Le site de l'histoire érotique

une masturbation incestueuse...

Chapitre 1

56
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 22 486 fois

56

7

C’était un après-midi de janvier. La neige avait recouvert la ville. J’étais à l’époque ouvrière de la voirie et me devais de déneiger les trottoirs en longueur de journée. Étant prévus dans l’équipe de nuit, mon chef d’équipe m’avait renvoyé chez moi pour me reposer un peu avant de reprendre du service. J’étais naturellement rentré chez ma mère. Apparemment, sans être très bruyant, puisqu’en arrivant dans le salon, je surpris ma mère, à moitié allongée sur son fauteuil, jupe retroussée et culotte blanche baissée, devant la télévision. Ses cuisses étaient très blanches. Un peu fortes tout de même, mais largement ouvertes. Ses grosses lèvres de sa chatte étaient d’un marron très pâle. D’une longueur et d’une épaisseur extraordinaire. Saillant au milieu des poils bruns. Un liquide blanchâtre coulait des profondeurs de la fente, inondant les rebords des lèvres et les muqueuses. Il se jouait à cet instant-là sur l’écran l’émission (Aujourd’hui madame).

Au bout d’un moment, elle s’aperçut de ma présence, et ne put se retenir à pousser un cri.

Des plus gênés, je m’obligeais à regarder ailleurs. Alors que ma mère remettait évidemment de l’ordre sur sa tenue.


- Que fais-tu là ? Tu ne travailles pas ? M’envoya-t-elle.

- Mon chef m’a donné mon après-midi pour me reposer.


Répondis-je. Ne pouvant pas m’empêcher de rire de la situation. Je sentais ma mère embarrassée. Tout rouge de désolation.


- Je m’excuse que tu m’es trouvé comme… dans… enfin tu vois…


Elle ne savait plus quoi dire, quoi faire. Je me devais de la réconforter.


- T’inquiète maman. Il n’y a pas de mal à se faire du bien… mais au lieu de faire ça devant une émission fait plutôt ça devant un bon film de cul. Tu verras c’est plus jouissif. J’en suis dans ma chambre.


Elle prit ça sur le ton de la rigolade et me fit signe d‘aller me reposer. Mais j‘insistais, lui certifiant que j‘étais sérieux. Qu’il n’y avait aucun souci. Les traits de son visage changèrent. Je pense qu’elle considérait la chose.

Alors que j’étais sur mon lit, je ne pus m’empêcher de me moquer.

Ce n‘était pas tous les jours qu’on surprenait sa mère en train de faire, une gâterie.

Un midi, alors que je déjeunais avec ma mère, elle m’interrogea :


- J’ai cherché dans tes affaires et je n’ai pas trouvé ?

- Trouver quoi maman ?

- Eh bien… les cassettes que tu m’as proposées. Murmura-t-elle timidement. Les joues rouges, caractéristiques de quelqu’un de gêné.

- Ce soir je passe par l’agence de location de vidéo, et je t’en ramène une…

- Merci, me fit-elle…


Et c’était ce que j’avais fait tout de suite après être sortis du boulot. Une fois dans la vidéothèque, je m’étais directement dirigé dans le rayon porno. Le choix était divers. Mon attention se porta sur deux K7.

Bizarrement, j’espérais qu’elles plaisent à ma mère. J’avais envie qu’elle prenne un pied d’enfer en la visionnant.

Le sur lendemain, toujours à table, je lui demandais son avis sur les films. Contre toute attente, elle prit même plaisir à me raconter quelle scène lui avait particulièrement fait de l’effet. Celle où une mature rousse se faisait prendre en levrette sur un lit et où un jeune homme en salopette. Elle était surtout marquée par le fait que le plombier lui tirait subitement les cheveux en arrière, la faisant gémir bruyamment dans sa soumission.

