Bonjour

Voir mon profil Se déconnecter
Connexion

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Vacances à la campagne, avec ma soeur
Fantasme
Inceste
Catégorie : Inceste
35
35pts
Ah...!! Souvenirs souvenirs...l'année 1987. L'année de mon bac que je venais de décrocher avec fierté. C'est marrant, parce que cette année aurait pu ne pas être aussi mémorable, si mes parents avaient tenu leur promesse, et c'est plutôt paradoxal. Je m'appelle Thomas, Tom, pour les intimes.
Je suis issu d'une famille assez pauvre, alors, les vacances d'été se sont toujours passées à Paris, dans l'appartement de mes parents. Cet été 87, j'aurais dû le passer à Montpellier, sur la plage, le soleil et le sable fin, parce que j'avais décroché mon bac, et que c'était le défi que mes parents m'avaient fixé. « Si tu as ton bac cette année, tu pourras partir en camping avec tes amis, à Montpellier ». J'avais donc bossé comme un malade, mais finalement, mon père se faisant licencier, la promesse des vacances magiques s'était envolée.

Pour faire passer la pilule, Stéphane, mon oncle, et parrain, que je ne voyais pas souvent, m'avait invité chez lui, avec Alice, ma grande soeur, de deux ans mon ainée, à la campagne. Stéphane est ouvrier horloger dans le Doubs, et il travaille en Suisse. Imaginez mon tronche quand mes parents m'ont annoncé la nouvelle: passer de Montpellier à Bouse City. Heureusement qu'Alice était avec moi, au moins, on ne serait pas trop de deux pour s'occuper: et pour se sortir un peu, c'est mieux de connaître quelqu'un.
Mes parents m'avaient expliqué que le village de mon parrain était assez petit, il devait compter 2000 âmes: une autre planète comparé à Paris! Je voyais plus ces vacances comme une punition de ne pas avoir eu la mention, qu'une récompense du devoir accomplit! Mais je n'avais rien dit, ni Alice d'ailleurs: mes parents avaient déjà bien assez de soucis.
Nous débarquâmes donc, Alice et moi, à la gare de Besançon, au début du mois de juillet pour deux mois de vacances.

En arrivant sur le quai, je fus soulagé de voir arriver mon parrain: au moins, nous n'aurions pas à attendre.
« Salut les parisiens! Le voyage n'a pas été trop long? » me lanca-t-il.
« Nan, ça va. Salut Stéphane, répondis -je. Je suis quand même content d'être arrivé. »
« Salut Stéphane, dit Alice à son tour. On est quand même content de quitter Paris, ça fait du bien. Mais je pense que ça va nous changer du tout au tout! »
« T'inquiète. Tu sais, je pense comprendre vos craintes. Mais ne vous inquiétez pas, vous verrez. La campagne, c'est magique. Et puis, il y a Pontarlier pas si loin. Le jour où la ville vous manque, vous pourrez aller aussi sur Besancon. Mais je suis sûr qu'une fois que vous aurez vu le village, vous ne voudrez plus le quitter! » répliqua Stéphane.
« On verra », finit Alice, apparemment aussi sceptique que moi.

Arrivé à bon port, nous eûmes droit à la visite de la maison et les alentours. Finalement, je fus le premier surpris à admettre que Stéphane avait raison: je fus sous le charme de ce joli village! le coucher de soleil sur la maison était de toute beauté. Pas un brin de vent, juste une douce soirée d'été. Une odeur d'herbe coupée émanait des champs, le tout rythmé par le son des cloches des vaches. Je me rendis compte qu'une fois de plus, les préjugés parisiens sur la campagne était simplistes, et ridicules. Je me sentais bien ici. Ce qui ne semblait pas être le cas d' Alice, à en croire la moue qu'elle faisait.

-« Alors t'en dis quoi? » me demanda Stéphane.
-  « C'est super. Je pensais vraiment me retrouver au milieu de nulle part, mais on est loin des plaines de la Creuse que j'ai étudié en géo cette année. Le paysage est magnifique, les forêts sont grandioses, et l'air est si pur...si on excepte l'odeur du tas de fumier » lui dis-je en rigolant.
' « Tu vois bien, j'en étais sur. On voulait absolument s'installer içi avec Delphine: la campagne, y'a que ça de vrai. Et y'a tant à découvrir: vous pourrez faire des tours de vélo aussi. Et pour toi, Alice, y'a une bande de nenettes qui va régulièrement au village à coté à la piscine. Tu pourras faire connaissance... »
« Pourquoi pas, en effet » répondit ma soeur, pourtant guère plus enjouée.

En poursuivant notre promenade de reconnaissance, nous passâmes à coté d'une exploitation agricole, où mon parrain me désigna un petit garage accolé aux écuries.

