Le site de l'histoire érotique

Stéphanie, chirurgienne et salope

Chapitre 12

45
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 17 560 fois

45

3

     Le lundi suivant, je passais rapidement par mon bureau pour me mettre en tenue de travail, nue sous ma blouse comme l’exigeait mon patron, et je filais vers son bureau pour lui faire mon rapport. Au fur et à mesure de mon récit, je voyais sa queue, qu’il avait sortie de son pantalon, grossir et il me demanda de m’assoir dessus au moment où il décrochait le téléphone pour appeler le DRH. Je montais et descendais sur sa bite alors qu’il persuadait son interlocuteur de prendre Alexandra dans notre service. Mon patron a le bras long (le directeur de l’hôpital vient chez lui pour son anniversaire !!) et n’a pas de mal à obtenir satisfaction. Il raccroche en se vidant dans ma chatte avant de m’annoncer qu’Alexandra est embauchée. La journée commence bien ! Je viens de me faire prendre par mon patron et ma petite Alex vient d’être prise dans notre service. C’est le cœur léger que je me dirige vers le bloc pour mes opérations du matin. Je me concentre sur mon travail jusqu’à 13H. J’ai enchaîné trois opérations, certes bénignes, qui m’ont demandées la plus grande attention. Je remonte dans mon bureau et grignote quelques crudités. Je n’ai pas de consultations avant 15H et je me détends un peu. Maintenant qu’Alexandra va faire parti du service, je vais pouvoir me servir d’elle comme Pierre se sert de moi. Je viens de me rappeler que mon patron souhaite emmener la jeune infirmière en séminaire et que j’ai la voie libre pour m’occuper de sa femme mais surtout d’Anne, la femme de son adjoint. Je cherche la carte de Sophie avant de me saisir de mon téléphone pour lui envoyer un SMS :

    - Bonjour, c’est Stéphanie. Je ne te dérange pas ?

    - Non, du tout ! Comment vas-tu ? La réponse est très rapide et ça me plait.

    - Bien, et toi ?

    - Très bien, merci !

    - Que dirais-tu si je t’invitais à la maison quand Pierre va partir en séminaire dans 15 jours ?

    - Je ne sais pas trop, il va falloir que j’en parle à Anne.

    - Je peux vous inviter toutes les deux !!

    - Je ne sais pas si elle voudra !!

    - Tu peux lui demander !!

    - Je ne suis pas sur qu’elle soit d’accord…

    - Dis-lui qu’il n’y aura que nous trois et que…

    - Et que ???

    - Que je lui serai soumise !!

    - Vu comme ça, elle ne va surement pas résister !!

    - Je peux te poser une question ?

    - Oui, bien sur

    - Je me trompe ou tu es soumise à Anne ?

    - Il y a de ça…

    - Comment est-ce arrivé ?

    - Elle me tient pour une histoire qu’elle pourrait dire à Pierre !

    - Ah bon ! raconte !!

    - Elle m’a surprise un jour à la maison alors que je me faisais prendre par deux ouvriers qui faisaient des travaux chez nous. Elle a menacé de tout dire à Pierre et depuis elle fait tout ce qu’elle veut de moi.

    - Elle n’a jamais fauté ?

    - Non, si elle se fait prendre par d’autres hommes, c’est quand Franck est là et avec son accord.

    - Tu veux que ça change ?

    - Oui j’aimerais beaucoup, même si j’aime ce qu’elle me fait !!

    - Elle te fait quoi ?

    - Parfois nous sortons en boite et elle me demande de draguer des mecs pour les ramener à la maison.

    - Et ?

    - Et elle leur demande de me prendre par tous les trous alors qu’elle se masturbe.

    - Et elle ? Elle n’a pas envie de queues ?

    - Non ! Elle nous regarde et quand elle a viré les mecs elle me lèche pour récupérer tout leur sperme dans mes orifices.

    - Veux tu que je la soumette pour toi ?

    - Ça me plairait beaucoup !!

