Le site de l'histoire érotique

Surprises à la piscine

Chapitre 1

25
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 2 199 fois

25

4

Voici mon premier récit, une histoire vraie ayant eu lieu il y a quelques années maintenant. Les passages « croustillants » vous paraîtront peut être un long à venir mais je préfère mettre en place le décor. Ne vous inquiétez pas, étant moi-même adepte du site, je ne vous laisserai pas en reste pour cette première partie !


Cela faisait déjà un petit moment que je m’étais mis dans l’idée de faire un peu plus de sport. Ayant tout juste 18 ans, je voulais me sculpter un corps pour faire tomber les dames (et surtout les messieurs !) bien que je présente déjà les prémices de pectoraux et que les fameuses tablettes chocolat se dessinent légèrement (il faut a mon grand regret un peu trop s approcher pour en voir la marque !) . Bref je voulais un peu plus prendre soin de moi.


J’avais toujours eu envie également de développer mes épaules (signe d’une virilité qui me fait fondre sur place…), je me suis donc naturellement tourné vers la natation. On m’avait parlé de cours le soir assez libre où il suffisait juste de s’inscrire moyennant une modique cotisation. On pouvait y aller quand on le désirait et faire se qu’on voulait, un « coach » était la pour donner quelques conseils de temps en temps mais laissait beaucoup autonomie.


J’y vais donc pour la première fois, après ma journée d’étude bien fatigante réjouie de relâcher toute cette pression dans l’eau ! Muni de mon sac de sport je rentre dans le complexe sportif et me rang à l’étage dédié à la natation. Je croise quelques personnes en chemin se dirigeant visiblement au même endroit que moi. Ne connaissant évidemment personne je laisse échapper quelques petit « Bonjours » bien timides envers ces hommes et femmes habitués des lieux et dont le physique laisse supposer que cette séance est bien loin d’être la première ! Je me rends au vestiaire, me change dans une des petites cabines séparées ne pouvant donc pas, a mon grand désespoir, laisser traîner quelques regards a mes homologues masculins… Mon désir de sexe montait en moi lentement mais surement due à mon absence d’ « exercice » depuis maintenant trois semaines.


Je ne fus toutefois pas complètement désespéré car les douches étaient, elles, communes. J’avais déjà eu l’expérience de partager les douches lors de quelques entrainement sportifs plus jeune mais j’étais pour une fois seul parmi que des inconnus et ne craignais donc pas de quelconques « représailles » en matant autour de moi. Je m’installe donc a une douche commence à faire couler l’eau, et me détends sous cette douce caresse chaude. Il y a un seulement un homme à ma gauche et un en face de moi (bien que d’autre personnes sois déjà dans le bassin). Je commence à me savonner et regarde assez discrètement celui en face : c’est un homme grand (1m85 environ contre 75 pour moi) brun, bien bâti surement dans les 24-25 ans. Il dégage toute de suite une sensation de virilité, il faut dire que ses pectoraux sont bien saillants, et le reste du corps me fait passer à côté en gros presque pour une crevette. Il n’est pas un tas de muscle mais pas fin, juste ce qu’il faut pour apprécier passer sa main sur chaque parcelle. Ce qui attire ensuite mon regard est bien évidemment son paquet mis en avant par l’éternel « moule-bite de bain » ! Je ne suis pas déçu, il parait tout à fait bien équipé !


Je me savonne/caresse donc en le matant et m imaginant toute sorte de chose pas très orthodoxe, il est de dos et se retourne quand son regard viens croiser le miens. Je m’empresse donc de regarder le sol, feignant l’indifférence totale, mais que je redresse ma tête je le surprends en train de me regarder à son tour et vois son regard me dévisager ostensiblement de haut en bas puis remonter en marquant une pose au niveau de l’entre jambe et enfin replonger ses yeux dans les miens. Je sens alors mon cœur s’accélérer rapidement et me pose alors toutes les questions, est-il gay ? Est-ce qu’il me mate vraiment ?... sachant pertinemment au fond de loi se qu’il en retournait. Peut être ai-je peur de passer à l’action avec ce parfait inconnus bien que j’en meure littéralement d’envie ! Je décide alors de commencer un jeu qui lui révèle rai (si il y pense déjà) mes intentions et sinon (du moins ce que naïvement je crois) passerai pour naturel : je me tourne face au mur et entreprend de me laver les jambes et les pieds ; je me baisse donc lui offrant ainsi une vue direct sur mon derrière (qui en a fais désirer plus d’un !) que je fais bouger par de petits mouvements, remonte en passant le savons sur ma queue qui commence à se durcir puis recommence. Après un certain nombre de fois, je me retourne et le vois sortir de la douche, prendre sa serviette. La déception s’empare alors de moi, me traitant intérieurement de tous les noms à cause de mes fausses idées.


Mais c’est alors qu’au lieu de prendre la direction du bassin, je le vois se diriger à l’opposé vers les toilettes. Ni une ni deux je sors aussi et m’apprête à le suivre avec mon cœur tapant violemment contre ma poitrine. Nous étions seul à cet instant, il m’attendait appuyé contre les lavabos et une fois proche de lui, les joues chaudes comme de la braise, il passe son bras dans le bas de mon dos et me presse contre lui en me roulant une pelle tellement divine que je manque de m’évanouir dans ses bras. Il m’entraine alors parmi le dédale des cabines de toilette et entre dans la plus éloignée de l’entré. Il ferme la porte et le petit espace nous force à nous coller l’un contre l’autre. Sa langue replonge dans ma bouche et viens y fouiller avec une virilité sans ménagement. Etant plutôt et câlin, je l’embrasse alors dans le cou, sens son cou et m’enivre de son odeur (heureusement pas chloré !). Je le caresse partout ou je peux et l’embrasse sur son torse et me dirige vers ses tétons biens dur. Je les suce, les lèche et l’entend pousser de petit râles de plaisir. Je sens son membre durcir, pressé contre moi, ma bite quand à moi ne tiens déjà plus dans sa prison et déforme complètement le bout de tissus.