- « Tom, si tu aimes tant la campagne, j'aurais besoin d'un service, pour demain: tu pourrais pas débroussailler à coté du jardin? Moi, j'ai encore 3 semaines à bosser avant les congés, ça m'avancerait. La débroussailleuse est dans ce garage. En fait, on l'a achetée à deux, avec Daniel. C'est lui l'exploitant de la ferme. Viens, je vais te montrer »me dit Stéphane.

Nous entrâmes donc tous les trois dans l'écurie, et en profitâmes pour saluer Daniel, le voisin en question.

-« Salut Daniel! Je te présente Tom, mon filleul et sa soeur, Alice. Ils passent deux mois de vacances. Je montre à Tom pour la débroussailleuse..., annonça Stéphane.
« Salut les jeunes! A peine arrivé, déjà au boulot?! » fit Daniel, avec un petit sourire. « Demain, je serais aux champs dans le tracteur. Mais pas de problèmes, elle est en ordre. Tu peux la prendre, le plein est fait de toute facon » répondit Daniel qui poursuivit. Viens, je vais te montrer où elle est ».

Nous passâmes devant l'écurie qui était presque vide. Seuls les jeunes veaux demeuraient à l'intérieur.
« Pourquoi ces veaux ne sont-ils pas dehors »? demandais-je à mon parrain.
« Ils sont encore trop jeunes, et pas sevrés me répondit Daniel. Si tu n'arrives pas trop tard demain matin, tu pourras leur donner à manger.
« Entendu, répondis-je.

Après avoir pris connaissance du fonctionnement de l'engin, nous rentrâmes chez Stéphane.

Au moment du coucher, et avant de regagner nos chambres respectives, nous échangeâmes nos impressions avec ma soeur.
« Je suis assez surpris par cet endroit » dis-je à Alice.
« J'attends de voir. C'est sûr que l'endroit est joli, mais j'ai peur de l'ennui à force. C'est bien sympa le vélo...mais bon...  » répondit-elle. « J'espère que l'on pourra un peu bouger de temps en temps... ».

Autant vous préciser tout de suite, Alice était une solitaire. Elle n'aimait pas se forcer à aller vers les gens, pour faire semblant d'être amie et que le temps passe plus vite. Elle préférait les vrais amis, et ne pouvait pas faire semblant, c'était son tempérament. Alors arriver en pleine campagne et repartir deux mois après ne l'incitait pas à faire connaissance avec des nouvelles éventuelles copines.

Pour le reste, bien qu'elle soit ma grande soeur de 20 ans, je ne la connaissais que fort peu. On avait chacun nos centres d'intérêts et amis respectifs. A vrai dire, ces vacances à la campagne seraient une occasion de se rapprocher un peu, car à Paris, il pouvait se passer plusieurs jours sans que l'on ne se croise, elle à la fac, et moi au lycée... Elle semblait finalement une fille comme le autres, sans histoires. Mais je ne connaissais finalement aucun de ses petits secrets, ses jardins secrets, ses amoureux, car comme vous l'aurez compris, nous n'étions ni proche, ni confidents...

Elle était plutôt mignonne, sans être une vraie bombe.
Deux choses faisait qu'elle se distinguait des autres filles: des yeux noisette en amande, agrémentant un sourire qu'elle savait rendre charmant, désarmant pour les hommes. Puis une poitrine que l'on remarquait tout de suite: sans être difformes, ses seins étaient malgré tout assez gros, mis en valeur il est vrai par sa petite taille (pas plus d'1m45), et son ventre plat. Mais Alice était ma soeur, et je n'avais aucune attirance pour elle. Dieu merci d'ailleurs.

Le lendemain matin, alors qu'Alice dormait encore, et que Stéphane était parti au travail, je me dirigeai donc vers les écuries de Daniel. Il était très tôt, mon parrain m'ayant prévenu que les paysans faisaient la traite des vaches le plus tôt possible.
-« Salut Tom! Pas trop dur le réveil? » me dit Daniel. « Allez, viens, on va donner à boire aux petits veaux, tu as beau t'être levé tôt, je n'ai plus que ça à faire pour avoir fini la traite. »
-« Zut, moi qui pensais m'être levé assez tôt! » dis-je, déçu.

-« Et bien dis donc! Tu seras un vrai paysan quand tu repartiras à Paris! » me répondit-il, d'un ton moqueur.

Daniel me tendit un énorme seau de 10 litres, d'où sortait une tétine. Il le souleva, et commença à le maintenir au dessus des barrières de métal. Les 4 petits veaux, se précipitèrent sur le festin et commencèrent à se battre pour avoir droit à leur dose de lait. Une fois que le premier eu bu, il me passa le seau pour que je prenne le relai.

« « Y'a des marques sur le seau, fait gaffe à ne pas leur en donner trop, c'est mauvais pour leur santé, ils n'ont que deux semaines » me dit-il. « Tu peux aller déjeuner quand tu auras fini. Je te met la débroussailleuse dehors avec l'essence. Passe la prendre quand tu voudras. »
« Merci Daniel. Bon courage aux champs! »lui répondis-je simplement ».