    - Débrouilles-toi pour qu’elle vienne à la maison pour le prochain séminaire. N’oublies pas de lui dire que nous serons seules et que je suis toute soumise à sa volonté. Ça devrait lui plaire !!

    - Ok, je vais faire ça !!

    - Tiens-moi au courant.

    - Pas de soucis, je te dis dès que je sais ! Biz

    - Bizzzzz

Je prépare pour mes consultations et peu avant 15H je reçois un SMS de Sophie :

    - J’ai contacté Anne et elle est d’accord. Elle a très envie de s’occuper de toi !

    - J’en suis heureuse ! Nous allons pouvoir nous occuper d’elle !

    - Nous ?

    - Oui, nous ! je te rappelle pour te dire ce que nous allons faire. Je t’embrasse, il faut que je bosse !!

    - Je t’embrasse tendrement

Les jours ont passés et j’ai mis au point notre petite soirée avec Sophie. Nous allons nous occuper d’Anne et cette petite salope va surement en redemander. Je vais la soumettre à ma volonté et j’aurai deux soumises pour le prix d’une. Je sais maintenant comment Anne tient Sophie et si je soumets Anne, les deux femmes de mes patrons me seront soumises. J’ai raconté mon projet à Anthony qui a pris beaucoup de plaisir à préparer avec moi la chambre d’ami pour ce weekend avec les épouses de mes patrons. Nous l’avons vidée du mobilier superflu pour ne garder que le lit et une commode dans laquelle j’ai rangé tous mes sextoys. La pièce de 20 m² fait un peu vide mais elle sera parfaite pour ce que je veux en faire. Entre la porte et le lit nous avons mis en place un épais tapis qui sera parfait pour recevoir nos ébats futurs. J’ai demandé à mon mari de fixer un anneau au plafond auquel j’ai accroché deux chaines terminées par deux bracelets en cuir. Cet aménagement a beaucoup excité mon mari qui n’a pas résisté à m’y attacher avant de me prendre debout la chatte et le cul. J’avoue que cette position de soumission m’a beaucoup plu et que j’ai joui de la chatte et du cul comme jamais en imaginant Anne dans la même posture.

 Le vendredi tant attendu arrive enfin. Le matin, je convoque Alexandra, qui à pris ses fonctions dans notre service, afin de lui donner ses consignes pour le congrès auquel elle allait participer avec nos deux patrons. Je la fait assoir sur ma table d’examen les cuisses bien écartées et je lui explique ce que les deux hommes vont attendre d’elle en lui doigtant la chatte et le cul. Depuis le weekend passé à la maison, Alexandra m’est totalement soumise et est prête à faire tout ce que je lui demande. Elle se met très vite à jouir en entendant de ma bouche tout ce que les deux hommes vont exiger d’elle. Je l’embrasse avec fougue avant de la libérer en lui souhaitant un bon weekend.  La journée passe trop lentement et c’est avec une impatience non dissimulée que je quitte le travail pour rentrer chez moi. Comme nous l’avions convenu, Anthony n’est pas là et c’est seule que je vais recevoir les deux femmes de mes patrons. Je prends rapidement une douche et je me prépare à recevoir les deux femmes. Je commence par une parure string, soutien-gorge et porte-jarretelle en dentelle noire et j’enfile des bas de soie noire que j’accroche au porte-jarretelle. Un petit chemisier en soie blanc et un tailleur strict noir complètent ma tenue. Je me hisse sur des escarpins à hauts talons et après m’être légèrement maquillée, j’attache mes cheveux en chignon. Je pose des lunettes de vue sans correction sur mon nez et je me regarde dans le miroir de la chambre. Je ressemble à une patronne d’une grande société à qui on n’a pas envie de tenir tête. Satisfaite de l’image que je donne, je file dans le salon pour attendre mes invitées. Il est 20H, la sonnette de l’entrée retentit. Je vais accueillir les deux femmes et, après les avoir embrassé sagement sur la joue, je les guide vers le salon. A peine arrivée dans la pièce, Anne semble vouloir prendre son rôle de dominatrice au sérieux et m’empoigne la base du chignon pour me dire :

    - C’est comme ça que tu nous accueilles ? Tu aurais pu nous embrasser mieux que ça !! Sans rien dire, pour entrer dans son jeu, je me colle à elle et je l’embrasse langoureusement en mêlant ma langue à la sienne.