Avec ses explications, elle avait réussi à me faire bander. Cela m’avait étonné que ma mère en parle si ouvertement. Elle si pudique de nature. Cela me fit même un peu bizarre d’imaginer ma mère appréciant la soumission. Jamais jusqu’alors je n’avais imaginé ma mère comme une personne sexuelle, et pourtant…

Quelques jours plus tard. Je fus tiré de mon lit par une envie d’aller prendre un verre d‘eau. Je surpris de nouveau ma mère en train de se faire du bien dans le salon, mais là devant un film de cul.


- Tu veux que j’éteigne ? M’interrogea-t-elle.

- Non… non, je vais juste prendre un verre d’eau…


Le lendemain je n’avais pas pu m’empêcher de la questionner sur sa vie sexuelle.

Sans aucune gêne, elle m’avait expliqué qu’une relation avec un autre homme ne la tentait plus, le souvenir de mon paternel était encore trop fort dans son cœur. Et que la masturbation lui suffisait pour satisfaire sa faim sexuelle. Un soir alors que j’entrais, elle m’interpella.


- J’ai un problème avec le magnétoscope.

- Ah oui ! Quel genre de problème ?

- Je ne sais pas la cassette tourne mais rien n’apparait sur l’écran.


En seulement quelques secondes, j’avais trouvé le problème. Cela venait de la prise. Pas besoin de vous dire le film qui passait sur l’écran. Oui ! Gagné un film de cul.

Pour m’assurer que l’incident ne se renouvelle pas, je décidai de rester un peu devant la télé. Je reconnus tout de suite le film. Elle l‘avait pioché dans ma collection privée. Il faisait partie de mes préférés. Pour résumer, c’était une blonde d’âge mûr qui avait de nombreuses aventures sexuelles avec des jeunots.


- Ça marche ! Fit ma mère en passant sa tête. Tu es un génie, rajouta-t-elle, en rigolant. Mais dis-moi, je ne savais pas que tu aimais les femmes plus âgées !


Je me suis senti rougir. Alors que bizarrement, l’excitation m’envahissait. Mon cœur battait de plus en plus fort. J’avais chaud et ma queue commençait à prendre de la place dans mon slip. Cela n’échappa pas à la vue de ma mère. Elle me dit alors quelque chose qui me marqua à toujours :


- Tu sais… si tu veux te caresser…, tu peux ! Cela ne me dérange pas…


J’étais dans un tel état d’excitation que la morale avait fendu comme neige au soleil.

Je lui répondis :


- Tu es sûr que ça ne te dérange pas ?

- Non, vas-y ! Il n’y a pas de souci ! Répliqua-t-elle, avec un large sourire de satisfaction. Qui épanouissait son visage.


Malgré l’étrangeté de la situation, ma queue était tendue à me faire mal. Le souffle court, les yeux rivés sur l’écran, je comprimais ma verge à travers la toile. Mais très vite n’y tenant plus, j’ouvris ma braguette et dégageais ma queue qui s’échappa du pantalon comme un ressort trop longtemps comprimé.

Du coin de l’œil, je surveillais ma mère qui s’efforçait de ne rien paraître. Les yeux rivés en direction de la télévision. Je fus étonné de la rapidité de ma montée de jouissance. L’origine venait sans aucun doute du fait que je ne me masturbais pas loin de ma mère. J’étais comme un petit garçon tout fier de montrer sa verge à sa copine.

Sans être attiré sexuellement par ma mère, j’aurais tout de même souhaité qu’elle me regarde me satisfaire. Qu’elle soit impressionnée par ma queue bandée. Qui peu à peu, se tendait vers une jouissance. J’éjaculai abondamment, me répandant sur le sol.

Ma mère, en entendant le bruit des gouttes de mon sperme s’écraser sur le parquet, ne put s’empêcher de regarder de mon côté. Réalisant du méfait, elle s’empressa de se saisir d’un rouleau d’essuie-tout.

