Le site de l'histoire érotique

Vacance d'un hétéro avec un copain bisexuel

Chapitre 4

10
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le

10

4

3 ième jours, la suite...

 Je vérifie la porte, et comme je m’y attendais, elle n’est pas barré ! Aucun bruit, il semble dormir. Maria me tire vers elle et m’embrasse. Sa main glisse vers le bas par dessus le pantalon et me palpe la queue. Je lui flatte le dos et descends aussitôt vers ses fesses que j’avais plus tôt, palpés dans l’eau. Je soulève sa robe pour aller titiller cette petite grimace que j’ai aperçu. Elle me prend la main et dit ’’ Not so fast, let’s take a shower.’’ Alors on se dirigent vers la douche.

 Entre-temps mon ami qui est de l’autre côté nous a entendu rentrer et ricaner. Pensant à moi et ma préférence hétérosexuel, il sait que je préfère les femmes et décida de s’endormir.

 De mon côté, je peux l’admirer dévêtir son corps, que c’est beau un corps de jeune femme. Je bande déjà comme un cheval en rut, sauf sa longueur!

 Nous lavions l’autre en découvrant toutes les parties de nos corps. Je me colle sur son dos et lui masse tendrement les seins. Sa tête sur mon épaule, elle gémit les yeux fermés. J’en profite pour descendre ma main gauche sur sa vulve qui grimace encore plus que cet après-midi à la plage nudiste. Je découvre chaque coté bombé et puis vais directement sur le clitoris. Les jambes lui ramollissent, de sa main, elle empoigne mon pénis qui sursaute sur ses fesses. Elle se tourne et se penche pour me prendre en bouche. À cet instant, c’est moi qui gémit. Sa langue qui tourne tout en suçant de long va-et-vient sur mon membre qui ne demande que ça pour l’instant. De ressentir le fond de sa bouche, je sens que je vais venir rapidement, je lui dis, doucement, pas tout de suite, je la soulève. Je mets ma bouche sur son sein pour lui mordiller le bout durci. Je recommence à effleurer son clitoris gonflé et sans prévenir, je lui insère un doigt dans sa chatte. Je remonte vers son point G avec une douce pression. En moins de 10 secondes, un orgasme fulgurant lui traversa le corps. Je dû la soutenir pour ne pas qu’elle tombe. Elle reprit conscience peu à peu et se pencha en me montrant sa croupe, elle reprit ma queue et la fit glisser en elle sans aucun problème. Je la pénétra jusqu’au fond. Ses petits cris comprendre son appréciation du renouement avec la sexualité. J’entre et sort doucement sur toute la longueur que je peux offrir. Un deuxième orgasme lui foudroya l’intérieur. J’en profitais alors pour la limer à fond durant son orgasme.

 Le calme revient, mais mon envie de jouir est imminent. elle le sait, se retourne et me dit, ’’pas dans la bouche s.v.p. viens sur mes seins’’. Elle me pompa comme une déesse en manque tout en massant mes couilles qui se préparaient à se vider. La vue de l’eau qui ruisselle sur ses seins bombés et la volupté de sa bouche fit monter ma jouissance. Je l’averti à temps et se retira pour me faire éclater en multiples jets sur ses seins de jeune femmes. Arrrrhhhh......

 Nous reprenons nos esprits et sortons pour se sécher. Elle me dit, désolé je n’aime pas ça dans la bouche, j’aurais aimé te faire plaisir. Je lui répond que j’ai eu beaucoup de plaisir et que.... je connais une personne qui aimerait bien avaler. Elle sourit et me dit, ah oui, allons voir, je tiens promesse si tu tiens la tienne. Pas de problème, lui dis-je.

 Nues, nous entrons doucement dans la chambre de mon ami qui dort. Seul la lumière de ma chambre nous permet de voir. Sans faire de bruit, nous avançons vers le lit, elle se faufile sous la couverture tandis que moi je me place a genou à côté de lui près de son visage. Je lui présente ma queue bandée sur sa joue, je la glisse doucement pour étendre une goutte d’excitation qui perlait sur mon gland. Il sursaute, me voit et sourit. Il empoigne rapidement ma queue, l’introduit dans sa bouche immédiatement, comme s’il était en manque de sexe. Il arrêta, me regarda et dit, ta soirée s’est bien passé? En finissant de dire sa phrase, Marie pris sa queue qui commençait à durcir et se mit à le sucer. Mon ami surpris, me regarda avec un très grand sourire et recommença à me sucer.

 Après quelques minutes de cet échange buccal, Marie s’assit sur le lit et me regarda. Son sourire voulait tout dire.... Je m’étends sur le côté, en position 69 pour l’engloutir profondément. Mon ami se prêta au jeu sans rien dire. Nous pouvions voir Marie se masturber et s’introduire un doigt en nous regardant. Elle semblait habituer de faire en solo, Car elle gémissait.

 Ça m’excitait énormément de me faire regarder lui faire une pipe comme il aime, profonde et succion prononcé! Le bruit de nous trois et l’odeur qui règne dans la chambre commençait une session torride de sexe.