    - Maintenant, dis bonjour à Sophie comme il faut !! me dit-elle en me poussant vers son amie.

Mon plan fonctionne bien, Anne pense avoir le dessus et je ne vais pas la décevoir ! Je m’approche de Sophie et je pose mes lèvres sur les siennes. Ses lèvres s’entrouvrent et je glisse ma langue dans sa bouche. Elle me rend mon baiser et nos langues se mélangent dans un profond baiser. J’en profite pour lui retirer son manteau tout en l’embrassant. Conformément à ma demande, Sophie ne porte qu’une parure en dentelle rouge sous son manteau. Elle se retrouve rapidement en soutien-gorge, string et porte-jarretelle, ses jambes finement gainées dans de jolis bas noirs. J’entends comme un hoquet dans mon dos :

    - Qu’est-ce que c’est que cette tenue ? qui t’a demandé de t’habillée comme ça ?  s’exclame Anne.

    - C’est moi qui lui ai demandé ! lui dis-je en me retournant pour la regarder droit dans les yeux.

    - Mais de quel droit ? Elle est à moi !! me répond-elle, énervée.

    - A partir de maintenant, elle ne t’appartient plus ! C’est vous qui m’appartenez ! lui dis-je d’un ton cinglant.

   - Ça, c’est ce qu’on va v…, je ne lui laisse pas le temps de terminer sa phrase que ma main lui gifle la joue avec force. Pour mon plus grand bonheur, Anne baisse la tête et se frotte la joue. C’est le moment de profiter de mon avantage.

    - A partir de maintenant, tu vas être à moi !! Vous allez être à moi !! Lui dis-je sur un ton autoritaire. Attendant une réponse qui ne vient pas, je lui claque une nouvelle gifle sur la joue opposée.

    - Oui ! dit-elle dans un souffle à peine audible.

    - Oui, maîtresse !! lui dis-je en l’empoignant par les cheveux.

    - Oui, maîtresse !! murmure-t-elle entre ses lèvres.

Sophie m’avait raconté qu’Anne était totalement soumise à son mari et qu’elle faisait tout ce qu’il lui demandait. Elle avait pris un certain ascendant sur son amie, surement pour se prouver qu’elle pouvait dominer certaines situations. Malgré toutes ces révélations de Sophie, je n’aurais jamais cru pouvoir la soumettre aussi rapidement. Deux gifles avaient suffit à la rendre douce comme un agneau. Il fallait profiter de la situation :

    - A poil !! lui dis-je sur un ton sévère.

En baissant la tête, Anne commence à se dévêtir. Elle pose son manteau sur le canapé et commence à ouvrir son chemisier qu’elle laisse tomber au sol. Lentement, elle ouvre le zip de sa jupe et la fait glisser sur ses hanches pour la laisser rejoindre son chemisier. A ma grande surprise, elle ne porte pas de sous-vêtements, mis à part une paire de bas clip qu’elle s’apprête à enlever. Je l’arrête dans son mouvement, je veux qu’elle les garde ainsi que ses talons hauts. C’est donc en bas et en escarpins qu’Anne se retrouve devant nous en baissant toujours la tête. Je regarde Sophie et lui demande :

    - Tu as apporté ce que je t’ai demandé ?

    - Oui, me dit Sophie en me tendant le collier en cuir et la chaine en argent que j’avais du porter cher mon patron.

    - Tu vas lui passer au cou pour qu’elle devienne ma petite chienne !

Anne ne bouge pas et laisse sa soumise lui poser le collier autour du cou. Sophie accroche ensuite la chaine au collier et me la tend.

    - Non, mets-lui dans la main ! Je veux que ce soit elle qui me la tende en guise de soumission !! Sophie s’exécute et Anne me tend la chaine.

