de me suivre vers mon bureau. Dans les couloirs quasiment déserts à cette heure avancée de fin de semaine je lui explique brièvement ce que Pierre attend d’elle. Elle ne semble pas choquée d’apprendre que le professeur pourrait lui demander d’user de son corps. Quoi de plus normal lorsque l’on sait que cette demoiselle, il y a encore quelques minutes, se masturbait devant son éventuel future patron. Elle semble très docile et prête à tout pour obtenir ce job. J’ouvre la porte de mon bureau, je lui demande d’entrer et referme la porte à clef derrière nous. Je ne prends pas la peine de m’assoir derrière mon bureau car ce n’est pas le genre d’entretien que mon patron souhaite que j’ai avec cette jeune femme. Je me dirige donc directement vers ma table de consultation en l’entrainant derrière moi. Je lui demande de s’assoir sur le bord de la table et en la regardant droit dans les yeux, j’ouvre les boutons de son chemisier. Elle ne porte rien dessous et ma main glisse sous la fin tissue pour caresser son sein droit alors que j’approche mes lèvres des siennes. Elle ferme les yeux, ouvre ses lèvres et laisse ma langue pénétrer sa bouche. Nos langues se mêlent dans un baiser langoureux alors que ma main caresse maintenant ses deux seins. Elle gémit dans ma bouche et je sens ma petite chatte qui commence à s’humidifier. A regret, j’interromps notre baiser et je lui demande:

     -  Est-ce que tu as déjà sucé une queue?

     -  Oui madame, me dit-elle en baissant la tête.

     - Tu vas devoir me montrer ce que tu sais faire!! Lui dis-je en allant chercher mon god au fond de mon sac.

Je reviens vers elle et je lui tends l’objet phallique. Elle le saisit de la main droite el l’approche de sa bouche. Lentement, elle donne de petits coups de langue sur le gland avant de lécher toute la longueur de la hampe. Tout en la regardant, je pose une main sur sa cuisse gauche et la glisse sous sa jupe. Comprenant mes intentions, elle écarte les cuisses me libérant ainsi l’accès à son sexe. Ma main remonte lentement sur la peau satinée de sa cuisse pour atteindre la petite chatte convoitée. Elle ne porte pas de culotte et mes doigts atteignent facilement les lèvres déjà humides de son sexe.

     - Il t’arrive souvent de passer un entretien d’embauche sans sous-vêtements ?

     - Je n’en porte jamais, madame. Je préfère sentir le contact direct des vêtements sur ma peau ! me dit-elle avant de reprendre le léchage de mon god.

     - Çà va beaucoup plaire au professeur ! lui dis-je en glissant un doigt entre les lèvres de sa petite chatte.

Sentant mon doigt la pénétrer, elle pousse un léger gémissement avant de prendre mon god en bouche. Elle le suce avec méthode et sa bouche descend de plus en plus loin sur la hampe. Bientôt, elle a presque la totalité des vingt centimètre de mon god au fond de la gorge. Je suis impressionnée par la façon dont elle suce le morceau de latex et je me dis que les mecs qui passent entre ses lèvres doivent être aux anges. Je ne peux m’empêcher de lui demander :

     - Tu te débrouilles vraiment bien ! Qui t’a appris à sucer comme ça ? Elle interrompt sa fellation et baisse la tête. Elle semble très gênée de me donner une réponse.

     - Tu sais, tout ça restera entre nous et si tu reste dans notre service, nous aurons surement d’autres conversations de ce genre ! lui dis-je en caressant doucement sa joue de ma main libre.

     - C’est maman qui m’a appris, me dit-elle timidement d’une voix faible.

     - Il ne faut pas avoir honte, ma chérie. Ta maman t’a donné un bel enseignement à ce que je vois ! j’aimerais que tu me raconte ma belle.

Contre toute attente, Alexandra commence timidement son récit en baissant la tête. (Lire « l’éducation d’Alexandra » rubrique « inceste »). Elle termine son récit en poussant de profonds gémissements mais il faut dire que cela fait près d’une demi-heure que je lui pistonne la chatte avec deux doigts en écoutant son histoire. Lorsqu’elle termine, je lui demande dans un souffle en approchant mes lèvres des siennes :

     - Et tu ne l’as jamais fait avec plusieurs hommes ?

     - Hummm, non !!! mais j’aurais tellement aimé que maman m’offre ce plaisir !! me répond-elle dans un profond soupir.

     - Tu aimerais ?

     - Hummm, j’en meurs d’envie !!

     - Tu as un petit ami ?

