Le site de l'histoire érotique

Ma tante, une pute en devenir

Chapitre 7

34
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le

34

1

7 – Femme-objet


Depuis son gang-bang, ma tante et moi avons baisé de nombreuses fois. Dès qu’elle était seule elle m’appelait et je la baisais comme les fois précédentes. Parfois avec Marion et d’autres avec Romain. Sandrine était devenue une véritable salope accro au sexe, tellement qu’elle s’était offert des plugs et des godes, dont un gode-ceinture pour les parties de jambes en l’air avec Marion.


Malgré ces nombreuses baises, la routine commençait à s’installer. Jusqu’à ce vendredi après-midi où ma tante était seule. Elle m’appela et, comme à mon habitude, j’arrivai rapidement. Ma tante vint m’ouvrir :


 - Désolé, mais on pourra rien faire, il y a un gros imprévu. Julie vient d’arriver.


Julie est une de mes cousines, elle a mon âge, 20 ans, c’est une petite fille modèle assez timide. Elle a des cheveux châtains, un cul presque semblable à celui de ma tante et des seins dans la moyenne niveau taille. Sa corpulence est entre celle de Sandrine et celle de Marion, elle n’est ni trop grosse, ni trop maigre et fait à peu près la taille de ma tante.


 - On pourrait la joindre à nous, ça nous sortirais de l’ordinaire, dis-je à ma tante.


 - Ca va pas la tête, c’est ta cousine !


 - Et toi t’es ma tante et ça m’empêche pas de te tringler dès que je peux. Et ça pourrais être ta soumise comme tu l’avais été avec moi.


 - Je n’étais pas ta soumise !


 - Si je t’avais demandé gentiment, t’aurais accepté la double péné, la baise avec Marion et le gang-bang.


 - Non, c’est vrai.


 - Alors on y va et on va voir ce qu’on peut faire.


Ma tante accepta mais était toujours un peu réticente. Nous entrâmes donc dans la pièce où Julie était assise sur le canapé. Je fis la bise à ma cousine et nous commençâmes à discuter. Je ne voulais pas brûler les étapes pour ne pas brusquer Julie et qu’elle accepte. Après plusieurs minutes, je m’approchais de Sandrine pour lui dire à l’oreille :


 - Va dans ta chambre et enfiles ton gode-ceinture, tu descends nue dès que tu le sens.


Elle me regarda avec de grands yeux et me bougea légèrement sa tête de droite à gauche. Mais je lui fis comprendre que je savais comment arriver à ce que ma cousine nous rejoigne. Ma tante se leva dit :


 - Je reviens.


Elle alla dans sa chambre puis je m’assis juste à côté de Julie.


 - Tu savais que notre tante était une grosse salope ? Demandais-je à Julie


 - Pardon ?


 - Sandrine, notre tante, tu savais que c’était une salope ?


 - Euh … Pourquoi tu me dis ça ?


 - T’as sûrement du entendre parler de la meuf qui s’est faite prendre dans un gang-bang dans la cité.


 - Oui.


 - C’est elle !


 - Mais comment tu sais ça ?


 - Parce que c’est moi qui lui ai un peu forcé la main pour qu’elle le fasse.


 - QUOI ?!


 - Là, elle est dans sa chambre en train de se préparer pour venir te baiser avec moi. Elle a été ma soumise maintenant c’est à ton tour d’être la sienne.


 - C’est hors de question !


Elle se leva mais c’est à ce moment que ma tante revenait dans la pièce. Nue avec son gode-ceinture autour de la taille.


 - Alors Julie, on part sans dire au revoir, lui dit ma tante.


Julie ne savais plus où se mettre, elle était comme paralysée devant Sandrine. Pendant que Julie ne me regardais pas je commençais à me déshabiller. Ma tante passa devant ma cousine et vint prendre mon sexe en bouche. Julie était toujours aussi gênée. Après un moment, ma tante alla vers elle la fit se mettre à genoux devant mon membre. Julie n’était pas très à l’aise et Sandrine commença à lui retirer ses vêtements.