    - Tenez maîtresse !!

    - Merci, ma petite chienne !! Tu veux être ma petite chienne ? Lui dis-je à l’oreille.

    - Oui, maîtresse !

    - Oui, quoi ?

    - Oui, je veux être votre petite chienne ! me répond-elle dans un souffle.

    - Alors, tu vas nous suivre car nous allons te préparer pour la petite fête !!

Avant de l’emmener, je glisse une main entre ses cuisses. La situation ne semble pas la laisser indifférente car les lèvres de sa chatte sont déjà toutes humides. Je vais pouvoir m’amuser avec elle et ça m’excite beaucoup. Accrochée à la laisse, je la tire derrière moi pour la conduire dans la chambre d’ami préparée exprès pour l’occasion. Sophie nous suit sans dire un mot. Arrivée dans la chambre, je montre les chaines pendues au plafond et j’ordonne à Sophie d’attacher les poignets de son amie aux bracelets de cuir. Anne offre un peu de résistance (elle ne veut surement pas que sa soumise s’occupe d’elle). Je calme ses ardeurs en lui claquant les fesses. Anne se calme et se laisse faire en baissant la tête. Je me place face à elle et je lui relève la tête en lui prenant les cheveux.

    - Maintenant, vous êtes toutes les deux mes soumises ! Tu ne pourras plus jamais la soumettre, sauf si je te le demande !! Si j’apprends que tu la soumets en mon absence, je te punirai !! Compris ?

    - Oui ! dit-elle dans un souffle.

    - Oui, qui ? lui dis-je en lui claquant les fesses.

    - Oui, maîtresse.

    - Bien, maintenant nous allons te préparer !! lui dis-je en posant un doux baiser sur ses lèvres.

Je me dirige vers la commode et j’en sors un god, un tube de gel ainsi qu’un plug. Je tends le god à Sophie en lui disant :

    - Donnes-lui ça à sucer avant de lui mettre dans la chatte ! Moi je vais m’occuper de son petit cul !

    - Non, pas mon cul ! se plaint Anne en tirant sur ses chaines.

    - Tu n’as pas l’air d’aimer ça mais je suis sûre que bientôt, tu en redemanderas !! lui dis-je en lui claquant une nouvelle fois les fesses.

Sophie, suivant mes ordres à la lettre, lui place le god devant les lèvres et oblige Anne à ouvrir la bouche. Sans trop de ménagement, je lui glisse un doigt dans la chatte. De surprise, Anne ouvre la bouche et le god passe la frontière de ses lèvres. Je fais aller et venir mon doigt dans sa chatte et Anne ne tarde pas à gémir en aspirant goulument la bite en latex. Je sais qu’elle tente de résister mais je suis sûre que cette situation l’excite au plus au point. Je ressors mon doigt de sa chatte pour lui masser lentement sa petite rosette en demandant à Sophie de lui introduire son god dans la chatte. Mon doigt, simplement enduit de sa mouille, entre lentement dans son cul. Anne commence à onduler des hanches et je me demande si c’est le god ou mon doigt qui lui procure le plus grand plaisir. Je retire mon doigt et j’enduis le plug de gel avant de lui introduire lentement entre ses fesses. Anne pousse un cri en sentant mon plug la pénétrer. Ce cri se situe entre la douleur et la satisfaction. Je veux savoir ce qu’elle ressent et je m’approche de son oreille tout en poussant plus loin le plug dans son cul :

    - Tu aimes que je te prenne le cul ?

    - Oui, maîtresse !! me dit-elle dans un soupir.

    - Pourtant, Sophie m’a dit que tu n’aimes pas ça !!

    - Non, j’ai l’impression d’être une pute !! me dit-elle dans un souffle.

    - Tu veux être ma petite pute soumise ?

    - Je serai tout ce que vous voudrez, maîtresse ! hummm, c’est bon !!! Ouiiii !!! Je fais aller et venir lentement le plug entre ses fesses alors que Sophie joue avec le god dans la chatte d’Anne.