     - Non ! me dit-elle en prenant ma main qui s’agite entre ses cuisses.

     - Tu as quelque chose de prévu ce weekend ?

     - Non, pas vraiment ! me répond-elle avec un regard interrogateur.

     - Bien ! Tu vas venir à la maison !! dis-je sur un ton qui ne supporte pas de réplique.

     - Mais, je…

     - Mais, tu ? lui dis-je avant de l’embrasser à pleine bouche.

     - Non, rien madame !! me dit-elle une fois que ma bouche quitte la sienne.

   - C’est entendu !! tu viens à la maison pour le weekend. Tu n’as rien à te mettre mais j’aurais tout ce qu’il te faut chez moi, tu n’as pas à t’inquiéter !!

     - Bien, madame ! me dit-elle en baissant la tête. Je vois là une occasion d’entrainer mon pouvoir de domination au travers de cette jeune femme en pensant à ce que je pourrais faire à Anne.

     - Ajuste tes vêtements pendant que je me change et que je passe un petit coup de fil. Nous allons bientôt partir !

J’appelle Anthony et je lui demande de contacter Eric et ses cousins pour qu’ils viennent à la maison ce soir car j’ai une petite surprise pour eux. Il me dit qu’il va s’en occuper et qu’il me tient au courant. J’ai tout de même piqué sa curiosité et il me questionne sur la surprise. Je lui réponds de manière évasive tout en lui faisant miroiter une très bonne soirée à plusieurs. Alors que nous sommes dans les transports en commun pour rejoindre mon domicile, Anthony m’envoie un SMS pour me dire qu’Eric ne peut pas se libérer ce soir mais que ses cousins pourront nous rejoindre vers 21H. J’ai une petite moue en pensant que je ne pourrais pas me délecter de sa grosse matraque mais je console vite en pensant que je vais faire passer une soirée mémorable à Alexandra. Après une heure de transport où nous avons largement le temps de papoter, nous arrivons enfin à la maison. Anthony nous attend dans le salon et je me colle à lui pour l’embrasser langoureusement en lui caressant la langue avec la mienne. Après avoir repris mon souffle, je fais les présentations :

     - Mon chérie, je te présente Alexandra qui postule dans nos services en tant qu’infirmière de bloc. Pierre m’a demandé de m’assurer qu’elle puisse s’acquitter de toutes les exigences du service. Je l’ai reçue dans mon bureau et pour parfaire mon opinion à son sujet, je lui ai demandé de venir passer le weekend à la maison.

      - Enchanté ! lui dit très poliment mon homme.

      - Alexandra, je te présente mon mari, Anthony. Tu as le droit de l’embrasser.

      - Enchantée ! répond-elle en tendant la joue à Anthony.

      - Mieux que ça ! dis-je sur un ton sec en lui donnant une claque sur les fesses.

Sans dire un mot, elle se colle docilement à Anthony et tend ses lèvres vers la bouche de mon mari. Elle ouvre la bouche et mon chérie n’hésite pas à y plonger sa langue pour lui rouler une pelle tout en lui caressant les fesses. Elle pousse un léger gémissement en rendant son baiser à mon mari. La docilité de cette jeune femme m’excite de plus en plus et je pense que je n’aurai pas beaucoup de mal à l’amener à ce que mon patron souhaite la voir devenir. Lorsqu’Anthony à terminé de « dire bonjour » à Alexandra, je l’entraine à l’étage vers la salle de bain. Je lui demande de se déshabiller alors que je quitte mes vêtements. Comme elle ne porte rien en dessous, elle se retrouve très vite nue devant moi. Elle baisse la tête dans une attitude docile et j’admire son corps en tournant autour d’elle. Elle a de petites fesses bien fermes, une taille de guêpe et une jolie poitrine volumineuse et presque aussi ferme que ses fesses. Sa petite chatte est épilée et les lèvres de son sexe luisent encore du traitement que je lui ai fait subir dans mon bureau. Je la prends par la main et je l’entraine sous la douche. Après nous être mouillées, je lui tends le gel douche et je lui demande de me savonner. Elle commence timidement par mon dos et descend sur mes fesses qu’elle effleure à peine. Je me retourne pour qu’elle s’occupe du coté face. Elle commence par mon cou et descend sur mes épaules et mes bras. Elle évite soigneusement mes seins qui commencent à pointer et je lui saisis les mains pour les placer sur mes deux globes. Je leur imprime un mouvement circulaire et je me caresse avec ses mains. Je les fais ensuite glisser sur mon ventre et j’entraine sa main droite vers ma chatte. J’ai écarté les jambes et je guide sa main sur les lèvres gonflées de désir de ma petite grotte. Sous ma main, je sens ses doigts commencer à prendre de l’autonomie et glisser doucement entre les lèvres de ma chatte. Je lâche ses mains et me saisis du gel douche pour m’occuper à mon tour de son corps. Sa main droite continue à me caresser la fente et sa main gauche est remontée vers mes seins. Je savonne son corps et rapidement ma main se retrouve entre ses cuisses à lui caresser la chatte. Nous nous mettons très vite à gémir et ma main libre attrape ses cheveux pour approcher ses lèvres des miennes avant de l’embrasser avec fougue. Apres ce profond baiser, je décide qu’il est temps de nous préparer et nous nous rinçons mutuellement. Nous nous séchons et, la prenant par la main, je l’entraine vers ma chambre. Je fouille dans mes tiroirs à lingerie et je fini par mettre la main sur ce que je cherchais : une guêpière en dentelle rouge et noire que mon chéri m’avait offert quelques années auparavant. Je pense qu’elle va très bien lui aller. J’attrape une paire de bas en soie et je me retourne vers elle.