Bizarrement, après coup, je ne ressentais aucune honte. J’avais même une grosse envie de renouveler l’expérience. À en faire devenir une habitude. Après la vaisselle du soir, et alors que le programme télé n’était pas intéressant, je proposais à ma mère de visionner un petit porno. Comme j’aurais proposé une simple partie de dame.


Sauf que notre loisir était bien plus jouissif. Nous nous donnions chacun de notre côté un plaisir. N’hésitant pas à jeter quelques coups d’œil sur ce que faisait l’autre.

À la vitesse du mouvement de la main de ma mère dans sa culotte je savais que la scène qui se dérouler sur l’écran était à son goût. Elle ne se cachait plus comme elle le faisait dans les premiers temps. S’autorisant même à écarter sa culotte de coton blanche. M’exhibant son pubis.

Puis au courant d’une insomnie, une idée me vint à l’esprit. Je la gardais en tête en la cultivant pour pouvoir la rendre présentable auprès de ma mère. Et je choisis un samedi soir pour le lui soumettre mon inspiration. En pleine séance de masturbation. La montée d’adrénaline rendant la chose plus présentable.


- Il nous faudrait un peu pimenter nos séances, non ? Tu ne crois pas ?

- Comment ça ? Fit ma mère. Je ne comprends pas bien ce que tu veux me dire.

- C’est devenu presque banal…

- Tu trouves ça, banal, toi ?


La conversation s’arrêta là, ma mère poursuivit ses caresses, mais moi. N’étant pas arrivé à dire ce que je désirais, je poussais le bouchon un peu plus loin :


- Tu n’apprécierais pas que ce soit une autre personne qui te donne du plaisir. C’est quand même mieux quand on reçoit les caresses, plutôt que de se les faire soi-même.

- Mais je n’ai pas besoin d’autre personne pour me faire du bien…


Coupant court la discussion. Je ne vous dis pas ma déception.

Mais après une minute de silence, ma mère reprit la parole :


- Si la personne à qui tu penses c’est toi, alors pourquoi pas. Mais il faut que ça reste de l’ordre du massage.


Elle se déhancha pour faire glisser à deux mains sa culotte sur ses cuisses. Repliant ses jambes elle la fit passer par-dessus ses genoux avant de la descendre jusqu’aux chevilles et de s’en débarrasser d’une ruade.

Puis elle avança son fessier jusqu’au bord du fauteuil. L’invitation était lancée.

Ses cuisses étaient marquées de cellulite. Je pariais qu’elle ne contrôlait pas le fouillis de poil. Noir comme sa chevelure, qui débordait largement de partout. Mon regard glissa sur la vulve béante et rouge. Barbouillées de mouille baveuse. Je voyais même l’anus avec ses stries de couleur bistre. Sans la quitter des yeux, je me débarrassais de mon pantalon.

Ma queue à l’air je n’avais pas pu m’empêcher de poser ma main sur le sexe de ma mère. Elle fut un peu surprise et lâcha une petite plainte. Je procédais par mouvements circulaires. Elle s’agitait sur son fauteuil. Écartant ses cuisses au maximum.

En expert, je variais mes gestes. Faisant aller et venir mes doigts. Descendant bas au creux de la raie, près de l’anus. Appuyant sur le périnée. Puis remontant le long de la fente jusqu’au pubis.


Entre temps elle avait ceinturé ma pine avec ses doigts. Me masturbant de mouvements lents suivis de caresses rapides. Avec par instants des pauses au cours desquelles elle comprimait la bite dans la paume, épiant les pulsations. Une expression de ravissement se peignait sur son visage.

Je m’attardais sur son bouton. Elle émit une sorte de sanglot, suivit tout de suite après, d’un gémissement. Avec deux de mes doigts, je l’avais pénétré. M’apercevant à quel point elle était trempée. Ses joues avaient roussi, alors que son vagin en se contractant mordait mes doigts. La cadence de sa main sur ma queue s’était activée. Je lui rendis l’appareil en faisant de même avec mes doigts.