    - Tu veux que je te donne des queues ?

    - Hummmm, ouiiii !!!

    - Dans ta chatte ?

    - Ouiiii

    - Ton cul ?

    - Oui, mais en douceur comme vous !

    - Ce sera doux !! et dans ta bouche ?

    - Ouiiii

    - Et les trois en même temps ?

    - Si ma maîtresse me le demande… hummm, oui, vous me faites envie, maîtresse !!

    - Tu veux que je te donne à trois hommes ma petite pute ? tu veux en prendre plein tes trous de salope ?

    - Ouiiiiiiiiii !!!!!

J’abandonne mes désormais deux soumises quelques instant, le temps de passer dans le salon. Comme nous l’avions convenu, Anthony avait guetté notre passage dans la chambre d’ami avant d’entrer à la maison. Il ne m’attend pas seul. Comme je lui ai demandé, il a fait venir Eric et ses deux cousins. Un quatrième homme que je ne connais pas les accompagne. Il fait dans les 1,90 m, brun aux yeux clairs et semble ne pas avoir plus de 25 ans. Sa puissante musculature me plait beaucoup. J’embrasse langoureusement mon mari avant qu’il ne fasse les présentations. Il s’appelle Marc, il est le kiné stagiaire de mon mari. Anthony a pensé qu’ils ne seraient pas trop de cinq pour nous satisfaire et c’est avec joie que j’accueille cette initiative. Je m’approche donc du nouveau venu et afin de rompre immédiatement la glace, je pose mes lèvres sur sa bouche. J’ouvre lentement la bouche et sa langue vient tout naturellement caresser la mienne. Je ne m’attarde pas trop car je sens que les trois cousins ont aussi envie que je leur dise bonjour. Je passe donc de bras en bras pour leur donner ma bouche et les trois mâles qui me connaissent déjà n’hésitent pas à promener leurs mains sur mon corps. Eric, qui ne m’a pas vu depuis un petit moment, glisse même une main sous ma jupe pour vérifier l’état de ma fente. Il n’est pas déçu car ma chatte est déjà toute trempée à la seule idée de les voir s’occuper d’Anne et de Sophie. Je sens que les trois cousins sont impatients et pour ne pas trop les chauffer, je me dégage assez vite et demande aux cinq hommes de me suivre. J’entre la première et je découvre Sophie à genoux sur le côté d’Anne. Elle fait aller et venir le plug et le god dans les orifices de son amie lui arrachant de profonds gémissements. Je demande à Sophie de se relever et de venir dire bonjour aux nouveaux arrivants. Elle ne se fait pas prier et viens les embrasser à tour de rôle. Je m’approche d’Anne et je retire les jouets qui encombrent son cul et sa chatte. Elle se met à geindre comme si elle regrettait mon geste.

    - Mes jouets te manquent déjà ? lui dis-je à l’oreille.

    - Oui, maîtresse !!

    - J’ai mieux à te proposer. Tu vas être bien gentille avec ces messieurs et ils te donneront ce que tu souhaites !! Tu vas être gentille ?

    - Oui maîtresse !!

    - Tu vas voir !! Ils vont te faire tellement de bien que tu ne voudras plus jamais que ça s’arrête !!