      - J’ai compris dans ton récit que ta maman avait instauré un rituel en te demandant de porter ce genre de chose à chaque fois tu as vécu une nouvelle expérience !

       - Oui, me répond-elle timidement.

       - Alors je vais te demander de porter ça car il se peut que ce soir tu vives un grand moment, mais seulement si tu es bien sage !! lui dis-je en lui mettant une petite claque sur les fesses.

Je l’aide à enfiler sa guêpière et ses bas. La guêpière lui soutient les seins par-dessous laissant ses globes accessibles à la moindre caresse. Je lui tends une jupe fendue noire qui lui arrive juste au dessus des genoux, la fente remontant vers le haut de sa cuisse. Je termine de l’habiller avec un petit chemisier en soie rose que je boutonne juste en dessous de ses seins afin que l’on puisse entrevoir sa poitrine au moindre de ses mouvements. Je lui demande de mettre ses escarpins à hauts talons et j’admire mon œuvre. Elle est à croquer et je dois me retenir pour ne pas l’allonger sur le lit et commencer à explorer son corps. J’enfile une mini-jupe à volant rouge qui m’arrive à peine à mi-cuisse et un petit chemisier que je me contente de nouer sur mon ventre formant ainsi un large décolleté ouvert sur mes seins nus. Comme ma petite infirmière, je ne porte pas de culotte car je souhaite que nos petits trésors soit facilement accessibles. J’enfile des cuissardes à hauts talons qui montent jusqu’à la lisière de ma toute petite jupe. Je me regarde dans la glace : je ressemble à une pute mais une pute qui va beaucoup exciter les étalons de la soirée. Je regarde l’heure. J’ai tellement pris mon temps avec Alexandra que je n’ai pas vu le temps passer, il va être 21H. Je l’entraine vers le salon où nous attend Anthony. Juste à temps ! On sonne à la porte. Je vais ouvrir en abandonnant ma petite infirmière avec mon mari dans le salon. Ce sont Max et Walter, ils sont à l’heure et semblent très impatients. A peine la porte refermée derrière eux, ils se placent de part et d’autre de moi et m’embrasse à pleine bouche à tour de rôle. Max glisse une main sous ma jupe et caresse mes fesses nues alors que Walter a glissé une main dans mon chemisier pour me caresser un sein. Ils ne perdent pas de temps et leur ardeur fait que ma petite chatte s’humidifie instantanément. Si je m’écoutais, je les laisserais me prendre, là tout de suite, mais j’ai d’autres projets pour eux ce soir et je m’arrache à leur étreinte pour les conduire vers le salon où je fais les présentations.

      - Messieurs, je vous présente Alexandra, jeune infirmière qui va surement intégrer mon service à l’hôpital.

      - Enchanté ! disent-ils en cœur. Je ne manque pas de remarquer qu’ils la dévorent littéralement des yeux !!

      - Alexandra, je te présente Max et Walter, deux amis venus tout droit des Antilles.

      - Enchantée ! dis Alex en leur tendant la main.

      - Tu peux les embrasser ! lui dis-je en lui faisant un clin d’œil.