Julie semblait ne pas vouloir mais ma tante ne lui demandait pas son avis et elle se retrouva nue assez vite. Ma cousine continua sa fellation quand ma tante se plaça derrière elle pour commencer à la baiser avec son sexe factice très long et épais. Julie poussa un cri de surprise mais continua la fellation.


Ma tante sortit de la chatte épilée de ma cousine pour s’assoir sur le canapé. Elle plaça ma cousine sur elle pour qu’elle la pénètre une nouvelle fois. Je me mis à hauteur de la bouche de Julie pour continuer de me faire sucer. Mais pas pour longtemps car j’avais envie d’enculer Julie.


Je me mis donc derrière elle, l’attrapa par les hanches et plaça mon gland contre son anus.


 - Non, non, non pas par-là !! me cria-t-elle. Je ne l’ai jamais fait !


 - Une première sodomie en double, tu vas avoir mal mais tu vas aimer ça très vite.


 - Non, s’il-te-plaît !


 - Tais-toi et profites ! lui dit ma tante avec autorité en prenant la tête de ma cousine pour lui rouler une pelle et la faire taire.


Visiblement, Sandrine aimait aussi être une dominatrice. Je m’enfonçai donc de toute ma longueur dans le cul de ma cousine. Elle était très étroite de ce côté et hurla de tous ses poumons. Mais je continuai de lui pénétrer violemment le petit trou. Julie commençai à prendre du plaisir car elle poussa de petits gémissements.


 - Tu vois que tu aimes ça, t’es aussi salope que notre tante en fait ! Dis-je.


Sandrine décida de se retirer de ma cousine et retourna dans sa chambre. Je continuai de l’enculer mais je sentais l’orgasme monter.


Lorsque ma tante arriva, elle avait plusieurs plugs et godes dans les mains. Elle retira son gode-ceinture et dit :


 - On va lui mettre un plug, je veux pas que ses trous soient vide tant qu’elle est là !


Ma tante était apparemment beaucoup tordue que moi, mais je trouvais ça bien. Elle prit donc un plug de 3 centimètres de large et lui mit dans la chatte. Moi je continuai de l’enculer.


Sandrine plaça son sexe près du visage de Julie et lui dit :


 - Aller ma petite pute de nièce, fais-moi du bien !


 - Non, c’est dégueu !


Sandrine se permit de l’attraper par les cheveux et se colla la bouche de Julie sur sa vulve. Julie était écœurée mais se plia aux demandes de notre tante.


J’étais toujours en train d’enculer Julie et le plaisir arriva. Je sortis de son cul me plaça devant elle. Ma tante compris et releva ma cousine, qui se pris une faciale à laquelle elle ne s’attendait pas. Elle ne semblait pas aimer et du en plus reprendre son cunni sur ma tante.


Sandrine me dit :


 - Mets-lui celui-là dans le cul.


Elle pointa du doigt un gode très large, environ 7 centimètres de diamètre et qui semblait pouvoir vibrer. Je m’exécutai et lui enfonça d’un coup. Elle avait maintenant un plug dans la chatte et un gode dans l’anus.


Sandrine eu enfin un orgasme après plusieurs minutes. Elle laissa Julie au sol, elle était épuisée et souillée. Ma tante s’approcha de moi et dit :


 - On va passer le week-end ensemble je crois.


 - Très bonne idée, et je pense que l’on pourrait finir en beauté, lui dis-je avec un regard complice.


 - Alors petite pute t’as pris ton pied, demanda ma tante à Julie.


 - Oui, dit-elle timidement.


Ma tante pris une petite télécommande et appuya sur un bouton.


 - OH MON DIEU !! hurla Julie.


Sandrine venait d’activer le gode et il faisait très bien effet. Durant toute la soirée ma cousine n’avait pas un seul de ses trous libres, soit il y avait un gode, soit un plug, soit ma bite. Et le week-end ne faisait que commencer pour elle. Car la soirée du lendemain serait mémorable.