Très vite, j’étais était arrivé à un point de non-retour. Ma verge dans la main de ma mère s’était dilatée à l’extrême. Un liquide blanc sirupeux s‘échappa du méat, s’élevant vers le plafond, pour retomber sur mes jambes. Les dernières décharges coulaient sur la main maternelle. Mon plaisir déclencha le sien. Elle l’extériorisa en emprisonnant mon poignet entre ses cuisses.

Dans les jours qui avaient suivi cet épisode, nos masturbations incestueuses étaient devenues comme une habitude. Notre hebdomadaire à nous. Nous étions beaucoup moins réceptifs l’un envers l’autre.

Un soir après avoir chargé les courses dans le coffre, nous nous étions installés sur nos sièges respectifs. Mais alors que j’allais démarrer ma mère me donna un petit coup dans la jambe pour que je les écarte.


- Attends avant de mettre le moteur en route. J’ai envie de m’amuser un peu. Fit-elle avec un de ses sourires en coin qui me faisaient toujours fondre. Elle se pencha au-dessus de mon sexe, alors que j’avais le cœur qui s’emballait. La surdose de films porno lui avait donné des idées.


Après m’avoir défait, elle me caressa doucement. Sa main gauche était venue à la rescousse de la droite. Sa plaçant sur mes bourses. Me les massant. Heureusement pour notre tranquillité le parking était presque désert en cette fin d’après-midi. Et l’obscurité nous cacher à la vue des clients.

Il ne m’avait pas fallu longtemps avant d’afficher une érection respectable. J’aurais aimé qu’elle me prenne en bouche. Qu’elle me goûte. Qu’elle me donne du plaisir avec sa langue. Mais cela il ne fallait pas y compter.

La sève monta, impétueuse, irrésistible, et explosa dans le calice dilaté. Il me semblait que la jouissance me déchirait la poitrine. Faisant sonner mes cordes vocales. Criant mon bien-être à gorge déployée. J’avais éjaculé abondamment.

Pendant tout le temps que je me déversais dans sa main droite avec l’autre, elle massait mes testicules à un endroit bien spécifique qui semblait me faire jouir bien plus fort. Une fois certaine que je lui avais tout donné, elle cessa ses mouvements de va-et-vient. Je ne pris même pas la peine de me rajuster pour quitter le parking.

Je comptais bien donner à maman autant de plaisir qu’elle m’en avait donné dans la voiture. Et pour ça je voulais, à mon tour la surprendre. Préparé quelque chose de très spécial. Mais j’étais en panne d’idée.


Pourtant un soir, maman m’invita à la suivre jusqu’à sa chambre. Alors qu’elle refermait la porte, je ne sais pourquoi puisque nous étions seuls dans l’appartement, elle me dit :


- Tu te rappelles quand tu étais plus jeune et que tu faisais des bêtises. Tu avais droit à une correction.

- Oui… je m’en rappelle très bien.

- Tu te souviens avec quoi je te corrigeais.

- Oui avec un martinet.


Elle s’avança jusqu’à son armoire et l’ouvrit.


- Et bien je l’ai encore.

- Ah oui ! Tu l’as gardé en souvenir.

- Oui, on peut dire ça.


Effectivement elle me l’exposa, très fière d‘elle. Elle me le tendit.


- Que veux-tu que j’en fasse ?


Fis-je en tendant la main.


- Il se trouve que ses derniers temps je n’ai pas été très sage. J‘ai regardé des tas de films coquins. Alors je veux que tu me corriges.

- Mais il n’en est pas question…

- Fais-le crois-moi. Tu ne peux pas savoir le bien que cela va me faire.

