Le site de l'histoire érotique

Vacance d'un hétéro avec un copain bisexuel

Chapitre 2

11
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le

11

0

À ma demande..... Écris de la main de mon ami d’enfance


Le 2e jour...


Mon arrivée à Cuba s’est passée encore mieux que je ne l’imaginais. Je pensais qu’on serait nerveux... que ça prendrait quelques jours à se ré-apprivoiser. Mais il n’en fut rien. Nous n’étions pas aussitôt entrés dans la chambre après avoir pris quelques verres que j’étais déjà venu deux fois grâce aux mains agiles et à la bouche chaude de mon amant de jeune adulte, dont j’avais oublié cette grande qualité : il ne pense pas qu’à son plaisir à lui... il aime faire jouir. Et j’avais tellement envie de re-goûter ce sperme et dès le premier soir, j’ai eu le plaisir de l’avoir dans le fond de la bouche... de sentir sa grosse queue et ses pulsations tout en l’entendant gémir... comme j’ai tant aimé l’entendre quand on était plus jeune.


Je me réveille vers une heure du matin et il est parti. Il est retourné dormir dans sa chambre. J’ai encore un gros bandage et j’ai envie d’aller lui faire une pipe en pleine nuit, mais je me retiens. Je finis par retrouver le sommeil en me retenant de me masturber une autre fois, parce que je repense à ce que l’on vient de revivre et j’ai envie de continuer.


9h00 am. Ça cogne à la porte. C’est lui qui me dit de me lever pour que l’on aille à la plage. C’est une plage nudiste. Je n’y suis jamais allé de ma vie. Lui s’y sent très à l’aise et discute déjà avec d’autres québécois à qui il me présente comme son ami d’enfance qui a perdu sa conjointe il y a un an et qui m’a convaincu d’aller à Cuba pour me changer les idées. On discute, se baigne dans la mer, boit beaucoup de boisson et profite de la vie et du soleil. Je suis une peu mal à l’aise d’être nu en public au début mais je m’y fais et y prend rapidement un certain plaisir.


Après le lunch, je vais aux toilettes parce qu’on a quand même pas mal bu. Il arrive alors que je suis en train d’uriner et se place juste à côté de moi. Nous sommes seuls... Et de le voir à côté de moi comme ça me ramène encore automatiquement à notre adolescence. Nous n’avons pas tout fait... mais nous en avons fait beaucoup. Et j’ai envie de m’agenouiller devant lui et de le sucer là et maintenant, comme on dit. On se regarde mutuellement et on regarde nos queues... on a chacun un semi bandage. Je lui demande la permission de le sucer... juste quelques coups... et il me dit oui. Nous sommes vraiment nerveux car n’importe qui peut entrer à n’importe quel moment... je ne prend que quelques bonnes pompes de son membre viril qui est dur en quelques secondes... et puis on s’arrête. J’adore ça... on s’excite puis on s’interrompt... on va remettre ça plus tard.


On sort comme si de rien n’était... il reste quelques minutes après moi pour qu’on ne revienne pas en même temps avec nos nouveaux amis. On prend quelques verres... il butine de femmes en femmes pour savoir d’où viennent ces belles québécoises... Je sais qu’il aimerait bien en trouver une qui serait assez ouverte pour vivre un trip à trois avec moi. Et à ce que je peux voir, ce serait assez facile. Ce qui est compréhensible... nous sommes deux québécois bien portants, seuls, assez riches pour aller à Cuba, de belle apparence, bien membrés... plus que tout pour satisfaire une femme. On joue le jeu... mais nous ne sommes que la deuxième journée et on a autre chose à vivre.


Vers 14h00, je vais faire une sieste. C’est les vacances... pourquoi pas. J’adore les siestes en après-midi. Je suis couché depuis une quinzaine de minutes que j’entends mon voisin entrer dans sa chambre. Il ouvre la porte communicante et va se coucher. Mon cœur bat très vite et après quelques minutes, je vais le rejoindre.


’excuses-moi, mais je ne peux pas dormir..."