Je pose tendrement mes lèvres sur les siennes avant d’inviter les cinq hommes à venir dire bonjour à ma soumise. C’est Anthony qui s’avance le premier pour l’embrasser à pleine bouche. Les quatre autres se place autour du couple et bientôt cinq paires de main parcourent le corps offert d’Anne. Elles caressent ses seins, son corps, ses cuisses, son cul et sa chatte. Les bouches se succèdent sur la bouche d’Anne et elle embrasse les cinq males avec fougue en fermant les yeux. Je demande à Sophie de me retirer mon tailleur et je la fais mettre à genoux devant moi pour qu’elle me lèche la chatte alors que j’ai pris mon portable pour filmer ma petite soumise en train d’accueillir nos invités. Tout en caressant Anne, les hommes se déshabillent à tour de rôle. Sophie me lèche tellement bien la chatte et le clito que je gémis tout en filmant la scène qui se déroule sous mes yeux. Walter qui semble pressé de gouter aux charmes d’Anne la saisit par les cuisses et la soulève dans les airs pour présenter sa queue à l’entrée de la petite chatte de ma soumise. Le corps de la femme de mon patron est soutenu par les autres mains et c’est lentement que les hommes laissent descendre la chatte d’Anne sur la colonne de chair de Walter. Elle pousse un profond râle de bien-être en sentant le pieu s’enfoncer en elle. Les bras toujours attachés aux chaines qui pendent du plafond, Anne enroule ses jambes autour du bassin de Walter et se laisse aller au pilonnage de sa petite chatte. Anthony, qui n’a pas encore eu droit aux faveurs d’Anne, saisit le tube de gel que j’avais laissé sur le lit et entreprend d’en enduire sa queue. Il présente son gland à l’entrée de la petite rosette encore légèrement dilatée après la séance de plug. Il demande à Walter de maintenir la femme de mon patron plantée sur sa queue et s’introduit lentement dans le petit trou presque vierge. Sans se soucier des faibles plaintes de ma soumise, Anthony s’enfonce en elle jusqu’à la garde. Il reste bien au fond quelques dizaine de seconde avant d’entamer un lent va et vient dans le cul d’Anne. Ses plaintes se transforment rapidement en soupirs puis en gémissements. Je demande à Sophie de se relever et d’aller chercher mon god ceinture dans la commode. Je m’approche d’Anne et lui demande :

    - Elles te font du bien ces deux queues ?

    - Hummm oui, maîtresse !!

    - Tu en veux plus ?

    - Tout ce que vous voulez !! ah !!! ouiiii !!!

    - Je vais te détacher et tu vas aller sur le lit. Je vais t’offrir à tous !! Tu es d’accord ma petite pute ?

    - Je suis votre pute et vous pouvez faire ce que vous voulez de moi !! Humm, ouiii !! Encoreee !! crie-t-elle en sentant les deux queues remuer plus vite en elle.

Je venais de filmer son visage en gros plan pendant qu’elle me donnait ses réponses enflammées. Walter et Anthony libèrent ses orifices et repose Anne au sol alors que je lui libère les poignets de ses liens. Je demande à Eric qui est le mieux membré de s’allonger sur le lit. J’ai arrêté de filmé pendant que je monte ma mise en scène.  Eric s’est allongé et son énorme bite pointe vers le plafond. Je prends Anne par la main, la guide vers le lit et lui demande de chevaucher cette belle monture. Je vois à son regard qu’elle a peur de cette énorme queue mais, docile, elle enjambe le bassin d’Eric et approche sa vulve de l’énorme gland. Pour l’encourager, je lui caresse la joue et je l’embrasse à pleine bouche. Anne se laisse alors descendre sur l’énorme pieu en gémissant dans ma bouche. Je cesse de l’embrasser et je regarde ce qui se passe entre les cuisses de ma soumise. Les lèvres de sont sexe sont totalement écartelées mais elle se met rapidement à remuer lentement des hanches tout en gémissant. Je lui écarte les fesses des deux mains et je fais signe à Max de s’approcher. Il se place à genoux derrière Anne, place ses mains à la place des miennes et je guide sa queue vers le petit trou de ma soumise. Son petit cul a bien été préparé par mon mari et Max se plante d’un seul coup tout au fond lui arrachant un râle entre la douleur et le plaisir. Je demande à Eric de maintenir les épaule d’Anne afin qu’elle puisse se servir de ses bras. Je place Anthony face à elle car je veux qu’elle prenne en bouche la queue qui vient de sortir de son cul. En bonne salope soumise, elle ouvre la bouche et commence à sucer la queue de mon homme. Je demande à Walter et Marc de se placer de chaque coté et je place les mains d’Anne sur chacune des queues tendues en lui demandant de les branler. Elle est tellement excitée que je n’ai même pas besoin de lui demander de tous les satisfaire. Les queues se succèdent dans sa bouche et vont de plus en plus loin dans sa gorge. J’ai relancé la vidéo sur mon portable alors que ses râles et ses gémissements sont étouffés par les bites qui se succèdent dans sa bouche. Ses hanches bougent dans tous les sens, elle prend manifestement beaucoup de plaisir !!