Je fus ravi de ce premier travail. Les petits veaux étaient si mignons. Il ne semblaient jamais rassasiés, et ce même s'ils avaient eu leur dose de lait. Toutefois, je dois admettre qu'il avaient fait naitre une curiosité en moi, que j'aurais bien aimé assouvir. Lorsque Daniel m'avait donné les instructions, concernant la nourriture aux veaux, l'un d'eux était venu me léchouiller les doigts, et avait commencé à me les têter, les confondant avec la têtine du seau. Daniel avait rigolé, m'expliquant qu'il n'y avait pas plus con qu'un veau.

Je passai la débroussailleuse, en regardant tantôt les champs, tantôt l'écurie, obsédé par mon idée. Je continuais ma besogne, en me rendant compte qu'il y avait quand même pas mal de tracteurs qui allaient et venaient dehors, et parfois, Daniel ou son apprenti que je ne connaissais pas, qui venaient changer les équipements du tracteurs: machine à endainer, pirouette, faucheuse...je remarquais que ce petit manège se faisait environ tous les 20 minutes. J'avais hâte de terminer mon travail, pour aller « ranger la débroussailleuse ». Arrivé enfin au terme de mon travail, au moment où deux tracteurs repartaient aux champs, je retournai donc à l'écurie, passage obligatoire pour arriver au garage et poser la débroussailleuse.

-« Que vous êtes mignon »...dis-je en passant aux veaux. Je fis des petits tapes amicales, leur cuir était doux. Le haut de leur crâne était moutonneux, très agréable au toucher. L'un d'eux sorti sa langue et me happa deux doigts. « Pas plus con qu'un veau » m'avait dit Daniel.

-« Y'a quelqu'un? » criai-je, de telle sorte de m'assurer d'être bien seul. Bien que le tracteurs soient sortis, Delphine, la femme de Daniel était à la cuisine, à l'autre bout du bâtiment, certes, mais bon...prudence était de mise.

A l'affût du moindre bruit, je saisi le seau, pour voir la réaction des animaux. Tous se levèrent en même temps. Complètement excité par leur entrain, je décidai d'expérimenter la théorie. Ce ne fut pas le tétine que je leur présentai alors. Ayant vérifié une dernière fois que personne n'apparaitrait, je baissai mon short, pris mon sexe en main, déjà presque en érection, et me cambrai à travers les barreaux. Les quatre veaux se précipitèrent sur la nouvelle tétine. Le plus rapide aspira directement mon pénis. La fellation qui s'en suivit fut tout simplement mémorable. Les petits veaux se battaient pour me pomper le dard. Et leur langue, habituée à chercher le lait, venait râper sur mon gland, et le dessous de mon pénis. La quantité de bave lubrifiait cette délicieuse pipe, et je fini par jouir dans la bouche de mes compagnons de travaux agricoles. Le pauvre bénéficiaire de ce dépôt en liquide devait être déçu de la quantité reçue, comparé aux doses habituelles...mais je n'en avais cure. J'avais pris un pied monstrueux.

Les jours, puis les semaines suivantes, je renouvelais cette petite expérience, aussi souvent que possible. Le soir, quand je donnais leur vraie nourriture, ce genre d'escapade n'était pas possible, car Daniel était présent. Le reste du temps, je prétextais souvent une bonne excuse pour me rendre aux écuries.

Les semaines se déroulaient tranquillement. La vie à la campagne était sympa, et je ne trouvai pas le temps long. Les longues promenades en vélo, les tours en ville, les activités agricoles lorsque Daniel me demandait un coup de main, étaient un pur bonheur. Ce n'était pas le cas de ma soeur qui semblait dépérir. Seules les virées en ville lui redonnaient un peu le moral.

Un après midi où je venais de trouver un énième prétexte pour aller me faire sucer par les petits veaux, je ressorti doucement de l'écurie, sans faire de bruit.

-  « Ca fait un sacré moment que mon instinct me disait de te suivre » entendis-je dans mon dos. « Tu es tout le temps fourré dans ces écuries. Moi, j'avais rien d'autre à faire que m'en rendre compte... »
Je reconnu tout de suite la voix d'Alice. « Tu te fais sucer par des veaux. Ben mon salop, t'as de ces idées... » me dit-elle, plus amusée qu'offusquée.
« Tu sais, je pense bien ne pas être le premier à avoir eu cette idée », lui répondis-je, ayant décidé d'assumer mes actes. « Tu diras rien, hein? »
-« Et alors, c'est comment? » me demanda-t-elle, sans répondre.
- « Du pure bonheur » lui répondis-je. « Mais t'as pas répondu...tu dis rien à personne, hein? »
- « On verra, je sais pas...ça dépend, mais si c'est le cas, tu me devras un retour de bâton... ».
« De quelle nature? » demandai-je , surpris.
« Je sais pas encore, on verra bien » me dit-elle...amusée.