Je relève le drap, et il est nu. Je prends un moment pour regarder celui qui était un jeune homme la dernière fois que je l’ai vu... et j’ai l’impression que rien n’a changé... que l’innocence de notre jeunesse est encore bien présente. Je ne fais ni une, ni deux... je commence à le caresser doucement et je prends son beau gros membre dans ma bouche. Je l’ai eu hier soir, mais c’est encore comme si c’était la première fois. Je sais qu’aucun autre mec ne l’a eu... que je suis le seul... et cela m’excite comme c’est incroyable. Je veux aussi lui rendre les jouissances incroyables qu’il m’a procuré la veille. Il goûte la mer, le soleil, et la jeunesse.... ma jeunesse... J’ai envie de le faire jouir... je le caresse... il y a de l’huile à massage à côté du lit que j’utilise pour lui faire un massage complet. De la tête aux pieds, en terminant par sa belle grosse queue qui me fascine. Je suis moi aussi bandé super dur et il me caresse... Mais pour moi, ce qui est important, c’est de le faire jouir. Et vite. Pas parce que nous sommes pressés... pas du tout. Parce que j’ai envie de sentir sa queue gicler dans le fond de ma gorge... Il me tient la tête et me donne sa queue dans le fond de ma bouche de façon très instinctive. Puis il me dit "je vais venir"... et son sperme chaud gicle dans le fond de ma bouche. Je suis au paradis... je viens sans même me toucher et mon sperme gicle sur lui alors que sa queue se vide encore dans ma bouche.


Je retourne dans ma chambre et me couche. Il me réveille à 17h30. On prend nos douches chacun de notre côté et on va souper au buffet. On s’assoit encore avec un groupe de québécois. On mange, fait la fête, prend des verres puisque c’est tout inclus... on danse, discute avec les gens et on va tous se coucher en même temps. Il est presque minuit.


0h45... le mec sur qui j’ai tant fantasmé quand j’étais jeune adulte (et bien des années après (et encore aujourd’hui) vient me rejoindre dans mon lit. Je fais un peu semblant de dormir, mais tu me dis "J’ai encore besoin de venir une autre fois avant de dormir". Tu dis ça en te collant sur moi... ta belle queue bien bandée entre mes fesses et en me prenant la queue qui était déjà dure, parce que je pensais justement à ça depuis une trentaine de minutes :) Tu porte un anneau autour de ta queue, et moi aussi j’avais enfilé le mien en me couchant, en souhaitant secrètement cette visite nocturne. J’ai vraiment envie de faire plein de choses... mais je ne veux pas aller trop loin... je ne voudrais pas te faire fuir. On se caresse pendant un moment dans le noir. J’aime vraiment ta queue... depuis toujours. De la sentir comme ça entre mes mains, ça me rend heureux. On pourrait juste se masturber mutuellement comme ça jusqu’à ce que l’on vienne que j’en serais très heureux.

Mais j’ai d’autres idées... j’ai apporté un jouet que j’ai bien envie d’essayer avec toi. Après un 69 d’enfer que j’ai dû interrompre parce que j’allais venir, je sors mon ’’Fleshlight’’. Un vagin artificiel en forme de lampe de poche. Après t’avoir enduit sa queue de lubrifiant, je l’insère. Tu adores ça... Je monte et descends et tu me dis que c’est pareil à un vrai. J’approche alors ma queue gonflée contre la tienne, et j’insère mon shaft à côté du tiens dans le même trou. Wow... Je suis désolé, mais je ne peux pas durer longtemps... Je sens ta belle grosse queue glisser contre la mienne dans le même trou et je viens en très peu de temps. Toi aussi tu viens... notre sperme se mélange dans mon jouet... et quand tu sors ta queue, tu la portes à ma bouche pour que je te suce. Je goûte le mélange de nos deux spermes. C’est très cochon... j’adore ça. Tu me dis que je suis très cochon... Et pour te le prouver, j’avale ce que j’ai dans la bouche. On prend notre douche ensemble... juste pour le plaisir. Puis on va se coucher chacun de notre côté, Demain est un autre jour...