Après la leçon de tout à l’heure, Alex comprend immédiatement ce qu’elle doit faire et se rapproche des deux hommes. Elle se colle à Max et lui tend ses lèvres. Ce dernier doit se pencher pour approcher sa bouche de celle d’Alex. Elle ouvre la bouche, invitant la langue de Max à venir rejoindre la sienne. Walter me regarde d’un air interrogateur et après un signe de ma part il vient se coller à la jeune femme plaçant son bassin au niveau de ses fesses. Alex comprend qu’elle doit dire bonjour à tout le monde. Elle interrompt le baiser qu’elle donnait à Max et se retourne pour donner sa bouche à Walter. Après avoir laissé les deux hommes caresser un peu le corps de la jeune femme je décide qu’il est temps de les arrêter avant qu’il ne la déshabille sur place. Je m’assois sur le canapé et je demande à Alex de s’approcher de moi.

      - Dis-moi ! Est-ce que tu va être bien sage ? lui dis-je en posant une main sur la soie de son bas juste au dessus de son genou.

      - Oui madame ! me dit-elle en baissant la tête.

      - Est-ce que tu veux bien montrer à ces messieurs comment tu te serres de ta langue et de ta bouche?

      - Si tel est votre désir, madame, je le ferai !

      - Alors, viens me lécher la chatte ! lui dis-je en m’allongeant sur le canapé et en écartant largement les jambes pour lui offrir mon petit minou.

Sans dire un mot, elle se met à genoux devant le canapé et plonge sa tête entre mes cuisses. Elle pose délicatement la pointe de sa langue sur mon petit bouton et commence à la faire tournoyer puis descend lentement entre mes grandes lèvres. Elle me lèche toute la fente et darde sa langue à l’entrée de mon vagin avant de remonter vers mon clitoris et de l’aspirer entre ses lèvres. Cette petite me fait de l’effet et je ne tarde pas à gémir de plaisir en regardant nos trois étalons. En bonne salope, j’ai eu envie de les exciter en leur offrant ce spectacle et ça marche ! Ils ont tous les trois sorti leur queue de leur pantalon et ils se branlent lentement en nous regardant. J’ai maintenant envie de jouer avec Alex afin de faire monter son excitation avant de l’offrir aux trois mâles.

      - Est-ce que je peux demander à mon mari de te caresser la chatte ?

      - Je vous ai dit que je serai sage et j’obéirai à tout ce que vous me demanderez ! me répond-elle avant de replonger sa tête entre mes cuisses.

      - Vas-y mon chéri ! dis-je en regardant Anthony.

Mon mari se place à genoux près d’elle et remonte doucement sa jupe. Le rythme de la langue d’Alex a changé sur ma chatte et je devine qu’Anthony parcourt de ses doigts sa fente probablement toute trempée d’excitation.

      - Tu veux qu’il te mette un doigt ? dis-je entre deux soupires.

      - Mmmm, mmmm ! répond-elle en guise d’approbation sans retirer sa bouche de ma chatte.

      - Approchez les garçons, j’ai envie de vos queues dans la bouche ! dis-je en m’adressant à Max et Walter.

Le petit « ah » que vient de pousser Alex me confirme qu’elle a au moins un doigt dans la chatte.

      - Je veux savoir ce qui se passe sous ta jupe, alors tu vas me faire tout ce que mon chéri te fait ! dis-je à Alex avant de prendre le manche de Max en bouche.

Je sens immédiatement un doigt entrer dans ma chatte rapidement rejoint par un second. Les doigts tournoient et coulissent dans ma chatte massant délicieusement les parois de mon vagin. Alex s’applique à reproduire tous les gestes que fait Anthony sous sa jupe. Max et Walter se relaient dans ma bouche et je gémis au même rythme que la jeune infirmière. Soudain un doigt quitte ma chatte et vient délicatement masser mon œillet. Après quelques brèves poussées, le doigt disparaît lentement dans mon fondement. Aux râles que pousse Alex, je sais que le doigt d’Anthony disparaît à la même vitesse dans son cul. Puis les deux doigts se mettent lentement à coulisser dans mes deux orifices. Au bout de quelques minutes de ce traitement, le doigt qui se trouve dans ma chatte en sort et vient rejoindre le second à l’entrée de mon cul. D’une lente poussé, les deux doigts écartent ma petite rosette et entre sans difficulté. Si les doigts d’Anthony sont entrée à la même vitesse dans le cul d’Alex j’en déduis que cette petite salope aime bien se faire enculer car les doigts de mon mari sont bien plus gros que les sien. Les deux doigts coulissent maintenant librement dans mon cul et je juge que ma petite infirmière est prête pour son cadeau. Je lâche à regret les queues de mes deux mâles et je fais signe à Anthony de cesser ses caresses. Dans la seconde qui suit, les doigts d’Alex quitte mon cul. Je demande aux garçons de dégager la table de salon afin de libérer le tapis qui se trouve dessous. Je m’approche d’Alex et je commence à lui retirer sa jupe et son chemisier en demandant aux trois mâles de se déshabiller. Je conduis la jeune femme au centre du tapis et je lui demande :

      - Es-tu prêtes à recevoir ton cadeau ?