Le soir même, Alice toqua à ma chambre.
« Ca ne te dérange pas d'être zoophile? » me demanda-t-elle, du tac au tac.
« Tu pousses, y'a pas eu pénétration. Ca reste zen...Je ne me verrais d'ailleurs pas me taper un veau...Beurk!!! »
« Bah, écoute, une relation sexuelle avec un animal, c'est de la zoophilie. C'est marrant, je suis plus vieille que toi, mais tu m'as devancé dans cette pratique. Je suis sur que tu es encore puceau! » répondit-elle, comme pour me remettre à ma place.
« Je ne suis pas posé ce genre de questions à vrai dire. Et pour ce qui est de ton affirmation...ça ne te regarde pas... ».
« En tout cas, j'ai réfléchis au service. Demain, on est censé aller à la fête du canton. Y'aura personne au village, alors on va faire semblant d'être malades, et on restera içi, ok? »
« Et pour quoi faire? lui demandais-je, surpris. »
« Ca mon coco, tu verra bien... »me dit-elle en partant.

Je dormis mal cette fameuse nuit. C'était la première fois que le sexe entrait dans une conversation entre moi et Alice. A plus forte raison, cela créait un lien, un secret sur ce sujet entre nous deux...
Je me demandais ce que voudrais Alice, mais l'idée qu'elle voulait que l'on se retrouve seul, sans risque d'être dérangés, me fit fantasmer. Ce fut la première fois où je m'imaginais faisant des choses pas très orthodoxes avec ma soeur. Mais je tentais de me calmer et de m'endormir enfin: après un acte zoophile, je ne voulais pas passer par l'acte incestueux..

Le lendemain, en effet, nous fîmes une jolie représentation de théâtre, et Stéphane et Delphine étaient gênés. Ils n'avaient jamais loupé cette fête, et y tenaient chacun un rôle important. Nous finîmes par les convaincre qu'avec la télé et du repos, ça irait mieux. Qu'ils ne devaient pas s'en faire et aller l'esprit tranquille, tous les deux, à cette fête.

Une fois partie, Alice me fit un clin d'oeil.
« Allons y...me dit-elle. ». J'imaginais que nous irions dans une chambre, tout à mon fantasme, aussi, je fus surpris de la voir se diriger dehors, vers la ferme de Daniel, lui aussi, parti à la fête. Nous arrivions vers les écuries.

« Tu veux que je remette ça avec les veaux? Tu veux regarder? C'est ça? » lui demandais-je.
Mais elle ne répondit pas.

Je ne comprenais pas ce que voulait Alice. Elle se dirigeai vers le box de Canasson. C'était l'étalon de Daniel. Il n'était pas là évidemment, il était encore dehors. Canasson m'aimait bien. Dès le premier jour où j'étais allé lui donner à manger dans son clos, il était venu me renifler, et avait semblé apprécier ma présence. J'adorais ce bel animal, qui avait des yeux magnifique, et une robe soyeuse, dévoilant une puissante musculature. Je passai des heures à la contempler. Nous étions de vrais amis, Canasson venait souvent à mes coté, et les rares fois où je n'étais que de passage, il semblait me suivre, triste que je ne reste pas plus longuement. Quand je l'appelais, il arrivait au trot, ce qui faisait complètement halluciner Daniel. Il m'avait proposé de le monter, mais je n'avais jamais voulu, j'estimai que Canasson était un ami, un égal, et que ce rapport dominant dominé ne devait pas avoir lieu d'être, même si l'ami en question est un cheval.

Mais je ne comprenais pas: si ma soeur voulait monter à cheval: pourquoi ne pas demander à Daniel? Et de jour?

- « Appelles Canasson » me demanda-t-elle. Tu vas l'attacher. ». « Je veux qu'il rentre dans son box, et avec toi, il viendra, c'est sûr ».
« Mais pour quoi faire? » lui demandai-je, de plus en plus étonné.
Toujours le silence de ma soeur.

J'appelai donc le cheval qui arriva au triple galop.

« Attaches le dans son box, me dit-elle. » Ce que je fis.

J'étais de plus en plus suspicieux, intrigué, et un peu effrayé par l'attitude d'Alice qui avait dans les yeux une étrange lueur. Je regardais donc.

Alice se tenait à coté du cheval.
« Ca fait des jours que je le regarde sans arrêt. Quel bel animal! Je sentais que je devais aller vers lui, mais je ne savais exactement pourquoi » me confia-t-elle tout en caressant la croupe de Canasson. Le cheval ne disait rien. Il me regardait, mais appréciait les caresses de ma soeur sur son crin.
« Je ressentais comme un truc que je ressens parfois à la fac, à coté de mecs que je ne connais pas, mais qui sont jolis. Mais vu le lieu et le contexte, je ne comprenais pas. Et puis, je t'ai vu avec les veaux... » continuai-t-elle, tout en caressant la cuisse arrière gauche du cheval et semblant chercher quelque chose .
« ...et j'ai compris » termina-t-elle, en plaçant sa main sous l'entre jambes du cheval. « Y'a pas de mecs içi, et pourtant, j'ai envie d'un truc nouveau. Et ça m'agace que tu aies eu ton plan cul avec les veaux, et que moi je reste sur la touche ». En parlant, elle avait réussi à saisir le sexe de l'animal qui était apparu progressivement sous l'effet de ses caresses discrètes. Vu le développement grandissant de l'engin, je compris que le cheval appréciait. « Alors, j'ai pensé à ça » conclu-t-elle, en se mettant accroupie. « Tu peux regarder si tu veux ».

