Le site de l'histoire érotique

Une première

Chapitre 1

1
1

Une histoire érotique écrite par Anonyme

Histoire lue 1 224 fois

1

0

Il y a deux ans pour son quarantième anniversaire, j’avais décidé d’emmener Martine souper à Paris.

Sa petite chatte entièrement épilée,elle enfile un petit ensemble en dentelle noir ’culotte et soutien-gorge’ que je viens de lui offrir, elle recouvre le tout d’une jupe en cuir mi cuisse, et d’un petit chemisier blanc en dentelle anglaise

Après un bon dîner bien arrosé, je décidait de faire le tour des quartiers chauds, nous avons commencé par faire du lèche vitrine sur Pigalle, puis nous avons descendus la rue Saint Denis. C’était en plein mois de juillet, il faisait chaud, les prostituées arpentaient les trottoirs dans des tenues plus que légères.

Je jetais un regard vers ma compagne, elle me sourit, et viens se coller à moi.

Elle pose sa main sur ma cuisse, et lentement remonte jusqu’à la bosse qui déforme mon pantalon.

Elle descend la fermeture, glisse sa main à l’intérieur, me caresse quelques instants à travers la toile du slip devenu maintenant vraiment trop étroit, et, enfin libère mon sexe.

De mon coté, je glisse à mon tour ma main sur sa cuisse, remonte sous la jupe jusqu’à sa petite culotte de dentelle, pour lui rendre la pareille.

Dans un état d’excitation avancé, je lui propose de trouver un petit coin tranquille, et de continuer ce que nous avons commencé. Elle sourit, et me répond ’ si tu veux, mais où ?’.

J’avais ma petite idée sur la question.

Je repris donc la direction du périphérique, et, Direction le Bois de Boulogne.

Arrivés dans ce lieu que je connaissait plus que de réputation, Je m’engageais dans une allée qui me semblait déserte.

Afin de nous en assurer, je suis descendu satisfaire un besoin naturel.

De retour à la voiture, je prenais soins de fermer les portières, et me penche sur mon épouse pour l’enlacer.

Elle m’embrasse avec fougue, je commence à dégrafer le petit haut de dentelle, passe la main à l’intérieur, et libère ses deux petits seins, que j’embrasse, en prenant soin de bien insister sur ses tétons qui se mettent à durcir.

De son coté, elle à tendu la main vers mon bas ventre, mais la position, ne lui permet pas d’atteindre l’objet de ses désirs.

Je me relève donc, et ouvre mon pantalon que je fait descendre à mi-cuisse . La gourmande se met à genou sur la banquette me caresse le sexe de sa main, puis avec la langue avant de l’avaler presque entièrement. Ma main droite glisse le long de son dos, je remonte entièrement son chemisier, jusque la tête, elle se relève un instant, et l’enlève, et le jette sur la banquette arrière, elle dégrafe le soutient gorge qui va le rejoindre, et reprend sa fellation.

Je couche un peu ma banquette, et ma main droite repart en exploration, arrivé au bas de la petite jupe, je la remonte, jusqu’à ce qu’elle n’est plus l’air que d’une ceinture sur sa peau nue, Je la glisse maintenant dans la petite culotte, qui de ce coté là, ne cache pas grand chose, l’écarte un peu, et commence à faire aller et venir mes doigts dans ce sillon en prenant soin de m’attarder sur sa petite rondelle de chair, pour aller enfin finir dans sa petite chatte chaude et humide.

A ce moment là, je relève un peu la tête, et vois trois silhouettes se tenant derrière la vitre de Martine, je lui relevait délicatement la tête l’embrasse, et lui dit à l’oreille’ nous avons des spectateurs’. Tout d’abord elle voulu que l’on parte, mais je lui dit qu’on ne craignait rien dans la voiture, et que la situation m’excitait.

Elle se laissa donc faire, je l’allonge sur le dos, et commence à lui embrasser l’entrejambe, deux doigts glissait dans sa chatte, et ma langue jouait avec son clito, je lui dit ’Regardes, trois belles queues qui bandent pour toi. Tu veux les toucher ? ’.

Sans attendre sa réponse, j’ouvre la vitre avant droite, les trois queues s’avance à l’intérieur de la voiture, elle en attrape une qu’elle se met à caresser timidement, les mains inconnues sont elles entrées dans la voiture, et caresse ses seins et sa chatte, moi en spectateur, je la regarde se faire caresser par les trois hommes, elle commence à réagir à leurs attouchement, ses gémissements commencent à monter lorsque l’un d’eux, la pénètre avec ses doigts, un autre triture son bouton. Elle se redresse, et embouche les trois sexes les uns après les autres . Elle est maintenant à genou, la tête et le torse hors de la voiture, un des gars frotte son sexe sur ses seins, le plus agé des trois se retire de sa bouche, et lache son sperme sur son visage, il se rajuste, et disparaît dans l’obscurité.

Les deux autres continuaient à se faire sucer, de mon coté, je n’allais pas rester sans rien faire, je profitait donc de la position de Martine pour lui lécher la fente dégoulinante de mouille, remontant et glissant ma langue sur sa petite rosette, elle avait l’air d’apprécier, il suffisait de la voir agiter son petit cul., j’entendis les deux mecs pousser un long rale presque simultanément, je pouvait deviner que pour eux aussi c’était fini, comme le premier il se rhabillèrent, et disparurent dans l’ombre.

Après deux minutes, le temps de m’assurer que le champs était libre, je la fais sortir de la voiture, l’entraine vers un petit bosquet , là, je fais tomber la jupe, fais rouler la petite culotte jusqu’au sol, je reste un instant à la contempler nue, j’enlève ma ceinture, je l’attache les bras levés à un arbre, et lui bande les yeux avec mon tee-shirt. Je ramasse une branche, et je commence à lui fouetter les fesses, elle veut crier, mais je lui dit que si elle crie elle risque d’attirer du monde. Elle étouffe donc ses cris.

Je lui fait écarter les cuisses, lui introduit deux puis trois doigts dans sa chatte, elle est trempée, je remplace mes doigts par mon sexe, et la prend sans ménagement, je la sens se contracter, elle gémit,’ je viens’ un long jet chaud coule le long ses jambes, j’explose me vidant dans son ventre.

Je la détache, lui enlève le tee-shirt servant de bandeau , l’aide à l’enfiler pour cacher sa nudité, et retournons à la voiture.

Sur la route du retour, nous nous sommes promis d’autres soirées aussi chaudes.