- Tu en es sur…

- Comme un et un font deux…

- Bon si tu insistes…


À contrecœur j’acceptais la mission. Elle se posa sur son lit, à quatre pattes, et souleva sa jupe. Elle ne portait rien en dessous. Je

matais son cul. Éblouissant. Jamais je n’avais été autant fasciné devant une croupe féminine. Il faut dire que j’avais

affaire à un authentique chef-d’œuvre. Celui de ma mère. Au modelé affriolant, avec ses formes et ses contours.

La gorge sèche, j’examinais le martinet puis le cul de marbre rose de maman. Elle creusait les reins au maximum. Crispant nerveusement les fesses dans l’attente du premier coup. Je m’aperçus avec une vague honte que des frémissements douloureux parcouraient ma queue.


- Alors qu’attends-tu ? Fit maman, impatiente.


Excédé par son insistance, je levai le martinet et cinglais. Sans trop appuyer, les reins offerts. Le cul tressauta, mais elle me supplia de frapper plus fort. Je la châtiais alors avec force. Cette fois les lanières de cuir laissèrent une marque rouge sur les fesses. Je me mis à la battre à coups redoublés. À chaque mouvement de mon bras, ma verge bandée se frottait à mon pantalon. Me procurant une sensation agréable. Je m’aperçus soudain que je me prenais au jeu et je m’arrêtais.

Les fesses de ma mère étaient cramoisies. Zébrées de marques bleuâtres. J’en étais peu fier.

En regardant le manche en bois avec sa boule au sommet, j’eus une intuition fulgurante. Emporté par je ne sais pas quelle folie, j’avais glissais le manche dans l’entrecuisse de ma mère. L’enfonçant sans difficulté dans le vagin ouvert et humide. Surprise, elle tourna la tête vers moi.


- Mais… qu’est-ce que tu fais, mon chéri ? Bredouilla-t-elle.


Sans répondre, je me mis à la limer profondément avec l’objet. Elle se mit à gémir. Il ne m’en fallait pas plus pour accélérer le mouvement de mes va-et-vient.


- Ooooh…. Alain…. J’ai honte….


En dépit de ses protestations, elle lança son fessier à la rencontre du martinet qui le défonçait. Réclamant de l’avoir encore plus fort, encore plus loin. Après son deuxième orgasme, je m’étais arrêté. Manche planté à fond dans le con trempé. Elle m’exprima sa frustration. Alors je me repris au jeu, lui pistonnant le ventre. Et ceci jusqu’à ce qu’elle atteigne le troisième orgasme. J’avais le poignet endolori.

Puis j’ôtais l’objet gluant de son vagin pour lui caresser la raie des fesses. Avec le bout arrondi, j’effleurai l’anus. Avant de l’appuyer avec plus d’insistance. Ma mère fit un écart. Je lui cinglais durement le postérieur.


- Ne bouge pas… veux-tu ?


Honteux je sentais ma queue s’ériger. La situation m’excitait au plus haut point et malgré moi. Je frappais une deuxième fois, mais moins fort, et elle recommença à geindre. Je lui touchais de nouveau sa chatte, avec l’extrémité du manche. D’elle-même elle se cambra, cherchant à faire pénétrer l’objet entre ses lèvres. Je ne résistais pas à son appel. L’enfilant d‘une poussée. La besognant avec force.

La mouille coulait le long de la tige de bois. Gouttant sur le lit et sur mes doigts. Elle hurlait, lançant vers l’arrière ses fesses écartelées, à la rencontre du manche qui la baisait comme l‘aurait fait une bonne bite. Combien d’orgasmes avait-elle eus ?

Bientôt ses spasmes s’espaçaient et se calmaient. Elle se laissa tomber sur le lit. Alors qu’elle reprenait son souffle, je lui ôtais le manche encore prisonnier de ses lèvres.

Cela nous avait tellement enthousiasmés que nous avions renouvelé l’expérience à plusieurs reprises. Et cela jusqu’à ce que je parte sous les drapeaux. Chose curieuse pendant cette période ma mère avait recueilli son neveu…


Tiens ! Tiens… je me demande bien pourquoi…