Sans un mot supplémentaire, elle commença par promener sa langue sur le sexe du cheval. Tout le surface de la langue d'Alice léchait la bite du cheval dans sa longueur. Ma soeur était méthodique, et semblait bien mener son affaire. Elle ne voulait pas gâcher le plus petit instant de cette situation incongrue, mais excitante. Maintenant, Alice branlait l'étalon à deux mains, tout en continuant à lécher sa tige. Puis elle ouvrit la bouche en se la déformant un peu, et réussi y enfouir tout le diamètre du pénis du cheval. J'étais sur le cul. Ce spectacle était autant excitant, qu'inattendu. Alice alternait les séances de masturbations, et les caresses bucales. Coups de langues, le long de la verge, prise en bouche du gland du cheval, elle semblait prendre un pied total. Imaginez le spectacle. Je bandais comme un cheval, c'est le cas de la dire.

Après plusieurs séances de masturbations et de fellation, ce qui devait arriver arriva, mais ne surpris pas Alice. Le cheval déchargea une quantité inouie de sperme. Apparemment un peu habituée à tailler des pipes, Alice avait senti le moment de l'éjaculation du cheval, et prévu de prendre le gland en bouche à ce moment là. J'entendis le bruit des deux grosses gorgées de sperme que ma soeur avala d'un trait, comme lorsque l'on boit de l'eau après un effort instance, rué sur la bouteille. Au bruit, je me doutais que ces deux gorgés devaient contenir une quantité importante de jus. La suite prit Alice par surprise, car après la seconde gorgée, Alice sembla s'étouffer, et recracher la troisième giclée du cheval, laquelle l'aspergea sur son visage, et vint inonder sa poitrine. Puis une quatrième, une cinquième giclée continuèrent à asperger ma soeur. Une fois que le cheval eu terminer de jouir, Alice était couverte de son sperme. Elle en avait plein le visage, les cheveux, sur les seins et le ventre, et on aurait cru être à un concours de tee shirt mouillés: Alice n'avait pas de soutien gorge, et ses tétons pointaient à travers son tee shirt blanc. Ses seins arboraient un relief parfait, et il m'aurait presque semblé voir ma soeur complétement topless, tant son tee shirt était souillé. C'est à cet instant que je vis pour la première fois les détails relatifs à l'anatomie de ma soeur que je vous relate plus haut. Imaginez dans quelle état je me trouvai devant une telle vision.

« Merde et merde!! » entendis-je. « J'aurais jamais pensé qu'il y en aurait autant , heureusement qu'on est seul au village, imagines la honte sinon! ...mais je ne peux pas sortir comme ça. Donnes moi ton t shirt » me dit-elle en enlevant le sien. Je ne calculai alors plus rien; la vue de ma soeur seins nus m'électrisa de la tête aux pieds. Sa poitrine était parfaite, deux véritables pommes d'amour, bien fermes, de la taille d'un melon.
« Alors, j'attends, qu'est-ce tu fou? » me demandait-elle au moment où des phares croisèrent les fenêtres de l'écurie.
« Attend, je vais voir qui c'est.. » répondis-je, pas pressé de la voir se revêtir.

Il s'agissait de Stéphane, mais il était seul. Il se dirigeait vers sa maison. Pourvu qu'il ne remarque pas notre absence...ou qu'il ne rentre pas définitivement, sinon, nous serions obligé de passer la nuit dehors, et de revenir l'air de rien le lendemain, en feintant une balade matinale...et encore, vu l'état dans lequel était Alice, le jus de Canasson rendrait l'ensemble peu crédible.

« On doit attendre de voir comment ça va évoluer » me dit Alice. « Donnes moi ton tee-shirt, petit profiteur! ».