      - Je crois avoir été sage ! me répond-elle avec un petit sourire.

      - Tu sais ce qui va se passer ?

      - Je pense que vous souhaitez que je me donne à eux, madame ! me répond-elle en dissimulant à peine son enthousiasme.

    - C’est tout à fait ça ! Seulement, je veux que tu choisisses qui va te prendre et comment. Tu vas te mettre à genoux au centre du tapis. Le premier que tu vas sucer te prendra la chatte, le second que tu suceras te prendra le cul et pour le troisième, tu le garderas en bouche jusqu’à ce qu’ils jouissent dans tes trous de petite chienne en chaleur.

      - Bien madame ! me dit-elle en se mettant à genoux sur le tapis.

      - Tu veux leurs queues ?

      - Hummm, ouiiii !!! me dit-elle en prenant la queue de Walter en bouche.

Elle le suce avec passion avant que ce dernier ne se mette sur le dos sur le tapis. Alex l’enjambe et positionne sa chatte sur le gros dard avant de se laisser descendre sur le chibre bien tendu. Elle gémit en s’empalant sur la grosse colonne de chaire avant de tendre ses lèvres vers la bite d’Anthony. Je pense que mon homme lui a tellement bien préparé le cul qu’elle a envie de lui offrir. Cette petite salope m’excite, je m’allonge sur le canapé et je les regarde en me glissant deus doigts dans la chatte. Anthony passe derrière Alex et présente sa queue à l’entrée de son petit cul. Alex se cambre pour offrir ses fesses à mon mari. Je vois la queue de mon mari disparaitre dans ce petit cul tendu. Je n’y tiens plus ! Il faut que je me sente remplie ! Je me précipite vers ma chambre et fouille dans ma table de nuit pour y récupérer mes gods. Je redescends vers le salon et m’allonge sur le canapé alors qu’Alex vient de prendre Max en bouche. Sa bouche descend très loin sur la colonne de chair. Elle l’avale quasiment dans sa totalité malgré la grosseur du membre. Alex se met à gémir en suçant cette bite tout en bougeant sur les queues qui lui remplissent la chatte et le cul. Elle me rend folle et, sans hésitation, je glisse un god dans chacun de mes orifices. Je suis tellement excitée de voir cette petite chienne se faire prendre par trois hommes que je ne tarde pas à partir dans un violent orgasme. Alex se déchaine sur les trois queues, elle a envie de les faire jouir !! Elle se met à hurler sa jouissance alors que les trois mâles se vident en elle. Elle continue à tortiller des hanches sur les queues qui lui remplissent encore la chatte et le cul tout en léchant la grosse queue de Max pour la nettoyer de tout son sperme qu’elle avale en me regardant dans les yeux. Les trois hommes se détachent d’elle et Alex vient me rejoindre sur le canapé. Elle m’embrasse avec passion avant de me demander :

      - Est-ce que j’ai réussi mon entretien, madame ?

      - Je pense pouvoir donner un avis positif au professeur ! Si tu continues à être sage !! dis-je en posant mes lèvres sur les siennes.

      - Je serai toujours très sage avec vous, madame !! me répond-elle avec un grand sourire.

      - Il faudra aussi l’être avec le professeur !! lui dis-je en lui mettant une petite claque sur les fesses.

      - Si vous me le demandez, je serai sage avec qui vous le souhaitez, madame !!

      - Je crois pouvoir te dire que tu as un grand avenir dans notre service ma chérie !! lui dis-je avant de l’embrasser à pleine bouche.

je suis heureuse du pouvoir que j’ai sur cette jeune femme et en l’embrassant je pense au pouvoir que j’aimerais avoir sur Anne.

Après avoir donné congé à nos amis, nous avons gardé Alexandra pour tout le weekend. Je lui ai demandé de rester nue sous une simple chemise d’Anthony afin qu’elle soit disponible à tout moment et qu’elle puisse satisfaire toutes nos envies. Nous en avons fait notre escale sexuelle le temps d’un weekend et elle s’est pliée à toutes nos exigences.

Mon patron allait être content de mon rapport le lundi suivant.


A suivre