Je lèche en embrassant sa fine peau doré et suis les poils formant le « chemin des dames » jusqu’au tant attendu saint Graal et je découvre alors se qui m’attend à savoir une belle forme allongée, mesurant dans les 19-20cm/6cm. Je me sens alors au comble du bonheur ! A genoux, je joue avec mon cadeau en le mordillant un peu puis m’empresse de libérer la bête. Et c’est donc une merveille qui se dresse fièrement devant moi cognant ma joue. Je la prends dans ma main et commence de timide vas-et-viens. Mon bel apollon me prend alors la tête et me chuchote


« elle est pour toi » dans l’oreille avant de m’embrasse profondément et langoureusement.

N’y tenant plus j’englouti son chibre sous les gémissements rauques de plaisir de mon homme. Je le suce comme jamais je ne l’ai fais : je salive abondamment et donne de petit coup avec ma langue le long de sa queue et sur son magnifique gland rose presque violet tant il est gorgé de sang. Je le sort et m’attaque alors à ses deux couilles bien pleine et grosse, je les prends une par une tout en continuent de le branler avidement avec une main.


« Putain ce que c’est booonn, tu sais comment t’y prendre avec une bite toi ! » Il m’offre l’objet de sa virilité tout en appuyant ma tête sur son membre avec une main, l’autre derrière sa tête où je l’aperçois prenant son pied les yeux fermés, se pinçant une lèvre. Je le caresse partout de ma main libre, sa peau est divine : douce et chaude à la fois.


« oh oui c’est trop bon, continue ! » je m’applique du mieux que je peux, j’alterne entre le marathon de suçage de bite et les moments plus calme ou ma langue viens jouer avec son prépuce. La sensation et le gout sont tellement bon que je suis déjà au septième ciel !


« Attends on va essayer quelque chose. T’as déjà fais une gorge profonde ? » je sort alors sa bite de ma bouche et le regarde en l’aire secouant la tête de gauche à droite.


« Alors tu dois commencer ! Tu suce si bien que tu ne peux pas ne pas connaitre. » Il agrippe alors délicatement mais fermement mes cheveux et dirige ma tête de nouveau vers son membre (non sans mon déplaisir !) et pousse toujours plus profondément ses 20 cm dans ma bouche. Viens alors un moment ou je suis pris d’un spasme de rejet. « Avale quand je force, ca aide à faire rentrer », et il continue lors son mouvement. Un peu à contrecœur, je m’efforce de le satisfaire comme je peux et suis ses conseils. Je me retrouve alors avec mon nez au contact de ses poils pubiens.


« Oh ooouuuuiiii !!!!! » La sensation est paradoxale : j ai un peu ma mais aussi le sentiment de plénitude ; je me sens rempli, comblé, et à sa merci alors que mon homme est secoué de petits tremblements de plaisir. Il ressort alors a queue, « Tu vois ce n’était pas la mort » et comme pour me remercier, il me relève et m’embrasse alors comme il sait si bien le faire. Je me laisse à lui, les bras pendant dans le vide, la tête complètement ailleurs. L’air commence à se réchauffé et nos deux corps humides se collent.


Je me remets alors à genoux et replonge faire ma fellation. Je pose mes deux mains sur ses fesses musclées et le suce avidement. J’enchaine alors gorges profondes sur gorges profondes et ne le rend même pas compte du bruit que je fais, mêlés aux gémissements de plaisir de mon dieu. Lui ne retient plus du tout et donne de puissants coups d bassins. Je sans alors sa peau trembler et sa queue se raidir,


« oh… je viens… attention … » il tente de retirer son chibre mais dans un dernier mouvement de tête, j’enfonce son gland profondément dans ma bouche et sens alors 6 gros jets s’y déverser en même temps que, sans m’être touché, je décharge également sur le carrelage. « OUUUIIIIII !!!! ». J’avale sa semence d’un bon gout un peu salée, il s’effondre alors sur la cuvette. Je m’assois alors sur lui, lui sourit et l’embrasse une dernière fois mélangeant son sperme à nos salives. Il me prend dans ses bras, nous nous caressons tendrement.

« Ca t’as plus ?

-Oooh oui. Il me répond Mieux que tous ce que je pouvais penser !

Je me sens alors au comble du bonheur.


Nous sortons tous les deux, et passons sous les douches. Je ne sais pas combien de temps ça a duré mais on entendait encore les autres du groupes dans le bassin.

Je me détends sous le jet d’eau chaude, les yeux clos, et l’entend « je dois y aller, mais à une prochaine j’espère ! » et avant que j ai le temps d’ouvrir les yeux et de lui répondre, il était déjà arrivé aux cabines pour se changer. Je reste encore un bon moment sous la douche, la tête coupé de la réalité, sur mon nuage, comblé.

Je sors, m’habille et rentre chez moi, riant intérieurement de la situation : moi qui voulais faire du sport, j’en ai fais mais pas celui prévu !.



Voila pour mon premier récit, l’histoire ne s’est pas arrétée la donc je continuerai peut être en fonction de vos retours. N’hésitez pas à m’écrire pour quoi que ce sois, si vous avez des remarque, sur l’histoire, le style...

jeunemale75@outlook.fr