Après s'être vêtue, elle vint s'asseoir à coté de moi, en observant la maison de Stéphane. Il n'avait pas l'air de vouloir reprendre sa voiture, et repartir à la fête, rejoindre Delphine.
« Alors, me dit Alice, ça suce comment un veau? »

J 'étais confus par cette question, et ne su par trop quoi répondre.
« Ne sois pas timide. On a été compagnons de débauche ce soir, ça raffermi les liens! Alors, le veau suce-t-il mieux que la femme? » poursuivit-elle, apparemment amusée de mon malaise. « Moi par exemple, je peux te dire que je suis déçue: on se flingue la mâchoire, à sucer un cheval. C'est vraiment trop gros! Par contre, niveau boisson, c'est super fun! Moi je préfère sucer les hommes. Et toi, alors? Femmes ou veau? »

« Ca, j'en sais rien, répondis-je simplement. Mais c'est super bon. Ca glisse, ça râpe, c'est une sensation extra! »
« Comment ça, t'en sais rien? Tu ne t'es jamais fait sucer par une fille? » demanda-t-elle, tombant des nues.
« Si, à ce que je m'en rappelle. Mais j'étais bourré. C'était avec Alexia, l'an dernier, à une fête chez un pote. Un maigre souvenir qui n'est pas resté mémorable en tout cas. »
« Alexia, celle qui a retapé? Qui était dans ma classe en première? Mais cette nana ne serait pas capable de faire jouir un homme privé de femme sur une ile déserte depuis 30 ans! Elle avait déjà une réputation de sacrée salope, mais tous les mecs disaient que c'était un mauvais coup !».
« Ben désolé, mais pour l'expérience que j'en ai, les veaux mènent aux points! » concluais-je, fier de ma petite métaphore de boxe..
« Nan, ça compte pas. Pour avoir une impression juste, il faudra que tu aies affaire à une personne qui te fasse une pipe digne de ce nom. Je suis certaine que les femmes sucent mieux que les veaux. Le veau ne veut pas donner de plaisir. La femme oui. Et puis, ce qui t'a fait jouir, c'est aussi l'excitation de l'interdit, et le coté rare et unique, du moins je le souhaite. Un veau, c'est un peu particulier comme partenaire... Mais les femmes battent les veaux par KO, tu peux me croire ».

« Prouvez le! » répondis-je machinalement sans réfléchir, ressortant une de ces répliques toutes faites de lycée que nous sortions entre nous pour faire râler les profs et déconner un coup. Mais apparemment, Alice ne connaissait pas cette petite phrase. Réalisant l'énormité de ce que je venais de dire, j'allais m'excuser, mais ma soeur me prit de court...

« Tu veux que je te suce? » demanda-t-elle, un peu surprise.
Je n'avais même pas imaginé entendre un jour cette phrase de la bouche de ma soeur. Je décidais finalement de jouer le jeu à fond, et de voir où ça mènerait.
« Ben écoute, tu parles, tu parles... » me contentai-je de répondre.
« Le truc, c'est qu'après Canasson, tu fais pas vraiment le poids » me répondit-elle en souriant, pour me remettre à ma place. Je risque pas de m'étrangler là! »
« Tu vois, tu n'es qu'une grande gueule » insistai-je.
« Ok, sors ton arme du fourreau, je vais voir ce que je peux faire » accorda-t-elle.

Echec et mat. Je ne m'attendais pas à ça du tout. Je ne pensais que la pousser un peu.
« Mais je suis ton frère... »répondis-je.
« Et alors? T'as pas de bite? », apparemment pas du tout décontenancée.
« Ok » concédais-je, en sortant mon sexe de mon short. « Vas-y, la réputation des femmes est en jeu! »
« Joli engin, me dit-elle. Mais c'est une voiture miniature, comparé à ce cher Canasson » fit Alice en s'asseyant face a moi tandis que je me levai.

« Attends, attends »...fis-je., troublé..mais elle ne m'écoutait plus...et je ne m'écoutais plus non plus...Alice commença par me lécher les testicules. Sa langue jouait avec mon bâton, allant de mes boules, à la limite de mon gland, sans pour autant le toucher. La pointe de sa langue faisait des allers retours sur mon sexe en érection, mais seules mes couilles avaient la chance d'être léchée par toute la surface de la langue, et même d'entrer dans la bouche de ma soeur qui les sucait a tour de rôle. Sa main maintenait mon sexe à l'horizontale. Je sentais le tracer de cette langue déjà expérimentée, et l'abondante salive qui humidifiait mes couilles. Je n'y tenais plus. Ses caresses étaient un vrai supplice: quand allait-elle enfin se décider à s'occuper de mon gland??
« Et c'est parti...dit-elle, comme si elle avait lu dans mes pensées. Elle prit mon gland à pleine bouche, et faisait jouer sa langue experte sur mon sexe. Sa tête faisait des allers -retour horizontaux entre mon ventre et le bout de ma queue,en même temps que sa main me branlait. Je du reconnaître que nos amis les veaux pouvaient aller se rhabiller. Les lèvres de ma soeur jouaient aussi leur rôle dans cette fellation, en pincant parfois le base de mon sexe, comme une femme coquine peut mimer une fellation avec un sucre d'orge, en récoltant le jus. Puis la langue reprenait son balai délicieux. A ce rythme, je prévins rapidement ma soeur que j'allais jouir, mais c'est alors qu'elle stoppa tout, me laissant au bord de l'extase, et frustré comme il n'était pas permis, privé d'orgasme..

