Le site de l'histoire érotique

Vacance d'un hétéro avec un copain bisexuel

Chapitre 3

8
4

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 2 800 fois

8

0

Il ne faut pas oublier que je suis en couple depuis quelques années avec ma femme qui sait tout de moi. Nous sommes très actifs sexuellement, de 3 à 5 fois semaine. J’adore tout d’elle et ce que l’on fait ! Parfois elle me demande.... ’’ Ce soir, tu m’encule ? Ça fait longtemps !’’. Sous la douche parfois, je la prends par en arrière. J’adore lui donner de bon coup pour l’entendre gémir et jouir, car pour elle jouir est une facilité. Généralement entre 2 et 5 orgasmes ! Plaisant pour un homme ça ! Ma femme m’avais averti avant de partir, tout ce qui se passe à Cuba, reste à Cuba, mais protège toi !

Je suis alors à Cuba pour une vacance avec mon ami d’enfance qui a perdu sa femme il y a plus d’un an. Bi de nature et ouvert à ce sujet, avec qui j’avais eu des épisodes de découvertes entre hommes. Je ne suis vraiment pas gay, mais un hétéro qui se converti en bisexuel depuis quelques jours... semble que oui !!! Aucun autre homme ne m’a attiré, mais ce qui m’a fait franchir ce pas, sont les mémoires de nos activités sexuelles de jeunesse.


Le troisième jour


Je me lève vers 10 heures, encore éméché par la boisson de la veille et aussi les quelques aventures avec mon ami de jeunesse. Il s’est levé plus tôt et déjà parti. Ma femme me manque, mais aussi la chaleur féminine dont je suis habitué. Cela me donne une idée... J’avais remarqué à la plage nudiste une fille et sa mère (Mexicaine). La mère, environ 65 ans qui passe inaperçu, mais pas la fille qui en a 28. Elle sont en vacance ensemble et seul.

J’en profite pour aller à la plage seul, car mon ami est parti, je ne sais pas ! Elles y sont, j’en profite pour me placer près d’eux. Je connais quelques mots d’usage en espagnol, mais elles parlent aussi l’anglais comme moi. Alors je sympathise rapidement, mais c’est toujours la mère qui répond. Je mate souvent la fille et je la détaille. J’ai mes lunettes de soleil, mais je crois qu’elle remarque mes regards. La fille est très gêné, elle se lève et dis à sa mère en espagnol: ’’ Es él que quiero, mamá.’’

La fille, disons la femme, pars vers la mer en boitant, nous montrant son postérieur parfait et rebondi, en plus d’avoir remarqué son petit minou imberbe avec un petit bout qui en ressortait, comme une grimace. Ses seins ne sont pas gros, ni petits mais on peut se douter qu’aucune grossesse n’à affecté ce corps !

La mère me sort du rêve en disant ’’ Hey Chico ’’. En anglais, elle me dit que sa fille avec eu un grave accident et depuis boitait et avait perdu toute confiance en elle. Mais elle voulait coucher avec un homme qu’elle ne reverrait jamais et si je suis d’accord, je suis l’élu. Je fus abasourdi ! Je n’avais même pas à draguer. D’usage, elle me demande si je n’ai pas de maladie et d’être très doux avec sa fille Maria. Tu as ce soir seulement ! Je lui réponds ’’ Con mucho gusto ’’, que j’avais appris.... ’’Avec plaisir’’.

Je vais à la mer pour rejoindre Maria, qui me sourit. Nue comme un ver, déjà en semi-érection, j’avance vers cette femme qui me plait déjà., sans être une beauté extraordinaire, elle est jolie et un corps de jeune femme provocateur ! ’’Holà’’ lui dis-je. D’un anglais impeccable elle me répond, ’’Hi’’. Nous avançons dans l’eau jusqu’aux épaules pour jaser. Parler de moi, d’elle, de son accident. C’est très amical et le lien se tisse rapidement. Tout à coup, elle me demande, ’’Toujours d’accord pour ce soir ?’’ Je lui répond que oui sans hésitation. Mais je prends le temps de lui dire que je suis en couple avec ma femme et que je suis ici en vacance avec mon ami d’enfance. Elle me dit qu’elle nous avais remarqué tout les deux et qu’elle se demandait si nous étions gais. Je me sens rougir et réponds rapidement que non mais qu’étant jeune nous avions eu quelques aventures. Elle rit en me disant, ’’j’aimerais bien voir ça !’’.

Elle me demande comment je la trouve tout en se faisant flotter sur l’eau. Ses seins apparaissent et aussi sa jambe qui a une longue et épaisse cicatrice. Je me rapproche pour pouvoir la soutenir par le dos et les fesses. Je soulève et donne un petit baiser sur la cicatrice et dis ’’ Muy bonito’’. Elle glisse son bras dans l’eau et empoigne mon pénis qui a commencé à bander et fait quelques va-et-vient. Je savoure ce geste en palpant ses fesses. Elle plonge et ressort plus loin en disant ’’ See you tonite’’. Je reste dans l’eau un moment, pour laisser ramollir mon membre.

On se retrouve pour le souper, avec sa mère bien sur... Mon ami est de retour, parti en exploration, il m’avait laissé une note que je n’avais pas vue ! Nous mangeons en faisant plus connaissance. Le vin cubain n’est pas très bon, mais ce soir il coula à flot. La mère qui en a déjà assez, se lève et viens vers moi en me serrant le bras et me chuchote à l’oreille ’’ Be nice to her ’’.

Nous changeons de place pour aller au bar et boire quelques Cuba Libre (rhum et coca). Il n’y a plus de gène entre nous trois et la soirée avance. Elle a pris le temps de nous expliquer sont accident de moto et qu’elle a perdu son amoureux il y a deux ans et qu’elle veut renouer avec la vie. Mon copain explique la perte de sa femme qui eu un cancer. Mon ami sentait la chimie, mais voyait qu’elle me touchait souvent la main ou la jambe. Il ne voulut pas s’interposer entre nous, sachant mon goût pour les femmes, plus que pour les hommes. Un peu déçu il nous quitta pour se coucher.

Moi et Maria en profita pour prendre un dernier verre. Elle glissa un peu de poudre dans mon verre et m’embrassa. Je lui dis que je ne prend pas de drogue. Elle sourit et me dit qu’elle voulait que je reste dur pour la nuit ! Je bus alors le verre.... j’ai quand même plus de 50 ans !!!

Nous quittons pour ma chambre et tout en marchant, elle me demanda si elle pourra nous voir en action comme quand nous étions jeunes adultes. Je lui réponds.... à une condition. Qu’il puisse aussi te baiser et faire un trip à trois. Elle me sourit et dit, autant profiter de ma seule soirée libertine. Ne dis pas à ma mère.

Nous entrons dans la chambre, la porte de mon voisin est fermé.


La suite......