    -  Il te plait le petit cadeau de ta maîtresse ? lui dis-je en filmant son visage en gros plan.

    - Ouiiii !!! me répond-elle en lâchant la queue de Walter qui lui remplissait la bouche.

    - Je veux t’entendre dire des cochonneries !!

    - Je suis une vraie salope qui aime prendre des queues !!! Hummm… que c’est bon !!

    - Continues et encourage ces beaux mâles !!

    - J’aime vos bites !! Défoncez-moi comme une pute !! Hummm… je suis votre chose !! Prenez-moi la bouche comme une chienne !!! Hummm…ouiiii… c’est trop bon !!!

Anne reprend une queue dans sa bouche et se remet à sucer les trois hommes à tour de rôle en gémissant de plus en plus fort. Je la filme encore quelques instant avant de rejoindre Sophie qui m’attend bien sagement à genoux sur le tapis. Je lui demande de me mettre le god ceinture et je la fait mettre en position de levrette face au groupe qui baise sur le lit. Je me place derrière elle et j’introduis mon god dans sa chatte. Elle mouille tellement que l’engin entre sans problème jusqu’à la garde. Je lui agrippe les hanches et je commence à la limer sans ménagement. La femme de mon patron n’attendait que ça car elle se met rapidement à gémir sous mes coups de queue. Elle a glissé une main entre ses cuisses et se caresse le clito avant de la faire passer sur son cul pour en écarter une fesse. Manifestement, cette petite salope a envie que je lui prenne le cul ! Je repousse sa main vers sa chatte et de mes deux mains j’écarte ses fesses. Je retire mon god de sa chatte et je pose le gland à l’entrée de son petit trou. A ce contact elle pousse un profond gémissement me signifiant qu’elle a envie de me sentir dans son cul.

    - Tu as envie que je t’encule, petite salope ?

    - Hummm, ouiiii !! Traitez-moi comme Anne, s’il vous plait !!

    - Je vais te préparer et ensuite je te donnerai à ces messieurs !!

    - Hummmm !!!

Je pousse sur mes hanches et je regarde le god entrer lentement dans le petit trou de Sophie. Après l’avoir pénétrée de quelques centimètres, je m’enfonce d’un seul coup entre ses fesses lui arrachant un profond râle. Elle se caresse le clito et ses gémissement me laissent penser qu’elle apprécie le traitement. Je me mets alors à lui limer le cul en m’agrippant à ses hanches. Elle gémit de plus en plus fort et sa main s’active sur son clito. Avant qu’elle ne se mette à jouir, je me retire de son cul la laissant ainsi sur une terrible frustration. Je me lève et je me dirige vers le lit. Je demande à mon mari, Walter et Marc  d’aller s’occuper de Sophie qui n’attend que de se faire prendre pour jouir. Marc s’allonge sur le tapis et demande à Sophie de venir s’empaler sur sa queue. La femme de mon patron est tellement chaude qu’elle l’enjambe rapidement et s’enfonce cette queue tout au fond de sa chatte. Anthony est passé derrière elle. Il l’attrape par les hanches et lui plante sa queue dans le cul sans ménagement. Sophie pousse un cri de bonheur juste avant que Walter ne lui enfonce sa bite dans la bouche. Je suis aux anges : mes deux soumises se font défoncer comme deux petites putes. Anne a déjà joui au moins deux fois mais les coups de queues qu’elle subit la maintiennent dans une excitation toujours grandissante. Je monte sur le lit, je l’attrape par les cheveux et je lui présente mon god ceinture devant les lèvres. Elle lève les yeux vers moi et docilement se met à pomper l’engin qui vient de sortir du cul de son amie. Mes deux petites esclaves du sexe partent rapidement dans un violent orgasme au moment où les hommes se vident à grands jets de sperme dans tous leurs orifices.