« Qu'est-ce tu fou? » lui demandai-je carrément vénère.
« Tu préfère les veaux là? » me demanda-t-elle avec un sourire coquin. Alors, je t'écoute?...
«  Je te répondrais quand tout sera terminer, c'est trop tôt pour le dire, lui répondis-je en mentant. Pourquoi tu t'es arrêtée?!! »

« Ecoutes, je suis toute poisseuse, je vais me laver vite fait » continua-t-elle en se dirigeant vers un robinet que je n'avais pas remarqué. J'en croyais pas mes oreilles, mais à quoi jouait-elle?

Ma soeur enleva alors sa jupe qui n'était pas trop tachée, et entama sa toilette en commençant par se laver le visage, puis la poitrine, en sa frictionnant les seins. Elle finit par se mettre tant bien que mal un peu d'eau dans les cheveux qui commençaient à sécher, encore imprégnés du sperme de l'étalon. Toutefois, cette opération n'était pas aisée, car le robinet était bas, et elle devait se pencher.
Devant le spectacle de ma soeur, en string, les fesses à l'air et le sexe offert, j'avais les idées qui allaient bon train. Je rêvais de punir la vilaine qui m'avait laissé dans un tel état de frustration. Et c'est à ce moment là qu'elle enleva son string, visiblement pour se laver plus précisément. Toutefois, elle ne se lavait pas directement l'entrejambe et se repencha pour se laver les cheveux. Elle semblait se laver, sans faire attention à moi. Je vis toutefois cet dernier geste comme une provocation, c'est pas possible, elle ne pouvait vouloir qu'un coup de quéquette, dans une telle position!!Son sexe était grand offert, sans plus rien pour en obstruer l'entrée. Soeur ou pas soeur, je décidais d'agir, et sans réfléchir, j'arrivai doucement derrière elle, et glissait rapidement mon sexe dans son vaggin, la prenant en levrette. Bam! Le coup sembla la surprendre, mais c'était feint. Elle n'attendait que ça en fait.

« T'en as mis du temps, puceau!, je commençais à choper la crève à me laver sans cesse! »cria-t-elle, toute excitée.
« T'attendais que ça, hein? » lui dis-je, en multipliant les coups de queue dans son vaggin. Tu m'as mis dans un drôle d'état tout à l'heure, alors, je vais te baiser comme une chienne, soeurette! »

Elle se retourna alors, me présentant sa poitrine que je pétri de mes mains, et que je léchai, fou d'excitation.
« Tu les aime mes seins, hein? » me dit-elle en se redressant et en m'enfouissant la tête entre ses deux melons. Je jouai alors avec ses tétons, les mordillai, tout en continuant à baiser la soeur. Je me retirai ensuite, en me masturbant entre ses seins, dans une branlette espagnole effreinée. A chaque aller retour, ma soeur tendait la bouche, pensant à chaque fois que ma bite allait finir par y retourner, tout naturellement, mais je n'empruntai pas ce chemin, afin de lui apporter à mon tour un peu de frustration.
« Retournes toi, je veux te prendre comme une chienne » lui dis-je.

A quatre patte dans les foins, ma soeur encaissait mes coups de bâton avec un réel plaisir. Nous étions dans notre bulle, sans que plus rien ne puisse nous arrêter.

« Qu'est-ce qu'il se passe içi?!! »

Nous avions totalement oublié Stéphane. Aux dernières nouvelles, il était dans la maison. Et il était là, devant nous. Il semblait accuser le coup.

« Fatigués, mon oeil! Je me disais bien que c'était suspect! Mais vous forniquez entre frère et soeur? C'est du joli dites moi! Ma soeur, votre mère sera ravie de l'apprendre! Et vu l'état de tes vêtements, Alice, il semblerait que ce cher Canasson ait été de la fête aussi? ». J'étais surpris de voir la vitesse à laquelle mon oncle avait tout remarqué, et je me voyais déjà en asile à la rentrée avec ma soeur. Accouplement congénital! La grande classe, vraiment!

« Ecoutes, on fait pas de mal » tentai-je d'avancer à mon oncle, pour calmer le jeu. « Y'a pas de mal à se faire du bien! ».
« Et puis, tu la joue sainte ni touche, mais je te ferais remarquer que tu bandes » poursuivi ma soeur, décidément pas décontenancée du tout.
« Ah ouais, tu crois ça? » répondit Stéphane. « Mais c'est qu'il s'arrêterait pas en plus!! » continua-t-il en me voyant poursuivre mes aller retour dans le corps d'Alice, mais moins rapidement, évidemment.  C'était inconscient, mais je ne regrettais pas, car, j'allais devoir subir les pire ennuis d'içi peu, alors quitte à faire, autant profiter jusqu'au bout. Ce qui m'amusait d'ailleurs, car, suite à cette dernière remarque, comme par provocation, Alice émettait à chaque coup de queue, des petits cris de jouissance « Hummm, hummm, haaa!!! ». Comme pour dire à mon oncle, que l'on assumait totalement, qu'on l'emmerdait carrément, et qu'en plus, on prenait un pied d'enfer.