De mon coté, je profite de l’occasion pour mettre ma main vers le sexe de Marie, elle me repoussa doucement, comme pour me dire, je veux vous voir, comme si cela faisait partie de ses fantasmes. Alors je retourne vers mon ami, lui pris les fesses. J’avança un de mes doigts vers ce que j’avais exploré deux jours avant, son anus. Il gémit comme pour dire, continue. Je le masse en tournant mon doigt autour de sa rondelle et puis commençait à pousser légèrement. Son trou se dilatait rapidement et semblait aspirer mon doigt. J’y inséra un, puis deux doigts en faisant de lent va-et-vient. Moi, ayant joui une première fois, j’étais endurant mais j’appréciais cette pipe que lui, seul homme à le droit de me faire.

 Marie se passe le doigt toujours en palpant ses seins de son autre main. Quel spectacle pour nous et pour elle car elle nous regarde avec un grand sourire. Parfois elle lèche son doigt et y retourne. Mon ami m’annonce que si je continue, il ne pourra se retenir. Je me relève et je lui dis, retiens toi, j’aimerais te voir pénétrer Marie. Elle s’étendit sur le dos, jambe relevé pour pouvoir le prendre profondément. Il la pénétra lentement avec son sept pouces en me regardant. Je m’approche de Marie pour me faire encore sucer. Elle râle de plaisir. Je râle aussi, ainsi que mon ami.

 Elle s’était masturbé avidement, en quelques minutes de ce manège, elle ne put s’empêcher de jouir encore. Aussi fort que les premiers orgasmes, elle en redemande encore comme si elle était insatisfaite. Nous changions de place pour profiter de cette nuit autorisée.

 Parfois je prends le pénis de mon ami pour le sucer quelques coups et le remettre dans le sexe de Marie qui mouillait abondamment . Je dis à mon ami, retiens toi le plus longtemps possible, je sais que tu peux, tu sauras quand. Retiens-toi.

Nous avons exploré plusieurs positions et nous profitions de nos corps. À un moment, étant de côté à eux, en les admirant, je décidai d’enfiler un comdon et je l’enduis de KY. Pendant ce temps, mon ami reprit une position à genou et penché sur elle. Je me plaça en arrière de lui. Il pensa tout de suite que je voulais faire une double pénétration à Marie alors Il s’écarta les jambes pour me faire de la place et Marie me regarda avec des yeux apeurés, comme pour me dire non.

Je dirige mon gland qui est toujours aussi dure vers son anus, pas celui de Marie, mais celui de mon ami. Il sursaute comme pour me dire, tu n’as pas la bonne personne. Je ne lui demande pas permission et J’insiste en poussant un peu plus sur son trou qui avait déjà été dilaté plus tôt par mes doigts. L’entrée se fait facilement et rapidement.

Je donne à mon ami, le fantasme qu’il m’avait divulgué, se faire fourrer par moi comme j’encule parfois ma femme. Il sent qu’il va jouir, j’arrête et lui dis, retiens toi, tu sauras quand tantôt. Il fait quelques pauses pour se retenir et profiter de me sentir au fond de ses entrailles. Il est submergé par la grosseur de ma queue qui s’enfonce et qui bute sa prostate. Il a une larme qui coule sur sa joue, sentant le mal et la jouissance entremêlé. Il redonne de l’ardeur en pénétrant à grand coup Marie qui se délecte du spectacle. Quand il recule, j’encule, j’enfonce. Mon ami est comme en transe, Marie ne se contient plus et jouis pour la quatrième fois. Ma queue se gonfle et il le sent, il contracte son sphincter. De voir Marie et mon ami déclenche le mien. J’éclate en jouissance et me vide dans le cul de mon ami à coup de butoir. D’une main je prends sa queue qui demande permission de se vider aussi. Je sort lentement pour ne pas lui faire mal, et tenant toujours sa queue avec une pression pour l’empêcher de jouir, je me glisse à côté de lui pour le prendre en bouche. Marie nous regarde en se remettant de ses émotions.

Il me regarde et flotte sur une autre sphère. Je lui fais signe. N’ayant même pas fini de cligner des yeux comme pour dire ok vide toi, il explosa dans ma bouche, à gros jets. La première, rempli ma bouche rapidement, il me voit, j’avale tout ce que je peux, ça coule sur le côté de ma bouche en ayant trop. Il continuait ses giclées, en me regardant faire, sachant que je n’osais pas avant, deux, trois, quatre jets et un râle profond qui donne la dernière gorgée de foutre. Je déglutis autant que je peux en ne me préoccupant pas du goût mais plutôt de l’orgie qui se fini.

Il dit tout haut, ’’Ostie je capote moi là.... ouf.

Marie, se rapproche et vient finir de nettoyer son gland avec moi, m’embrasse comme pour goûter ce nectar que seulement certain ose savourer. Elle nous regarda et nous dis ’’Thank you guys, you were awesome’’. Elle nous donna une bise sur la joue, se leva, boitant, alla chercher sa robe et ses souliers, puis parti en nous souriant.

Mon ami me regarde et dit... ’’dis moi que j’ai rêvé tout ça.’’

Non, pas du tout, j’ai réalisé mon fantasme du trip à trois, j’ai réalisé le tien aussi. Amigo