Je retire mon god ceinture et pendant que tout ce petit monde se remet de cette baise intense, je file en cuisine où je récupère des coupes et du champagne. De retour dans la pièce, je fais le service et chacun se repose en sirotant le breuvage pétillant. Cependant, je suis la seule à ne pas avoir joui et j’ai très envie de sentir des queues en moi. Le spectacle que mes deux soumises m’ont donné m’a terriblement excitée et je souhaite pouvoir en profiter à mon tour. J’ordonne à Anne et Sophie de remettre en forme les hommes mais je me réserve le droit de m’occuper d’Eric. Ma bouche s’empare de son énorme pieu qui se met très vite à gonfler. Le sentant suffisamment en forme, je l’entraine vers le lit avant d’aller choisir mes autres partenaires. Je prends Anthony et Marc par la main et les entraine à leur tour vers le lit. J’ordonne à mes deux soumises de se mettre à quatre pattes devant le lit et je demande à Max et Walter de s’occuper d’elles.

    - Je vous les confie, mes chéris ! Je veux que vous les preniez à votre guise mais je veux surtout que vous vous occupiez de leur petit cul ! Je veux qu’elle aime la sodomie autant que moi et qu’elles finissent par jouir juste en sentant une queue dans leur cul !!

    - Nous allons les faire crier de plaisir comme nous savons si bien le faire avec toi ! me répond Max.

Je rejoins mes trois beaux mâles sur le lit et je demande à Marc de s’allonger afin que je puisse voir les femmes de mes patrons se faire défoncer par les deux cousins. Je place mes jambes de part et d’autre du bassin de Marc et je m’empale sur sa queue. Après quelques va et vient, j’invite Eric à venir se placer derrière moi. J’ai terriblement envie de sentir sa grosse matraque entre mes fesses. Il saisit le tube de gel et s’enduit la queue avant de présenter son gland sur ma petite rosette qui palpite déjà d’excitation. Il pousse doucement sur ses hanches et fait pénétrer lentement son énorme gland dans mon cul, m’arrachant un profond râle. Ma rosette s’élargit sous la poussé progressive de l’énorme engin qui m’emplit lentement le cul. En peu de temps, il se trouve tout au fond de moi et se met à remuer lentement. Je suis tellement excitée que je lui crie :

    - Bouges plus vite ! Défonces-moi ! J’aime ta grosse queue dans mon cul !!

Eric m’attrape les hanches et se met à me pilonner le cul sans ménagement alors qu’Anthony s’est approché de moi et présente sa queue devant ma bouche.

    - Suces-moi ma bonne petite salope qui aime se faire défoncer !! me dit mon mari.

Il me prend par les cheveux et m’enfonce sa bite tout au fond de la gorge. Je suis tellement excitée que je ne tarde pas à jouir en regardant mes deux soumises se faire labourer le cul. Mes trois mâles ne me laissent aucun répit et continuent à me labourer les chaires faisant remonter de manière inexorable un orgasme en moi. Je hurle mon bonheur au moment où mes trois étalons se vident dans mes trous bien remplis. La jouissance de mes soumises fait rapidement écho à la mienne. Comme promis, Max et Walter ont réussit à les faire jouir en les sodomisant.

     Tout le monde est resté à la maison jusqu’au dimanche midi. Comme je l’avais fait avec Alexandra, mes deux soumises sont restées nue pendant tout leur séjour. Elles avaient pour ordre de satisfaire à tous nos désirs et elles ont tellement bien tenu leur rôle de jouet sexuel qu’elles sont reparties épuisées chez elles. Elles qui ne voulaient pas entendre parler de sodomie, ou presque, ont pris tellement de plaisir qu’elles en redemandaient. Je ne me suis pas gênée pour filmer leurs ébats avec mon portable afin de m’assurer de leur soumission.

 

A SUIVRE