« Et...ouuuuhh...tuuu n'as pas répondu...Oooooww, continue Tom, t'arrête pas!!! enfonces la jusqu'au bout!!ouwwouu!!!...oui, tu n'as pas répondu... hummmm.... Aaaahhha!! ma question. Tu bandes, espèce d'hypocrite! AAAHHH mon Dieu!!!! » insista Alice.
Je ne me faisais pas de film, et je savais naturellement qu'Alice en rajoutait. Mais la situation avait quelque chose de tellement excitant, que je m'en foutais, et prenait mon rôle très au sérieux, en reprenant un rythme plus rapide dans mes coups de butoir. Je faisais l'amour à ma soeur sous les yeux allucinés de mon oncle, et ça m'excitait terriblement.

« Ah ouais, tu penses franchement qu'une petite salope comme toi me ferait bander? » répondit Stéphane, apparemment fâché et outré. Il s'approcha alors de nous, pour nous désunir. Arrivé devant ma soeur, il baissa son pantalon, et montra son sexe.
« Je te signal que tu es encore jeune pour avoir la prétention de vouloir être à l'origine d'une érection » continua-t-il, comme pour prouver que nous ne lui faisions aucun effet, mais son membre tendu à bloc démentait ses dires.
« Et ben, en tout cas, j'mmmmm... ». Alice n'eu pas le temps de terminer sa phrase. A notre grande surprise, Stéphane avait saisit la tête d'Alice qui était immobilisée par mes soins durant cette levrette, et y avait directement fait entrer son pénis. D'abord surprise, Alice se ressaisi vite fait, et pompait mon oncle avec vigueur.

« Oh la la, que c'est bon, continuez mes neveux, continue Tom!! Baises cette petite salope! ».
Enhardi et rassuré, je me retirais du sexe de ma soeur, et je la possédai à nouveau par l'anus. Le coup fut direct, mais il sembla que le cul de ma soeur n'en était pas à ses premiers essais. Pire, au lieu d'être surprise et de crier par la douleur, ma soeur gémit de plaisir, et reprit la fellation de Stéphane.
« Tu l'aime, hein, ma grosse bite . Attend, Tom, on va s'y mettre à deux! »continua Stéphane. Laisses moi deux secondes, ma nièce à vraiment une langue faite pour sucer des bites!! Quel pied!! ». Enfin, il s'assit en face de moi, nos deux sexes érigés vers le plafond. Alice, se positionna entre nous deux, et vint s'empaler sur nos deux bites, une dans chaque trou. Ma soeur était en sueur, en transe, et Stéphane profitait d'être face à elle pour dire un petit bonjour à sa magnifique poitrine. De mon coté, je cherchais le clitoris d'Alice et le trouvais rapidement.

Nous continuâmes dans cette position quelques minutes, puis Alice prit les devant.

« Donc allez, montrez moi vos bâtons, que je fasses un retrait en liquide » insista-t-elle, apparemment soucieuse de ne pas se retrouver enceinte. Je vais vous prendre tout ce que vous avez. Quoique...Tom, remarques, je préfère que tu reste jouir dans mon cul, ton sexe aurait un drôle de goût! ».

Je me remis donc à sodomiser ma soeur tandis qu'elle sucait Stéphane. Celui-ci ne mit pas longtemps à donner son sirop à Alice, en lui enfoncant son bâton bien au fond de la gorge. De mon coté, je prenais mon temps, et Alice n'avait pas l'air de s'en plaindre. Je décidais toutefois de prendre à nouveau ma soeur dans son vaggin, car la sensation était aussi très délicieuse.
« Si c'est pas magnifique », dit Stéphane. « C'est super excitant de vous voir baiser tous les deux. Deux frères et soeurs ensemble, qui font l'amour. Alice ne prêtait pas attention aux dire de Stéphane, et semblait crier, sincèrement cette fois-ci. Le changement d'orifice semblait la conduire à la jouissance finale. Je n'eus pas le coeur à rompre cet élan, et me déchargeais complétement en elle, dans un râle éternel accompagné des cri de ma soeur qui s'en foutait de risquer d'alerter tout le paysage. Ce fut la seule fois où je fis l'amour avec Alice non protégé, et Dieu merci, ce n'eut pas de conséquences. Je me fis engueuler toutefois comme une grosse merde par Alice après coup, mais je lui rétorquai qu'en plein effort, elle ne m'avait pas dit d'arrêter, bien au contraire. Mais en y repensant, quelle connerie, et quelle inconscience!

Cette nuit fut donc très particulière et délicieuse. Aujourd'hui, j'ai fait ma vie avec ma femme, et mes enfants. Ca ne veut pas dire pour autant que cette soirée fut la seule: jusqu'à la fin de nos études, nous partîmes souvent en vacance, Alice et moi, et fîmes alors l'amour très régulièrement, et dans les endroits les plus insolites, en repensant parfois, à ce brave Canasson...




Catégories
Top Recherches
Forum